à Pierre

 

Soleil sur le sable.
Un autre jour,
une femme est venue reconnaître
sur les rochers un visage.
Il por­tait les reflets de l’eau,
et le chant des oiseaux en été.
Elle s’est approchée de lui
comme d’une his­toire sans fin.
Ce qu’elle lui a dit
resplen­dit au cœur des mers,
rougeoie dans les fleuves,
où la blancheur des pierres
éclaire les rêves

de celui qui n’a plus rien à posséder.