Angelo Tonelli, Chants du plus grand fleuve (extraits)

Par |2020-11-06T16:16:50+01:00 6 novembre 2020|Catégories : Angelo Tonelli, Essais & Chroniques|

Ces poèmes font par­tie d’un échange prévu par Mar­i­lyne Bertonci­ni entre l’au­teur et Georges de Rivas, organ­isa­teur du Fes­ti­val de Sol­liès-Pont,  annulé cette année. En lien avec les poèmes de Georges de Rivas pub­liés dans ce numéro et la thé­ma­tique de l’or­phisme, les poètes auraient dû s’en­tretenir avec l’aide de la tra­duc­trice, à l’oc­ca­sion d’une vidéo con­férence organ­isée pour évo­quer ce sujet, mais aus­si la Poésie, bien sûr. Cet échange entre le poète et celle qui est le lien entre lui et la Fran­coph­o­nie n’a pas eu lieu. Ce tra­vail démon­tre com­bi­en nom­bre de ceux qui défend­ent et illus­trent la Poésie avaient pré­paré les man­i­fes­ta­tions qui auraient dû avoir lieu. Mal­heureuse­ment, tout comme le Marché de la Poésie de Paris, il a fait l’objet d’un arrêté pré­fec­toral et a été annulé au dernier moment. Nous avons  voulu hon­or­er le tra­vail de son organ­isa­teur Georges de Rivas, et de tous ceux qui avaient prévu de venir pour cer­tains de très loin, afin de porter témoignage de ce qu’est vive la Poésie, et porter sa parole. Nous ne sommes qu’un mod­este relais, et nous remer­cions l’auteur pour sa contribution.

 

Canti del fiume più vasto

Tra­duc­tion de Mar­i­lyne Bertoncini

II

Il tem­po dell’abisso è rosa mistica
e il tem­po delle cose è suo riflesso.
La colon­na di mar­mo che precipita
dall’alto spro­fon­da nel­la cenere
sot­toma­ri­na del Golfo-Meraviglia.
Ascol­ta rom­bi assor­ti di conchigilia
ron­zare in pieno etere quan­do le ciglia
la Grande Dea dis­chi­ude che si erge
ridente, gigan­tesca, ineludibile
in con­tro­cielo, la Sorgente
delle cose vis­i­bili : la spiga
mietu­ta nel silen­zio allo­ra a Eleusis
e adesso rotear­ta in pieno sole
intona il mantra cieco ma rovente
del­la vita sor­gi­va, la morente
mai. Ho visto
la Nave dei Mor­ti scivolare
lun­go il Nilo e intan­to stormi
di pel­li­cani blu accoccolarsi
nel­la Baia dei Delfi­ni tut­ti d’oro.
Tende l’arco
un Apol­lo dis­trat­to e già ci sfiora
sibi­lan­do in con­troluce il dar­do aureo.

 

II

Le temps de l’abîme est une rose mystique
et le temps des choses son reflet.
La colonne de mar­bre qui s’écroule
du som­met s’en­gloutit dans la cendre
sous-marine du Golfe des merveilles.
Écoute la médi­ta­tion vrom­bis­sante des coquillages
qui bour­donne dans l’éther lorsque les cils
ouverts, la Grande Déesse  se dresse
riante, gigan­tesque, incontournable
à con­tre- ciel, Source
des choses vis­i­bles: l’épi
récolté dans le silence jadis  à Eleusis
tournoie désor­mais en plein soleil
enton­nant le mantra aveu­gle mais brûlant
de la vie jail­lis­sante, la mourante
jamais. J’ai vu
la Nef des Morts glisser
le long du Nil tan­dis que des nuées
de péli­cans bleus se blottissaient
dans la Baie des Dauphins toute d’or.
Il tend  son arc
l’Apol­lon dis­trait dont nous effleure
le  bruisse­ment en con­tre-jour  du dard doré.

 

III

Il mare è ster­mi­na­to, sterminato
il com­puto delle viven­ti e delle morte
crea­ture : pullulano
infinità di mon­di a ogni sguar­do : è questa
la pri­ma certez­za. La seconda
il lam­po di sangue nel­la cornea
del­la Dea : ogni fiorire
nasconde uno sfiorire, ogni bellezza
un orrore, ogni cosa
si con­verte nel con­trario, non riposa
mai ; La terza certezza
è il sole allo zenith,
fer­mo, nel suo splendore.

 

 

III

La mer est illim­itée, illimité
le nom­bre des vivants et des morts :
les créa­tures pullulent
et une infinité de mon­des à chaque regard : voici
la pre­mière cer­ti­tude. La seconde
est l’é­clair de sang dans la cornée
de la Déesse: chaque fleurir
cache un  défleurir, chaque beauté
une hor­reur, toute chose
devient son con­traire, sans répit
à jamais ; La troisième certitude
est le soleil à son zénith,
fixe, dans sa splendeur.

 

 

L’isola non ha nome, né memoria
di grap­poli, licheni e balaustre
mac­chi­ate di mir­tillo o profumate
dis­til­lano parole di sapienza
gli dei dell’autunno, da oltre le foglie
rosse, oro che sep­a­ra­no lo sguar­do dalle acque
tor­bide den­tro, lucen­ti in superficie
del fiume, nel cre­pus­co­lo incipiente.
Gli argi­ni sus­sur­ra­no di amori
un tem­po riful­gen­ti, voli
di falene incon­tro a luci
non divine come quelle che brilla­vano negli occhi
acce­si del­la Nin­fa mat­tuti­na. L’anima
vuole guizzi not­turni e gesti rarefatti,
per vie poco bat­tute dagli umani. La città
diviene Ade trasparente
e dolce, ma esiziale
come ogni Ade, quan­do il tempo
si chi­ude su se stes­so, e spez­za il volo
dei gab­biani in con­tro­cielo. Miete foglie
e ani­ma, novem­bre, se Lucina
si appar­ta oltre il sole, e la collina
diven­ta un monte nero, nel­la sera.
res­ti­amo acco­v­ac­ciati nel­la vita
che la Morte ci inseg­na con la falce,
la Mietitrice, da sempre
sulle nos­tre trac­ce, anche nel culmine
del­la forza gio­vane, dell’amore,
che già spi­a­va da dietro la por­ta socchiusa
al pri­mo ingres­so del seme nel solco
gen­i­tale del­la mater, al primo
vagi­to del nascente, sem­pre presente
al fian­co del vivente, da sempre :
con­viene abban­donar­si al suo fendente
rapi­do o infinitamente
lento, come l’argine
cede al fiume in piena, la foglia
d’oro dell’autunno al vento
forte di tra­mon­tana che si slancia
dalle fole spigolose del­la Apuane
ver­so la valle ten­era del­la Magra, fiume
benevo­lo, qua­si Eden
dell’anima. Poesia
è sapien­za mar­to­ri­a­ta, sguar­do fermo
o tre­mante sull’abisso del­la vita
che sem­pre cova in sè la dipartita
per dis­chi­ud­ere le soglie dell’altrove :
res­ti­amo acco­v­ac­ciati nell’attesa
e cogliamo i fiori del­la sera
e del giorno, come bimbi
che la madre li sveg­lia, e anco­ra un poco
si attar­dano nel cal­do del lettino
con­sacra­to dal son­no, anco­ra un poco…

il fiume è gen­eroso, il dio del fiume, che distilla
una qui­ete da auro­ra primordiale
quan­do il sole tri­on­fa, nell’estate
ser­e­na delle ali dispiegate
in piena lib­ertà tra acqua e cielo,
azzuri, con­cil­iati in perfezione
di ani­ma e di spir­i­to, musica
vivente
crea­ture delle altezz e degli abissi.
Il fiume è gen­erosoo, il dio del fiume,
con il poeta che sog­gior­na ore e giorni
a con­tem­plare il flus­so sen­za fine
che tra­boc­ca, all’orizzonte, in altre acque.
Guiz­zano uccel­li blu cobal­to in controsole.
Già si placano
le gri­da dei gab­biani, si avvicina
dalle gole dei mon­ti la notturna
madre dei viven­ti, gol­fo sacro
per il pal­pi­to lon­tano delle stelle.
e si occul­ta nel­la tene­bra anche il falco
sguar­do dirit­to, tragit­to silenzioso,
con­tro l’ultimo sole. Potente
è vita, potente sara morte
come fiume che scorre in piena luco e poi si ingorga
in ver­tig­i­ni not­turne, botri, abissi
gra­di­ti a Kro­nos, agli dei
del­la mate­ria dis­fat­ta, che è riverbero
del­la luce prim­i­ge­nia. Perfi­no la latrina
del cor­po marces­cente è vas­ta musica
di obeo bar­bari­ci, accordati
al deforme, all’inumano.
Ogni cor­po vivente, infulgidito
dal­la lin­fa del sangue che trascorre
ha meta nel ven­to che ne scortica
l’involucro di carne, lib­era le ossa
per lo sguar­do cal­ci­nante del­la luna.

 

IV

L’île est sans nom, ni mémoire
de grappes, de lichens et de balustrades
tachées de myr­tille ou parfumées
ils dis­til­lent des paroles de sagesse
les dieux de l’au­tomne, par-delà les feuilles
rouges, or qui sépar­ent le regard des eaux
trou­bles en pro­fondeur, bril­lantes en surface
du fleuve,  au nais­sant crépuscule.
Les berges  bruis­sent  d’amours
jadis  resplendis­sants, vols
de phalènes vers des lumières
non divines  comme celles qui bril­laient dans les yeux
vifs de la Nymphe mati­nale. L’âme
veut des éclairs noc­turnes , des gestes raréfiés,
le long de voies peu fréquen­tée des humains. La ville
devient un Hadès transparent
et doux, mais funeste
comme chaque Hadès, quand le temps
se referme sur lui-même et brise le vol
des goé­lands à con­tre- ciel.  Moissonne feuilles
et âme, novem­bre, si Lucine
s’éloigne par-delà le soleil, et  la colline
devient, le soir, une mon­tagne noire, le soir.
nous restons blot­tis  dans la vie
que la mort nous enseigne de sa faux,
la Faucheuse, toujours
sur nos pas, même au plus haut
de notre jeune force, de l’amour,
qui déjà der­rière la porte entr’ouverte guettait
la pre­mière entrée de la graine dans le sillon
géni­tal de la mater, le premier
vagisse­ment du nais­sant, tou­jours présente
au flanc du vivant, depuis toujours:
mieux vaut s’a­ban­don­ner à son tranchant
rapi­de ou infiniment
lent, comme la digue
cède à la riv­ière en crue, la feuille
d’or de l’automne au vent
puis­sant de tra­mon­tane qui se précipite
des gorges  anguleuses des Alpes Apuanes
vers la ten­dre val­lée de la Magra, fleuve
bien­veil­lant, presque un Eden
de l’âme. La Poésie
est sagesse tor­turée,  regard ferme
ou trem­blant sur l’abîme de la vie
qui tou­jours en soi cou­ve le trépas
pour dévoil­er les seuils de l’au-delà :
nous restons blot­tis dans l’attente
cueil­lant les fleurs du soir
et du jour, comme des enfants
que leur mère réveille, et qui encore un peu
s’at­tar­dent dans la chaleur du lit
con­sacré par le som­meil, encore un peu …

le fleuve est généreux, le dieu du fleuve, qui distille
un calme d’aube primordiale
quand le soleil tri­om­phe, dans l’été
sere­in des ailes déployées
en pleine lib­erté entre l’eau et le ciel,
azurs réc­on­cil­iés dans la perfection
de l’âme et de l’esprit, musique
vivante
créa­tures des cimes et des abîmes.
Le fleuve est généreux, le dieu du fleuve,
pour le poète qui des heures et des jours demeure
à con­tem­pler le flux sans fin
qui se déverse, à l’hori­zon, dans d’autres eaux.
Des oiseaux bleu cobalt scin­til­lent à con­tre- soleil.
Déjà se calment
les cris des goé­lands s’approche
des gorges des mon­tagnes la nuit
mère des vivants, golfe sacré
pour la loin­taine pal­pi­ta­tion des étoiles.
et se cache dans les ténèbres le fau­con même
regard droit, silen­cieux trajet,
vers le dernier soleil. Puissante
la vie, puis­sante sera la mort
comme un fleuve qui coule en pleine lumière puis s’engorge
en  ver­tiges noc­turnes, fos­sés, abîmes
qui plaisent à Kro­nos, aux dieux
de la matière défaite, réverbération
de la lumière prim­i­tive. Même le cloaque
du corps en décom­po­si­tion est une vaste musique
de  bar­bares haut-bois, accordés
au dif­forme, à l’inhumain.
Chaque corps vivant, resplendissant
de la lym­phe san­guine qui le parcourt
trou­ve des­tin dans le vent qui écorche
son enveloppe de chair, libère les os
sous le regard cal­ci­nant de la lune.

 

Final musical de la lecture des Canti del Fiume più grande,
festival du Fiume Magra (août 2020), organisé par Angelo Tonelli,
musique de et par Daniele Dubbini : pour écouter, 
cliquer ici

Présentation de l’auteur

Angelo Tonelli

Ange­lo Tonel­li, né à Leri­ci en 1954,  poète, met­teur en scène, per­formeur, est l’un des plus impor­tants spé­cial­istes et tra­duc­teurs ital­iens de la Grèce antique. For­mé à Pise, la ren­con­tre avec Gior­gio Col­li a été déter­mi­nante et a ori­en­té toute sa recherche. Il dirige depuis 1960 la Com­pag­nia Teatro Iniziati­co avec laque­lle il a mis en scène les prin­ci­pales tragédies grec­ques, et un grand nom­bre de créa­tions originales.

Par­mi ses prin­ci­pales publications :

- des recueils de poèmes dont Can­ti del Tem­po (final­iste du prix Euge­nio Mon­tale (Cro­cetti, 1988), et Fram­men­ti del per­petuo poe­ma (Cam­pan­ot­to, 1998) dont nous pub­lions des extraits sur le numéro 199. Nom­bre de ses poèmes ont été pub­liés dans des revues internationales.

- de nom­breux essais, dont :  Per un teatro iniziati­co (2006) qui retrace les 10 pre­mières années du théâtre et du genre qu’il a fondés,  et Sulle trac­ce del­la sapien­za (2009), dans lequel il fait la syn­thèse sur 30 ans de recherche sur la sagesse en Grèce et en Ori­ent. Par­mi ses tra­duc­tions éditées, Era­clite, Par­ménide, Eleu­sis et l’orphisme, les mys­tères de la tra­di­tion ini­ti­a­tique grecque… ain­si que les tragédies d’Eschyle (primé en 2002) et d’Euripide.

Ange­lo Tonel­li a égale­ment par­ticipé à des pro­grammes cul­turels de la RAI : Tut­ti dicono poe­sia (Rai 1) notam­ment avec une per­for­mance mys­ti­­co-apoc­­a­­lyp­­tique en décem­bre 2000,  et  Provin­cia cap­i­tale (2017, RAI 3).

 Depuis 1998, Il pré­side l’Association Cul­turelle Arthena et l’Ecole des Arts et Métiers homonymes. Il est aus­si directeur artis­tique d’ Altra­marea, Rasseg­na Nazionale di Poe­sia Con­tem­po­ranea et d’ Arg­onau­ti nel Gol­fo degli Dei.

Son œuvre impor­tante a été récom­pen­sée par de nom­breux prix. En sep­tem­bre 2019,  lui a été décerné le Pre­mio Com­mu­ni­care l’Antico aux Gia­r­di­ni Nax­os, pour son tra­vail de divul­ga­tion de la cul­ture grecque à tra­vers mythe et logos.

 

© Crédit pho­to mbp

 

Bib­li­ogra­phie :

Opere di poesia

 Can­ti del Tem­po (final­ista pre­mio Euge­nio Mon­tale), Cro­cetti 1988; Fram­men­ti del per­petuo poe­ma, Cam­pan­ot­to 1998; Poe­mi dal Gol­fo degli Dei/Poems from the Gulf of the Gods, Agorà 2003. Sue poe­sie sono state tradotte per impor­tan­ti riv­iste e ricerche uni­ver­si­tarie in Amer­i­ca, Irlan­da, Ger­ma­nia, Ungheria.

Edi­zioni di clas­si­ci e saggistica

Zosi­mo di Panop­o­li, Col­i­se­um 1988, Riz­zoli 2004; Ora­coli cal­daici, Col­i­se­um 1993 — Riz­zoli 1995 – Bom­piani 2016; Era­cli­to, Dell’Origine, Fel­trinel­li 1993 e ristam­pa rive­du­ta 2005; Prop­erzio, Il libro di Cinzia, Mar­silio 1993 (4 edi­zioni); T. S. Eliot, La Ter­ra des­o­la­ta e Quat­tro Quar­tet­ti, Fel­trinel­li 1995 (15 edi­zioni, con ristam­pa rive­du­ta per il 2005); Apoka­lyp­sis, pen­sieri intorno all’ apoc­alis­si in atto nel piane­ta Ter­ra. E altro (Abraxas 2009); Il dio cama­le­onte (Abraxas 2009); Seneca, Mon­dadori 1998; Eschi­lo, tutte le tragedie, Mar­silio 2000 (vinci­tore Pre­mio Cit­tà dei Trul­li per la traduzione); Empe­do­cle, Orig­i­ni e Purifi­cazioni, Bom­piani 2002; Sofo­cle, tutte le tragedie, Mar­silio 2003. Euripi­de, tutte le tragedie, Mar­silio 2007. I lavori sui tragi­ci sono rac­colti in un uni­co cofanet­to di 1750 pagine: Tut­ta la trage­dia gre­ca, Mar­silio 2007. Sulle trac­ce del­la Sapien­za (Moret­ti e Vitali edi­tore 2009), un libro in cui sin­te­tiz­za trenta anni di ricerche sul­la sapien­za pres­so i Gre­ci, in Ori­ente, in Jung e in Eliot; Le parole dei Sapi­en­ti: Par­menide Zenone, Melis­so, Seno­fane (Fel­trinel­li, 2010); Sper­are l’insperabile. Per una democrazia sapien­ziale (Arman­do 2010); l’edizione Bom­piani con testo gre­co a fronte di Tut­ta la trage­dia gre­ca già pub­bli­ca­to con Mar­silio (2011): per la pri­ma vol­ta al mon­do un uni­co Cura­tore insieme filol­o­go dram­matur­go e poeta pub­bli­ca edi­zione con testo a fronte, intro­duzioni, note  di tut­ti e tre i tragi­ci gre­ci; Le lamine d’oro orfiche con Tal­lone edi­tore (2012); Eleusi, Orfis­mo. Mis­teri e tradi­zone iniziat­i­ca gre­ca (Fel­trinel­li 2015); Sem­i­nare il pos­si­bile: democrazia e riv­o­luzione spir­i­tuale (Albover­sio­rio 2015); Guardare negli occhi la Gor­gone: pic­co­lo vade­me­cum per attra­ver­sare le pau­re (Agorà 2016); Sul­la Morte: con­sid­er­azioni sul pos­si­bile Oltre (Le parole 2017); La degen­er­azione del­la polit­i­ca e la democrazia smar­ri­ta: una nuo­va eti­ca per la soprav­viven­za del­la civiltà (Arman­do, 2018)

Teatro

Nel­la pri­mav­era del 2005 ha pub­bli­ca­to Per un teatro iniziati­co,

Opere teatrali: Apoká­lyp­sis, 1995; Katába­sis, 1996; Mái­no­mai, 1997; Mys­teri­um, 1998; Eleu­sis, 1999; Dró­me­na, 2000; Alphaomega, 2002 (da Sette con­tro Tebe di Eschi­lo); New World Order, 2003; V.I.T.R.I.O.L.U.M. Alchimia per Edipo re 2004; Orghia, ovvero il tri­on­fo del­la sapien­za sul potere (da Bac­can­ti di Euripi­de), 2005 e 2009; La ter­ra des­o­la­ta di T. S. Eliot, 2005; Orestea, 2006;  Alces­timys­teri­um mor­tis mys­teri­um amor­is, 2007; Antigone, ovvero la legge del cuore con­tro la log­i­ca spi­eta­ta del potere, 2008; Bac­can­ti, 2009; Chris­tus redi­ens, 2009. Bac­can­ti, 2010, Orestea, 2011; Medea,  2012; Sette con­tro Tebe, 2013; Per­siani 2014;  Troiane 2016;  Antigone 2017; Elet­tra di Sofo­cle 2018; Eleu­sis 2018; Ecu­ba, 2019.

 

Poèmes choi­sis

Autres lec­tures

Angelo Tonelli, Chants du plus grand fleuve (extraits)

Ces poèmes font par­tie d’un échange prévu par Mar­i­lyne Bertonci­ni entre l’au­teur et Georges de Rivas, organ­isa­teur du Fes­ti­val de Sol­liès-Pont,  annulé cette année. En lien avec les poèmes de Georges de Rivas […]

Aller en haut