Accueil> Jennifer GROUSSELAS, Arborescences, extrait

Jennifer GROUSSELAS, Arborescences, extrait

Par |2020-11-06T04:11:58+01:00 6 novembre 2020|Catégories : Jennifer Grousselas, Poèmes|

Je cherche       la langue des arbres

Je cherche       une langue d’arbre qui parle

une langue pour mon arbre roi des arbres
      mon arbre che­ve­lu aux lucides racines de ban­jo
      mon Benjiño de molle écorce atten­tive
                au cœur de tête de lion­ceau

Pour grim­per au tronc pur du Benjiño
Je lave ma langue
Écroulant les pierres des anciens mots

Trempent mes lèvres à la lave des mots nais­sants
par ton­nerres femelles et ton­nelles d’orages
j’arrache à la serpe la peau chèvre des phrases
aux gre­lots qui se trompent en rica­nant

 

                    À coups de      hoquets de      vol­can
                   Je convoque la mémoire chaire d’une cerise qui fut mor­due par son noyau
                   À coups de      hoquets de      vol­can
                  Je convoque de félines prises pour avan­cer haut
                                                 prises de canines fières vêtues du plus beau sang 

 

                         Au chant bis­aigüe de la pre­mière dent que sur­git l’animale fièvre
                                                   mes lèvres se trempent à la bave
                                                                 des mots vagis­sant

L’eau louve des lunes            tétées
à pleurs de reflets de brume trou­blée
gar­ga­ri­sant l’eau pâle des mers raclant la gorge des dunes
nour­ri à la manne des pétales feux    cou­pés

Rugisse le ton­nerre léchant ses échos mugis­sants
         Mûrissent les bras pousses d’épaules aléa­toires
   les bras des arbres dans le trem­blé du noir

Pour grim­per au tronc pur du Benjiño
Je plonge bour­geons de mots au sein du son clai­ron­nant
Au son du fruit de ban­jo je plonge forêts de mots
errant mes mots enfants de mots
que je ron­dis
des mains

 

 

 

OUTRE-TERRE

 

 

 

        Écoute ma voix sin­gu­lière qui te chante dans l’ombre
       Ce chant constel­lé de l’éclatement des comètes chan­tantes,
       Je te chante ce chant d’ombre d’une voix nou­velle
      Avec la vieille voix de la jeu­nesse des mondes.

                                                (Léopold Sédar Senghor)

 

 

 

« Sur une terre claire
Sur terre lourde Tentaculée noire
Autant chaire boueuse autant chaire nue
Terre-cri à peine crue »

« Nos pas se sont posés
Foulant d’anciens membres noueux nos pas se sont posés
Je me rap­pelle, encore je retiens

— Et com­ment et com­bien ? »

« Et nos traces
Nos traces fusains de dou­ceur par­cou­rant un dos immense
Un dos immense pous­sant dor­sales de dro­ma­daires
Nos traces nos traces j’en ai très pleine sou­ve­nance ont infu­sé les vasques
Les vasques de vastes ouver­tures d’Ailleurs 

— Et com­ment et com­bien ? »

« Et nos pieds — com­bien — nos pieds ont buté un vent épais ven­té trop doux et très puis­sant     
     qui sem­blait tra­ver­ser le Crin mem­bru de ta Jument-mère,
Doigtant un sol fifré de petites bouches ren­ver­sées, nos pieds — com­bien com­bien — ont   
     tam­bou­ri­né tam­bou­ri­né mais mol­le­ment le Ventre plein d’une terre dié­sée
Augmentée de Turgescences noires et l’ont bai­sée,
Baisée ô com­ment ô com­bien avec fer­veur sais-tu,
Sais-tu il faut nous croire tu ne sau­ras jamais com­ment ni com­bien. »

 

 

 

 

 

 

 

HOMME DE L’HOMME

 

    Homme de l’homme
    Voyageur voix sans âge à toute heure silence et voix d’homme

     Homme de toute lune qui veille, homme des Temps sans durée homme aux joues de dunes  vides d’un repos qui flotte sans comp­ter,

   Voyageur aux Soleils qui dorment au Sud
    Au Nord
    Homme de l’homme 

     Poursuiveur de pen­sées éga­rées, homme de l’homme au regard de nuit dans l’œil de la    chouette,
     Voyageur qui se lève à l’Est et se relève à l’Ouest, arra­cheur de tem­pêtes fos­soyeur de sources trop pures, Ami
    De toutes eaux salées

    Homme de l’homme, homme de toute lune qui veille…

    Habitant du sabot mou­vant de nos dés, homme de la déflo­ra­tion d’instants buveur de drames invé­cus et d’amour ciguës, bras
    Levé dans la course,
    Bouche mor­dant les mots sœurs des Langues

    Homme de l’homme voix d’errance et voie d’homme
    Homme des Temps sans durée, homme aux joues de dunes vides d’un repos qui flotte sans    comp­ter,
    Voyageur aux soleils nour­ris du Nord qui dorment au Sud, homme aux paroles de lunes    auri­cu­laires qui se relèvent à l’Est et marchent
    Pourfendant le Sourire de l’Ouest

    Homme de l’homme, homme de toute lune qui veille…

    Homme de toute pré­sence
    Voyageur-sans-borne, Sang d’homme à l’esprit de Nudité, vaste navire qui porte l’âme    cica­tri­sée et sans cou­tume

    Homme de toute

    Absence

    Homme sans traces

    Remous de voix sans nom pas­sage par lui-même   

    Déserté   

    Homme lucide par toi s’entrouvre la lumière éli­dée,
    Boussole
    Aux mille doigts trem­blants qui te guide dans ses filles ébré­chées…

     Hôte de nulle part Étranger à toute idée d’étrangeté
     Toi qui sais

    Homme seul et sous­trait aux hommes, homme Multiple et Somme de l’homme
    Homme de l’homme Voyageur voix sans âge à toute heure silence et voix d’homme,
    Homme de l’homme

    Homme seul et sous­trait aux hommes, homme Multiple et Somme de l’homme,
    Toi qui sais,

    Tu te drapes et te loves,

    Trempant à la magie des lais inouïs que tisse
    Une Mélopée de cha­melles.         

 

 

À CORPS FOU

 

 

À la cime
À la terre
je rêve ou délire
grand corps en expan­sion
émer­geant de lourdes pro­fon­deurs
je rêve à la terre à la cime délire grand corps
se dérou­lant crois­sant pain de lune aux deux soleils…

      Fiers de leur nuit encore
toutes vignes à l’envers
      les bal­lons mon­gols de mes lutins gor­gés d’encre
se chargent      pour mieux
      cre­ver              au creux de leur cuve bar­bouillée

                                                       — les gri­bouillis giclent tou­jours plus denses
                                                                               pour les brouillis futurs…

sous le loin­tain
de leur danse
par­ache­vée
ce corps

que je sens se met seul

à sen­tir
à la pompe
du venin ver­meil
mon cœur vient
de s’irradier chaud

je suis corolle qui l’intime expose
qui l’inouï explore qui le sou­mis des sens explose

Le vin en mes veines
            le vin le vin enfin et seuls d’eux-mêmes
                   ensemble mes che­veux de lierre insen­sibles

— long­temps pierre blanche et froide
de celle morte

trop bas
tom­bée —
                                        s’antre-réveillent par envie pres­sante
                                                                                             d’être vignes

 

 

Plus de fer­re­ments à mes narines 
                               je suis corps-tra­ver­sée res­pi­rant
                                           corps-poreux à tenir loin des braises

 

Je suis moi-même le feu
les fer­ments sont mes par­fums
je m’inspire

Et Sombre Le Rouge me fait
Cité-Lumière
au dos des yeux

 

 

Lors sur          mes bras
                         l’oiseau-lyre   me comble
                                                        la par­ti­tion
                                                                éden­tée           d’un jour
                                                                                                  sur deux ratu­ré

Les caresses qui s’écrivent à doux de plumes 
                        les pro­messes déjà véri­tés
                                                au dedans réa­li­té plus juste
                                                                              que le regard por­té !

 

 

Et par le vieil Aride imbi­bé
d’une prime-der­nière avi­di­té
Sombre Le Rouge me fait 
                                          per­fu­ser à la joie
                                                              mon moi-épou­van­tail
                                                                                              débo­bi­né :

 

Corps chan­geant la taille de l’ouverture des portes
gal­va­ni­sé mon moi sans-épou­vante

revient confiance

écar­quillée

 

Je-vin goû­té prend goût à soi
Grande ourse pleine se pour­lèche
Je-vin cra­tère puis globe de terre tour-
-noyant qui ulule à la folle je suis

Je-vin de toutes marées et des sous-marins de l’espace
                                                            je gobe l’outre comme goé­land 
                                                                         — trinquent mes glo­bules de gobe­lets
                                                                                                                   rouges de gobe­lets blancs

 

Je-vin sur les traces-fos­siles des roux sillons
                                                       pas­sant toutes fron­tières
                                                                        sans tré­pas­ser corps éten­du qui foule
                                                                                                               mers fra­cas­sées sur pla­quettes planches courbes

 

Sans ailes Carpe-Reine sans bouée
Je jongle les astres me joue des cartes
nage à perte mon air
 ourle mes Côtes à bord d’eau noire
trône sur les Bourgs cogne les châ­teaux
au simple vou­loir

 

Mère de ma Terre qui se crée mer au ciel ajou­ré
Je suis lune-soleil qui danse ma corolle venin des sens
Grande ourse-moi à sauts de carpe cli­gno­tant dans la nuit
de la nuit avor­tée

Je suis la vigne qui tue le lierre acore
Ténor l’oiseau-lyre suis sa rude caresse
fécon­dée par l’écho for­mi­dable de sa caresse-pluie

 

Je suis du sang de l’étincelante épée arra­chée au flanc du dol­men
char­bon de verre sur la soif infi­nie de la roche
corps fou en expan­sion je suis

                                               l’innombrable accord
                                                                  de wagons bar­bus-feu
                                                                                        dans l’irrémédiable célé­ri­té de ma mine

 

Et par Sombre Le Rouge

L’aveugle devin 
de ma Cité-Lumière

JE SUIS

Devin qui est

 

 

 

Présentation de l’auteur

Jennifer Grousselas

Née en 1986, Jennifer Grousselas vit à Paris. Agrégée de lettres modernes, elle est dra­ma­turge, poète et peintre.

Sa pre­mière pièce, L’échappée belle, est sélec­tion­née par les Écrivains Associés du Théâtre (E.A.T.) pour la mani­fes­ta­tion « Vendanges pré­coces » en Avignon 2013. Elle publie en 2014 Égée ou le Saut du Roi aux Éditions Théâtrales Grand Sud-Ouest. Son mono­logue, Perché sur un banc, sélec­tion­né par Virginie Paoli pour l’opération « Petites formes en grande forme », fait l’objet d’une lec­ture publique au théâtre de Nesle à Paris (octobre 2015).

Vice-cham­­pionne de France de slam en 2016 (Grand Slam National), Jennifer Grousselas choi­sit peu à peu la terre du poème comme des­ti­na­tion.

Depuis 2018, ses poèmes paraissent dans de nom­breuses revues poé­tiques : Les Cahiers du Sens, Poésie pre­mière, NUNC, Terre à cielApulée, Place de la Sorbonne, Diérèse, Décharge, Concerto pour marées et silence revue… Elle fait par­tie des vingt poètes de l’anthologie Génération Poésie debout, Le Temps des cerises (juin 2019). Son pre­mier recueil, De souffles et d’éveils, est à paraître en 2021 aux édi­tions Unicité. 

 

 

 

Autres lec­tures