1

Plus les dis­tances s’élargissent plus l’ombre grandit

Telle est la sagesse de la lumière

Indis­crète

Elle ne con­nait pas le sens des secrets

 

2

Moultes ombres dans ma tête

N’ont pas besoin de lumière

Pour exprimer leur obscurité

 

3

Les lumières de la ville sont nombreuses

Et ce qui est étrange

C’est mon ombre soli­taire partout où je voyage

 

4

LaDen­telle étend ses ombres sur tes jambes.

C’est une lec­ture surréaliste

Des couleurs de l’arc-en-ciel

 

5

La tulipe tatouée sur tes hanches

Hume l’odeur de mon ombre

Sans doute est-ce une nou­velle manière De faire l’amour

 

6

Elle écrivait des poèmes en prose sur mon ombre

J’ai pen­sé à les lire…

Mais j’ai avalé ma langue ce matin.

 

7

Le  vide dévore  mes  let­tres comme  un fast-food améri­cain

Je peins des poèmes et les brûle avec mes anci­ennes affaires,

Tel est le méti­er du poète, son gagne-pain dans les petits détails n’a pas besoin
qu’on

Lui rap­pelle l’oubli

 

8

J’ai per­du la clé du som­meil, je n’ai pas trou­vé le chemin de retour à mon oreiller

De papi­er

Je deman­derai de l’aide à un voleur pro­fes­sion­nel excel­lant dans le décryptage des mots.

 

9

Le tis­su prononce des adieux au ciseau en un moment digne des films
hollywoodiens

L’aiguille tient le microphone

Et le fil souf­fle les mots dans l’oreille du peintre

 

10

Ta main est ten­due, elle récolte un sourire de mon vis­age fatigué,

Abat­tu par le voy­age dans train têtu ne s’arrêtant que dans le désert.

 

11

La lumière a un point faible solitaire

Inca­pable de voir mon ombre danser sur les ruines du texte

 

12

Plusieurs lumières ne me plaisent pas, à l’instar de poèmes ennuyeux
nécessitant

Des lunettes solaires pour qu’ils soient à la mesure de l’œil

 

13

Par­fois l’ombre de ma tête me fait peur,

Sous la lumière rouge mes oreilles appa­rais­sent et mon vis­age disparait.

 

14

De nom­breuses lumières sur­gis­sent de l’ancien mur, frap­pent à la porte du
dernier Vendredi.

Aucune ombre n’est à l’intérieur ouvrant à une brous­saille de mots, même le
fleuve a oublié la corde du pêcheur dans sa gorge.

Tout le monde dormi­ra en dehors de la ville sans dîner.

 

15

Chaque Jeu­di moultes choses explosent autour de moi,

 les tuyaux de gaz, les pneus, les boîtes de sardines,

Et d’autres poèmes.

 

16

Une bombe à retarde­ment dans mon bureau

Des livres de poésie deman­dant le sec­ours à un roman ne dis­posant pas des
escaliers d’issue.

 

17

Un silence soûl tra­verse les pages de ma nuit sereine

Cherche dans ma valise une goutte de lumière à met­tre dans le café du matin

Et un morceau de pain à fer­mer les bouch­es des journaux.

 

18

Le poème brille dans la main du sage comme une pièce de cristal intimidée par
l’humilité

Et dans la main de mon père il brille aussi…

 

19

Une bouteille qua­si nue se baigne dans la lumière feutrée.

Elle attend avec qui échang­er des SMS sur la rive d’un fleuve

Qui brûle.

 

Traduit de l’arabe par Mounir SERHANI