Accueil> Jean-Jacques Nuel, ITINÉRAIRE et autres poèmes

Jean-Jacques Nuel, ITINÉRAIRE et autres poèmes

Par |2020-11-06T12:28:32+01:00 6 novembre 2020|Catégories : Jean-Jacques Nuel, Poèmes|

tu ne refe­ras plus
ce tra­jet ado­les­cent
entre la sor­tie du lycée
et la gare rou­tière
où tu atten­dais l’autocar
de 18 heures 20

t’arrêtant une seule fois
pour ache­ter un pain
aux rai­sins
dans une bou­lan­ge­rie
aujourd’hui dis­pa­rue

si l’établissement
sco­laire dresse tou­jours
sa longue façade rouge
dans la même rue
en face d’un entre­pôt
désaf­fec­té

la gare a démé­na­gé
depuis long­temps loin
du quar­tier de la col­line
où te guide
encore
la mémoire de l’asphalte

 

                    *

 

 

 

COMMERCE DE PROXIMITÉ

 

les bou­tiques ferment les unes
après les autres
dans la petite cité
de carac­tère
qui se pau­pé­rise au fil des ans
sur la vitrine
de la mer­ce­rie de la rue des Remparts
un pan­neau pas-de-porte à céder
et juste au-des­sous
l’avis qu’un verre de l’amitié sera ser­vi
le der­nier same­di du mois
jour de la fer­me­ture
défi­ni­tive à ses clients fidèles
une façon de leur dire
mer­ci
une façon de leur dire
adieu

                    *

 

 

 

POÈMES AUTOROUTIERS

ce matin encore au volant
de ta voi­ture tu es blo­qué
sur l’autoroute menant à la métro­pole
2 kilo­mètres de bou­chon
30 minutes de retard
annon­cés en lettres lumi­neuses
sur le por­tique domi­nant les voies
tu te mets au point mort
tan­dis que se glis­sant dans le sillage
d’un véhi­cule de sécu­ri­té
ton ange gar­dien te double
sur la bande d’arrêt d’urgence

                    *

debout peu avant minuit devant une table haute
de la sta­tion d’autoroute
tu buvais un café
légè­re­ment amer
contem­plant un gobe­let de car­ton
blanc mar­qué de rouge
à lèvres lais­sé là par une pas­sa­gère
de la nuit
la lumière était arti­fi­cielle
et les êtres en déca­lage
horaire

                    *

remon­tant la file de gauche de l’autoroute
tu doubles un long poids lourd
que tu vois dimi­nuer
et len­te­ment dis­pa­raître
dans le rétro­vi­seur
et les pro­fon­deurs
de la dis­tance ah s’il pou­vait en être de même
avec ce vieux et lourd
poids sur ton cœur

                    *

sur 107 point 7
Radio Trafic ne men­tionne
aucun inci­dent
aucun acci­dent sur l’A6
et pour­tant tu es sûr d’avoir vu
dans le rétro­vi­seur
une frac­tion de seconde
l’apocalypse
juste avant qu’un virage
ne dérobe la scène

                    *

seul dans l’habitacle
d’une ber­line conçue pour 4
à 5 per­sonnes
tu remontes l’autoroute A7
et le cou­loir rho­da­nien
Lyon 242 kilo­mètres
le vent contraire
dimi­nue ta moyenne horaire
mais rien ne te presse d’arriver
à des­ti­na­tion

                    *

juste un véhi­cule léger
à la car­ros­se­rie cou­leur gri­saille
garé devant la sta­tion-ser­vice
de l’aire de repos
et sur le par­king à l’arrière
du bâti­ment quelques rou­tiers
dor­mant sur la cou­chette
de la cabine de leur poids lourd
au lever du jour
les jeux d’enfants sont sous la neige

                    *

zone de mon­tagne une des­cente
à forte pente
sur un pan­neau tri­an­gu­laire
à lise­ré rouge pointe en haut
le pic­to­gramme d’une voi­ture incli­née
vers le bas 30 % sur 800 mètres
puis les aver­tis­se­ments
uti­li­sez votre frein moteur
use your engine bra­king
avant le beau pan­neau car­ré
à fond bleu
repré­sen­tant la voie prin­ci­pale en courbe
et une autre voie rec­ti­ligne
se ter­mi­nant par un rec­tangle
à damiers rouges et blancs
comme une invi­ta­tion sub­li­mi­nale
à rejoindre la voie
de détresse

                    *

avant la dis­pa­ri­tion de l’entreprise inter­na­tio­nale
de trans­port rou­tier et de logis­tique
sa flotte immense de camions rouges
croi­sait sur les auto­routes euro­péennes
le logo for­mé de ses 2 ini­tiales
blanches sur le flanc des véhi­cules
au temps de sa splen­deur
le site du trans­por­teur pro­po­sait
même à la vente des poids-lourds
en modèles réduits
à l’échelle 1/​87
pour quelques dizaines d’euros
on peut encore se pro­cu­rer
sur e-bay ces der­niers restes

                    *

 

 

 

Présentation de l’auteur

Jean-Jacques Nuel

Jean-Jacques Nuel est né le 14 juillet 1951 à l’Hôtel-Dieu de Lyon et réside actuel­le­ment en Bourgogne, près de Cluny. Il se consacre à l’écriture de textes courts, d’aphorismes, de récits et de poèmes.

 

Romans et récits :
Une sai­son avec Dieu, édi­tions Le Pont du Change, 2019.
Terminus Perrache (polar), édi­tions Germes de bar­ba­rie, 2019.
La malé­dic­tion de l’Hôtel-Dieu (polar), édi­tions Germes de bar­ba­rie, 2018. (Prix de la fic­tion 2018 décer­né par la SELYRE)
Le nom, édi­tions A contra­rio, 2005.

 

Nouvelles et textes courts :
Journal d’un méga­lo (300 brèves humo­ris­tiques), édi­tions Cactus Inébranlable, 2018.
Billets d’absence (86 textes brefs), édi­tions Le Pont du Change, 2015.
Le mou­ton noir (16 textes brefs), édi­tions Passage d’encres, col­lec­tion Trait court, 2014.
Courts métrages (80 textes brefs), édi­tions Le Pont du Change, 2013.
Lettres de cachet (4 textes brefs), édi­tions Asphodèle, col­lec­tion Confettis, 2013.
Portraits d’écrivains, édi­tions Editinter, 2002.
La gare, édi­tions Orage-Lagune-Express, 2000.

 

 Poésie :
Du pays gla­cé salin, Cheyne édi­teur, 1984.
Noria, édi­tions Pleine Plume, 1988. Prix André Seveyrat 1990.
Immenses, édi­tions Pré car­ré, 2002. (1ère édi­tion Le Pré de l’âge, 1989).
 La Revue, mode d’emploi, (guide), 2e édi­tion revue et aug­men­tée, L’Oie plate, 2006.
Joséphin Soulary, poète lyon­nais, (bio­gra­phie), édi­tions lyon­naises d’art et d’histoire, 1997. Prix du Livre 1997 du Conseil géné­ral du Rhône.

 

*

Participation aux antho­lo­gies :
Almanach du sau­mon poé­tique 2014, et 2015, édi­tions du Petit Véhicule.
Une antho­lo­gie de l’imaginaire, arcane cin­quième, édi­tions Rafael de Surtis, 2001.
111 poètes d’aujourd’hui en Rhône-Alpes, Maison de la Poésie Rhône-Alpes/Le Temps des cerises, 2005.
Codex Atlanticus n° 16 et n° 17, antho­lo­gie fan­tas­tique, 2007 et 2008.

Nombreuses col­la­bo­ra­tions en revues et maga­zines, dont L’Infini, L’Atelier du roman, Fluide Glacial, Europe, Harfang, Moebius, Nouvelle Donne…

Site per­son­nel : www​.jean​jac​ques​nuel​.com

 

 

Autres lec­tures