Sibylle Bolli, Ce qui t’espère

Par |2022-03-06T08:17:42+01:00 1 mars 2022|Catégories : Poèmes, Sibylle Bolli|

I

ânon­nement
jours recuits
tu enjambes les mots gris
accu­mulés aux fissures
tu sais les roses
qui gémis­sent à la nudité du désert
il suf­fi­rait de pren­dre forme
puis­er aux chaumes
aux ven­tres des futaies
il suf­fi­rait de tir­er naissance
du brin oublieux
frémissant
sous le dais du grand ciel

II

sous tes pas défleuris
que le temps essaime
cette couleur sombre
qui estompe les feux
affamé d’été
aux joues de mûres
soif de ces eaux
où musait ton reflet
tu écoutes s’assoupir
la vague du pre­mier jour
trem­bles au passage
amoureux de l’aile
rede­venu seul

III

quel cré­pus­cule
gri­saille à pas de loup ?
tu cherches
dans l’ossuaire des mots
éclairs de sang de sève
offre ta chair
à la morsure
le chemin s’effrite
sous ta main
tu restes ainsi
fendil­lé de silence
comme arbre
tra­ver­sé d’orage

IV

il s’agira
d’ébranler la pierre
à la seule buée des mots
comme un roi découronné
ren­du aux bouch­es de la nuit
le goût du ciel vivra
aux lèvres veuves
ton cœur
assail­li de neige
évidera le tombeau

V

ou l’enfant
ou la promesse
rassem­ble l’horizon
à tes bras d’argile
tu décages l’oiseau
qui boule­verse le poème
trans­parence d’un ciel
qui t’advient
rien n’est plus
que ce chemin sans traces
où rosée pèse sur les os
où ton empreinte délivre

 

Présentation de l’auteur

Sibylle Bolli

Sibylle Bol­li naît en 1970, dans la région fran­coph­o­ne de la Suisse, où elle vit, écrit et tra­vaille actuelle­ment. Plusieurs poètes dans la famille l’initient très jeune au bon­heur de l’écriture. Après une matu­rité clas­sique, elle obtient une licence en biolo­gie, puis en médecine. Elle explore les sen­tiers d’écriture en prose et en poésie. Elle ne conçoit pas la vie sans écri­t­ure ni l’écriture sans la vie. Elle a pub­lié dans dif­férentes revues fran­coph­o­nes, au Cana­da, en France et en Suisse.

 

Autres lec­tures

Aller en haut