Nous appré­hen­dons les formes
dans l’éclat des gestes

Il y a l’écart

Le soleil des mots illu­mine le vide
chaque vocable appelle le rési­duel

La nuit ouvre des pau­pières de lune
quand le silence défait les robes

 

Novembre 2012