Accueil> Angelo Tonelli, Chants du plus grand fleuve (extraits)

Angelo Tonelli, Chants du plus grand fleuve (extraits)

Par |2020-11-06T16:16:50+01:00 6 novembre 2020|Catégories : Angelo Tonelli, Essais & Chroniques|

Ces poèmes font par­tie d’un échange pré­vu par Marilyne Bertoncini entre l’auteur et Georges de Rivas, orga­ni­sa­teur du Festival de Solliès-Pont,  annu­lé cette année. En lien avec les poèmes de Georges de Rivas publiés dans ce numé­ro et la thé­ma­tique de l’orphisme, les poètes auraient dû s’entretenir avec l’aide de la tra­duc­trice, à l’occasion d’une vidéo confé­rence orga­ni­sée pour évo­quer ce sujet, mais aus­si la Poésie, bien sûr. Cet échange entre le poète et celle qui est le lien entre lui et la Francophonie n’a pas eu lieu. Ce tra­vail démontre com­bien nombre de ceux qui défendent et illus­trent la Poésie avaient pré­pa­ré les mani­fes­ta­tions qui auraient dû avoir lieu. Malheureusement, tout comme le Marché de la Poésie de Paris, il a fait l’objet d’un arrê­té pré­fec­to­ral et a été annu­lé au der­nier moment. Nous avons  vou­lu hono­rer le tra­vail de son orga­ni­sa­teur Georges de Rivas, et de tous ceux qui avaient pré­vu de venir pour cer­tains de très loin, afin de por­ter témoi­gnage de ce qu’est vive la Poésie, et por­ter sa parole. Nous ne sommes qu’un modeste relais, et nous remer­cions l’auteur pour sa contri­bu­tion.

 

Canti del fiume più vasto

Traduction de Marilyne Bertoncini

II

Il tem­po dell’abisso è rosa mis­ti­ca
e il tem­po delle cose è suo rifles­so.
La colon­na di mar­mo che pre­ci­pi­ta
dall’alto spro­fon­da nel­la cenere
sot­to­ma­ri­na del Golfo-Meraviglia.
Ascolta rom­bi assor­ti di conchi­gi­lia
ron­zare in pie­no etere quan­do le ciglia
la Grande Dea dischiude che si erge
ridente, gigan­tes­ca, inelu­di­bile
in contro­cie­lo, la Sorgente
delle cose visi­bi­li : la spi­ga
mie­tu­ta nel silen­zio allo­ra a Eleusis
e ades­so rotear­ta in pie­no sole
into­na il man­tra cie­co ma rovente
del­la vita sor­gi­va, la morente
mai. Ho vis­to
la Nave dei Morti sci­vo­lare
lun­go il Nilo e intan­to stor­mi
di pel­li­ca­ni blu accoc­co­lar­si
nel­la Baia dei Delfini tut­ti d’oro.
Tende l’arco
un Apollo dis­trat­to e già ci sfio­ra
sibi­lan­do in contro­luce il dar­do aureo.

 

II

Le temps de l’abîme est une rose mys­tique
et le temps des choses son reflet.
La colonne de marbre qui s’écroule
du som­met s’engloutit dans la cendre
sous-marine du Golfe des mer­veilles.
Écoute la médi­ta­tion vrom­bis­sante des coquillages
qui bour­donne dans l’éther lorsque les cils
ouverts, la Grande Déesse  se dresse
riante, gigan­tesque, incon­tour­nable
à contre- ciel, Source
des choses visibles : l’épi
récol­té dans le silence jadis  à Eleusis
tour­noie désor­mais en plein soleil
enton­nant le man­tra aveugle mais brû­lant
de la vie jaillis­sante, la mou­rante
jamais. J’ai vu
la Nef des Morts glis­ser
le long du Nil tan­dis que des nuées
de péli­cans bleus se blot­tis­saient
dans la Baie des Dauphins toute d’or.
Il tend  son arc
l’Apollon dis­trait dont nous effleure
le  bruis­se­ment en contre-jour  du dard doré.

 

III

Il mare è ster­mi­na­to, ster­mi­na­to
il com­pu­to delle viven­ti e delle morte
crea­ture : pul­lu­la­no
infi­ni­tà di mon­di a ogni sguar­do : è ques­ta
la pri­ma cer­tez­za. La secon­da
il lam­po di sangue nel­la cor­nea
del­la Dea : ogni fio­rire
nas­conde uno sfio­rire, ogni bel­lez­za
un orrore, ogni cosa
si converte nel contra­rio, non ripo­sa
mai ; La ter­za cer­tez­za
è il sole allo zenith,
fer­mo, nel suo splen­dore.

 

 

III

La mer est illi­mi­tée, illi­mi­té
le nombre des vivants et des morts :
les créa­tures pul­lulent
et une infi­ni­té de mondes à chaque regard : voi­ci
la pre­mière cer­ti­tude. La seconde
est l’éclair de sang dans la cor­née
de la Déesse : chaque fleu­rir
cache un  défleu­rir, chaque beau­té
une hor­reur, toute chose
devient son contraire, sans répit
à jamais ; La troi­sième cer­ti­tude
est le soleil à son zénith,
fixe, dans sa splen­deur.

 

 

L’isola non ha nome, né memo­ria
di grap­po­li, liche­ni e balaustre
mac­chiate di mir­tillo o pro­fu­mate
dis­til­la­no parole di sapien­za
gli dei dell’autunno, da oltre le foglie
rosse, oro che sepa­ra­no lo sguar­do dalle acque
tor­bide den­tro, lucen­ti in super­fi­cie
del fiume, nel cre­pus­co­lo inci­piente.
Gli argi­ni sus­sur­ra­no di amo­ri
un tem­po riful­gen­ti, voli
di falene incon­tro a luci
non divine come quelle che brilla­va­no negli occhi
acce­si del­la Ninfa mat­tu­ti­na. L’anima
vuole guiz­zi not­tur­ni e ges­ti rare­fat­ti,
per vie poco bat­tute dagli uma­ni. La cit­tà
diviene Ade tras­pa­rente
e dolce, ma esi­ziale
come ogni Ade, quan­do il tem­po
si chiude su se stes­so, e spez­za il volo
dei gab­bia­ni in contro­cie­lo. Miete foglie
e ani­ma, novembre, se Lucina
si appar­ta oltre il sole, e la col­li­na
diven­ta un monte nero, nel­la sera.
res­tia­mo acco­vac­cia­ti nel­la vita
che la Morte ci inse­gna con la falce,
la Mietitrice, da sempre
sulle nostre tracce, anche nel culmine
del­la for­za gio­vane, dell’amore,
che già spia­va da die­tro la por­ta soc­chiu­sa
al pri­mo ingres­so del seme nel sol­co
geni­tale del­la mater, al pri­mo
vagi­to del nas­cente, sempre pre­sente
al fian­co del vivente, da sempre :
conviene abban­do­nar­si al suo fen­dente
rapi­do o infi­ni­ta­mente
len­to, come l’argine
cede al fiume in pie­na, la foglia
d’oro dell’autunno al ven­to
forte di tra­mon­ta­na che si slan­cia
dalle fole spi­go­lose del­la Apuane
ver­so la valle tene­ra del­la Magra, fiume
bene­vo­lo, qua­si Eden
dell’anima. Poesia
è sapien­za mar­to­ria­ta, sguar­do fer­mo
o tre­mante sull’abisso del­la vita
che sempre cova in sè la dipar­ti­ta
per dischiu­dere le soglie dell’altrove :
res­tia­mo acco­vac­cia­ti nell’attesa
e coglia­mo i fio­ri del­la sera
e del gior­no, come bim­bi
che la madre li sve­glia, e anco­ra un poco
si attar­da­no nel cal­do del let­ti­no
consa­cra­to dal son­no, anco­ra un poco…

il fiume è gene­ro­so, il dio del fiume, che dis­til­la
una quiete da auro­ra pri­mor­diale
quan­do il sole tri­on­fa, nell’estate
sere­na delle ali dis­pie­gate
in pie­na liber­tà tra acqua e cie­lo,
azzu­ri, conci­lia­ti in per­fe­zione
di ani­ma e di spi­ri­to, musi­ca
vivente
crea­ture delle altezz e degli abis­si.
Il fiume è gene­ro­soo, il dio del fiume,
con il poe­ta che sog­gior­na ore e gior­ni
a contem­plare il flus­so sen­za fine
che tra­boc­ca, all’orizzonte, in altre acque.
Guizzano uccel­li blu cobal­to in contro­sole.
Già si pla­ca­no
le gri­da dei gab­bia­ni, si avvi­ci­na
dalle gole dei mon­ti la not­tur­na
madre dei viven­ti, gol­fo sacro
per il pal­pi­to lon­ta­no delle stelle.
e si occul­ta nel­la tene­bra anche il fal­co
sguar­do dirit­to, tra­git­to silen­zio­so,
contro l’ultimo sole. Potente
è vita, potente sara morte
come fiume che scorre in pie­na luco e poi si ingor­ga
in ver­ti­gi­ni not­turne, botri, abis­si
gra­di­ti a Kronos, agli dei
del­la mate­ria dis­fat­ta, che è river­be­ro
del­la luce pri­mi­ge­nia. Perfino la latri­na
del cor­po mar­ces­cente è vas­ta musi­ca
di obeo bar­ba­ri­ci, accor­da­ti
al deforme, all’inumano.
Ogni cor­po vivente, inful­gi­di­to
dal­la lin­fa del sangue che tras­corre
ha meta nel ven­to che ne scor­ti­ca
l’involucro di carne, libe­ra le ossa
per lo sguar­do cal­ci­nante del­la luna.

 

IV

L’île est sans nom, ni mémoire
de grappes, de lichens et de balus­trades
tachées de myr­tille ou par­fu­mées
ils dis­til­lent des paroles de sagesse
les dieux de l’automne, par-delà les feuilles
rouges, or qui séparent le regard des eaux
troubles en pro­fon­deur, brillantes en sur­face
du fleuve,  au nais­sant cré­pus­cule.
Les berges  bruissent  d’amours
jadis  res­plen­dis­sants, vols
de pha­lènes vers des lumières
non divines  comme celles qui brillaient dans les yeux
vifs de la Nymphe mati­nale. L’âme
veut des éclairs noc­turnes , des gestes raré­fiés,
le long de voies peu fré­quen­tée des humains. La ville
devient un Hadès trans­pa­rent
et doux, mais funeste
comme chaque Hadès, quand le temps
se referme sur lui-même et brise le vol
des goé­lands à contre- ciel.  Moissonne feuilles
et âme, novembre, si Lucine
s’éloigne par-delà le soleil, et  la col­line
devient, le soir, une mon­tagne noire, le soir.
nous res­tons blot­tis  dans la vie
que la mort nous enseigne de sa faux,
la Faucheuse, tou­jours
sur nos pas, même au plus haut
de notre jeune force, de l’amour,
qui déjà der­rière la porte entr’ouverte guet­tait
la pre­mière entrée de la graine dans le sillon
géni­tal de la mater, le pre­mier
vagis­se­ment du nais­sant, tou­jours pré­sente
au flanc du vivant, depuis tou­jours :
mieux vaut s’abandonner à son tran­chant
rapide ou infi­ni­ment
lent, comme la digue
cède à la rivière en crue, la feuille
d’or de l’automne au vent
puis­sant de tra­mon­tane qui se pré­ci­pite
des gorges  angu­leuses des Alpes Apuanes
vers la tendre val­lée de la Magra, fleuve
bien­veillant, presque un Eden
de l’âme. La Poésie
est sagesse tor­tu­rée,  regard ferme
ou trem­blant sur l’abîme de la vie
qui tou­jours en soi couve le tré­pas
pour dévoi­ler les seuils de l’au-delà :
nous res­tons blot­tis dans l’attente
cueillant les fleurs du soir
et du jour, comme des enfants
que leur mère réveille, et qui encore un peu
s’attardent dans la cha­leur du lit
consa­cré par le som­meil, encore un peu …

le fleuve est géné­reux, le dieu du fleuve, qui dis­tille
un calme d’aube pri­mor­diale
quand le soleil triomphe, dans l’été
serein des ailes déployées
en pleine liber­té entre l’eau et le ciel,
azurs récon­ci­liés dans la per­fec­tion
de l’âme et de l’esprit, musique
vivante
créa­tures des cimes et des abîmes.
Le fleuve est géné­reux, le dieu du fleuve,
pour le poète qui des heures et des jours demeure
à contem­pler le flux sans fin
qui se déverse, à l’horizon, dans d’autres eaux.
Des oiseaux bleu cobalt scin­tillent à contre- soleil.
Déjà se calment
les cris des goé­lands s’approche
des gorges des mon­tagnes la nuit
mère des vivants, golfe sacré
pour la loin­taine pal­pi­ta­tion des étoiles.
et se cache dans les ténèbres le fau­con même
regard droit, silen­cieux tra­jet,
vers le der­nier soleil. Puissante
la vie, puis­sante sera la mort
comme un fleuve qui coule en pleine lumière puis s’engorge
en  ver­tiges noc­turnes, fos­sés, abîmes
qui plaisent à Kronos, aux dieux
de la matière défaite, réver­bé­ra­tion
de la lumière pri­mi­tive. Même le cloaque
du corps en décom­po­si­tion est une vaste musique
de  bar­bares haut-bois, accor­dés
au dif­forme, à l’inhumain.
Chaque corps vivant, res­plen­dis­sant
de la lymphe san­guine qui le par­court
trouve des­tin dans le vent qui écorche
son enve­loppe de chair, libère les os
sous le regard cal­ci­nant de la lune.

 

Final musical de la lecture des Canti del Fiume più grande,
festival du Fiume Magra (août 2020), organisé par Angelo Tonelli,
musique de et par Daniele Dubbini : pour écouter, 
cliquer ici

Présentation de l’auteur

Angelo Tonelli

Angelo Tonelli, né à Lerici en 1954,  poète, met­teur en scène, per­for­meur, est l’un des plus impor­tants spé­cia­listes et tra­duc­teurs ita­liens de la Grèce antique. Formé à Pise, la ren­contre avec Giorgio Colli a été déter­mi­nante et a orien­té toute sa recherche. Il dirige depuis 1960 la Compagnia Teatro Iniziatico avec laquelle il a mis en scène les prin­ci­pales tra­gé­dies grecques, et un grand nombre de créa­tions ori­gi­nales.

Parmi ses prin­ci­pales publi­ca­tions :

– des recueils de poèmes dont Canti del Tempo (fina­liste du prix Eugenio Montale (Crocetti, 1988), et Frammenti del per­pe­tuo poe­ma (Campanotto, 1998) dont nous publions des extraits sur le numé­ro 199. Nombre de ses poèmes ont été publiés dans des revues inter­na­tio­nales.

– de nom­breux essais, dont :  Per un tea­tro inizia­ti­co (2006) qui retrace les 10 pre­mières années du théâtre et du genre qu’il a fon­dés,  et Sulle tracce del­la sapien­za (2009), dans lequel il fait la syn­thèse sur 30 ans de recherche sur la sagesse en Grèce et en Orient. Parmi ses tra­duc­tions édi­tées, Eraclite, Parménide, Eleusis et l’orphisme, les mys­tères de la tra­di­tion ini­tia­tique grecque… ain­si que les tra­gé­dies d’Eschyle (pri­mé en 2002) et d’Euripide.

Angelo Tonelli a éga­le­ment par­ti­ci­pé à des pro­grammes cultu­rels de la RAI : Tutti dico­no poe­sia (Rai 1) notam­ment avec une per­for­mance mys­­ti­­co-apo­­ca­­lyp­­tique en décembre 2000,  et  Provincia capi­tale (2017, RAI 3).

 Depuis 1998, Il pré­side l’Association Culturelle Arthena et l’Ecole des Arts et Métiers homo­nymes. Il est aus­si direc­teur artis­tique d’ Altramarea, Rassegna Nazionale di Poesia Contemporanea et d’ Argonauti nel Golfo degli Dei.

Son œuvre impor­tante a été récom­pen­sée par de nom­breux prix. En sep­tembre 2019,  lui a été décer­né le Premio Communicare l’Antico aux Giardini Naxos, pour son tra­vail de divul­ga­tion de la culture grecque à tra­vers mythe et logos.

 

© Crédit pho­to mbp

 

Bibliographie :

Opere di poe­sia

 Canti del Tempo (fina­lis­ta pre­mio Eugenio Montale), Crocetti 1988 ; Frammenti del per­pe­tuo poe­ma, Campanotto 1998 ; Poemi dal Golfo degli Dei/​​Poems from the Gulf of the Gods, Agorà 2003. Sue poe­sie sono state tra­dotte per impor­tan­ti riviste e ricerche uni­ver­si­ta­rie in America, Irlanda, Germania, Ungheria.

Edizioni di clas­si­ci e sag­gis­ti­ca

Zosimo di Panopoli, Coliseum 1988, Rizzoli 2004 ; Oracoli cal­dai­ci, Coliseum 1993 – Rizzoli 1995 – Bompiani 2016 ; Eraclito, Dell’Origine, Feltrinelli 1993 e ris­tam­pa rive­du­ta 2005 ; Properzio, Il libro di Cinzia, Marsilio 1993 (4 edi­zio­ni); T. S. Eliot, La Terra deso­la­ta e Quattro Quartetti, Feltrinelli 1995 (15 edi­zio­ni, con ris­tam­pa rive­du­ta per il 2005); Apokalypsis, pen­sie­ri intor­no all’ apo­ca­lis­si in atto nel pia­ne­ta Terra. E altro (Abraxas 2009); Il dio cama­leonte (Abraxas 2009); Seneca, Mondadori 1998 ; Eschilo, tutte le tra­ge­die, Marsilio 2000 (vin­ci­tore Premio Città dei Trulli per la tra­du­zione); Empedocle, Origini e Purificazioni, Bompiani 2002 ; Sofocle, tutte le tra­ge­die, Marsilio 2003. Euripide, tutte le tra­ge­die, Marsilio 2007. I lavo­ri sui tra­gi­ci sono rac­col­ti in un uni­co cofa­net­to di 1750 pagine : Tutta la tra­ge­dia gre­ca, Marsilio 2007. Sulle tracce del­la Sapienza (Moretti e Vitali edi­tore 2009), un libro in cui sin­te­tiz­za tren­ta anni di ricerche sul­la sapien­za pres­so i Greci, in Oriente, in Jung e in Eliot ; Le parole dei Sapienti : Parmenide Zenone, Melisso, Senofane (Feltrinelli, 2010); Sperare l’insperabile. Per una demo­cra­zia sapien­ziale (Armando 2010); l’edizione Bompiani con tes­to gre­co a fronte di Tutta la tra­ge­dia gre­ca già pub­bli­ca­to con Marsilio (2011): per la pri­ma vol­ta al mon­do un uni­co Curatore insieme filo­lo­go dram­ma­tur­go e poe­ta pub­bli­ca edi­zione con tes­to a fronte, intro­du­zio­ni, note  di tut­ti e tre i tra­gi­ci gre­ci ; Le lamine d’oro orfiche con Tallone edi­tore (2012); Eleusi, Orfismo. Misteri e tra­di­zone inizia­ti­ca gre­ca (Feltrinelli 2015); Seminare il pos­si­bile : demo­cra­zia e rivo­lu­zione spi­ri­tuale (Alboversiorio 2015); Guardare negli occhi la Gorgone : pic­co­lo vade­me­cum per attra­ver­sare le paure (Agorà 2016); Sulla Morte : consi­de­ra­zio­ni sul pos­si­bile Oltre (Le parole 2017); La dege­ne­ra­zione del­la poli­ti­ca e la demo­cra­zia smar­ri­ta : una nuo­va eti­ca per la soprav­vi­ven­za del­la civil­tà (Armando, 2018)

Teatro

Nella pri­ma­ve­ra del 2005 ha pub­bli­ca­to Per un tea­tro inizia­ti­co,

Opere tea­tra­li : Apokálypsis, 1995 ; Katábasis, 1996 ; Máinomai, 1997 ; Mysterium, 1998 ; Eleusis, 1999 ; Drómena, 2000 ; Alphaomega, 2002 (da Sette contro Tebe di Eschilo); New World Order, 2003 ; V.I.T.R.I.O.L.U.M. Alchimia per Edipo re 2004 ; Orghia, ovve­ro il tri­on­fo del­la sapien­za sul potere (da Baccanti di Euripide), 2005 e 2009 ; La ter­ra deso­la­ta di T. S. Eliot, 2005 ; Orestea, 2006 ;  Alcestimys­te­rium mor­tis mys­te­rium amo­ris, 2007 ; Antigone, ovve­ro la legge del cuore contro la logi­ca spie­ta­ta del potere, 2008 ; Baccanti, 2009 ; Christus rediens, 2009. Baccanti, 2010, Orestea, 2011 ; Medea,  2012 ; Sette contro Tebe, 2013 ; Persiani 2014 ;  Troiane 2016 ;  Antigone 2017 ; Elettra di Sofocle 2018 ; Eleusis 2018 ; Ecuba, 2019.

 

Poèmes choi­sis

Autres lec­tures

Angelo Tonelli, Chants du plus grand fleuve (extraits)

Ces poèmes font par­tie d'un échange pré­vu par Marilyne Bertoncini entre l'auteur et Georges de Rivas, orga­ni­sa­teur du Festival de Solliès-Pont,  annu­lé cette année. En lien avec les poèmes de Georges de Rivas [...]