Louis Lougris témoigne de la viva­ci­té et de l’universalité du Slam. On retrouve dans sa poé­sie les mêmes pro­blé­ma­tiques, et le dis­cours enga­gé de ses frères sla­meurs quels que soient la langue et le pays. Il se qua­li­fie en 2016 et 2017 pour les finales mont­réa­laises de la Ligue qué­bé­coise de Slam et rem­porte le second prix du concours de twit­té­ra­ture des Amériques, le second prix au concours de poé­sie Antidote de Montréal en Lumière 2017. Il rem­porte éga­le­ment le concours de twit­té­ra­ture Prévert 2017 orga­ni­sé par l’Ambassade fran­çaise au Canada.

C’est là le slam. C’est là
Ma poé­sie est une sirène d’alarme
Je l’arme Je rame Je drame
Sur un rythme qui cogne
Ta-tum ta-tum ta-tum
J’te donne une décharge comme
Faut que tu t’y aban­donnes
Ta-tum ta-tum
T’as comme une vague à prendre
J’te donne la mer immense
La mer avec ses lames
La mer qui slam
Qui s’lamente en se déchi­rant sur les rochers
Ta-tum ta-tum
Sale slam salé
La mer de larmes gon­flées à gros san­glots dans le gosier
vient se dépo­ser à tes pieds

C’est là le slam
Suis moi
Y’a comme
Tout un monde ver­rouillé avec les mots
Des choses que j’ai dites à per­sonne ta-tum
Que j’sais pas trop com­ment
Comme un bou­chon qui me pogne en dedans
Qui me pogne
On ver­ra
Ça son­ne­ra comme ça son­ne­ra
Ça sonne ta-tum
Y’a sa voix au télé­phone
Loui j’ai mal p’is tes loin
T’es loin p’is j’ai mal
J’sais t’aimes pas que je me plaigne
Mais je te jure Loui ça saigne, ça saigne
Ça sonne ta-tum
Comme une enclume qui fend…
Le fer qu’on plie…
La fibre du métal qui crie…
Moi à 200(km/h) dans l’acier et le verre
Et le caou­tchouc qui se plaint sur l’asphalte en hiver
Loui ! Loui ! Je saigne ! Je saigne !
Je sais, ta-tum, ce qui s’en vient, ta-tum
Petit homme ne vien­dra pas au monde
Ti-t’homme ti t’homme ti t’homme…
Dans les chairs dis­lo­quées rouges de tes mains
Y’a tout notre amour là
Je le vois mou­rir comme un petit oiseau
Qui ne chan­te­ra pas
Je slam en enfer dans un hôpi­tal froid
Je suis un ani­mal cou­ché par­terre
Elle, elle ne saigne plus
Et Dieu doc­teur n’est jamais venu
Peux-tu croire à ça ?
C’est là le slam
Slam !
Je te parle dans un autre lan­gage
Dans un lan­gage qu’on res­sent
Ma poé­sie est un rythme qui cogne sur une mince peau d’enfant
Un rythme qui cogne
Ta-tum Ta-tum Ta-tum.