Géry Lamarre, JARDINS INTÉRIEURS À NOS CHEMINS SUSPENDUS

Par |2021-05-06T06:31:56+02:00 6 mai 2021|Catégories : Géry Lamarre, Poèmes|

Notre pre­mière oasis. La Nuit. Cette nuit voûtée som­bre. Voûtée. Sur son berceau 
d’argile. Sur nos avants et avenirs. Cam­pés. Là. Dans l’instant. Nuit de conscience 
con­stel­lée. D’étonnements et d’angoisses. A défaut d’étoiles. Clameurs et troubles. 
Souf­frances et joies. Éma­na­tions chu­chotées. Loin­taines. Atténuées. Par le bercement 
des eaux.

                                                                            Seuls.

                                                                            Seuls. Et reliés à la fois. Sur les 
invis­i­bles. Routes. Entor­tillées à nos descen­dants. Nos ascen­dants. Nuits d’origines.
Une escale. Un campe­ment. Dans la nuit de la nuit. Nous.
Nous y sommes restau­rés. Nour­ris aux cen­dres de ces feux de failles. Y avons trouvé 
source des chants et ritour­nelles. Nos légen­des forgées.

 

*  *  *

Le sable fris­sonne. Court sur la peau. Du paysage. Ond­ule. L’ombre des hauts phœnix. 
Nous sommes. Ici. En cet instant. Notre eau rafraîchie. Et nos pieds soulagés. L’homme
s’est mis à scan­der. Puis à trac­er. Des mots de ver­dure. De joies infimes. De doutes 
con­fi­ants. Il était. Devenu. Le geste du pein­tre. Caresse légère. Geste rit­uel. Se répétant. 
Se répé­tant. Son oasis. Dans les pier­railles du temps.  
Cha­cun avons le nôtre. Un ter­ri­toire. A la croisée des chemins.

*  *  *

Là où tes pen­sées glis­sent. Sur tes pen­sées. Ce territoire.
Se plie. Se déplie. Effrite les murs. Et les min­utes. Une risée. Un grain d’instants de 
sable. Cher­chant son chemin. Dans les méan­dres de la peau. Des sou­venirs. S’insinuant.
Pré­cieux. Est ce refuge. Fait de soleils vivaces. De vents. Et d’émois. Un jardin 
intérieur. Sus­pendu. Une bulle. Ver­doy­ante. Au fond du cœur.

Sur la ten­ture. De la nuit. Chaude. Bril­lent. Doré­na­vant. Deux étoiles. Merveilleuses. 
Refleuris­sant. Chaque jour. L’aube des jours.

*  *  *

Assis­es sont.
Nos oasis. Mais aus­si. Mue. Qui nous rap­pelle. Que nous sommes. Âme et corps 
nomades. Marche. Marche. Martèle­ment ryth­mant. Notre temps de pous­sière. De pas. 
Parsemés d’étoiles. Une danse. Lente. Lente. Par­courant. L’incertain des chemins. Et les 
chants invis­i­bles. Nos peurs. Nos doutes. Marche. Marche. Vers nos grands lointains 
ensauvagés.
Que peut-être. Devien­dont. 

Présentation de l’auteur

Géry Lamarre

Diplômé en His­toire de l’Art et en Arts Plas­tiques, Géry Lamarre vit près de Lille. Depuis 1992, il expose en France et à l’étranger. Son tra­vail dans le domaine de la poésie a pris de plus en plus d’importance et a grande­ment mod­i­fié sa rela­tion à l’acte de pein­dre, l’amenant à tra­vailler, soit comme poète, soit comme plas­ti­cien sur des livres d’artistes (Zéno Bianu, Gilbert Las­cault, Dominique Sor­rente…). Seul ou en col­lab­o­ra­tion avec des édi­teurs (Voix du poème, Tran­signum, La tête à l’envers). Il est co-fon­­da­­teur avec le poète séné­galais Laï­ty Ndi­aye de la revue Ressacs. Il a con­tribué à dif­férentes revues papi­er ou numériques (Terre à Ciel, Un Cer­tain Regard, Cap­i­tal des mots, Lichen, FPM, Indoc’îles, Fili d’Aquilone…).

Site pein­tures : https://gerylamarre.com/

Blog poésie : http://gery-lamarre.eklablog.com/

Poet­ry Sound Library :  https://poetrysoundlibrary.weebly.com/

Livres d’artistes

Une sai­son en hiv­er, 2020, poèmes d’Eric Costan
Les ombres et les effaceurs, édi­tion fra­no-ital­iene, texte de Gilbert Las­cault, 2020, édi­tions Tran­signum, Paris
Noir estran, 2019, poèmes de Jean-Marc Bar­ri­er, coll. Fibres, édi­tions La tête à l’envers
Les gar­di­ens du fleuve, 2019, poèmes de Zéno Bianu
Ombre penchée, 2018, poème de Mérédith Le Dez
Let­tres en rebord du monde, 2018, poèmes de Dominique Sorrente
Par la pein­ture transperçant le temps, 2018, pein­tures de Michèle Riesenmey
Soleil nu, 2017, pein­tures sur des poèmes d’Hélène Tal­lon-Van­er­ian, La Voix du poème, coll. Feuilles, Pézenas
Flux et reflux, 2017, pein­tures de Michèle Riesenmey

 Col­lec­tion du Prieuré de St Cosme (livres pauvres)


Au nom des pères, pein­tures sur des poèmes de Colette Daviles-Estinès, pro­jet L3V, Mt-Galerie – Langonnet
L’étoffe des mots, pein­tures de Michèle Riesen­mey, pro­jet L3V, Mt-Galerie, Langonnet

 

Prin­ci­pales expositions

Galerie Géry Pir­lot de Cor­bion, Namur (Bel­gique)
Lille Art Fair, Lille (France)
Per­spec­tive de la pein­ture Française, Ago­ra Gallery, New York (USA)
Trois artistes, L’art est Créa­tion, Tour­nai (Bel­gique)
9 Vari­a­tions sur le Mont Fuji, For Art (Gallery), Lille (France)
Œuvres 2005 – 2007, Musée des Beaux-Arts, Mouscron (Bel­gique)
Pro-posi­­tions, Galerie Galéria, Nouméa (Nelle Calédonie)
Sta­tions, Galerie Galéria, Nouméa (Nelle Calédonie)
Archéolo­gie du soi, Cen­tre d’art con­tem­po­rain, Cen­tre cul­turel améri­cain et Galerie Ataray, Sofia (Bul­gar­ie), La Tra­verse, Paris (France)
2ème Bien­nale d’art con­tem­po­rain, Nouméa (Nelle Calédonie)
Galerie X+, Brux­elles (Bel­gique)
Obses­sion, ren­con­tre avec des œuvres du FRAC Alsace/Lorraine, Tour­co­ing (France)
Galerie Richard Fon­cke, Gand (Bel­gique)
Galerie Martha Moore, Séville (Espagne)
Salon de la jeune pein­ture, Palais des Papes, Avi­gnon (France)

Autres lec­tures

Aller en haut