> N’essayez plus de me faire croire

N’essayez plus de me faire croire

Par | 2018-06-21T01:02:09+00:00 27 mai 2012|Catégories : Blog|

 

Vos vies sont mena­cées par les trains de ban­lieue
Et vos his­toires de gloire si déri­soire
A ne pas se regar­der dans un miroir
N’essayez plus de me faire croire que vous appe­lez cela être heu­reux

Vous avez vou­lu me voler et me prendre
Mes seuls biens mes oiseaux mes pays
Jusqu’au bleu tendre de mes nuits
Sans avoir frères humains ce qui nous unit
Et même mes rai­sons de vous com­prendre

Mais je marche encore par des allées éter­nelles
Vers les ban­lieues per­dues de l’univers
Je saute à pieds joints vos bar­rières
Vos cœurs sont comme vos murs de pierre
N’importe je bois avec une paille le bleu du ciel

Je porte dans moi la force des sai­sons
Et la sève et les sucs de la terre
Le vent le vent me pousse vers la lumière
Morts, je fer­me­rai vos dia­phanes pau­pières
Sans que vous ayez pu me faire rendre rai­son

Vous ne par­don­nez pas ma dif­fé­rence
Mais c’est à vous que vous repro­chez
De ne pas oser me res­sem­bler
Vos cer­ti­tudes vos opi­nions vos pré­ju­gés
Ont su, ô pauvre vie, assas­si­ner vos espé­rances

Et pour­tant le mar­teau de mon sang
Bat et frappe encore dans vos veines
Enfants, nos élans du cœur étaient les mêmes
Mes rêves étaient vaga­bonds et vos envies bohé­miennes
Pourquoi m’avoir lais­sé seul la conscience claire le cœur devant

Si vous saviez comme la Vie est belle et dési­rable
Vous ne tue­riez pas Mozart en cha­cun de vos enfants
Nos pas vont l’amble de vos jours gris jusqu’au néant

Je vous en prie, écou­tez-moi il en est encore temps
Ne lais­sez plus l’eau de votre vie désal­té­rer le sable
Debout, debout ! Debout et mar­chons à l’étoile…

 

[poème extrait de L’écorce des cœurs, Le Nouvel Athanor, 2011]

X