> Mario Fresa : extraits d’alluminio

Mario Fresa : extraits d’alluminio

Par |2019-04-15T19:58:37+02:00 3 avril 2019|Catégories : Damien Zalio, Essais & Chroniques, Mario Fresa|

tra­duc­tion de Damien Zalio

Così noi sia­mo rimas­ti al fiume,

sul­la stra­da confi­na­ta di carezze, nel­la lot­ta

del­la gioia :

nel muta­men­to dell’adagio si è cadu­ti

in quell’immenso fia­to e nel­la vaga,

tras­ci­na­ta bian­chez­za

di que­gli anni.

Qui mor­mo­ra­va il nas­tro del­la gola,

c’era l’immensa por­ta che inghiot­ti­va i nos­tri pas­si,

in un istante solo ;

e invece poi nes­su­no ha ricor­da­to le parole

che migra­va­no stupìte, nel cie­lo retro­ce­den­do

con una dolce dan­za :

« ma guar­da

come ci suc­chia, ades­so, guar­da come

ci rin­no­va, ques­ta fer­vi­da luce

res­pi­ra­ta »

l’esile boc­ca disse che fu sovra­no incen­dio

e che fu pre­da.

Alors nous sommes res­tés à la rivière,

sur la route enser­rée de caresses, dans la lutte

de la joie :

au chan­ge­ment d’adagio nous sommes tom­bés

dans cet immense souffle et dans la vague,

traî­nante blan­cheur

de ces années.

Là mur­mu­rait le ruban de la gorge,

il y avait l’immense porte qui ava­lait nos pas,

en un ins­tant seule­ment ;

mais fina­le­ment per­sonne n’a rete­nu les mots

qui migraient éton­nés, à recu­lons dans le ciel

en dan­sant dou­ce­ment :

« mais regarde

comme elle nous aspire, main­te­nant, regarde comme

elle nous ravive, cette ardente lumière

res­pi­rée »

la mince bouche dit qu’elle fut l’incendie suprême

et qu’elle en fut la proie.

 

Poi subi­to il tre­more ha ripo­sa­to anco­ra nel­la piog­gia,

in quel­la lieve tran­quilli­tà che ha gene­ra­to

l’indecisa, lun­ghis­si­ma sta­gione.

L’ombra nas­conde doci­li rumo­ri e a poco a poco estingue

in lami­na­ta atte­sa il pre­ci­pi­zio d’acqua,

la cru­dele fra­tel­lan­za dei ges­ti

che sgre­to­la l’ampiezza di ques­to son­no duro :

un movi­men­to ansio­so che matu­ra e si fa

grave dive­nire, avve­le­na­to desi­de­rio.

Piove sull’implorante fuo­co del­la pelle che si stringe

in ques­to moto dalle pro­messe dol­ci ;

res­pi­rerà la luce pie­tri­fi­ca­ta in noi,

si strap­perà la den­sa voce del dilu­vio

nel­la lot­ta dei ges­ti pros­ciu­ga­ti ;

e ques­ta mano e ques­to volo figu­ra­to

fan­no così tre­mare

il dolce nome dell’invito, e i ric­cio­li carez­za­no

il ter­re­no, fiam­meg­gia­no moren­do

sulle tue bianche brac­cia.

Si apre volan­do il celes­tiale nas­tro che sor­ve­glia già le strade :

la seta fas­cia i ges­ti

e come tace lo stu­pore del­la vis­ta,

come ris­plende il fiore degli abbrac­ci

rica­du­to nel­la luce dei fan­tas­mi…

Et aus­si­tôt, le trem­ble­ment s’est repo­sé sous la pluie,

dans cette légère tran­quilli­té d’où est née

l’indécise, très longue sai­son.

L’ombre cache des bruits souples et peu à peu efface

dans une attente lami­née le pré­ci­pice d’eau,

la cruelle fra­ter­ni­té des gestes

qui effrite l’ampleur de ce som­meil dur :

un mou­ve­ment fébrile qui mûrit et se fait

ave­nir grave, désir empoi­son­né.

Il pleut sur le feu implo­rant de la peau qui rétré­cit

dans cet éloi­gne­ment des douces pro­messes ;

la lumière pétri­fiée res­pi­re­ra en nous,

la dense voix du déluge se déchi­re­ra

dans la lutte des gestes des­sé­chés ;

et cette main et ce vol figu­ré

font alors trem­bler

le doux nom de l’invitation, et les boucles caressent

le ter­rain, et meurent en flam­boyant

sur tes bras blancs.

Le ruban céleste s’ouvre en plein vol, sur­veillant déjà les routes :

la soie emmi­toufle les gestes

et comme se tait la stu­peur de la vision

comme res­plen­dit la fleur des étreintes

une fois retom­bée dans la lumière des fan­tômes…

 

Questo piede si è tras­for­ma­to in ven­to :

si fan­no avan­ti i muri, le loro bocche ansiose…

La mente già si pie­ga sul gra­ni­to degli accor­di rilu­cen­ti,

e ades­so il viag­gio sca­va

lo spi­ra­glio pro­se­guen­do sen­za voce,

tut­to immer­so nell’aceto dei sos­pi­ri :

ci sve­glia­mo sco­nos­ciu­ti l’uno all’altro.

E uscen­do all’improvviso, l’aria sof­fo­ca il ripo­so

delle mani, e il dolce fuo­co si ritras­for­ma in gelo :

« Io non ho più parole ;

la mia lin­gua è nel­la spa­da ».

Così che il movi­men­to è iner­pi­ca­to sopra il cie­lo

e poi si stringe, per­du­ta­mente insegue

la stra­da minac­cio­sa dei cris­tal­li ;

ma nelle stanze di ques­to ven­to nero

si river­sa­no le lacrime sonore,

e nel tre­more vano del­la pace

si è fer­ma­to il pre­ci­pi­zio,

il silen­zio dila­ta­to delle figure bianche

impri­gio­nate anco­ra nell’attesa del­la vis­ta,

le lab­bra sol­le­vate sul res­pi­ro del­la neve.

 

.

Ce pied s’est trans­for­mé en vent :

les murs se rap­prochent, la bouche impa­tiente…

L’esprit déjà se penche sur le gra­nit des accords brillants,

et voi­ci que le voyage creuse

la fis­sure et avance sans voix,

plon­gé tout entier dans le vinaigre des sou­pirs :

nous nous réveillons incon­nus l’un à l’autre.

Et, sor­tant d’un coup, l’air étouffe le repos

des mains, et le doux feu se retrans­forme en glace :

« Je n’ai plus de mots ;

ma langue est dans l’épée ».

Alors le mou­ve­ment se juche au des­sus du ciel

puis rétré­cit, pour­sui­vant éper­du­ment

la route mena­çante des cris­taux ;

mais dans les chambres de ce vent noir

les larmes sonores se déversent,

et dans le vain trem­ble­ment de la paix

le pré­ci­pice s’est arrê­té,

le silence dila­té des sil­houettes blanches

encore pri­son­nières de l’attente d’être vues,

les lèvres sou­le­vées sur le souffle de la neige.

 

Lo sguar­do si diluisce ades­so nelle pal­pebre sos­pese

oltre i rumo­ri oscu­ri, nell’abbraccio del ven­to

rica­du­to nelle bocche dei ces­pu­gli :

qui si ascol­ta­no tre­mare le varia­bi­li dita dei can­ne­ti

nei magni­fi­ci ingres­si dell’udito

Ma come sgan­ciar­si da ques­ta lar­ga tra­ma

cuci­ta a mos­ca­cie­ca,

come uscire dalle crepe sfa­villan­ti di sale,

sca­val­care le mura del­la notte ?

Le regard se dilue à pré­sent dans les pau­pières sus­pen­dues

au-delà des bruits sombres, dans l’étreinte du vent

qui est retom­bé dans les bouches des buis­sons :

Ici, on écoute trem­bler les doigts variables des can­naies

dans les magni­fiques entrées de l’ouïe

Mais com­ment se libé­rer de cette vaste trame

cou­sue en colin-maillard

com­ment sor­tir des lézardes de sel étin­ce­lantes,

enjam­ber les rem­parts de la nuit ?

 

Quest’aria fine ci ha reso alle­gri :

così che ci get­tia­mo, in un istante, cor­ren­do

a capo­fit­to nel­la vaga

sor­pre­sa dei teso­ri ritro­va­ti.

Eppure, sia­mo par­ti­ti come nau­fra­ghi

odo­ro­si di pau­ra ; noi, con la tes­ta

inva­sa dal­lo schian­to,

lo sguar­do che tra­boc­ca­va intero

sul­la vora­gine di ciò che atten­de­va­mo,

di ciò che teme­va­mo.

Qui c’era un velo chia­ro, pro­prio in alto,

che rica­ma­va azzurre vani­tà, net­ta­ri nuo­vi ;

c’era la dolce

san­ti­tà dell’indugio che sape­va cir­con­dare

tut­ta l’aria : e poi le mani

avan­ti, ades­so, per model­lare il buio…

Cet air pur nous a ren­dus joyeux :

alors nous nous jetons, en un ins­tant, en cou­rant

la tête la pre­mière dans la vague

sur­prise des tré­sors retrou­vés.

Et pour­tant, nous sommes par­tis comme des nau­fra­gés

sen­tant la peur ; nous, la tête

enva­hie par le fra­cas­se­ment,

le regard s’écoulant entiè­re­ment

dans le tour­billon de ce que nous atten­dions,

de ce que nous crai­gnions.

Là, il y avait un voile clair, juste tout en haut,

qui bro­dait des vani­tés bleues, de nou­veaux nec­tars ;

il y avait la douce

sain­te­té des ater­moie­ments qui savaient ceindre

l’air entier : et puis les mains

en avant, main­te­nant, pour façon­ner l’obscurité…

Présentation de l’auteur

Mario Fresa

Textes

Poèmes choi­sis

Autres lec­tures

Mario Fresa : extraits d’alluminio

tra­duc­tion de Damien Zalio Così noi sia­mo rimas­ti al fiume, sul­la stra­da confi­na­ta di carezze, nel­la lot­ta del­la gioia : nel muta­men­to dell’adagio si è cadu­ti in quell’immenso fia­to e [...]

X