Abdourahman Waberi, Tours de chapelet pour Tombouctou

2019-07-07T16:26:03+02:00

 

Une petite amphore rem­plie d’eau
Pour les ablu­tions rituelles

 

Dans le creux d’une val­lée aride
Dans la joie du jour commençant

Dans le bruit et la ger­mi­na­tion du temps
je n’ai rien à moi – sauf la crainte de Dieu

 

C’est Dieu qui pour­voit à la vie
Qu’Il m’a donnée
Jusqu’à mon heure ultime
Où il ne fera point nuit

 

∗∗∗∗∗∗

Comme un papil­lon de nuit
Qui se jette
Avec  joie sur la flamme

Là où les étoiles brillent
Qu’en diag­o­nale de nous

 

∗∗∗∗∗∗

 

Arif

Le Con­nais­sant
La grandeur est sa cape
L’immensité sa soif
Une graine de moutarde
Son orgueil

 

∗∗∗∗∗∗

 

De Cheik­na

On a retenu la leçon
Il a dit
Abaisse-toi et tu ressembleras
A la pleine lune
Dont les gens ne voient
Que le reflet dans l’eau

 

∗∗∗∗∗∗

 

Ne soit pas
Arro­gant comme la fumée
Qui s’élève dans le ciel
Alors qu’elle n’est qu’un produit
De la terre

Le chien de mon for intérieur

est là
couché devant
le che­nil de la vie
Nu
tel le nourrisson
Qui attend tout de nous

 

 

 

 

Présentation de l’auteur

Abdourahman Waberi

 

Né à Dji­bouti, Abdourah­man Waberi vit entre Paris et les Etats-Unis où il enseigne les lit­téra­tures fran­coph­o­nes à George Wash­ing­ton Uni­ver­si­ty (Wash­ing­ton DC). Il est l’au­teur de nom­breux romans, notam­ment Aux Etats-Unis d’Afrique, et d’un recueil de poèmes Les nomades, mes frères, vont boire à la Grande Ourse (Pier­ron, 2000)

 

Abdourahman Waberi
Aller en haut