> Jean D’Amérique, Notes sur un chant…

Jean D’Amérique, Notes sur un chant…

Par |2018-07-11T13:09:05+00:00 5 juillet 2018|Catégories : Jean D'Amérique, Poèmes|

Pascale Monnin, Danser le chaos. 

notes sur un chant

 

si tu entends une voix

c’est la boue qui fait chant

il y a long­temps

que le mât des cœurs s’est cou­ché

pour com­plé­ter la pous­sière

 

les fleurs sous l’orage des ombres

de vies et de rêves débordent les sébiles du néant

comp­tées ne peuvent être les plaies

pour une ville élue au bal des cha­rognes

si tu entends une voix

c’est la boue qui fait chant

c’est la boue qui dicte

la tom­bée d’une der­nière étoile

 

le petit point bleu là-bas

on veut bien encore l’appeler ciel

le petit point bleu là-bas

c’est l’espoir

nom vaillant de la lumière à venir par les routes bar­be­lées

météo de l’aube pro­chaine à sor­tir des touffes d’épines

le petit point bleu là-bas

c’est l’espoir

regarde autour

les balles gra­vitent

 

 

 

 

le sang des règles

 

pas­se­port inva­lide

je trace ma route du sang des règles

entre mes jambes c’est la dis­corde

la dérai­son coule à flot

à che­val sur tré­bu­che­ment d’arrache-pied je tra­vaille

sur la mise en marche

d’un pas incer­tain

 

être sur la même lon­gueur d’onde que les autres

magné­tisme étroit qui n’attire pas

mon corps plon­gé dans le grand large

 

bar­be­lés réunis en bloc autour des ailes

les murs consti­tuent une science dure

que tout humain doit faillir à pra­ti­quer

 

sem­blable aux chiens de Port-au-Prince

ces infi­dèles

heu­reux enra­gés qui vont sans maître

saluer l’errance

 

tombent les pan­neaux

les feux se signalent à mon impru­dence

comme une mosaïque à embras­ser sans frein

patrie bles­sée à volon­té

du sang des règles je trace ma route

 

 

 

X