> Samuel Martin-Boche, Autoportrait d’après nature et autres poèmes

Samuel Martin-Boche, Autoportrait d’après nature et autres poèmes

2018-03-03T11:09:04+00:00

AUTOPORTRAIT D’APRÈS NATURE

à la manière de Jean Tardieu (sauf les der­niers)

 

 

Si j’étais peintre, je met­trais dans mon tableau :
ma signa­ture, en bas à droite de la toile blanche, com­men­çant
par la fin, puis au centre un arbre ren­ver­sé, de telle sorte
qu’il retourne ses racines vers un ciel de tour­ma­line, avec ses doutes
iri­sés en sus­pen­sion, auquel je fixe­rais quelques étoiles mortes
comme un feu pour atti­ser la nos­tal­gie et mieux sou­li­gner le silence ;
sur le côté un indien en charge de la lune (hors du cadre),
guet­teur stoïque, bras croi­sés, cer­clés par le réel, témoin
muet de ma suf­fi­sance ; à sa gauche un livre ouvert à la page
du crime ou des récon­ci­lia­tions, issue ou échap­pa­toire de l’esprit,
parce qu’il est la seule fenêtre peinte ;
plus loin sur sa droite, un miroir bri­sé dont les mor­ceaux épars gisent
au sol (ou est-ce le ciel ?), au cas où il lui pren­drait
cette envie bar­bare de déchi­rer l’espace pour s’arracher à l’ennui ;
et dans un der­nier coup de pin­ceau, lorsqu’une fois lan­cé
le geste ne peut arrê­ter son élan d’oiseau qui l’emporte,
(comme ces bou­quets de pha­langes chez Garouste
si démul­ti­pliées qu’elles semblent s’échapper des mains),
– com­ment ne pas tordre les figures et noyer abso­lu­ment le pay­sage ?

 

DÉAMBULATIONS

 en lisant Zéno Bianu

 

 

L’œil atten­tif
                                                                                          tu arpentes la rue
et tu penses à tout ce qui s’évade
                                                                                    échappe à ton regard
de pas­sant rela­tif
                                                                          aux fenêtres qui se referment
aux rumeurs qui s’éteignent
                                                                                                                 gra­vies
                                                                                                 des marches
                                                                                  à pro­por­tion
aux ori­gines qui te seront à jamais source
                                                                               d’inutiles spé­cu­la­tions
à la vie que tu tra­verses
                                                        sans péné­trer le mys­tère des choses
ni la sin­gu­la­ri­té des êtres sans savoir
                                                       si le chat voi­sin la veille dis­pa­ru –
si le res­tau­rant fer­mé pour tra­vaux –
                                                                            ou si l’ouvrier demain
du haut de son écha­fau­dage –
                                                   igno­rant l’affiche salie sur la façade
S’enchevêtrant comme des branches
                                                                 de chèvre­feuille ou comme
ce lierre dans l’absolu du ciel
                                                                           le quar­tier t’échappe
par toutes ses issues
                                                                           tes pas que les murs
réper­cutent vont
                                                                             bégayant ton nom
se perd
                                                                                      dans la ville

 

 

 

LA SOIF DU CONSUL

« La nuit cir­cule dans mes veines. »
Cioran

En quête du secret de l’être aux heures des conclu­sions qui hurlent
à la lune te prennent à la gorge tu vas cher­chant dans
chaque gor­gée incan­des­cente de ton verre une réponse ô
pour­suite d’absolu dont chaque gor­gée plus amère semble-t-il te
rap­proche davan­tage du centre tan­dis que la sui­vante sur le bord ron­gé
de la volon­té recon­duit ta soif et son obs­ti­na­tion por­tant plus loin
l’énigme l’interrogation sur l’axe aveugle du monde sa révé­la­tion plus
éloi­gnée semble-t-il au moment trouble où cette autre vien­dra répé­ter la
pro­messe pas­sa­gère d’un accueil pour abri­ter le vol­can et son mys­tère
l’angoisse de l’existence par­mi les tiens et la connais­sance
impar­faite néces­sai­re­ment mais c’est une véri­té
de noyé que tu cueilles au fond de ton verre vide

 

 

 

VISAGE DE LA NOSTALGIE

Et je pense à lui Thomas de Quincey au ren­dez-vous
man­qué d’Ann pour tou­jours (16 ans) – pour tou­jours ! –
rejointe dans l’opium plus tard ou par­mi les vapeurs
du rêve ou de Londres – brouillard pré­mices du pro­grès déjà sale
comme suie – au détour de l’hallucination sur tel gra­bat sor­dide
soit à bord de quelque malle poste pour dis­tan­cer sur une route
secouée de cahots les per­sé­cu­tions
du remords et faire son deuil
de l’amour per­du deuil de la mémoire défaite ou de l’art
garant indi­gent de l’oubli
deuil de la véri­té sous ses masques d’emprunt
deuil de soi de l’enfance au génie éga­ré dans la course
deuil de la nais­sance de l’avenir sans nous enfin le deuil
en abyme
le regret chez lui une res­pi­ra­tion

 

 

 

 

CIRCULATIONS

Traversant l’esplanade te nom­mant et l’asphalte
brû­lant comme ta vie écour­tée
ce nom de jeu­nesse signe ou étoile dans nos nuits
sur le pan­neau une date 1939 puis ta mort –
Un livre de toi au fond de mon sac fan­tas­sin
ou pié­ton de la ville qui man­qua être ta der­nière
étape je pense aux des­tins croi­sés aux ren­contres
qui avortent ces ren­dez-vous sans poi­gnées de mains
En quête des traces de celui qui fut toi et ton corps
jamais retrou­vé ni ton manus­crit
plus impor­tant que ma vie disais-tu
consul­tant le dédale des ruelles les squares
pour mieux bor­ner les hontes du plein jour
tan­dis qu’autour le tra­fic s’ajuste patiem­ment
l’air satu­ré de pol­lens en cercle ou dis­per­sés
puis accé­lé­rant le pas dans ma hâte de ren­trer
pour le poème
sur la table et par ces pre­miers mots
ton nom Walter Benjamin

 

 

 

 

SEMAILLES

Allongeant ta déam­bu­la­tion tu joues à égre­ner le nom
des plantes ver­tueuses aux syl­labes que tes lèvres
détachent très déli­ca­te­ment pour leur mys­tère
ou le res­pect natu­rel qu’elles ins­pirent
(leur pro­non­cia­tion gage de for­tune)
euca­lyp­tus aspho­dèle épi­lobe ou
poten­tille pétales de mots un
par vœu sous la langue
chaque ser­ment frais
cueilli sup­pléant
son devan­cier

 

 

 

 

LÀ O­Ù JE DOIS ÊTRE

Si vous me cher­chez
là où je dois être
sui­vez les traces accro­chées aux vents
flai­rez l’hésitation des confluents
puis der­rière l’arbre aux fruits de soup­çon
ins­pec­tez les parages
du regret retour­nez sur mes pas
habi­te­rais-je le cou­rant d’air ou l’éclaircie
frap­pez l’air de vos mains pour là où je dois être
pro­non­cez mon nom à haute voix
emprun­tez les allées sans tra­jec­toires car
la courbe conduit ma course là
où je dois être seule­ment
existe-t-il

 

 

 

 

 

DEMEURE DU POÈME

pour Yves Humann, en remer­cie­ment

À l’intérieur du poème pre­nant place
et c’est par­fois comme si fami­liè­re­ment
l’hôte avait lais­sé la porte ouverte
le pain est sur la table
un lit confiant rému­nère tes efforts à l’inverse
d’autres appellent l’effraction et
le car­reau cas­sé ta main
à tâtons seul guide dans l’obscur
les tiroirs un à un retour­nés
puis tes pas écon­duits de pièce
en pièce chaque marche un exa­men
pour enfin le tré­sor au fond de la cave
sous la clé dor­mante

Présentation de l’auteur

Samuel Martin-Boche

Poète, ensei­gnant, né en 1977. Après des études de Lettres (Poitiers, Bordeaux), et une expé­rience d’assistant de langue (Irlande du Nord), vit et tra­vaille aujourd’hui à Nevers. Deux recueils sont en cours de lec­ture : Rue du sombre et La Ballade de Ridgeway Street.

 

 

 

Samuel Martin-Boche

© Crédits pho­tos (sup­pri­mer si inutile)

X