Pierre Zabalia, Cinq poèmes

Par |2022-01-05T11:01:39+01:00 30 décembre 2021|Catégories : Pierre Zabalia, Poèmes|

1                                                           

alors on prend un poème

pour aller jusqu’à l’horizon,

alors la fin du monde

s’ac­quitte de mon corps: cette

tiédeur, cette lenteur, on

 

s’y apprivoise, on recommence

et le temps n’est plus cet après-midi

per­du entre ici et tou­jours mais

une ligne de résonance

piquante et bleue

 

on reste encore dans

l’auberge du néant, dans ce

repos plus sou­ple que le

soleil partout,

 

alors, on se dissout

dans le paysage: on

ne sait plus rien

 

2                                                              

à l’heure atone, dans le déversoir,

à l’heure fumée d’eau, dans

le calme noir, à l’heure- brouillard

de femme, dans ce nulle part

 

déverse sans plus atten­dre, déverse

sur l’ombre de toi-même, pluie

de mars, pluie dans l’air de mars

dans les ravins de l’âme,

 

dans la pour­suite d’un

morceau d’âme – il y a

désir dans le ressac

 

dans le jour abandonné :

c’est une pluie, douleur de personne,

à l’image de l’arbre aux yeux fermés

 

3                                                                                   

Bruis­sante et tournoyante

la luci­ole des enfers -

Je ne sais où don­ner de la tête

dans l’é­moi continuel,

je ne sais com­ment bleuit l’angoisse

dans la forêt d’outre-moi.

 

Je ne sais

à qui par­le le jour piquant

de mes entrailles,

je ne sais où

s’en­racine ma délivrance, ô

la ténèbre sous ma peau.

 

Bruis­sante

était la frondai­son de l’être – lune.

Qui joue au maître et

qui joue à esclave

dans la pulpe des âmes froissées ?

 

4

Peu­pli­ers immobiles

comme le chiendent

de ma désespérance -

 

Peu­pli­ers chevillés

à l’hiv­er et au mots des tendresses :

immense et déglingué,

le chemin des

poésies

luit, il luit le chemin

du jour ancien,

 

le chemin

ver­ti­cal que

j’emprunte tris­te­ment -

 

5                                                                               

Ébou­rif­fé à la pointe du mal,

trébuchant comme

un mal propre

sur une vision – syncope :

j’en viens à radoter

quand se lézarde

mon âme -

 

Y a ‑t-il

autour de moi

une vision – vision

her­maph­ro­dite, un horizon

noir­ci, un sérum

ter­ri­ble et cru­elle­ment enfant ?

 

Et la morsure

dans ce qui me tient lieu

de secret et le givre et

l’hy­per­bole de mon tour­ment – le

sax­ifrage per­du de

mon âme.

 

Présentation de l’auteur

Pierre Zabalia

Pierre Zabalia est natif de l’Aude, il vit et tra­vaille en Seine — et — Marne. L’auteur a pub­lié plusieurs textes en revues (Petite, Le jardin d’Essai, Sap­riphage, Moe­bius, Arpa, Lichen, Poésie/première, etc.). Il a fait par­tie du comité de lec­ture de la revue Artère. Un recueil de poèmes inti­t­ulé Jardin sans fond a été édité aux édi­tions Car­ac­tères. Prochaines pub­li­ca­tions dans la revue : Tra­ver­sées. Un roman ayant pour titre J’étais poète de pro­fes­sion est paru en mai 2021 chez 5 sens éditions.

Poèmes choi­sis

Autres lec­tures

Aller en haut