> Fabrice Marzuolo, À tous les poètes morts avant leur mère, et autres poèmes

Fabrice Marzuolo, À tous les poètes morts avant leur mère, et autres poèmes

Par |2019-05-04T20:09:14+02:00 4 mai 2019|Catégories : Fabrice Marzuolo, Poèmes|

À tous les poètes morts avant leur mère 

 

Une belle jour­née la fête des mères
une balle dans le cœur m’aurait tué autant
mais là je me dis­sous tran­quille
dans ma vase
comme le bou­quet de fleurs fanées
dans le vase bri­sé

 

L’air qu’on res­pire est invi­sible
le poème écrit devient visible
et plus le vide est grand
plus le poème est gran­diose
les grands mots
font le Mont des songes
– Si Haut
les belles phrases
comme on fait son lit
on se couche

 

 

Le cœur au plan­cher

 

Cette jour­née avec beau­coup de vert sous du ciel
en bleu

des para­sols ouverts

des fleurs dont j’ignore les noms
je les nomme par leurs cou­leurs
des jaunes des mauves des rouges

je dis­tingue aus­si des bam­bous
qui plient mais ne cassent pas
et pour­tant ici droits sur leurs cannes

des cris d’enfants des som­ma­tions d’adultes
tous sans âge
ça joue à la famille
un jeu ances­tral autant qu’ennuyeux
sui­vi des inévi­tables
effluves de graillon

avec Marie je compte les jours
on part à Boston
la ville natale d’Edgar Poe
mais à cet ins­tant le cœur
cogne fort contre la cage
que je vais devoir reve­nir ici
pas de peau Edgar

 

 

Un autre but

 

pen­dant que la france joue le match
de foot j’écris un poème
il n’est pas bon d’écrire un poème
quand tout le pays
est devant l’écran
qu’il faut gar­der ses deux mains libres
pour applau­dir ou prier
la france joue la coupe
tant qu’elle ne marque pas
il règne un silence d’or
le quar­tier est tran­quille
la vie serait presque belle
il n’y a plus que des chats
non­cha­lants dehors
ça change des boas constric­tors
mais une fois le match fini
c’est le retour des péta­rades
des cris des tirs de bal­lons
des cagoules et des faux
qui sifflent sur la peau
le chaud et l’effroi

si je pou­vais m’inventer ici
un para­dis
ce serait un match
qui dure toute une vie

 

 

Présentation de l’auteur

Fabrice Marzuolo

J’écris des nou­velles et par­fois des poèmes, l’ensemble est essen­tiel­le­ment publié dans les revues.

Dernières paru­tions :  revue Paysages écrits, le  numé­ro 29 ( des poé­sies, mai 2018) de Sanda Voïca et la revue Rue Saint Ambroise , le numé­ro 41 (une nou­velle,  mai 2018) .

 

Autres lec­tures

X