Nous appréhen­dons les formes
dans l’é­clat des gestes

Il y a l’écart

Le soleil des mots illu­mine le vide
chaque voca­ble appelle le résiduel

La nuit ouvre des paupières de lune
quand le silence défait les robes

 

Novem­bre 2012