> Hugues Reiner, Poésies, extraits

Hugues Reiner, Poésies, extraits

Par |2019-11-05T23:23:02+01:00 6 novembre 2019|Catégories : Hugues Reiner, Poèmes|

N°9

 

D’un regard,
Ouvre la terre
Sur ton épaule.
Je me hisse
Mais tré­buche et glisse,
Nain de pierre.

 

N° 31

 

Maintes fois, au seuil de l’échappée du som­meil
Je rete­nais quelques secondes de conscience…
guet­tant la grâce…
Absences pesantes sur mon corps
c’est ain­si que je tra­ver­se­rai les len­de­mains…

 

N° 56

 

Une par­tie de moi est une ombre
Le reste ira se perdre en che­min
au café des déraillés du train
L’eau dehors les noyés dedans !
L’organiste pré­pare mes funé­railles,
il m’a par­lé de la mon­tagne
puis a dis­pa­ru
le plan­cher était trop ancien
lourd en tête
balan­cier des figu­rants
il était un musi­cien !

 

N° 57 

 

Au moment où pénètre la nuit,
dis­crète dilec­tion des heures repen­ties
le ciel par­se­mé des pau­pières
comme une marée majes­tueuse et solen­nelle
Vient effa­cer nos pas et nos vies

 

N° 75

 

Dans cette chambre,
attendre…
Dans un rituel sans mys­tère
don­ner ses bras à la potence,
dor­mir au pré­sent bles­sé ?
Attendre fébri­le­ment,
équi­li­briste, mon équi­page épui­sé…
La lumière se cache,
j’ai tré­bu­ché,
tom­bant de silence
je dor­mi­rai le cœur ouvert !

 

N° 84

 

Dans ce che­min doux
oublié des mar­cheurs
on avance aveugle et fier.

Au gré des vagues stel­laires
de pen­sées et de dési­rs
on guette toute chi­mère

Résonne à tout va, au diable
l’hymne sym­pho­nique de l’imaginaire !
Mais vous !
Les arbres
et votre gale­rie d’espèces ani­males
cohorte d’anges et d’oiseaux pro­di­gieux
de pois­son joyeux et de fleurs enchan­te­resses…
Venez me cueillir et me pêcher
ma can­deur n’a plus rien d’humain
et je demande asile en votre sein !

Présentation de l’auteur

Hugues Reiner

Hugues Reiner est né en 1960 dans une famille d’écrivains. Son père est Silvain Reiner, écri­vain fran­çais (1921-2002), sa mère Anne-Marie Vry est socio­logue. À 22 ans, il est choi­si pour fon­der et diri­ger le Chœur de l’Armée fran­çaise (Garde Républicaine). À 25 ans, il dirige son pre­mier concert au Théâtre des Champs-Élysées avec le pia­niste Miguel Angel Estrella. En 1993, il dirige un concert fil­mé au som­met du Mont Blanc dif­fu­sé dans toute l’Europe pour venir en aide aux enfants réfu­giés de l’ex-Yougoslavie. La même année, il se rend à plu­sieurs reprises à Sarajevo avec une invi­ta­tion de la pré­si­dence bos­niaque pour recons­ti­tuer l’Orchestre de la Radio-Télévision de la ville assié­gée avec des musi­ciens serbes, croates et bos­niaques.

Il a diri­gé plus de 1500 concerts sym­pho­niques dans une qua­ran­taine de pays, invi­té par les orchestres natio­naux de Russie, Pologne, Lituanie, Serbie et Roumanie pen­dant la révo­lu­tion. Il s’est pro­duit lors d’un concert télé­dif­fu­sé avec l’orchestre natio­nal de la Radio-Télévision de Pékin. En France, il a diri­gé dans les salles les plus pres­ti­gieuses l’intégrale des sym­pho­nies de Gustav Mahler et pro­gram­mé régu­liè­re­ment les œuvres sacrées de Mozart, Beethoven, Brahms, Dvořák, Tchaïkovski, etc.

En novembre 2015, en hom­mage aux vic­times des atten­tats à Paris, il ras­semble en 3 jours un orchestre et 450 cho­ristes pour inter­pré­ter le Requiem de Mozart à l’Église Saint-Sulpice en pré­sence de per­son­na­li­tés des com­mu­nau­tés musul­mane, chré­tienne et juive.

Hugues Reiner a fon­dé les Chœurs Résilience avec le par­rai­nage du neu­ro­psy­chiatre Boris Cyrulnik. En 2018, il est fait Chevalier des Arts et des Lettres.

Autres lec­tures