Choix et présen­ta­tion de Gian­car­lo Baroni ; tra­duc­tion de Mar­i­lyne Bertoncini

 

Dans le numéro 57 du mag­a­zine «Ver­nice», l’écrivain San­dro Gros-Pietro con­sacre à Rossano Onano un sou­venir affectueux qui com­mence ainsi :
«Rossano Onano laisse un vide infran­chiss­able dans la poésie et la lit­téra­ture italiennes».

Dans le numéro 57 du mag­a­zine «Ver­nice», l’écrivain San­dro Gros-Pietro con­sacre à Rossano Onano un sou­venir affectueux qui com­mence ain­si : «Rossano Onano laisse un vide infran­chiss­able dans la poésie et la lit­téra­ture ital­i­ennes». Ce ne sont pas des paroles de cir­con­stance, le vide est là et il est grand chez ceux qui l’ont con­nu et appré­cié comme per­son­ne et comme poète ; une per­son­ne ouverte sur son prochain et à la fois réservée, capa­ble d’é­couter, un poète d’une qual­ité remar­quable qui n’aime pas jouer et n’aspire pas à occu­per le devant de la scène.

Son regard sur le monde est tou­jours inédit, oblique, latéral, par­tic­i­pant mais sans être cap­turé et enchevêtré. Orig­i­nal, ironique, mais jamais, jamais indif­férent, Onano préfère rester à dis­tance quand il par­le de douleur et de dés­espoir, comme cela est peut-être inévitable pour un écrivain qui tra­vaille comme psychiatre.

L’un de ses recueils impor­tants est inti­t­ulé Notes sur la prox­émique (2002) ; « La « prox­émie», écrit-il, «enten­due comme la sci­ence des dis­tances que l’homme place diverse­ment entre lui et les autres, est avant tout une sci­ence de l’amour : seuls ceux qui sont loin, en fait, peu­vent être désirés». Trou­ver la bonne dis­tance entre soi, les autres et les choses dans la vie et dans l’écri­t­ure entre soi, les per­son­nages, les his­toires et les lieux est une ques­tion cen­trale. « Nous sommes face à un auteur caus­tique et affectueux », déclare Maria Grazia Lenisa. Par­fois, les tons et les atmo­sphères ond­u­lent et s’as­som­bris­sent, les his­toires liées devi­en­nent plus menaçantes, agres­sives, menaçantes. Mais la tragédie n’est qu’évo­quée. L’élé­gance de l’écri­t­ure nous dis­trait du drame, l’ironie bien­veil­lante, le rythme sin­ueux, ému mais jamais agité, qui entraîne par­fois le lecteur dans une sorte de danse qui touche l’abîme sans y tomber. Maria Grazia Lenisa écrit dans la Pré­face du recueil Inven­taire du moto­cy­cliste par­tant pour le Paris-Dakar (1990) : « Rossano Onano (…) artic­ule sa poésie sur deux reg­istres formels : le court qui capte l’é­clat lyrique iro­nisé, celui qui se trou­ve plus dans une sorte de réc­i­tatif et nar­ra­tion ». Très habile dans la forme courte où il s’ap­puie sur un rythme musi­cal per­suasif et apaisant et une écri­t­ure trans­par­ente et mémorable, mais égale­ment habile à dilater les vers en leur don­nant main­tenant un aspect de nar­ra­tion fab­uleuse main­tenant d’es­sai en poésie. Nous avons choisi ici quelques-uns de ses courts textes poé­tiques, à la pré­ci­sion presque cristalline, dont il est le maître. Presque clair comme du cristal ! Car, nous rap­pelle l’au­teur, expli­quant le titre de son recueil anthologique Scara­maz­zo (2012), dont la tra­duc­tion française serait « tara­bis­coté » — comme les per­les baro­ques (note de la tra­duc­trice) : «Scara­maz­zo, car il a des imper­fec­tions extra­or­di­naires, bien plus intéres­santes qu’une per­le canon­ique­ment par­faite. L’his­toire est un col­lier de per­les scara­mazze ».

 

 

 

Poésies de Rossano Onano, choisies par Gian­car­lo Baroni, et traduites par Mar­i­lyne Bertoncini

 

Il movi­men­to del­la vita è vario
come il rivo che ride sul­la fonte
poi planan­do si stroz­za nell’estuario:
velo­ce­mente scor­rono origàmi
di barche fat­te in pagine di diario.

         (Minkows­ki: “La vita avan­za da sola, e non sono gli avven­i­men­ti che la fan­no avanzare”)

 

 

Le mou­ve­ment de la vie varie
comme le ruis­seau riant à la source
qui ralen­tit et s’é­tran­gle à l’estuaire : 
vélo­ces  glis­sent des origamis
de bar­ques faites de pages d’agenda.

 (Minkows­ki : « La vie avance d’elle-même, et ce ne sont pas les événe­ments qui la font avancer »)

 

 

Il mon­do ha un cor­done ombelicale
che invis­i­bil­mente sale
oltre l’ossigeno per filtrare
dal­la sbig­ot­ti­ta qui­ete universale
la com­pren­sione del silenzio
l’irrazionale mis­tero dell’amare.

 

 

 

 

Forse la poe­sia più corrispondente
che sia pos­si­bile fare
sul­la con­dizione esistenziale
dell’uomo è un immanente
pun­to inter­rog­a­ti­vo sopra un bianco
foglio di car­ta trasparente.

(da Gli umani accam­pa­men­ti, 1985).

 

 

 

 

 

Pec­ca­to che la sto­ria universale
nel col­let­ti­vo eter­no divenire
ci las­ci l’incombenza individuale
del­la for­mal­ità di morire.

 

 

 

*

Dare for­ma al Silen­zio nos­tra antica
irrev­o­ca­ta vocazione.

 

 

 

*

La vita è soprat­tut­to un informale
quadro di Mon­dri­an dove il rosso acceso
si affronta con il bian­co dell’attesa.
In mez­zo corre una ban­det­ta nera.

 

 

 

*

Io sono un ange­lo paradossale
dis­trat­to dall’umano ma trafitto
sopra la croce di una cattedrale.

 

 

*

 

Io prego quan­ti mi conoscono
di non las­cia­r­mi partire
potrei pian­gere come un angelo
che ha voglia di morire.

Sap­pi­ate che quan­do mi apparto
in realtà voglio dire
che cer­co la stra­da più comoda
per farvi un poco soffrire.

 

 

*

L’amore di mia madre s’accontenta
dell’analoga voce di mio figlio
che chia­ma non­na quan­do s’addormenta.

 

 

 

*

Le nos­tre mani noi vor­rem­mo avere
nell’aria del mat­ti­no abbandonate.

 

 

 

*

Mi si asso­ciano com­pag­ni di viaggio
per nul­la cer­i­mo­niosi. Caproni
stes­so avrebbe poco da dire. Ad ogni
stazione si diradano gli uomini
che mi han­no accom­pa­g­na­to. Si difforma
nel par­ti­co­lare l’allegoria.
Il con­trol­lore non è mai passato.

(da L’incombenza indi­vid­uale, Forum/quinta Gen­er­azione, 1987)

 

 

 

 

*

Io che cer­co l’uccellino del fred­do, da scaldare
nel­la tas­ca inter­na del­la giub­ba a sin­is­tra, e sfido
i rovi. Lui che si lib­era in pia­nu­ra, fascinato
dall’iride losco delle canne appostate, dai
cac­cia­tori che pun­tano l’umido, la polenta.

(da Inven­tario del moto­ci­clista in parten­za per la Pari­gi – Dakar, Edi­zioni Trac­ce, 1990)

 

 

*

Quan­do irrompe il nano del­la pal­la­cane­stro, i giganti
si guardano intorno sgo­men­tati, sof­frono il minuto
pal­leg­gio fre­neti­co, si inibis­cono. Inducono argomentazioni
capziose, lo inter­di­cono da tutte le squadre del regno.

(da Le anco­ra chiuse figlie mari­naie, 1994)

 

*

Posse­di­amo un sen­so roman­i­co del­la misura
e lunghe nic­chie d’ombra ed una baroc­ca paura.

(da Il sen­so roman­i­co del­la misura, Edi­zioni Trac­ce, 1996)

 

 

*

E‘ lon­tano il tem­po, è oggi lontano
da sper­an­za oppure da nostalgia,
quan­do a me che mi amo scri­vo cari
salu­ti, a presto, quan­do sono via.

(da Appun­ti ragionati di prossem­i­ca, Book Edi­tore, 2002)

 

 

*

Palaz­zo di Gius­tizia, istruttoria

 Mi avval­go del­la facoltà di rispondere
dice l’imputato, inutilmente.
L’aula è spoglia di mobili, vasta
e vuo­ta, anche il giu­dice è assente.

(da Ammuina, Gen­e­si Editrice, 2009)

 

 

 

*

Sei par­ti­ta quan­do ero lon­tano, sen­za salutare
Anche Mau­ra è accor­sa subito, pen­sa­va di trattenerti.
Io sape­vo che non era pos­si­bile chia­mar­ti a voce alta.
Nep­pure tenere un lem­bo chiaro del­la tua veste.
Noi che siamo i tuoi figli abbi­amo aper­to la por­ta bianca.
Sap­pi­amo che tu non vole­vi ved­er­ci piangere.

(da Scara­maz­zo, Gen­e­si Editrice, 2012)

 

*

Il san­da­lo regale ha l’infradito
Ramesse a filo d’oro l’ha cucito.

Ramesse l’ha calza­to alla sua sposa
nell’arca d’oro la don­na riposa.

(Il san­da­lo di Nefer­tari, 2016)

 

 

Le monde a un  cor­don ombilical
qui s’élève invisible
par delà l’oxygène pour filtrer
de la stupé­faite paix universelle
la com­préhen­sion du silence
l’ir­ra­tionnel mys­tère d’aimer

 

 

 

 

Peut-être que la poésie la plus proche
qu’on puisse faire
sur la con­di­tion existentielle
de l’homme serait un immanent
point d’in­ter­ro­ga­tion sur le blanc
d’une page transparente.

 

 

 

 

 

Dom­mage que l’his­toire universelle
dans l’éter­nel devenir collectif
nous laisse la corvée individuelle
de la for­mal­ité de mourir.

 

 

 

Don­ner forme au Silence notre antique
et non abrogée vocation.

 

 

 

La vie est avant tout un tableau
abstrait de Mon­dri­an où s’afrontent
le rouge vif et le blanc de l’attente.
Entre les deux court une ban­delette noire.

 

 

 

Je suis un ange para­dox­al 
sous­trait à l’hu­main mais transpercé
sur la croix d’une cathédrale

 

 

 

Je prie tous ceux qui me connaissent
de ne pas me laiss­er partir
je pour­rais pleur­er comme un ange
qui désire la mort.

 Sachez que lorsque je m’isole
en réal­ité je veux dire
que je cherche le moyen le plus simple
pour vous faire souf­frir un peu.

 

 

L’amour de ma mère se contente
de de la voix sim­i­laire de mon fils
qui appelle mamie en s’endormant.

 

 

 

Nos mains nous voudri­ons les avoir
dans l’air mati­nal abandonnées.

 

 

 

S’as­so­cient à moi des com­pagnons de route
en rien céré­monieux. Caproni
lui-même aurait peu à dire. A chaque 
arrêt se raré­fient les hommes
qui m’ont accom­pa­g­né. S’altère
dans les détails l’allégorie.
Le con­trôleur n’est jamais passé.

 

 

 

 

 

Je cherche l’oise­let du froid, à protéger
dans la poche intérieure gauche de ma veste, défiant
les ronces. Et lui se libère dans la plaine, fasciné
par l’iris louche des roseaux postés, des 
chas­seurs qui visent le ragoût, la polenta.

 

 

 

 

 

Quand au bas­ket sur­git le nain, les géants
regar­dent autour d’eux, con­sternés, il subis­sent le minuscule
drib­ble fréné­tique, qui les inhibe. Ils enga­gent des discussions
spé­cieuses, le font inter­dire dans toutes les équipes du royaume.

 

 

 

 

 Nous pos­sé­dons un sens roman de la mesure
et de pro­fondes nich­es d’om­bre et une peur baroque.

 

 

 

Il est loin, le temps, et aujour­d’hui est loin

de l’e­spérance ou de la nos­tal­gie, 
quant à moi qui m’aime j’écris de cordiaux
saluts, à bien­tôt, quand je voyage.

 

 

Palais de Jus­tice, instruction

 Je me pré­vaut du droit de réponse
dit l’ac­cusé, en vain
La salle est dépourvue de meubles, vaste
et vide, même le juge est absent.

 

 

 

Tu es par­tie quand j’é­tais loin, sans dire au revoir
Même Mau­ra s’est pré­cip­itée, elle pen­sait te retenir.
Je savais qu’il n’é­tait pas pos­si­ble de t’ap­pel­er à voix haute.
Ni même de tenir un pan de ta robe claire.
Nous, tes enfants, avons ouvert la porte blanche.
Nous savons que tu ne voulais pas nous voir pleurer.

 

 

 

 

La san­dale royale a une bride
Ram­sès l’a cousue d’un fil d’or.

Ram­sés en a chaussé son épouse