Louise Brun, HURLE le ciel

Par |2020-01-06T12:21:47+01:00 6 janvier 2020|Catégories : Louise Brun, Poèmes|

 Présen­ta­tion :

Ces qua­tre poèmes ont été écrits à des moments dif­férents, sans lien par­ti­c­uli­er entre eux, tout au moins a pri­ori. Les réu­nir ici est pour moi l’occasion d’en percevoir les réson­nances et les vibra­tions com­munes, leurs com­mu­nautés d’espace.

 

 

 

 

 Lieu Non Lieu (Vide)

 

On dirait que quelque chose

 

Cette nuit

              (Une nuit, cette nuit-

               Là)

 

S’est pro­duit au plus intime

            De l’inconnu

 

Au plus secret

De ma nuit

 

(ou de l’ombre, qui bas­cule, cristalline, nuit lumineuse et cristalline, qui bas­cule, lieu invis­i­ble pour­tant, presque indi­ci­ble, d’où émerge l’image de ces parois de verre miroi­tantes à n’en plus finir, miroi­tantes à n’en plus finir,  frag­ile château de verre sans aucune

 

Image

Où seuls les reflets se reflètent,

A l’infini ou

à en per­dre la

rai­son)

 

 

On dirait que quelque chose

 

S’est pro­duit,

Est revenu, oui,

Revenu

Revenu de plus loin encore, (mais d’où ? Où ? Où seule­ment se répète l’écho des lieux)

 

 

Quelque chose d’un loin­tain som­meil réveil­lant un autre sommeil

 

                                        Som­meil à l’intérieur d’un som­meil lourd, presque figé

 

 

Oui, on dirait que quelque chose (de si longtemps éteint, ou étouffé)

S’est réveil­lé,

                  A fait

                         signe

 

                                         //déplaçant à peine une fron­tière de soi

                                        à soi, mais suff­isam­ment pour que

                                        quelque chose

                                        imperceptiblement

                                       s’émeuve

 

 

D’un som­meil presque inac­ces­si­ble ou

Dan­gereux

Là où le corps com­mence généralement

A se

 

tor­dre 

 

Quelque chose, pour­tant, sans que l’on sache quoi

                      Exactement/. Quelque chose d’un lieu vide, ou écho vague d’un « non-lieu » ? Echo de 
                      ce qui a tou­jours man­qué, n’a pas eu lieu 
                                                     N’a pas

 

Eté. Eté. Eté.

 

Non

                                     Lieu

                                                  D’un lieu en soi, qu’on ne soupçon­nait peut-être

                                                                                                                                 Même

                                                                                                                                                Pas

 

 

Et qui pour­tant n’en finit plus désor­mais d’égrener des

                                     Perles

                                              De

                                                                  Vie

                                                                                 Ou d’Eros

 

 

Dans le jour, la nuit aus­si. A peine plus per­cep­ti­ble que le très léger mou­ve­ment d’un corps

Endor­mi, rêvant  …à quoi ?

 

La fin d’un rêve, peut-être

 

La fin d’un rêve de rêve

              De mort, oui, c’est comme se sor­tir au réveil du rêve d’un rêve qui ne nous 
              appar­tient pas
              Totale­ment, et con­venir que celui-ci
                                                                          Semble

 

 

 

                       

Aboli (et de nou­veau l’espace est rem­pli de vibra­tions, de sons, de sens)
                         Aboli, (évanoui plutôt qu’effacé,
                         Aboli, abolis­sant presque par
                         Hasard
                         Tout sen­ti­ment de
                        Van­ité, leurre du 
                        Rêve, d’un rêve
                        De mort

 

 

                       — Qui ne lui apparte­nait pas tout à fait

 

 

                                                                                                                                               et où régnait

Un espace de terreur 
intérieure presque sans

 

Lim­ites, presque
Sans

 

 

 

                      Submersions 

                                  Possibles 

                       Sans possible

                                   Subversion

 

 

 

Lieu non lieu//de toutes les érosions//Possibles//De toutes les brûlures//Incandescentes
Et dérisoires,

                                 Incan­des­cences (ou bien, rien

 

                                Le vide, vide)

 

 

 

 

 

 

On dirait que quelque chose s’est pro­duit réinventant

                                                                                    Le jour, ou bien ren­dant incon­testable­ment le jour

 

                                                                                                                                                                                          A la nuit

 

 

Là où depuis si longtemps la nuit se tenait retenue par

Le jour

 

Coite et pris­on­nière, sans plus de
Res­pi­ra­tion (et ces images de corps attaqués à coups de becs 
d’oiseaux, ces images crues et vio­lentes où les corps étaient si 
vio­lem­ment attaqués et déchirés, les chairs dévorées ou brûlées, 
images elles-mêmes dévo­rantes, comme vouées à disparaître, 
sur­gis­sant pour­tant de nulle part, avant ou après l’effacement de 
la pos­si­bil­ité même
Des images,  ne pou­vant aupar­a­vant être
Retenues (la mémoire, non, ne voulait pas, rien en soi, voulait, 
ne pouvait
Sup­port­er cela), ou ne serait-ce qu’avouées, ou vues…et qui
filaient dans le fatras de ce qui/file (lc corps qui dort, et se tord)

 

Images alors vouées à dis­paraître (comme à retenir ce qui d’Eros…ne pou­vait
Vivre ? )

 

                                    Et assombrissaient

                                                              Le jour

 

 

 

Mais com­mencer à dis­tinguer, à

Recon­naître, ce qui pourtant

Com­mençait à se

 

                             Figer

 

Et com­mencer à

 

                           imaginer

 

Ce qui ne cesse de fil­er, Ne cesse de filer//la nuit, ce qui ne cesse de

tiss­er

Ne cesse de tiss­er, figée, une

nuit et/ou l’image d’une

nuit

de plus en plus

oppres­sante,

 

 

Qui ne cesse de tiss­er le vide qui empris­onne, dans ce lieu

                                                                                                                Non

                                                                                                                         Lieu

                                                                                                                         Ce lieu qui n’existe que

                                                                                                                         De ne pas

 

                                                                                                                         Exister

 

 

Som­meil dans le sommeil

                                    Là où quelque chose

                                                              Pré­cisé­ment là où

 

 

Quelque chose

Vient de

 

 

 

                                           bouger, émou­voir, s’émouvoir, chang­er (ain­si faut-il par­fois imag­in­er le 
                                           long proces­sus de trans­for­ma­tion, méta­mor­phose, du corps et de la chair 
                                           dans ce lent
                                           Som­meil, le fil qu’il faut tir­er d’un amas de fils et autres lieux

 

 

 

Dans le

Som­meil

Du som­meil

Où je ne dors

 

 

 

plus) 

 

 

Mais où commencent

 

                                          A apparaître

 

 

                                                                                          Des signes, et encore

Imag­in­er grâce aux instants peut-être, ou moments où

 

En

          Ce lieu

                     Vide de tout lieu

                                Vide

 

Se sont posés

Des regards

Presque à l’insu

De//

Soi

 

///

Don­nant forme

Ou exis­tence

A ce

non

Lieu

Lieu

Là où le vide

Envahis­sait

Les

Corps

Devenus presque

Pier­res

 

Là où les mots réson­naient presque

Pier­res

 

 

 

Et enfin dans le ciel,

ces bat­te­ments d’ailes, ou les oiseaux de nuit aux becs aigu­isés devenus

Doux,

chas­sant eux-mêmes les rêves de mort les plus

ancrés,

 

les plus

brûlants (de ceux qui brû­lent le corps à l’intérieur

 

Du

                         Corps

                                           Dans le 

                                                          non

                                                          Lieu

                                                          Non

                                                          Vide

 

//les plus brûlants

 

Ceux qui dévas­tent, tour­mentent et font se tor­dre les corps de (presque) pierre brûlants de

fièvre, lorsque la bouche asséchée de mots ne peut plus boire l’eau qui voudrait dire, redire 
encore, pronon­cer,                                   et se perd

                                                                                       dans les méan­dres du sommeil

                                                                                                  du

                                                                                                           sommeil 

 

 

Pour finale­ment se réveiller de ce sommeil

(presque) létal pour,

 

dans le som­meil même 

 

Retrou­ver un Désir d’être

                                              Au plus profond

                                                         De Soi

 

Se tenir là, devant soi, s’apercevoir

                       Que le corps

                                   Tient,

                                               Vit,

 

 

Dans la légère

Et pré­cise

Inci­dence

D’un regard

 

 

Présentation de l’auteur

Louise Brun

Née en 1963, c’est la danse con­tem­po­raine qui fut son pre­mier méti­er. Puis, son intérêt pour la langue et l’écriture l’ont con­duite à pour­suiv­re des études de Let­tres mod­ernes et à devenir enseignante. La langue, mais tous les lan­gages, en tant qu’ils con­tribuent à une écri­t­ure com­pos­ite du monde l’incitent à explor­er l’image, via le dessin et la pein­ture (voire, la pho­togra­phie et la vidéo). Egale­ment psy­cho­logue clin­i­ci­enne, la psy­ch­analyse est aus­si un fil qui l’amène à tiss­er du lien…entre mots, espaces, signes, sons, et la (les) voix qui les sou­ti­en­nent, les dis­ent. L’espace-temps si par­ti­c­uli­er du poème devient alors pour elle ce lieu si par­ti­c­uli­er et si pré­cieux où peut se déploy­er et être expéri­men­tée une expres­sion au plus près de la sen­sa­tion intime.


Livres :

Trau­ma (puz­zle) (2015), aux Con­tem­po­rains favoris 
http://contemporains-favoris.blogspot.fr/2014/07/disponible-trauma-puzzle-de-louise-brun.html

 Sat­u­ra­tions (2008), aux édi­tions des Xérographes

 Textes en revues : « Etranger comme soi-même » (Revue : Le sujet dans la cité n°2)
https://www.cairn.info/load_pdf.php?download=1&ID_ARTICLE=LSDLC_002_0207
 
« Faire le deuil – Revivre » (Revue : Le sujet dans la cité n°4)
 http://www.lesujetdanslacite.com/1/upload/sommairerevue04.pdf

« Ou de l’acte de lec­ture comme lieu de pro­jec­tion, assumée, de son pro­pre imaginaire »
http://remue.net/spip.php?article6977

 « Lim­ites du corps couché », Revue Chaoid, n°4
http://www.chaoid.com/pdf/chaoid_4.pdf

« Effet de réel », Revue Inventaire/invention
http://www.netiguide.fr/art-et-culture/litterature-et-poesie/inventaire-invention-s28.html

 

 

Poèmes choi­sis

Autres lec­tures

Aller en haut