Choix et pré­sen­ta­tion de Giancarlo Baroni ; tra­duc­tion de Marilyne Bertoncini

 

Dans le numé­ro 57 du maga­zine « Vernice », l’écrivain Sandro Gros-Pietro consacre à Rossano Onano un sou­ve­nir affec­tueux qui com­mence ainsi :
« Rossano Onano laisse un vide infran­chis­sable dans la poé­sie et la lit­té­ra­ture italiennes ».

Dans le numé­ro 57 du maga­zine « Vernice », l’écrivain Sandro Gros-Pietro consacre à Rossano Onano un sou­ve­nir affec­tueux qui com­mence ain­si : « Rossano Onano laisse un vide infran­chis­sable dans la poé­sie et la lit­té­ra­ture ita­liennes ». Ce ne sont pas des paroles de cir­cons­tance, le vide est là et il est grand chez ceux qui l’ont connu et appré­cié comme per­sonne et comme poète ; une per­sonne ouverte sur son pro­chain et à la fois réser­vée, capable d’écouter, un poète d’une qua­li­té remar­quable qui n’aime pas jouer et n’aspire pas à occu­per le devant de la scène.

Son regard sur le monde est tou­jours inédit, oblique, laté­ral, par­ti­ci­pant mais sans être cap­tu­ré et enche­vê­tré. Original, iro­nique, mais jamais, jamais indif­fé­rent, Onano pré­fère res­ter à dis­tance quand il parle de dou­leur et de déses­poir, comme cela est peut-être inévi­table pour un écri­vain qui tra­vaille comme psychiatre.

L’un de ses recueils impor­tants est inti­tu­lé Notes sur la proxé­mique (2002) ; « La « proxé­mie », écrit-il, « enten­due comme la science des dis­tances que l’homme place diver­se­ment entre lui et les autres, est avant tout une science de l’amour : seuls ceux qui sont loin, en fait, peuvent être dési­rés ». Trouver la bonne dis­tance entre soi, les autres et les choses dans la vie et dans l’écriture entre soi, les per­son­nages, les his­toires et les lieux est une ques­tion cen­trale. « Nous sommes face à un auteur caus­tique et affec­tueux », déclare Maria Grazia Lenisa. Parfois, les tons et les atmo­sphères ondulent et s’assombrissent, les his­toires liées deviennent plus mena­çantes, agres­sives, mena­çantes. Mais la tra­gé­die n’est qu’évoquée. L’élégance de l’écriture nous dis­trait du drame, l’ironie bien­veillante, le rythme sinueux, ému mais jamais agi­té, qui entraîne par­fois le lec­teur dans une sorte de danse qui touche l’abîme sans y tom­ber. Maria Grazia Lenisa écrit dans la Préface du recueil Inventaire du moto­cy­cliste par­tant pour le Paris-Dakar (1990) : « Rossano Onano (…) arti­cule sa poé­sie sur deux registres for­mels : le court qui capte l’éclat lyrique iro­ni­sé, celui qui se trouve plus dans une sorte de réci­ta­tif et nar­ra­tion ». Très habile dans la forme courte où il s’appuie sur un rythme musi­cal per­sua­sif et apai­sant et une écri­ture trans­pa­rente et mémo­rable, mais éga­le­ment habile à dila­ter les vers en leur don­nant main­te­nant un aspect de nar­ra­tion fabu­leuse main­te­nant d’essai en poé­sie. Nous avons choi­si ici quelques-uns de ses courts textes poé­tiques, à la pré­ci­sion presque cris­tal­line, dont il est le maître. Presque clair comme du cris­tal ! Car, nous rap­pelle l’auteur, expli­quant le titre de son recueil antho­lo­gique Scaramazzo (2012), dont la tra­duc­tion fran­çaise serait « tara­bis­co­té » – comme les perles baroques (note de la tra­duc­trice) : « Scaramazzo, car il a des imper­fec­tions extra­or­di­naires, bien plus inté­res­santes qu’une perle cano­ni­que­ment par­faite. L’histoire est un col­lier de perles sca­ra­mazze ».

 

 

 

Poésies de Rossano Onano, choi­sies par Giancarlo Baroni, et tra­duites par Marilyne Bertoncini

 

Il movi­men­to del­la vita è vario
come il rivo che ride sul­la fonte
poi pla­nan­do si stroz­za nell’estuario :
velo­ce­mente scor­ro­no origàmi
di barche fatte in pagine di diario.

         (Minkowski : “La vita avan­za da sola, e non sono gli avve­ni­men­ti che la fan­no avanzare”)

 

 

Le mou­ve­ment de la vie varie
comme le ruis­seau riant à la source
qui ralen­tit et s’étrangle à l’estuaire : 
véloces  glissent des origamis
de barques faites de pages d’agenda.

 (Minkowski : « La vie avance d’elle-même, et ce ne sont pas les évé­ne­ments qui la font avancer »)

 

 

Il mon­do ha un cor­done ombelicale
che invi­si­bil­mente sale
oltre l’ossigeno per filtrare
dal­la sbi­got­ti­ta quiete universale
la com­pren­sione del silenzio
l’irrazionale mis­te­ro dell’amare.

 

 

 

 

Forse la poe­sia più corrispondente
che sia pos­si­bile fare
sul­la condi­zione esistenziale
dell’uomo è un immanente
pun­to inter­ro­ga­ti­vo sopra un bianco
foglio di car­ta trasparente.

(da Gli uma­ni accam­pa­men­ti, 1985).

 

 

 

 

 

Peccato che la sto­ria universale
nel col­let­ti­vo eter­no divenire
ci las­ci l’incombenza individuale
del­la for­ma­li­tà di morire.

 

 

 

*

Dare for­ma al Silenzio nos­tra antica
irre­vo­ca­ta vocazione.

 

 

 

*

La vita è soprat­tut­to un informale
qua­dro di Mondrian dove il ros­so acceso
si affron­ta con il bian­co dell’attesa.
In mez­zo corre una ban­det­ta nera.

 

 

 

*

Io sono un ange­lo paradossale
dis­trat­to dall’umano ma trafitto
sopra la croce di una cattedrale.

 

 

*

 

Io pre­go quan­ti mi conoscono
di non las­ciar­mi partire
potrei pian­gere come un angelo
che ha voglia di morire.

Sappiate che quan­do mi apparto
in real­tà voglio dire
che cer­co la stra­da più comoda
per far­vi un poco soffrire.

 

 

*

L’amore di mia madre s’accontenta
dell’analoga voce di mio figlio
che chia­ma non­na quan­do s’addormenta.

 

 

 

*

Le nostre mani noi vor­rem­mo avere
nell’aria del mat­ti­no abbandonate.

 

 

 

*

Mi si asso­cia­no com­pa­gni di viaggio
per nul­la ceri­mo­nio­si. Caproni
stes­so avrebbe poco da dire. Ad ogni
sta­zione si dira­da­no gli uomini
che mi han­no accom­pa­gna­to. Si difforma
nel par­ti­co­lare l’allegoria.
Il control­lore non è mai passato.

(da L’incombenza indi­vi­duale, Forum/​quinta Generazione, 1987)

 

 

 

 

*

Io che cer­co l’uccellino del fred­do, da scaldare
nel­la tas­ca inter­na del­la giub­ba a sinis­tra, e sfido
i rovi. Lui che si libe­ra in pia­nu­ra, fascinato
dall’iride los­co delle canne appo­state, dai
cac­cia­to­ri che pun­ta­no l’umido, la polenta.

(da Inventario del moto­ci­clis­ta in par­ten­za per la Parigi – Dakar, Edizioni Tracce, 1990)

 

 

*

Quando irrompe il nano del­la pal­la­ca­nes­tro, i giganti
si guar­da­no intor­no sgo­men­ta­ti, sof­fro­no il minuto
pal­leg­gio fre­ne­ti­co, si inibis­co­no. Inducono argomentazioni
cap­ziose, lo inter­di­co­no da tutte le squadre del regno.

(da Le anco­ra chiuse figlie mari­naie, 1994)

 

*

Possediamo un sen­so roma­ni­co del­la misura
e lun­ghe nic­chie d’ombra ed una baroc­ca paura.

(da Il sen­so roma­ni­co del­la misu­ra, Edizioni Tracce, 1996)

 

 

*

E` lon­ta­no il tem­po, è oggi lontano
da spe­ran­za oppure da nostalgia,
quan­do a me che mi amo scri­vo cari
salu­ti, a pres­to, quan­do sono via.

(da Appunti ragio­na­ti di pros­se­mi­ca, Book Editore, 2002)

 

 

*

Palazzo di Giustizia, istruttoria

 Mi avval­go del­la facol­tà di rispondere
dice l’imputato, inutilmente.
L’aula è spo­glia di mobi­li, vasta
e vuo­ta, anche il giu­dice è assente.

(da Ammuina, Genesi Editrice, 2009)

 

 

 

*

Sei par­ti­ta quan­do ero lon­ta­no, sen­za salutare
Anche Maura è accor­sa subi­to, pen­sa­va di trattenerti.
Io sape­vo che non era pos­si­bile chia­mar­ti a voce alta.
Neppure tenere un lem­bo chia­ro del­la tua veste.
Noi che sia­mo i tuoi figli abbia­mo aper­to la por­ta bianca.
Sappiamo che tu non vole­vi veder­ci piangere.

(da Scaramazzo, Genesi Editrice, 2012)

 

*

Il san­da­lo regale ha l’infradito
Ramesse a filo d’oro l’ha cucito.

Ramesse l’ha cal­za­to alla sua sposa
nell’arca d’oro la don­na riposa.

(Il san­da­lo di Nefertari, 2016)

 

 

Le monde a un  cor­don ombilical
qui s’élève invisible
par delà l’oxygène pour filtrer
de la stu­pé­faite paix universelle
la com­pré­hen­sion du silence
l’irrationnel mys­tère d’aimer

 

 

 

 

Peut-être que la poé­sie la plus proche
qu’on puisse faire
sur la condi­tion existentielle
de l’homme serait un immanent
point d’interrogation sur le blanc
d’une page transparente.

 

 

 

 

 

Dommage que l’histoire universelle
dans l’éternel deve­nir collectif
nous laisse la cor­vée individuelle
de la for­ma­li­té de mourir.

 

 

 

Donner forme au Silence notre antique
et non abro­gée vocation.

 

 

 

La vie est avant tout un tableau
abs­trait de Mondrian où s’afrontent
le rouge vif et le blanc de l’attente.
Entre les deux court une ban­de­lette noire.

 

 

 

Je suis un ange para­doxal 
sous­trait à l’humain mais transpercé
sur la croix d’une cathédrale

 

 

 

Je prie tous ceux qui me connaissent
de ne pas me lais­ser partir
je pour­rais pleu­rer comme un ange
qui désire la mort.

 Sachez que lorsque je m’isole
en réa­li­té je veux dire
que je cherche le moyen le plus simple
pour vous faire souf­frir un peu.

 

 

L’amour de ma mère se contente
de de la voix simi­laire de mon fils
qui appelle mamie en s’endormant.

 

 

 

Nos mains nous vou­drions les avoir
dans l’air mati­nal abandonnées.

 

 

 

S’associent à moi des com­pa­gnons de route
en rien céré­mo­nieux. Caproni
lui-même aurait peu à dire. A chaque 
arrêt se raré­fient les hommes
qui m’ont accom­pa­gné. S’altère
dans les détails l’allégorie.
Le contrô­leur n’est jamais passé.

 

 

 

 

 

Je cherche l’oiselet du froid, à protéger
dans la poche inté­rieure gauche de ma veste, défiant
les ronces. Et lui se libère dans la plaine, fasciné
par l’iris louche des roseaux pos­tés, des 
chas­seurs qui visent le ragoût, la polenta.

 

 

 

 

 

Quand au bas­ket sur­git le nain, les géants
regardent autour d’eux, conster­nés, il subissent le minuscule
dribble fré­né­tique, qui les inhibe. Ils engagent des discussions
spé­cieuses, le font inter­dire dans toutes les équipes du royaume.

 

 

 

 

 Nous pos­sé­dons un sens roman de la mesure
et de pro­fondes niches d’ombre et une peur baroque.

 

 

 

Il est loin, le temps, et aujourd’hui est loin

de l’espérance ou de la nos­tal­gie, 
quant à moi qui m’aime j’écris de cordiaux
saluts, à bien­tôt, quand je voyage.

 

 

Palais de Justice, instruction

 Je me pré­vaut du droit de réponse
dit l’accusé, en vain
La salle est dépour­vue de meubles, vaste
et vide, même le juge est absent.

 

 

 

Tu es par­tie quand j’étais loin, sans dire au revoir
Même Maura s’est pré­ci­pi­tée, elle pen­sait te retenir.
Je savais qu’il n’était pas pos­sible de t’appeler à voix haute.
Ni même de tenir un pan de ta robe claire.
Nous, tes enfants, avons ouvert la porte blanche.
Nous savons que tu ne vou­lais pas nous voir pleurer.

 

 

 

 

La san­dale royale a une bride
Ramsès l’a cou­sue d’un fil d’or.

Ramsés en a chaus­sé son épouse

Giancarlo Baroni