Un pre­mier épisode de la rubrique Ping Pong, paru en sep­tem­bre 2016.

∗∗∗

 

Cette ren­con­tre de tra­duc­teurs nous est offerte par Rome Deguer­gue. L’esprit de la rubrique Ping-pong, ouverte avec les poèmes israëliens de Gili Haï­movich, était inspiré par les nom­breux échanges entre la poète et sa tra­duc­trice. Elle est tout à fait adap­tée à cette propo­si­tion par­v­enue en avril dernier. On imag­ine sans mal la somme de travaux échangés et les ami­tiés traçant des lignes paci­fiques sur un planis­phère très crispé en ce moment. (É. P.)

 

l

Plan général de l’article :

1 — intro­duc­tion de Rome Deguer­gue ; ver­sion orig­i­nale japon­aise + ver­sion anglaise indis­so­ciées, car Shizue est l’au­teure des deux en asso­ci­a­tion avec Soraya Ume­wa­ka pour l’anglais ; 

     ver­sion finlandaise ; 

2 — ver­sion française ; ver­sion espag­nole ; ver­sion roumaine ; ver­sion ital­i­enne ; ver­sion allemande.

“Trois poèmes de Finlande” 

1.

1.1 Shizue Ogawa, angli­ciste, spé­cial­iste de Keats, pein­tre, poète est née en 1947 sur l’île d’Hokkaido au Japon, où elle enseigna la lit­téra­ture anglaise.

Une âme qui joue est le titre général regroupant une infinité de poèmes égrainés dans plusieurs vol­umes pub­liés à par­tir de 1999.

Les dis­tinc­tions suiv­antes lui furent attribuées : le Grand Prix de l’Exposition Nationale Saku­ra pour ses créa­tions au cray­on pas­tel en 1963, le Grand Prix inter­na­tion­al « Anto­nio Vic­caro » en 2011 et  « The Ger­ard Man­ley Hop­kins Soci­ety Award » en 2014. Shizue Ogawa est l’in­vitée de maints fes­ti­vals de poésie : en Bel­gique, France, Irlande, au Québec, en Fin­lande (où elle a com­posé les trois poèmes qui font l’objet de cette paru­tion) et prochaine­ment en Roumanie.

Ces trois poèmes de Fin­lande ont été écrits par Shizue Ogawa dans sa langue mater­nelle, japon­aise, traduits suc­ces­sive­ment en anglais par elle-même, assistée par Soraya Ume­wa­ka, puis de l’anglais vers le fin­landais par Juhani Lind­holm, tou­jours de l’anglais vers le français par Michèle Duc­los, et de l’anglais vers l’allemand par Bri­an Kei­th-Smith ; du français vers le roumain par Mano­li­ta Dragomir Fil­imones­cu ; à nou­veau du français vers l’italien par Con­cetta Cav­alli­ni et enfin égale­ment du français vers l’espagnol par Letizia Moréteau Dejenne.

Soulignons une fois encore, qu’entre – créa­tion et per­cep­tion – de celle-ci, et der­rière chaque mot du poème rési­dent : « une âme » mais aus­si des états d’âme ; ce qui induit que tout tra­duc­teur doive s’introduire dans l’état d’esprit du texte de départ. Texte de départ ici écrit en japon­ais, mais co-traduit par l’auteure, Shizue Ogawa, assistée de Soraya Umawa­ka. Une garantie sup­plé­men­taire – sans doute pour y voir con­servé cet état d’esprit introduc­tif. Ce qui per­me­t­tra ain­si au lecteur de s’intro­duire, même indi­recte­ment, dans l’original. Car il s’agit bien ici d’accueillir le « texte source » dans un nou­v­el univers lin­guis­tique, via un geste poé­tique d’une sub­jec­tiv­ité écrivante[1] qui n’est pas « le calque de la lit­téral­ité du poème mais l’écoute du désir qui l’écrivit »[2]. Car, « il n’y a qu’une source, c’est ce que fait un texte ; il n’y a qu’une cible, faire dans l’autre langue ce qu’il fait »[3].  

Nous tenons à remerci­er sincère­ment les dif­férents tra­duc­teurs – dont les suc­cinctes biogra­phies parais­sent à la fin de leurs tra­duc­tions – d’avoir con­sen­ti à livr­er leurs travaux gra­cieuse­ment, afin que la – poly­phonie tra­duc­tive – des trois poèmes de Fin­lande de Shizue Ogawa pour­suive son essaim­age plané­taire, via la pub­li­ca­tion dans la revue en ligne, Recours au Poème, où divers arti­cles et autres recen­sions à pro­pos de la poète japon­aise fig­urent déjà.

     Rome Deguergue

∗∗∗

            1.2 Trois poèmes

 

フィンランドの思い出 (I)

 

もし2本のペンを持っていたら ムックラの荘園

 

 

荘園の入り口に

いく本もの(かし)の木が立っていた

()(みち)をたどると建物にいたる

ここはムックラ 妖精の都

木々の葉に住む妖精が

人々の声をいつまでも覚えている

 

妖精はいつしか訪れる人の名も覚え

たった1度の訪問客も

親しく名で呼ぶ

ああ 私にもし2つの魂があったら

ひとつはムックラの荘園の

湖のほとり

 

荷物を部屋に置き

湖のほとりを歩く

風はなく 波は影を作らない

対岸には  白く遊ぶ雲が映っている

だれもがここに立ち

あの妖精たちの不思議な命について考える

 

ああ 私に2本のペンがあったら

1本を岸辺に残してゆこう

荘園に集う人が 

それを取り

ムックラの妖精と語ったことを

湖の砂に書きとめられるよう

°°°°°°°°°°°°°°°°°

Mem­o­ries of Fin­land (I)

 

If I Had Two Pens ― Mukkula’s Manor 

 

At a manor’s gate,

a myr­i­ad of oak trees stood tall.

I fol­lowed the path, reached the house,

Mukku­la, a fairyland.

Fairies that live in an oak tree’s leaves,

nev­er for­get vis­i­tors’ voices.

 

Fairies also nat­u­ral­ly remem­ber their names,

call­ing out vis­i­tors by their first names

even on their first visit.

Ah, if I had two souls,

I would leave one

at the lake side of Mukkula’s Manor.

 

I set­tled my bag­gage in my room,

walked along the lake.

There was no wind, no shad­ows from waves.

Sil­hou­ette of white play­ful clouds spread across the shore.

Every­one who stands here

thinks of the mys­te­ri­ous fairies’ lives.

 

Ah, if I had two pens,

I would leave one at the shore,

peo­ple who gath­er at the manor,

can take that pen,

write down their con­ver­sa­tions with fairies

on the lake’s sand.

 

Author’s note: Mukku­la is the name of a town locat­ed by Lake-Vesi­järvi in Lahti, Finland.

 

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

フィンランドの思い出 (II)

 

いち日 

 

 

岸辺の砂は

冬 水とともにこおり

動きをとめる

浸食されずに

森の神話を聞きながら眠る

 

夏至に太陽は

赤いまま 

湖のむこうに沈み

すぐそばから 

朝日となって輝く

 

かもが数ひき 泳ぎ去った

私は  しゃがんで砂をすくった

ひとにぎりの砂

砂は

私の故郷の砂よりも 目が粗かった

 

波が静かに 指のあとを消した

私はある思いにいたった 

「私の精神は 不滅のままここに残る」

私の存在もまた 歴史のいち日を生きたから

この土地をこんなにも愛したのだから

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Mem­o­ries of Fin­land (II)

 

 

A Day

 

Win­ter,

beach sand crys­tal­lizes with water

at a standstill

with­out eroding,

sleeps while lis­ten­ing to for­est myths.

 

Sum­mer solstice,

the sun stays red,

sinks behind the lake

near­by,

a lumi­nous sun rises.

 

A cou­ple of ducks drift­ed away.

I squat­ted, scooped sand,

just a handful,

it was coarser

than sand from my country.

 

The waves silent­ly erased my fin­ger traces.

My thought evolved,

“My soul will stay here eternally”,

because my exis­tence lived a his­tor­i­cal day,

because my love for this land is so great.

 

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°° 

フィンランドの思い出 (III)

 

永遠の湖 

 

 

荘園に(つど)った人々の声は

まだ(なみ)()にたゆたう

さようなら

さようなら

日本のことばをくり返して

覚えようとした人

その人は「きれいな音だね」ともう1度言って

去っていった

 

私は湖をふり返り

別れを告げる

永遠の湖

別離は平凡な日常

出会いよりも容易に訪れる

荘園は暮れることのない夏の日に

無言でたたずみ

(ひな)をかえす鳥のように

私たちの想いを抱き続ける

 

さようなら

きれいなことばだね

別れは出会いよりも

きれいだね

永遠に打ち寄せる波の音

私たちの声

 

 °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Mem­o­ries of Fin­land (III)

Eter­nal Lake 

 

Peo­ple’s voic­es echo in a manor,

still sway­ing on waves.

Sayō­nara,

Sayō­nara.

Some­one repeat­ed the Japan­ese expression,

tried to remem­ber it.

He said, “The sound is beautiful”,

he said that once more and left.

 

I turned around

and said my goodbyes

to “the eter­nal lake”.

Part­ing is a dai­ly routine,

eas­i­er to encounter than meeting.

The manor stands still, silent,

on sum­mer days that nev­er darken.

It con­tin­ues to embrace our dreams

like a bird that hatch­es chicks.

 

Sayō­nara,

it is a beau­ti­ful word.

Part­ing is

more sin­cere than meeting.

The waves’ sounds and our voices,

eter­nal surge on the shore.

 

Author’s note: Sayō­nara means “good­bye” in Japanese. 

 

From Stars A Soul at Play (IX)

Mem­o­ries of Fin­land (I), (II), (III) were trans­lat­ed by Soraya Ume­wa­ka and Shizue Ogawa.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

1.3 Ver­sion en finnois

Juhani Lind­holm est tra­duc­teur et jour­nal­iste lit­téraire. Après avoir été un fer­vent activiste à l’université, il déci­da de débuter une car­rière dans le jour­nal­isme. Il a traduit de nom­breux clas­siques en finnois et influ­encé la cul­ture lit­téraire au sein de divers­es organ­i­sa­tions, dont la société, « Eino Leino ». Il con­féra en out­re une grande impul­sion à la – Réu­nion de la Bien­nale inter­na­tionale des écrivains de Lahti –, man­i­fes­ta­tion attachée à porter la lit­téra­ture fin­landaise sur la scène internationale. 

 

Muis­tiku­via Suomes­ta (I)

Jos min­ul­la – olisi kak­si kynää

 

Kar­tanon por­tilla seisoivat

luke­mat­tomat korkeat tammet.

Kuljin polkua, tulin talon pihaan,

Mukku­lan satumaahan.

Kei­jut elävät tam­mien lehdissä

eivätkä uno­h­da vieraiden ääniä.

 

Kei­jut toki muis­ta­vat myös hei­dän nimensä

ja puhut­tel­e­vat heitä etunimillä

jo ensi käynnillä.

Voi jos min­ul­la olisi kak­si sielua,

niin toisen jät­täisin jär­ven rantaan

Mukku­lan kar­tanon luo.

 

Vein matkatavarat huoneeseen

ja lähdin käve­lylle pitkin rantaa.

Oli tyyn­tä, aal­loil­la ei ollut varjoja.

Leikkisät valkopil­vet levit­tivät äärivi­ivansa vas­taran­nan veteen.

Jokainen joka seisoo täällä

ajat­telee salaperäis­ten kei­ju­jen elämää.

 

Voi jos min­ul­la olisi kak­si kynää,

niin toisen jät­täisin rannalle,

ja kar­tanoon kokoon­tu­vat ihmiset

voisi­vat ottaa sen kynän

ja kir­joit­taa keskustelun­sa kei­ju­jen kanssa

ran­nan hiekkaan.

 

 

Muis­tiku­via Suomes­ta (II)

Muuan päivä

 

Talvi,

ran­nan hiek­ka jäh­mettyy veden alle

ja pysähtyy

eikä murene,

uin­uu ja kuun­telee met­sän tarinoita.

 

Kesäpäivän­seisaus,

yhä punaise­na aurinko

vaipuu jär­ven taakse,

ja ihan vieressä

nousee taas loistamaan.

 

 

Muu­ta­ma sor­sa uisken­teli kauemmas,

minä kyyk­istyin, haroin hiekkaa,

koural­lisen vain,

se oli karkeampaa

kuin hiek­ka min­un maassani.

 

Ääneti aal­lot pyyhkivät pois sormieni jäljet,

ja mieleeni hiipi ajatus:

« Sielu­ni jää tänne ikiajoiksi »,

se oli his­to­ri­alli­nen päivä elämässäni,

sil­lä niin paljon minä tätä maa­ta rakastan.

 

 

Muis­tiku­via Suomes­ta (III)

Ikuinen järvi

 

Ihmis­ten äänet kaiku­vat kartanossa

ja kein­u­vat vielä aalloillakin.

Sayō­nara,

Sayō­nara.

Joku tois­teli japani­laista sanaa,

koet­ti muistella

ja sanoi: « Se on kau­ni­in kuuloinen »,

sanoi sen vielä ker­ran ja lähti.

 

Minä kään­nyin

ja jätin jäähyväiset

« ikuiselle järvelle ».

Eroami­nen on jokapäiväistä,

helpom­paa kuin kohtaaminen.

Kar­tano on hil­jaa ja liikkumatta

kesäis­inä päiv­inä jot­ka eivät pimene.

Se syleilee yhä mei­dän uniamme

niin kuin lin­tu hau­too poikasiaan.

 

Sayō­nara,

se on kau­nis sana.

Eroami­nen

on kau­ni­im­paa kuin kohtaaminen.

Lainei­den lipla­tus ja mei­dän äänemme

vyöryvät rantaan ikuisesti.

 

Tek­i­jän huo­mau­tus: Sayō­nara on « näkemi­in » japaniksi.

 

∗∗∗

 

2. Ces trois poèmes de Fin­lande ont été écrits par Shizue Ogawa dans sa langue mater­nelle, japon­aise, traduits suc­ces­sive­ment en anglais par elle-même, assistée par Soraya Ume­wa­ka, puis de l’anglais vers le fin­landais par Juhani Lind­holm, tou­jours de l’anglais vers le français par Michèle Duc­los, et de l’anglais vers l’allemand par Bri­an Kei­th-Smith ; du français vers le roumain par Mano­li­ta Dragomir Fil­imones­cu ; à nou­veau du français vers l’italien par Con­cetta Cav­alli­ni et enfin égale­ment du français vers l’espagnol par Letizia Moréteau Dejenne

2.1 Michèle Duc­los, maître de con­férences hon­o­raire, agrégée et doc­teur, a con­sacré son enseigne­ment et sa recherche à l’université Michel de Mon­taigne de Bor­deaux à la poésie bri­tan­nique et irlandaise con­tem­po­raine. Sa recherche a porté essen­tielle­ment sur le poète Ken­neth White à qui elle a con­sacré sa thèse et de très nom­breux arti­cles. Elle fut l’une des pre­mières à traduire Shizue Ogawa, avec sa con­sœur, Jacque­line Starer.

Sou­venirs de Fin­lande (I)

 

Si j’avais deux plumes – Le Manoir de Mukkula

 

Aux portes du manoir

se dres­saient d’innombrables hauts chênes.

J’ai suivi le chemin, jusqu’à la demeure

de Mukku­la, terre des fées.

Des fées qui vivent dans les feuilles des chênes

et n’oublient jamais les voix des visiteurs.

 

Naturelle­ment, les fées se rap­pel­lent aus­si le nom des visiteurs,

et les accueil­lent en les appelant par leur prénom

même lors de leur pre­mière visite.

Ah ! Si je pou­vais avoir deux âmes,

j’en aban­don­nerais une

sur les rives du lac du manoir de Mukkula.

 

J’ai déposé mes bagages dans ma chambre,

j’ai marché le long des rives du lac.

Il n’y avait ni vent, ni ombre faite par les vagues.

Les sil­hou­ettes de nuages blancs joyeux s’étendaient sur la berge.

Quiconque  passe là

ne peut s’empêcher de penser aux vies mys­térieuses des fées.

 

Ah ! Si seule­ment je pou­vais avoir deux plumes,

j’en aban­don­nerais une sur la berge.

Les gens qui se réu­nis­sent au manoir

pour­raient pren­dre cette plume,

écrire leurs con­ver­sa­tions avec les fées

sur le sable des berges du lac.

 

 

NdP : Mukku­la est un faubourg de Lahti en Fin­lande, situé sur le lac Vesijärvi.

 

 °°°°°°°°°°°°°°°°

 

Sou­venirs de Fin­lande (II)

 

Une journée

 

L’hiver,

le sable de la plage se cristallise sous l’eau,

s’immobilise

et sans s’éroder,

s’endort en écoutant les mythes de la forêt.

 

Au Sol­stice d’été,

le soleil devient rouge,

dis­paraît der­rière le lac,

tout près,

se lève de nou­veau et brille.

 

Quelques canards s’éloignèrent en nageant.

Je m’accroupis, pris du sable dans ma main

juste une poignée,

il était plus gros

que celui de mon pays natal.

 

Les vagues, silen­cieuses, effacèrent les traces  de mes doigts.

Ma pen­sée bougeait,

« Mon âme restera ici éternellement »,

parce que mon exis­tence a vécu un jour dans l’histoire,

parce que mon amour pour cette terre est si grand.

 

∗∗

 

Sou­venirs de Fin­lande (III)

 

Lac éter­nel

 

Des voix réson­naient  dans le manoir,

ondu­lant tran­quille­ment sur les vagues.

Say­onara,

Say­onara.

Quelqu’un qui avait répété des mots japonais

et ten­té de les retenir,

m’a dit : « Le son de ce mot est beau » ;

il l’a dit une fois de plus puis il est parti.

 

Je me retournai

et fis mes adieux 

au « lac éternel ».

La sépa­ra­tion est chose habituelle,

elle est plus facile à faire que la rencontre.

Le manoir a retrou­vé sa tran­quil­lité, son silence,

en ces jours d’été qui jamais ne s’assombrissent.

Il con­tin­ue d’étreindre nos rêves

comme un oiseau qui cou­ve ses petits.

 

Say­onara,

est effec­tive­ment un beau mot.

La sépa­ra­tion est

plus belle que la rencontre.

Le bruit des vagues bat­tant éter­nelle­ment les rives du lac

n’est-il pas celui de nos voix ?

 

NdP : Say­onara sig­ni­fie « au revoir » en japonais.

 

∗∗∗

 

2.2 Bri­an Kei­th Smith est ger­man­iste à l’université de Bris­tol, Angleterre, spé­cial­iste de Hugo von Hof­mannsthal, (écrivain autrichien, l’un des fon­da­teurs du Fes­ti­val de Salzbourg) de pein­ture et de musique. Il a entre autres fait paraître : une antholo­gie des “Femmes poètes alle­man­des”, ain­si qu’un recueil de textes inti­t­ulé “Bris­tol Aus­tri­an stud­ies”. Il écrit aus­si de la poésie.

 

Erin­nerun­gen an Finn­land I

Wenn ich nur zwei Feder­hal­ter hätte – Mukku­las Herrenhaus

 

Vor den Herrenhaustoren

standen groß unzäh­lige Eichen.

Ich ging den Pfad ent­lang, erre­ichte die Wohnstätte

Mukku­la, Feenland.

Feen die in Eichen­blät­tern wohnen

und niemals Stim­men der Besuch­er vergessen.

 

Natur­ge­treu gedenken Feen auch Besuchernamen,

rufen sie mit Vor­na­men an

sog­ar beim ersten Besuch.

Ach, wenn ich nur zwei See­len haben könnte

ließ ich eine

auf den Bänken des Sees vom Her­ren­haus Mukkula.

 

Ich set­zte das Gepäck in mein Zim­mer ab,

ging die Ufer des Sees entlang.

Kein Wind, keine von Wellen getriebe­nen Schatten.

Schat­ten­riß von weißspie­len­den Wellen auf der anderen Seite des Ufers gebreitet.

Jed­er, der hier steht,

kann nur an das Leben dieser rät­sel­haften Feen denken.

 

Ach, wenn ich nur zwei Feder­hal­ter haben könnte

ließ ich eine am Ufer.

Leute, die am Her­ren­haus zusammenkommen,

kön­nten den Feder­hal­ter nehmen,

Gespräche mit den Feen auf dem Sand des Seeufers

auf­schreiben.

 

Mukku­la ist ein Vorort von Lahti in Finn­land auf dem Vesi­jarvi See gelegen.

 

∗∗

 

Erin­nerun­gen an Finn­land II

Ein Tag

 

Am Win­ter

kristallisiert sich mit Wass­er der Sand des Strandes,

hört auf zu regen

ohne sich auszuwaschen,

und schläft beim Zuhören den Sagen im Walde ein.

 

Bei der Sommersonnenwende

rötet sich die Sonne,

sinkt hin­ter den See nebenan,

steigt noch empor

und scheint.

 

Enten schwammen hinweg.

Ich bück­te mich, nahm in die Hände Sand,

eine Hand­voll.

Er war kiesiger

als bei mir zuhause der Sand.

 

Die Wellen löscht­en mir die Fin­ger­spuren laut­los aus.

Dann dachte ich:

‘Meine Seele bleibt auf ewig hier’,

denn mein Dasein lebte einen Tag in der Geschichte,

denn meine Liebe ist zu diesem Land.

 

∗∗

 

Erin­nerun­gen an Finn­land (III)

Ewiger See

 

Stim­men hallen im Herrenhaus

noch wellenar­tig

Say­onara,

Say­onara.

Ein­er, der japanis­che Wörter wieder­holt hat

und an sie zu erin­nern versucht,

sagte mir: ‘Der Ton dieses Wortes klingt schön’,

sagte das Wort nochmals, dann ging er weg.

 

Ich drehte mich um

und sagte ‘Lebe­wohl’

zum ‘ewigen See’.

Abschied­nehmen ist ein fest­gelegter täglich­er Ablauf

ein­fach­er als zu begegnen.

Das Her­ren­haus ste­ht schweigsam still

an Som­merta­gen die niemals verdüstern.

Es umschließt weitr­er unsere Träume

wie ein Vogel ihre Kleine ausbrütet.

 

Say­onara

ist ja ein schönes Wort.

Abschied­nehmen ist

schön­er als Treffen.

Der Ton der auf Ufern ewigschla­gen­den Wellen

ist unser­er Stim­men Ton.

 

Auf japanisch Say­onara bedeutet: ‘Aufwieder­se­hen’.

 

∗∗∗

2.3 Mano­li­ta Dragomir-Fil­imones­cu est pro­fesseure de français au Col­lège Nation­al du Banat et à l’Institut Français de Tim­işoara, Roumanie, poète et tra­duc­trice, ain­si que mem­bre de l’Union des Écrivains de Roumanie, de la Société des Poètes Français et de la SPAF. En 2015, aux édi­tions ArT­Press de Tim­işoara, elle a fait paraître sa tra­duc­tion en japon­ais / roumain du recueil poé­tique de Shizue Ogawa (via la tra­duc­tion française) : « Une Âme qui joue ». Cheva­lier dans l’Ordre des Palmes Académiques, elle a réal­isé un véri­ta­ble pont cul­turel entre la France et la Roumanie avec des représen­tants impor­tants de la poésie française.

 

AMINTIRI  DIN FINLANDA (I)

 

Dacă aş avea două pene – Han­ul lui Mukkula

 

La porţile hanului

se ridi­cau nenumăraţi ste­jari înalţi.

Am urmat dru­mul, până la casa

lui Mukku­la, pământ cu zâne,

Zâne ce trăi­esc în frun­zele  stejarilor

şi nu uită nicio­dată vocea vizitatorilor.

 

Desig­ur că zânele îşi amintesc şi numele vizitatorilor,

şi‑i primesc chemându‑i pe nume

chiar de la pri­ma lor vizită.

Ah ! De-aş putea avea două suflete,

l‑aş aban­dona pe unul

pe malurile lac­u­lui de la han­ul lui Mukkula.

 

Mi-am pus baga­jele în cameră,

am mers de‑a lun­gul malurilor lacului.

Nu era nici vânt, nici umbră făcută de valuri.

Siluetele norilor albi, bucuroşi se întin­deau pe ţărm.

Oricine trece pe-acolo

nu se poate opri să se gân­dească la vieţile mis­te­rioase ale zânelor.

 

Ah ! Numai de-aş putea avea două pene,

aş aban­dona  una pe ţărm.

Oamenii care se adună la han

ar putea lua această pană,

să-şi scrie con­ver­saţi­ile cu zânele

pe nisip­ul de pe  malurile lacului.

 

 

Nota autoru­lui: Mukku­la este un carti­er per­ifer­ic din Lahti în Fin­lan­da, sit­u­at pe lac­ul Vesijarvi.

 

∗∗

 

AMINTIRI  DIN FINLANDA (II)

 

ÎNTR‑O  ZI

 

Iar­na,

nisip­ul  pla­jei se cristal­izează sub apă,

se imo­bi­lizează,

şi fără să se erodeze,

adoarme ascultând miturile pădurii.

 

La Sol­stiţi­ul de vară,

soarele devine roşu,

dis­pare în spatele lacului,

şi foarte aproape,

se trezeşte iar şi străluceşte.

 

Câte­va raţe se depărtează înot.

Eu mă ghe­mui­esc, iau nisip în mână

numai un pumn,

este mai mare

decât cel din ţin­u­tul meu natal.

 

Val­urile tăcute ştergeau urmele degetelor mele.

Gân­dul meu se mişca,

« Sufle­tul meu va rămâne aici pen­tru totdeauna »,

pen­tru că exis­tenţa mea  a trăit o zi în istorie,

pen­tru că dragostea mea pen­tru acest pământ este atât de mare.

 

∗∗

 

AMINTIRI  DIN  FINLANDA (III)

 

LAC  ETERN

 

Răsunau  voci  în  han,

ondulând lin­iştit pe valuri.

Sayō­nara,

Sayō­nara.

Cine­va care a repetat cuvinte japoneze

şi a încer­cat să le reţină,

mi‑a spus : « Sune­tul  aces­tui cuvânt este frumos » ;

el a mai spus‑o încă o dată apoi a plecat.

 

Eu m‑am întors

şi mi-am luat rămas bun

de la «lac­ul etern».

Despărţirea este un lucru obişnuit,

şi‑i mai uşor de făcut decât întâlnirea.

Han­ul şi‑a regăsit cal­mul, liniştea,

în aces­te zile de vară care nu se-ntunecă vreodată.

El con­tin­uă să ne îmbrăţişeze visele

ca o pasăre care-şi clo­ceşte micuţii.

 

Sayō­nara,

este efec­tiv un cuvânt frumos.

Despărţirea este

 mai fru­moasă decât întâlnirea.

Zgo­mo­tu­ul val­urilor lovind etern malurile lacului

oare nu este acela  al vocilor noastre ?

 

Nota autoru­lui : Say­onara înseam­nă « la revedere » în japoneză.

 

∗∗∗

 

2.4 Con­cetta Cav­alli­ni est pro­fesseure de lit­téra­ture française à l’U­ni­ver­sité de Bari, Aldo Moro, Ital­ie. Elle est spé­cial­iste de la Renais­sance, en par­ti­c­uli­er des rap­ports entre France et Ital­ie, ain­si que de Michel de Mon­taigne, auteur à pro­pos duquel elle a pub­lié deux mono­gra­phies et plus de soix­ante arti­cles et autres études. Elle pour­suit égale­ment ses recherch­es sur Pierre de Brach et la poésie con­tem­po­raine, notam­ment celle d’Yves Bonnefoy.

 

Ricor­di di Fin­lan­dia (I)

Se aves­si due penne –  La tenu­ta di Mukkula

 

Alle porte del­la tenuta

Si ergevano numerose alte querce.

Ho segui­to il cam­mi­no, fino alla dimora

Di Mukku­la, ter­ra di fate.

Fate che vivono nelle foglie di quercia

E non dimen­ti­cano mai le voci dei visitatori.

 

Nat­u­ral­mente, le fate si ricor­dano anche il nome dei visitatori

E li accol­go­no chia­man­doli per nome

Anche durante la loro pri­ma visita.

Ah! Se potes­si avere due anime,

ne abban­donerei una

sulle rive del lago del­la tenu­ta di Mukkula.

 

Ho depos­to i miei bagagli nel­la mia camera.

Ho cam­mi­na­to lun­go le rive del lago.

Non c’era ven­to né ombra cre­a­ta dalle onde.

Le forme delle nuv­ole bianche gioiose si allun­ga­vano sul­la spiaggia.

Chi­unque pas­si di là

Non può evitare di pen­sare alle vite mis­te­riose delle fate.

 

Ah ! Se sola­mente potes­si avere due penne,

ne lascerei una sul­la spiaggia.

Le per­sone che si riu­nis­cono nel­la tenuta

Potreb­bero pren­dere ques­ta penna,

Scri­vere le loro con­ver­sazioni con le fate

Sul­la sab­bia delle rive del lago.

 

NdP :Mukku­la è un sob­bor­go di Lahti in Fin­lan­dia, sit­u­a­to sul lago Vesijärvi.

 

∗∗

 

Ricor­di di Fin­lan­dia (II)

Una gior­na­ta

 

L’inverno,

la sab­bia del­la spi­ag­gia si cristal­liz­za sot­to l’acqua,

si immo­bi­liz­za,

e sen­za erodersi,

si addor­men­ta ascoltan­do i miti del­la foresta.

 

Al Sol­stizio d’estate,

Il sole diven­ta rosso,

sparisce dietro il lago,

vici­no,

si leva di nuo­vo e brilla.

Alcune ana­tre si allon­ta­narono nuotando.

Io mi acco­v­ac­ciai, pre­si del­la sab­bia in mano

Gius­to un pugno,

era più spesso

di quel­lo del mio paese natale.

 

Le onde, silen­ziose, can­cel­larono le trac­ce delle mie dita.

Il mio pen­siero si muoveva,

 « La mia ani­ma resterà qui eternamente »,

per­ché la mia esisten­za ha vis­su­to un giorno nel­la storia,

per­ché il mio amore per ques­ta ter­ra è così grande.

 

∗∗

 

Ricor­di di Fin­lan­dia  (III)

Lago eter­no

 

Delle voci risuon­a­vano nel­la tenuta,

ondu­lan­do tran­quil­la­mente sulle onde.

Say­onara,

Say­onara.

Qual­cuno che ave­va ripetu­to delle parole giapponesi

E ten­ta­to di ricordarle,

mi ha det­to : « Il suono di ques­ta paro­la è bello » ;

l’ha det­to una vol­ta in più poi è partito.

 

Mi girai

E dis­si addio

Al « lago eterno ».

La sep­a­razione è cosa abituale,

è più facile da fare che l’incontro.

La tenu­ta ha ritrova­to la sua tran­quil­lità, il suo silenzio,

in questi giorni d’estate che non imbrunis­cono mai.

Con­tin­ua a strin­gere i nos­tri sogni

Come un uccel­lo che cova i suoi piccoli.

 

Say­onara,

è effet­ti­va­mente una bel­la parola.

La sep­a­razione è più bel­la dell’incontro.

Il rumore delle onde che sbat­tono eter­na­mente sulle rive del lago

Non è quel­lo delle nos­tre voci?

 

NdP : Say­onara sig­nifi­ca « arrived­er­ci » in giapponese.

 

∗∗∗

 

2.5 Letizia Moréteau est née en Argen­tine et réside en France, à la fois par amour et en mémoire de ses ancêtres français. Poète, écrivaine, tra­duc­trice, for­mée à l’Art Thérapie, elle fait de l’accompagnement : un art décliné en poésie.

 

Recuer­dos de Fin­lan­dia (I)

Si tuviese dos plumas – La man­sión de Mukkula

 

A las puer­tas de la man­sión , una miría­da de altos rob­les erguidos.

Me encam­iné por el sendero hacia la mora­da de Mukku­la, tier­ra de hadas.

Hadas que viv­en en las hojas de los robles,

Y jamás olvi­dan las voces de los visitantes.

Como es nat­ur­al, las hadas recuer­dan tam­bién el nom­bre de los visitantes,

Y los reciben llamán­do­los por su nombre,

Inclu­so cuan­do se tra­ta de la primera visita.

Ah ! si pud­iese ten­er dos almas, aban­donaría una

En las oril­las del lago de la man­sión de Mukkula.

 

Dejé mi equipa­je en mi habitación

Y cam­iné bor­de­an­do las oril­las del lago.

No había ni vien­to ni som­bras esbozadas por las olas.

Las silue­tas de las jugue­t­onas nubles blancas

Se extendían has­ta la otra orilla.

 

Toda per­sona que se demo­ra por aquí, no puede sino

pen­sar en las vidas mis­te­riosas de las hadas.

Ah ! si pud­iese ten­er dos plumas,

Aban­donaría una en las orillas.

Así, los hués­pedes de la mansión

Podrían tran­scribir con esta  pluma sus con­ver­sa­ciones con las hadas

En la are­na de las oril­las del lago.

 

Nota del autor : Mukku­la es una local­i­dad de Lahti, Fin­lan­dia, a oril­las del lago Vesijärvi.

 

∗∗

 

Recuer­dos de Fin­lan­dia (II)

Un dia

 

Cuan­do lle­ga el invierno,

la are­na de la playa se cristal­iza con el agua,

Se inmov­i­liza

Y, sin erosión,

Se duerme escuchando

Los mitos del bosque.

 

En el Sol­sti­cio de verano

El sol se vuelve rojo,

Desa­parece detrás del lago,

A prox­im­i­dad,

Se ele­va de nue­vo y brilla.

 

Unos patos se ale­jaron nadando.

Me incliné para recoger un poco

De are­na en mis manos,

Sólo un puñado,

No era tan fina como la de mi país natal.

Las olas, silenciosas,

Bor­raron las huel­las de mis dedos.

Surgió un pen­samien­to : « mi alma

Per­manecerá aqui eternamente »

Porque mi existencia

ha vivi­do un dia en la historia,

porque mi amor por  esta tier­ra es tan grande.

 

∗∗

 

Recuer­dos de Fin­lan­dia (III)

Lago eter­no

 

Un eco de voces de la mansión

Ondu­lan­do aún entre las olas.

Say­onara

Say­onara

Alguien que había repetido

Pal­abras japone­sas e intentaba

Recor­dar­las, me dijo :

« El sonido de esta palabra

Es bel­lísi­mo »

Repi­tió la pal­abra una  vez más

Y se fue.

Me di vuelta y dije has­ta siempre

Al « eter­no lago »

Des­pedirse es una ruti­na diaria,

Es más fácil que asi­s­tir a un encuentro.

La man­sión reco­bró su qui­etud, su silencio

En estos dias de verano

En los que jamás anochece.

Su recuer­do con­tinúa abrazando

Nue­stros sueños

Como un pájaro pro­te­gien­do a sus pequeños.

Say­onara es real­mente una her­mosa palabra.

Des­pedirse es más bel­lo que encontrarse.

El sonido de las olas latien­do eternamente

Entre las oril­las con­tiene el sonido de nues­tras voces.

 

Nota del autor : Say­onara sig­nifi­ca « has­ta la vista » en Japonés.

 

 

 



[1] Yves Bon­nefoy, La com­mu­nauté des tra­duc­teurs.

[2] Yves Bon­nefoy, « Le Can­zoniere en sa tra­duc­tion », Con­férence, print­emps 2005, p. 376.

[3] Hen­ri Meschon­nic, Poé­tique du traduire, Lagrasse, Verdier, 1999, p. 27.

Sources des trois précé­dentes notes : extraits de paru­tions de la pro­fesseure, Mar­cel­la Leopizzi, spé­cial­iste du courant lib­ertin du 17e siè­cle et de poésie con­tem­po­raine française.

 

mm

Rome Deguergue

  Après avoir gran­di en Sarre, vécu son ado­les­cence en Aquitaine puis péré­griné durant deux décen­nies en Europe, en Ara­bie, en Iran, aux USA, Rome Deguer­gue, de mère alle­mande, ital­i­enne et de père français a regag­né l’Aquitaine, afin de se con­sacr­er à l’écriture en langue française, (devoir & pou­voir de mémoire, géo-poésie…), à la tra­duc­tion, à la cri­tique lit­téraire, et à la créa­tion d’Ateliers De Plein Air – Champs de géo-poésie, dis­pen­sés en direc­tion de jeunes publics, du pri­maire à l’université, et de publics migrants jeunes et âgés, apprenant la langue française, tant en France que hors de l’hexagone, à tra­vers l’Europe, et des­tinés à les encour­ager à « appren­dre à lire les lignes de la terre », à voir le réel, tel quel, à cul­tiv­er une vision ouverte mul­ti­di­men­sion­nelle des­tinée à utilis­er des mots migra­teurs priv­ilé­giant une ouver­ture trans­dis­ci­plinaire pour s’assurer  (en chem­ineaux de la terre) – chemin faisant donc, de la vital­ité et de l’avenir de la langue française, capa­ble de dia­loguer avec les autres langues du monde, en cousines de paysages, tant intérieurs qu’observés dans le « grand dehors » utiles à éclair­cir la pos­ture ser­pen­tine, flex­i­ble et bien­veil­lante de l’être au monde du vivant et des choses.     Mem­bre de l’ARDUA, (asso­ci­a­tion régionale des uni­ver­si­taires d’Aquitaine), du SIAM (société des amis de Mon­taigne), socié­taire de la SPF (société des poètes français), du P. E. N. Club français, de l’Institut inter­na­tion­al de GÉOPOÉTIQUE, mem­bre hon­o­raire de l’Union des écrivains de Timisoara, Roumanie, direc­trice de la col­lec­tion Écri­t­ures chez SCHENA edi­tore et con­seil­lère, cri­tique lit­téraire auprès du CÉNACLE EUROPÉEN FRANCOPHONE de Poésie, des Arts & Let­tres de Paris, elle est par ailleurs gérante d’une société de presta­tions géologiques.     L’écriture dynamique, la prose poé­tique (proésie) de Rome Deguer­gue est égrainée depuis 2003 dans plus de trente titres en des gen­res pluriels tels : poésie, géo-poésie, entre­tiens, essais, nou­velles, con­te, pièce de théâtre, com­mu­ni­ca­tions, recen­sions et arti­cles cri­tiques est pour part traduite en 15 langues et étudiée dans des col­lèges, lycées et uni­ver­sités européennes, où elle fait notam­ment l’objet de travaux de recherche.