choi­sis et tra­duits par Marilyne Bertoncini

I (extrait)

Un pun­to non visi­bile tra il mare

e il cie­lo illi­vi­di­to di dicembre

anco­ra a rimi­rar­lo in pie­no sole

sempre quel pun­to, vuo­to, inaf­fer­ra­bile

potesse per­sua­der­ci sen­za ebbrez­za

qua mor­ti, alme­no noi rari super­sti­ti

nell’aldilà del mare a ques­ta vita

 

 

Un point imper­cep­tible entre la mer

et le ciel blême de décembre

que la contem­pla­tion inces­sante en plein soleil

de ce point, vide, inac­ces­sible,

puisse nous per­sua­der d’entrer sans ivresse

ici morts, au moins nous rares sur­vi­vants

dans l’outre-marin à cette vie

 

*

 

II (extraits)

 

Mi chia­mo Angelo, così

mi han­no chia­ma­to. Non ricor­do

di essere nato, non cre­do

che morirò-il cen­tro dei mon­di

è cuore di luce, che rac­chiude

una pic­co­la ombra-mi han­no chia­ma­to

Angelo, forse sono nato

dal nul­la, se è vero

che sono nato-rag­gi innu­me­re­vo­li

fil­tra­no il sangue di quel cuore

fuo­ri di sé-non chie­de­te­mi

cose certe : so

che mi han­no chia­ma­to Angelo e deli­ro

me stes­so tra gli uma­ni

che mi scià­ma­no intor­no, non inten­do

se esis­ta­no o non esis­ta­no, sol­tan­to

se chiu­do gli occhi scom­paio­no, ritor­na­no

se dischiu­do le pal­pebre

 

Je me nomme Angelo, c’est ain­si

qu’on m’a nom­mé. Je n’ai pas sou­ve­nir

d’ être né, je ne crois pas

que je mour­rai – le centre des mondes

est cœur de lumière, qui recèle

une ombre minus­cule- ils m’ont nom­mé

Angelo, peut-être suis-je né

du néant, s’il est vrai

que je suis né-des rayons innom­brables

filtrent le sang de ce cœur

hors-de-lui -ne me  deman­dez pas

des choses avé­rées : je sais

qu’ils m’ont nom­mé Angelo et je délire

moi-même par­mi les humains

qui cha­manent autour de moi, je ne sais

s’ils existent ou non, je sais juste

qu’ils dis­pa­raissent si je ferme les yeux, reviennent

si j’ouvre les pau­pières

 

*

 

Noi cor­ria­mo, gli uma­ni, ricor­ria­mo

even­ti, memo­rie, inten­si­tà

di cose. Non il gab­bia­no che si las­cia andare

sul filo dell’aria, posa

sul nul­la e pla­na e tro­va meta

e ris­to­ro. Come ala

di gab­bia­no filas­se­ro i miei gior­ni, can­di­da

piu­ma, occhio vigile sul mare

 

 

Nous cou­rons, nous humains, nous pour­sui­vons

les évé­ne­ments, les mémoires, l’intensité

des choses. Pas le goé­land qui se laisse por­ter

sur le fil de l’air, posé sur

le néant il plane et trouve  des­ti­na­tion

et repos. Que filent comme ailes

de goé­land mes jours, blanche

plume, œil vigi­lant sur la mer

 

*

 

Il mio dio ha occhi di colom­ba

e aqui­la, si erge tra me e il mon­do, gio­ca

con i miei pen­sie­ri. Poi spa­risce. Ne res­ta

eco lun­ga in me, come vagì­to

lon­ta­no o gemi­to di feli­ci­tà, che mi confonde

a onde salen­do, a fiot­ti, a mano a mano

che il sole matu­ra den­tro l’anno.

E gio­ca e mi divo­ra il dio di luce

e tene­bra e mi ruba ai gior­ni lim­pi­di

di ques­to pri­mo autun­no che si frange

contro rive di pie­tra, rupi ripide.

 

mon dieu a des yeux de colombe

et d’aigle, il se dresse entre moi et le monde, il joue

avec mes pen­sées. Puis dis­pa­raît. En reste

un long écho en moi, comme un vagis­se­ment

loin­tain, un gémis­se­ment de joie, qui me trouble

de flots d’ondes mon­tantes, à mesure

que le soleil mûrit au cours de l’année.

Et il joue et me dévore le dieu de lumière

et de ténèbre et me dérobe aux jours lim­pides

de ce pre­mier automne qui se brise

contre des rivages de pierre, des rochers escar­pés.

 

 

*

 

VII (extraits)

 

Le parole gal­leg­gia­no su un vuo­to

col­mo di luce, vacua ple­ni­tu­di­no

lumine ple­na, e da ques­to vuo­to

ora ger­mi­na il mare, ora la notte

sorel­la del gior­no, ora l’aurora.

È bene misu­rare le parole

attin­gerle alla fonte del­la luce

e donarle come quar­zi tras­pa­ren­ti.

È bene com­mi­su­rare le parole

alla for­za pro­fon­da dell’umano

al suo nome segre­to, e sia­no spec­chio

tra la goc­cia lucente e la sor­gente

d’acqua che vibra e ride contro il sole

 

Les paroles flottent sur un vide

comble de lumière, vacua ple­ni­tu­di­no

lumine ple­na, et de ce vide

par­fois germe la mer, par­fois la nuit

sœur du jour, par­fois l’aurore.

Il est bon de mesu­rer les paroles,

Les pui­ser à la source de la lumière

et les offrir comme des quartz trans­pa­rents.

Il est bon de com­pa­rer les paroles

à la force pro­fonde de l’humain

à son nom secret, et qu’elles soient miroirs

entre la goutte lui­sante et la source

d’eau qui vibre et rit contre le soleil

 

*

 

Al Discepolo assente

 

Che cosa res­terà di me ? chie­do

nel cuore del­la notte guar­dan­do

i tet­ti delle case, pri­ma che mi col­ga

tra pen­sie­ri rei­te­ran­ti, imma­gi­ni

di pas­sa­to e pre­sente, il son­no… che cosa

res­terà di me ? Certo, i miei ver­si

cir­co­le­ran­no. Ma io,

ques­ta luce rac­col­ta in me, forse qual­cu­no

acco­glierà nell’anima, saprà qual­cu­no

reg­gere la mia essen­za ? Questo

non mi è dato sapere. Ma pos­so

in ver­si spez­za­ti e col­lo­quia­li dire

che cosa vor­rei da te

uomo o don­na che tu sia, erede

dei miei mis­te­ri, pos­so

dir­ti, io vor­rei che fos­si

te stes­so in ogni atti­mo, vero

fino a confon­der­ti con lo sguar­do

del dio – se dio

pos­so nomi­nare il prin­ci­pio vivente

di tutte le cose, loro essen­za

pre­sente in esse, eppure altrove

ridente – te stes­so

altro da te, cie­lo

e ter­ra, ombra

e luce. Vorrei

que la tua quiete

nas­cesse dagli armo­ni­ci contras­ti

di una tota­li­tà vibrante, sull’orlo

di tra­boc­care nel pie­no del­la vita

ogni momen­to. La tua sapien­za

sia gio­cat­to­lo delle mani di un dio-fan­ciul­lo

emo­ti­vo e veg­gente. La morte

rico­nos­ci come devas­ta­zione

di quel­lo che sei, esplo­dere

di tem­pie, lab­bra, cuore ; abi­tuar­ti

all’improvviso roves­ciar­si delle forme

più belle.

Quando mori­rai

se mori­rai, sii morte sarai sta­to

gioia e dolore, for­za

e squal­lore. Di ques­ta sapien­za

che all’umano concede di somi­gliare al dio

vai fie­ro, ma non trop­po. Riconosci

il limite che ci cos­tringe. Del pia­cere

di sognare, non pri­var­ti mai… La vita

consi­de­ra come viag­gio in soli­tu­dine

a trat­ti rav­vi­va­to dall’amore, ricer­ca

de Principio in tutte le forme, anche

le più insi­diose : così

dio tra gli uma­ni e ques­ta gran­dez­za

rac­chiu­sa nel cuore

ti bas­terà.

 

Au Disciple absent

 

Que res­te­ra-t-il de moi ? Je pose la ques­tion

au cœur de la nuit en regar­dant

les toits des mai­sons, avant que ne me cueille

entre pen­sées qui reviennent, images

du pas­sé et du pré­sent, le som­meil… Que res­te­ra-t-il

de moi ? Certes, mes vers

cir­cu­le­ront. Mais moi,

cette lum­lère blot­tie en moi, peut-être quelqu’un

l’accueillera dans son âme, quelqu’un sau­ra-t-il

sup­por­ter mon exis­tence ? Ceci,

Je ne puis le savoir. Mais je peux

en des vers bri­sés et fami­liers dire

ce que je vou­drais de toi

homme ou femme que tu sois, héri­tier

de mes mys­tère, je puis te

dire, je vou­drais que tu sois

toi-même en chaque ins­tant, vrai

au point de te confondre avec le regard

du dieu – si dieu

je peux nom­mer le prin­cipe vivant

de toute chose, leur essence

pré­sente in esse, et pour­tant ailleurs

riant – toi-même

autre que toi, ciel

et terre, ombre

et lumière. Je vou­drais

que ta séré­ni­té

naisse des contrastes har­mo­niques

d’une tota­li­té vibrante, sur le point

de débor­der dans le plein de la vie

à chaque ins­tant. Que ta sagesse

soit un jouet dans les mains d’un dieu-enfant

émo­tif et voyant. Que tu recon­naisses

la mort comme dévas­ta­tion

de ce que tu es, explo­sion

de tempes, lèvres, cœur : t’habituer

à l’improviste ren­ver­se­ment des formes

les plus belles.

                                                           Quand tu mour­ras

si tu meurs, sois mort tu auras été

joie et dou­leur, force

et misère. De cette sagesse

qui concède à l’humain de res­sem­bler à dieu

sois fier, mais sans excés. Reconnais

la limite qui nous contraint. Du plai­sir

de rêver, ne te prive jamais… Considère

la vie comme un voyage en soli­tude

par­fois ravi­vé par l’amour, recherche

du  Principe en toutes les formes, même

les plus périlleuses : ain­si

dieu par­mi les humains et cette gran­deur

blot­tie en ton  cœur

te suf­fi­ra.

 

 

*

 

Lo sco­ra­men­to

è cor­po mor­to del dio : vene­ra anche quel­lo

e anche incer­tez­za :  incer­to

è il dio, tra essere

e non essere, ris­plen­dere

e nas­con­der­si. Semplicemente, com­piu­ta­mente sii

alba al sor­gere del sole, oriz­zonte

al suo tra­mon­to, nube

quan­do piove, arsu­ra

nell’estate, ger­mo­glio

in pri­ma­ve­ra, spo­glio

nell’inverno. Non dimen­ti­care

nul­la, viven­do nell’oblìo

conti­nuo, non per­do­nare

nul­la, per­chè non sarai mai lo stes­so

che ha subì­to tor­to : tut­to muta

conti­nua­mente.

Ascolta

Il flus­so del sangue, gli infi­ni­ti

moti delle cel­lule, che cosa

ci appar­tiene ? Sei ovunque

e in nes­sun luo­go.

Ama

Il pros­si­mo tuo come te stes­so : con cru­del­tà

e dol­cez­za ; se feri­rai

feri­rai sempre te stes­so, per­ché tu

sei il mon­do, se tra­di­rai

tra­di­rai te stes­so.

Ciò che non ti appar­tienne

consi­de­ra cosa tua, pen­sa per­du­to

tut­to ciò che ai.

E poi ?

Nascerà luce

den­tro l’anima che gui­da

ad altri mon­di. Nascerà

una Città di Luce

den­tro l’anima, una can­di­da

eter­na cit­tà dove non è dolore

no ombra. Qui dimo­ra­no

e atten­do­no gli dèi, nel limine

estre­mo del­la vita, che condu­co­no

al cuore delle cose, al nucleo immo­bile

di una abba­ci­nante eter­ni­tà.

 

Le décou­ra­ge­ment

est le corps mort du dieu : vénère cela aus­si

et l’incertitude : incer­tain

est le dieu, entre être

et non-être, res­plen­dir

et se cacher. Simplement, com­plè­te­ment sois

aube quand paraît le soleil, hori­zon

quand  il se couche, nuage

quand il pleut, séche­resse

l’été, germe

au prin­temps, dépouille

en hiver. N’oublie

rien, vivant dans l’oubli

conti­nu, ne par­donne

rien, parce que tu ne seras jamais le même

qui a subi un tort : tout change

conti­nû­ment.

Ecoute

Le flux du sang, les infi­nis

mou­ve­ments des cel­lules, qu’est-ce

qui nous appar­tient ? Tu es par­tout

et nulle part.

Aime

ton pro­chain comme toi-même : cruel­le­ment

et ten­dre­ment ; si tu blesses

c’est toi que tu blesses tou­jours, car tu es

le monde, si tu tra­his

c’est toi que tu tra­his.

Ce qui ne t’appartient pas

consi­dère-le comme ton bien, pense per­du

tout ce qui est à toi.

Et puis ?

Naîtra la lumière

dans l’âme qui guide

aux autres monde. Naîtra

une Cité de Lumière

dans l’âme, une pure

cité éter­nelle sans dou­leur

ni ombre. Là demeurent

et attendent les dieux, à la fron­tière

extrême de la vie, qui conduisent

au cœur des choses, au noyau immo­bile

d’une éblouis­sante éter­ni­té.

mm

Marilyne Bertoncini

Marilyne Bertoncini, co-res­pon­sable de la revue Recours au Poème, à laquelle elle col­la­bore depuis 2013, doc­teur en Littérature, spé­cia­liste de Jean Giono, tra­vaille avec des artistes, vit, écrit et tra­duit de l'anglais et de l'italien. Elle est l'autrice de nom­breux articles et cri­tiques ain­si que de tra­duc­tions sur Recours au Poème. Ses textes et pho­tos sont éga­le­ment publiés dans des antho­lo­gies, diverses revues fran­çaises et inter­na­tio­nales, et sur son blog :   http://​mino​tau​ra​.unblog​.fr. Principales publi­ca­tions : Traductions :  tra­duc­tions de l'anglais (US et Australie) : Barry Wallenstein, Martin Harrison, Peter Boyle (Recours au Poème édi­teurs, 2014 et 2015), Carol Jenkins ( River road Poetry Series, 2016) autres tra­duc­tions : Secanje Svile, Mémoire de Soie, Tanja Kragujevic, édi­tion tri­lingue, Beograd 2015 Livre des sept vies , Ming Di, Recours au Poème édi­tions, 2015 Histoire de Famille, Ming Di, édi­tions Transignum, avec des illus­tra­tions de Wanda Mihuleac,  juin 2015 Instantanés, Eva-Maria Berg, édi­tions Imprévues, 2018 Poèmes per­son­nels :  Labyrinthe des Nuits, suite poé­tique, RaP édi­teur, 2015 La Dernière Oeuvre de Phidias, Encres Vives, avril 2016 Aeonde, La Porte, 2017 AEncre de Chine, livre-ardoise sur un pro­jet de Wanda Mihuleac Le Silence tinte comme l'angélus d'un vil­lage englou­ti, édi­tions Imprévues, 2017 La Dernière Oeuvre de Phidias, sui­vi de L'Invention de l'absence, Jacques André édi­teur , mars 2017 L'Anneau de Chillida, L'Atelier du Grand Tétras, 2018 Mémoire vive des replis, poèmes et pho­tos de l'autrice, pré­face de Carole Mesrobian, édi­tions "Pourquoi viens-tu si tard?", novembre 2018 Sable, livre bilingue (tra­duc­tion en alle­mand d' Eva-Maria Berg), avec des gra­vures de Wanda Mihuleac, et une post­face de Laurent Grison, Transignum , mars 2019. Memoria viva delle pieghe/​mémoire vive des replis, édi­tion bilingue, tra­duc­tion de l'autrice, pré­face de Giancarlo Baroni, éd. PVTST?, mars 2019 (fiche bio­gra­phique com­plète sur le site de la MEL : http://​www​.​m​-​e​-​l​.fr/​m​a​r​i​l​y​n​e​-​b​e​r​t​o​n​c​i​n​i​,​e​c​,​1​301 )