> Charles Akopian

Charles Akopian

2017-12-30T01:51:23+00:00

Né à Marseille en 1948 de parents res­ca­pés du géno­cide armé­nien, Charles Akopian s’éveille tôt à la poé­sie dans la ville des « Cahiers du Sud ». En 1965, il ose taper à la porte de la célèbre revue lit­té­raire et res­sort de sa visite com­plè­te­ment trans­for­mé. Les poèmes de Jean Malrieu, Jean Tortel, Pierre Delisle, Gérald Neveu, Guillevic…, les écrits de Joe Bousquet, nour­rissent son quo­ti­dien. Études à la facul­té des lettres d’Aix en Provence (licence de Russe). Décide tou­te­fois en 1972, après deux ans de béné­vo­lat, de consa­crer sa vie à la soli­da­ri­té en actes : lorsqu’on souffre de l’injustice – en l’occurrence le géno­cide nié des armé­niens – com­battre toutes les injus­tices, par­tout dans le monde, s’impose à lui. 40 années pas­sées à décli­ner la devise du Secours popu­laire fran­çais « Tout ce qui est humain est nôtre » en France et au-delà des fron­tières.

Les poèmes, les recueils se sont accu­mu­lés durant toutes ces années. Le temps de la retraite devient celui du retour à la poé­sie. Premières publi­ca­tions dans la revue « la main mil­lé­naire » en 2016 (n°14,15) et en 2017 (n°16,17). Parution de L’arrière-vie aux édi­tions Alcyone en mars 2017. Participation au numé­ro 15 de la revue Saraswati d’octobre 2017 sur le thème « Barques et ponts ».

Après avoir vécu à Marseille, Aix en Provence et 40 ans à Nîmes, a choi­si de rejoindre « son soleil » à Brest…

© photo Isabelle Poinloup

Sommaires