Samy Hassid, Le Vent dans la chambre…, et autres poèmes

Par |2019-11-08T07:39:55+01:00 6 novembre 2019|Catégories : Poèmes, Samy Hassid|

Le vent dans la chambre
fait gliss­er les pigeons ramiers
dans les petites mains rougies
de l’ar­bre en face.
Par la fenêtre ouverte
des vagues viennent
s’al­longer un instant sur le lit
pour aspir­er l’odeur
de nos sécré­tions intimes
faisant vibr­er au passage
les pages des livres
en spasmes éperdus.

 

Avec cette chaleur
me revient l’odeur
de la grena­dine à l’eau.
Goûters pris entre deux activités
ou dans le car
de retour d’excursion
les mains toutes col­lantes de sève.
Énergie brûlée de soleil
les tem­pes réson­nant encore
de cours­es exténuées
les pieds en feu
mais heureux d’avoir gagné
2 bar­res de chocolat
allongées sur du pain.

 

 

Mycènes est tombée.
Forter­esse minée
par les tombeaux de ses suzerains
strates de poter­ies polychromes
tré­sors à même le sol
générosité posthume.
A l’om­bre des oliviers
lente­ment se goûte
l’huile des siè­cle écoulés
le silence hachuré des cigales.
La mort qui mon­tait la garde
dans l’étroit cor­ri­dor du “cer­cle A“
à présent se gorge de ciel
dans les tho­los effondrés.

 

 

Essuyées sur la table
extir­pées du grille-pain
bal­ayées jusque sur le seuil
les miettes frag­mentent la matinée.
Elles gag­neront le ciel
dans des gésiers d’oiseaux
tan­dis que ce fromage
jaune et friable
au goût sans arrière-pensée
reste ici avec moi.
Carence de plénitude.

 

 

Présentation de l’auteur

Samy Hassid

Samy Has­sid tra­vaille entouré d’œu­vres d’art entre ravisse­ment, vig­i­lance et som­no­lence. Pour tuer le temps – mais aus­si pour le sauver – il con­signe dans de petits car­nets ses obser­va­tions, ses impres­sions. Ces car­nets sont ain­si l’en­tre­prise d’un col­lec­tion­neur d’in­stants qui cherche à con­serv­er le pat­ri­moine anec­do­tique qu’est notre pas­sage sur terre.

 

Autres lec­tures

Aller en haut