Accueil> Alexandre Lequœur, EDA, extraits

Alexandre Lequœur, EDA, extraits

Par |2020-01-06T16:15:00+01:00 5 janvier 2020|Catégories : Alexandre Lequœur, Poèmes|

IX

Suivre le pavé
  les odeurs
et le cours de la Seine

le jour
est sans matin

Flèche de Notre-Dame
    bles­sure au mur
 de Saint-Gervais

l’aube
est bla­farde

De l’or scin­tille sen­sible
au tym­pan des Archanges
répon­dant au sou­rire
de la rue Quincampoix
Quand l’air porte des mots
    inat­ten­dus encore
ins­pi­rant au retour
leur absence de poids

 

 

∗∗∗∗∗∗

XV

Les volets sont clos sur ma main
qui pour que l’autre écrive
pro­tège la petite flamme
de l’appétit de l’ombre

L’instant aupa­ra­vant
j’étais à la fenêtre
quand le ciel et la terre
se sont déréu­nis

Et ma paume recèle
de la mémoire claire
obs­cure à son envers
où demeure ma nuit

 

 

 

∗∗∗∗∗∗

XVI

L’autre nuit
Adjacente du jour déro­bé
Entretient un silence
Dont l’éternel ennui
Déborde et puis s’élance
Par la mort ini­tié
Pour entr’ouvrir une aube
Où l’homme se fait lyre
De la nuit pal­pi­tante
Au matin avouée
De la mémoire lente
Au pré­sent ave­nir

 

 

 

 

∗∗∗∗∗∗

XVIII

Quel jour
quelle année
quel moi s’en est allé
bat­tant des ailes ?

D’ouest en est
du pareil au même

Le che­min du retour
Est-il une route vers soi ?

Et si ulti­me­ment
il advient que j’acquiesce
vais-je me retour­ner
reve­nir sur mes pas ?

 

∗∗∗∗∗∗

XXXIX

Humer le matin
quand les toits se défont en nues

Boire l’aube
lire l’aube délivre

 

 

Présentation de l’auteur

Alexandre Lequœur

Alexandre LEQUŒUR vit En Bretagne. Né en 1987, il s’exerce depuis à l’écriture en musique et en mots.

Longtemps habi­tant de la nuit, il a scru­té — sans vou­loir le sai­sir, le pas­sage de l’ombre au jour pour déli­vrer un témoi­gnage qu’il for­mule en vers libres qu’il espère pré­cis.

Il tra­vaille à ce jour à l’élaboration d’un pre­mier recueil com­po­sé de qua­rante poèmes illus­trés. Pour lui, l’écriture est un tra­vail manuel de l’esprit. Aussi, sans cesse, il se sou­vient « PER LABOREM AD ARTEM » qui est la devise de son ancien vil­lage à Paris.

 

Autres lec­tures