Ile Eniger, Solaire, extraits

Par |2020-03-06T08:32:38+01:00 6 mars 2020|Catégories : Ile Eniger, Poèmes|

 

Orage sec, on entend l’été armer ses fusils. Les cuiv­res du soleil martè­lent les heures jusqu’au blanc des façades. C’est encore le temps des ceris­es dans les mémoires print­anières que déjà, gorge dure ten­due, la terre craque­lle sous la charge de juil­let. Un plomb incan­des­cent dessèche ses crevass­es. Chaque ton­nerre sans eau plisse davan­tage les sols. Hale­tantes, des bouch­es de soif vident les sources. Les portes des granges sont ouvertes, les bêtes en alpages, les mouch­es aban­don­nées dans l’air pous­siéreux. Aux rem­blais faméliques, s’af­faisse le jaune étique des herbes altérées. Les cigales psalmo­di­ent au brasi­er de midi et dans le mûr des blés quelques coqueli­cots exal­tent la récolte. Ici, ailleurs, partout, la vie respire à petits coups, pen­due au clou brûlant de la forge estivale.

 

∗∗∗

 

Un jour je suis entrée dans la mai­son de ton nom, c’é­tait l’ex­act de ce que j’at­tendais. J’y suis restée et plus jamais je n’ai eu froid et plus jamais je n’ai eu peur. Qu’on ne me par­le pas de cage, il s’ag­it là de la plus haute, de la plus absolue des libertés.

∗∗∗

 

Des traces de mots sur la neige de papi­er. Un chant d’alou­ette dans la gorge. Des miettes de paix sur le fra­cas des hommes. L’eau, le sel, le pain. Et même si le fer-blanc du jour fait muraille, même si la terre crevasse, même si les mains rident comme arbres d’hiv­er, nous sommes ceux qui ont marché pour ceux qui marcheront. Nous sommes le chemin qui porte. L’a­vant, l’après, pen­dant, autour, tout, rien, jamais, tou­jours. Irra­tionnels, réels, nous sommes le chaos, l’in­cer­ti­tude, et surtout l’im­mor­tel espoir. Enfants et frères du vivant toutes formes con­fon­dues, nous sommes l’ap­pel et la présence. Et quand la houe du vivre laboure nos pas­sages pour je ne sais quelle mois­son, encore nous sommes le pos­si­ble amour.

∗∗∗

 

Terre de sep­tem­bre, ma Mère, comme toi je suis des derniers fruits et des guerets san­guins. Comme toi, je pro­tège la parole don­née et la graine à venir. Au soir de lune orange sur le por­tant de vignes, au por­tail de l’ul­time sai­son, je sais les mots de feu et les pas qui inven­tent la route. Des sols char­nus jusques aux cimes, j’ac­cueille tes élé­ments, ta généreuse con­stance. Dans la coupe des mains, je bois à ton exac­ti­tude. Des crinières d’ar­bres aux per­sévérances d’herbes, je chevauche tes traces avec les plumes d’ange et les abeilles en miel. Je ne cèderai rien aux dor­mances d’hiv­er, je les tra­verserai, riche de tes promess­es. Et c’est debout, en lumière mon­tante, que je l’écris à l’en­cre rouge au mor­dant d’un ciel qui s’embrase : solaire, je suis légitime d’aimance.

 

Extraits de Solaire – Édi­tions Chemins de Plume

Présentation de l’auteur

Ile Eniger

C’est une longue marche qui oblitère le soleil et neige d’aubépines. La sai­son change de chaus­sures, le jour est moins vieux, les arbres anciens savent. Encore un bel été se dit l’oiseau. I.E.

Ile Eniger est née dans le Vau­cluse, d’un père paysan lui com­mu­ni­quant le respect de la terre et d’une mère la sen­si­bil­isant à la poésie. Ile Eniger est l’épouse du pein­tre Emile BELLET.

Poète et roman­cière, elle écrit dans la rigueur et l’ex­i­gence, plus haut que les tiédeurs et les habitudes.

Revues lit­téraires — Par­tic­i­pa­tion Abrégé d’Histoire Lit­téraire Français/Roumain – Lec­tures publiques — Con­férences — Cafés lit­téraires – Salons du Livre — Ate­liers d’écriture – Revues poé­tiques — Spec­ta­cles poé­tiques.

 Site : insula.over-blog.net

 Bib­li­ogra­phie

 Édi­tions Alter­na­tives et Cul­ture  : (Textes poé­tiques) : Regards vers ailleurs

 Édi­tions Cor­po­randy : (Textes poé­tiques) : Empreintes

Édi­tions Cos­mo­phonies :  ( Textes poé­tiques) : La parole gelée — Les ter­res rouges — Une pile de livres sous un réver­bère — Du feu dans les herbes — Celle qui passe

Édi­tions Chemins de Plume:(Textes poé­tiques) : Il n’y aura pas d’hiver sans tan­go, mon amour — Le bleu des ronces — Bleu miel — Ter­res de ven­dan­ges — Et ce fut le jardin (Pho­tos D. Cuneo) — Poivre bleu — Un vio­lon sur la mer – Boomerang — Le raisin des ours — La mai­son dans les airs — Le chemin encore — Le monastère de l’in­stant – Textes poé­tiques 2000/2004- Hors sai­son – Sur le par­cours, com­pi­la­tion­tome 1–Solaire – Un chemin de papi­er, com­pi­la­tion tome 2

(Nou­velles) : Les petites grand-mères– Sim­ples voix

(Jeunesse) : Gwen­do­line, la rue du chat qui tou­sse (dessins E. Bel­let)– Gwen­do­line, l’oiseau en cage (dessins E. Bel­let) ‑Du côté de l’en­vers (dessins E. Bel­let) –  Gwen­do­line et Oscar, écri­t­ure à qua­tre pattes (avec Corinne Josseaux) .

 Édi­tions Col­lo­di­on : (Textes poé­tiques) :L’Inconfiance — Un coqueli­cot dans le poulailler

 Édi­tions Le Libre Feuille : (Textes poé­tiques) :  Le désir ou l’italique du jour (Encres M. Bou­caut)- Une ortie blanche (Gravures M. Bou­caut) (Prix Livre d’Artiste Salon d’Au­tomne 2012 Paris — Bib­lio­thèque des Livres Rares et Pré­cieux Lau­sanne) — Peu de chose (Encres M. Boucaut)

Édi­tions Amap­o­la : (Cor­re­spon­dance avec le chanteur-auteur-com­­pos­i­­teur D. Ottavi) : D’une île, l’autre

Édi­tions Parole (Roman) : La femme en vol

 

Col­lec­tifs Revues Poésie

(France) : Les Citadelles-Lieux d’être – Les Car­nets d’Eucharis — Nou­veaux Dél­its- Menu Fretin- Dégaine ta rime – La voix des autres –- J’ai rêvé d’une gare – (Bel­gique) : Dip­tyque – (Cana­da) : His­toires à boire debout – (Ile Mau­rice):Point Barre

Autres lec­tures

Aller en haut