Jacques Guigou, CINQ STROPHES

Par |2022-01-05T11:01:53+01:00 30 décembre 2021|Catégories : Jacques Guigou, Poèmes|

Sans mal

ce lit­toral et sa bonne nécessité

Sans mal

ces sables ensemençant

Sans mal

l’éphémère con­sis­tance de la mer

Sans mal

l’observance de cette lumière

Sans mal

ces fleurs du tamaris d’été

validées par le vent

 

Ce matin

les chaos de la nuit dis­sipés 

l’ordinaire désir discerné

la dis­tance à la dune dirimée

soudain

l’événement néces­saire de la mer

 

séparé de l’amas

ce rocher noir de la jetée

à demi éclairci

au sel des eaux de nuit

 

 

Dans la lumière incertaine

l’homme aux filets limés 

ne trou­ve pas

la bonne place pour caler

lui

qui a pour­tant traversé

ravi

les âges de la vie

 

 

 

Notre marche quai d’azur

com­mo­tion cosmique

de notre rencontre

présence d’avant nos pre­miers âges

incan­ta­tion à portée de cœur

évène­ment de votre voix

vouée à notre vérité

et nos pas nous menant

vers la mer qui nous attend

 

Présentation de l’auteur

Jacques Guigou

Né en 1941 dans une famille de Vau­vert où la médecine, la viti­cul­ture et la poli­tique con­sti­tu­aient une solide tra­di­tion, Jacques Guigou ne sest pas entièrement écarté des activ­ités de ses ancêtres lorsque, après un doc­tor­at de soci­olo­gie à luni­ver­sité de Mont­pel­li­er sur les jeunes ruraux, il a entre­pris une car­rière uni­ver­si­taire (Nan­cy, Algérie, Greno­ble et Mont­pel­li­er). En 1991 il est nom­mé pro­fesseur à luni­ver­sité Paul Valéry de Mont­pel­li­er, puis pro­fesseur émérite depuis 2010. 

La néces­sité dune inter­ven­tion dans les con­tra­dic­tions de lhis­toire par le faire con­juguée à la con­tem­pla­tion du monde par le dire ou le silence, nont pas cessé de lhabiter. Auteur de plusieurs ouvrages cri­tiques sur les boule­verse­ments sociopoli­tiques con­tem­po­rains, créa­teur des édi­tions de limpliqué il est aus­si cofon­da­teur de la revue Temps cri­tiques.

Depuis les années 1970 Jacques Guigou écrit ce quil espère être de la poésie, car de celle-ci nous ne pou­vons tout au plus que soupçon­ner la réal­ité comme nous le rap­pelle René Char dans son Éloge dune soupçon­née. Il vit à Mont­pel­li­er doù il rejoint fréquem­ment « ce lit­toral dont le nom est un pas­sage », pour y guet­ter la pos­si­ble venue dune parole, à linstant où « témoin secret dune étoile inédite/ dernier rocher de la jetée/fait piv­ot­er le monde ».

Les écrits de poésie de Jacques Guigou sont pub­liés depuis le début des années 1980. Avènement dun rivage, son vingtième recueil a été pub­lié par LHar­mat­tan au print­emps 2018. En 2019, il a été traduit en provençal par Jean- Claude Forêt. En 2020, le livre Poésie com­plète 1980–2020, rassem­ble lensem­ble de son œuvre. Les nom­breux réc­i­tals et lec­tures aux­quels il par­ticipe sont pour lui moments de partage des voix primordiales. 

Jacques Guigou est secré­taire de la Mai­son de la poésie Jean Joubert. 

Ses derniers livres ont pour titres 

Poésie com­plète 1980–2020, L’impliqué 2020.
Avènement dun rivage, LHar­mat­tan, 2018, Traduit en provençal par Jean-Claude Forêt (LHar­mat­tan, 2019).
Demblée, LHar­mat­tan, 2015.
Exhaussé de linstant, LHar­mat­tan, 2013.
Augure du grau, LHar­mat­tan, 2012.
La mer, presque, LHar­mat­tan, 2011.
Par les fonds soulevés, LHar­mat­tan, 2010.
Stro­phes aux Aresquiers, Limpliqué, 2010.
Pronon­cer, Garder, LHar­mat­tan, 2007.
Vents indi­visant, LHar­mat­tan, 2004.

 

© Crédits pho­tos (sup­primer si inutile)

Poèmes choi­sis

Autres lec­tures

Aller en haut