Accueil> Louise Brun, HURLE le ciel

Louise Brun, HURLE le ciel

Par |2020-01-06T12:21:47+01:00 6 janvier 2020|Catégories : Louise Brun, Poèmes|

 Présentation :

Ces quatre poèmes ont été écrits à des moments dif­fé­rents, sans lien par­ti­cu­lier entre eux, tout au moins a prio­ri. Les réunir ici est pour moi l’occasion d’en per­ce­voir les réson­nances et les vibra­tions com­munes, leurs com­mu­nau­tés d’espace.

 

 

 

 

 Lieu Non Lieu (Vide)

 

On dirait que quelque chose

 

Cette nuit

              (Une nuit, cette nuit-

               Là)

 

S’est pro­duit au plus intime

            De l’inconnu

 

Au plus secret

De ma nuit

 

(ou de l’ombre, qui bas­cule, cris­tal­line, nuit lumi­neuse et cris­tal­line, qui bas­cule, lieu invi­sible pour­tant, presque indi­cible, d’où émerge l’image de ces parois de verre miroi­tantes à n’en plus finir, miroi­tantes à n’en plus finir,  fra­gile châ­teau de verre sans aucune

 

Image

Où seuls les reflets se reflètent,

A l’infini ou

à en perdre la

rai­son)

 

 

On dirait que quelque chose

 

S’est pro­duit,

Est reve­nu, oui,

Revenu

Revenu de plus loin encore, (mais d’où ? Où ? Où seule­ment se répète l’écho des lieux)

 

 

Quelque chose d’un loin­tain som­meil réveillant un autre som­meil

 

                                        Sommeil à l’intérieur d’un som­meil lourd, presque figé

 

 

Oui, on dirait que quelque chose (de si long­temps éteint, ou étouf­fé)

S’est réveillé,

                  A fait

                         signe

 

                                         /​/​déplaçant à peine une fron­tière de soi

                                        à soi, mais suf­fi­sam­ment pour que

                                        quelque chose

                                        imper­cep­ti­ble­ment

                                       s’émeuve

 

 

D’un som­meil presque inac­ces­sible ou

Dangereux

Là où le corps com­mence géné­ra­le­ment

A se

 

tordre 

 

Quelque chose, pour­tant, sans que l’on sache quoi

                      Exactement/​. Quelque chose d’un lieu vide, ou écho vague d’un « non-lieu » ? Echo de
                      ce qui a tou­jours man­qué, n’a pas eu lieu 
                                                     N’a pas

 

Eté. Eté. Eté.

 

Non

                                     Lieu

                                                  D’un lieu en soi, qu’on ne soup­çon­nait peut-être

                                                                                                                                 Même

                                                                                                                                                Pas

 

 

Et qui pour­tant n’en finit plus désor­mais d’égrener des

                                     Perles

                                              De

                                                                  Vie

                                                                                 Ou d’Eros

 

 

Dans le jour, la nuit aus­si. A peine plus per­cep­tible que le très léger mou­ve­ment d’un corps

Endormi, rêvant  …à quoi ?

 

La fin d’un rêve, peut-être

 

La fin d’un rêve de rêve

              De mort, oui, c’est comme se sor­tir au réveil du rêve d’un rêve qui ne nous
              appar­tient pas
              Totalement, et conve­nir que celui-ci
                                                                          Semble

 

 

 

                       

Aboli (et de nou­veau l’espace est rem­pli de vibra­tions, de sons, de sens)
                         Aboli, (éva­noui plu­tôt qu’effacé,
                         Aboli, abo­lis­sant presque par
                         Hasard
                         Tout sen­ti­ment de
                        Vanité, leurre du 
                        Rêve, d’un rêve
                        De mort

 

 

                      – Qui ne lui appar­te­nait pas tout à fait

 

 

                                                                                                                                               et où régnait

Un espace de ter­reur
inté­rieure presque sans

 

Limites, presque
Sans

 

 

 

                      Submersions 

                                  Possibles 

                       Sans pos­sible

                                   Subversion

 

 

 

Lieu non lieu/​/​de toutes les érosions/​/​Possibles/​/​De toutes les brûlures/​/​Incandescentes
Et déri­soires,

                                 Incandescences (ou bien, rien

 

                                Le vide, vide)

 

 

 

 

 

 

On dirait que quelque chose s’est pro­duit réin­ven­tant

                                                                                    Le jour, ou bien ren­dant incon­tes­ta­ble­ment le jour

 

                                                                                                                                                                                          A la nuit

 

 

Là où depuis si long­temps la nuit se tenait rete­nue par

Le jour

 

Coite et pri­son­nière, sans plus de
Respiration (et ces images de corps atta­qués à coups de becs
d’oiseaux, ces images crues et vio­lentes où les corps étaient si
vio­lem­ment atta­qués et déchi­rés, les chairs dévo­rées ou brû­lées,
images elles-mêmes dévo­rantes, comme vouées à dis­pa­raître,
sur­gis­sant pour­tant de nulle part, avant ou après l’effacement de
la pos­si­bi­li­té même
Des images,  ne pou­vant aupa­ra­vant être
Retenues (la mémoire, non, ne vou­lait pas, rien en soi, vou­lait,
ne pou­vait
Supporter cela), ou ne serait-ce qu’avouées, ou vues…et qui
filaient dans le fatras de ce qui/​file (lc corps qui dort, et se tord)

 

Images alors vouées à dis­pa­raître (comme à rete­nir ce qui d’Eros…ne pou­vait
Vivre ? )

 

                                    Et assom­bris­saient

                                                              Le jour

 

 

 

Mais com­men­cer à dis­tin­guer, à

Reconnaître, ce qui pour­tant

Commençait à se

 

                             Figer

 

Et com­men­cer à

 

                           ima­gi­ner

 

Ce qui ne cesse de filer, Ne cesse de filer/​/​la nuit, ce qui ne cesse de

tis­ser

Ne cesse de tis­ser, figée, une

nuit et/​ou l’image d’une

nuit

de plus en plus

oppres­sante,

 

 

Qui ne cesse de tis­ser le vide qui empri­sonne, dans ce lieu

                                                                                                                Non

                                                                                                                         Lieu

                                                                                                                         Ce lieu qui n’existe que

                                                                                                                         De ne pas

 

                                                                                                                         Exister

 

 

Sommeil dans le som­meil

                                    Là où quelque chose

                                                              Précisément là où

 

 

Quelque chose

Vient de

 

 

 

                                           bou­ger, émou­voir, s’émouvoir, chan­ger (ain­si faut-il par­fois ima­gi­ner le
                                           long pro­ces­sus de trans­for­ma­tion, méta­mor­phose, du corps et de la chair
                                           dans ce lent
                                           Sommeil, le fil qu’il faut tirer d’un amas de fils et autres lieux

 

 

 

Dans le

Sommeil

Du som­meil

Où je ne dors

 

 

 

plus) 

 

 

Mais où com­mencent

 

                                          A appa­raître

 

 

                                                                                          Des signes, et encore

Imaginer grâce aux ins­tants peut-être, ou moments où

 

En

          Ce lieu

                     Vide de tout lieu

                                Vide

 

Se sont posés

Des regards

Presque à l’insu

De/​/​

Soi

 

/​/​/​

Donnant forme

Ou exis­tence

A ce

non

Lieu

Lieu

Là où le vide

Envahissait

Les

Corps

Devenus presque

Pierres

 

Là où les mots réson­naient presque

Pierres

 

 

 

Et enfin dans le ciel,

ces bat­te­ments d’ailes, ou les oiseaux de nuit aux becs aigui­sés deve­nus

Doux,

chas­sant eux-mêmes les rêves de mort les plus

ancrés,

 

les plus

brû­lants (de ceux qui brûlent le corps à l’intérieur

 

Du

                         Corps

                                           Dans le    

                                                          non

                                                          Lieu

                                                          Non

                                                          Vide

 

/​/​les plus brû­lants

 

Ceux qui dévastent, tour­mentent et font se tordre les corps de (presque) pierre brû­lants de

fièvre, lorsque la bouche assé­chée de mots ne peut plus boire l’eau qui vou­drait dire, redire
encore, pro­non­cer,                                   et se perd

                                                                                       dans les méandres du som­meil

                                                                                                  du

                                                                                                           som­meil 

 

 

Pour fina­le­ment se réveiller de ce som­meil

(presque) létal pour,

 

dans le som­meil même 

 

Retrouver un Désir d’être

                                              Au plus pro­fond

                                                         De Soi

 

Se tenir là, devant soi, s’apercevoir

                       Que le corps

                                   Tient,

                                               Vit,

 

 

Dans la légère

Et pré­cise

Incidence

D’un regard

 

 

Présentation de l’auteur

Louise Brun

Née en 1963, c’est la danse contem­po­raine qui fut son pre­mier métier. Puis, son inté­rêt pour la langue et l’écriture l’ont conduite à pour­suivre des études de Lettres modernes et à deve­nir ensei­gnante. La langue, mais tous les lan­gages, en tant qu’ils contri­buent à une écri­ture com­po­site du monde l’incitent à explo­rer l’image, via le des­sin et la pein­ture (voire, la pho­to­gra­phie et la vidéo). Egalement psy­cho­logue cli­ni­cienne, la psy­cha­na­lyse est aus­si un fil qui l’amène à tis­ser du lien…entre mots, espaces, signes, sons, et la (les) voix qui les sou­tiennent, les disent. L’espace-temps si par­ti­cu­lier du poème devient alors pour elle ce lieu si par­ti­cu­lier et si pré­cieux où peut se déployer et être expé­ri­men­tée une expres­sion au plus près de la sen­sa­tion intime.


Livres :

Trauma (puzzle) (2015), aux Contemporains favo­ris
http://​contem​po​rains​-favo​ris​.blog​spot​.fr/​2​0​1​4​/​0​7​/​d​i​s​p​o​n​i​b​l​e​-​t​r​a​u​m​a​-​p​u​z​z​l​e​-​d​e​-​l​o​u​i​s​e​-​b​r​u​n​.​h​tml

 Saturations (2008), aux édi­tions des Xérographes

 Textes en revues : « Etranger comme soi-même » (Revue : Le sujet dans la cité n°2)
https://​www​.cairn​.info/​l​o​a​d​_​p​d​f​.​p​h​p​?​d​o​w​n​l​o​a​d​=​1​&​I​D​_​A​R​T​I​C​L​E​=​L​S​D​L​C​_​0​0​2​_​0​207
 
« Faire le deuil – Revivre » (Revue : Le sujet dans la cité n°4)
 http://​www​.lesu​jet​dans​la​cite​.com/​1​/​u​p​l​o​a​d​/​s​o​m​m​a​i​r​e​r​e​v​u​e​0​4​.​pdf

« Ou de l’acte de lec­ture comme lieu de pro­jec­tion, assu­mée, de son propre ima­gi­naire »
http://​remue​.net/​s​p​i​p​.​p​h​p​?​a​r​t​i​c​l​e​6​977

 « Limites du corps cou­ché », Revue Chaoid, n°4
http://​www​.chaoid​.com/​p​d​f​/​c​h​a​o​i​d​_​4​.​pdf

« Effet de réel », Revue Inventaire/​​invention
http://​www​.neti​guide​.fr/​a​r​t​-​e​t​-​c​u​l​t​u​r​e​/​l​i​t​t​e​r​a​t​u​r​e​-​e​t​-​p​o​e​s​i​e​/​i​n​v​e​n​t​a​i​r​e​-​i​n​v​e​n​t​i​o​n​-​s​2​8​.​h​tml

 

 

Poèmes choi­sis

Autres lec­tures