choi­sis et tra­duits par Marilyne Bertoncini

I (extrait)

Un pun­to non visi­bile tra il mare

e il cie­lo illi­vi­di­to di dicembre

anco­ra a rimi­rar­lo in pie­no sole

sempre quel pun­to, vuo­to, inafferrabile

potesse per­sua­der­ci sen­za ebbrezza

qua mor­ti, alme­no noi rari superstiti

nell’aldilà del mare a ques­ta vita

 

 

Un point imper­cep­tible entre la mer

et le ciel blême de décembre

que la contem­pla­tion inces­sante en plein soleil

de ce point, vide, inaccessible,

puisse nous per­sua­der d’entrer sans ivresse

ici morts, au moins nous rares survivants

dans l’outre-marin à cette vie

 

*

 

II (extraits)

 

Mi chia­mo Angelo, così

mi han­no chia­ma­to. Non ricordo

di essere nato, non credo

che morirò-il cen­tro dei mondi

è cuore di luce, che racchiude

una pic­co­la ombra-mi han­no chiamato

Angelo, forse sono nato

dal nul­la, se è vero

che sono nato-rag­gi innumerevoli

fil­tra­no il sangue di quel cuore

fuo­ri di sé-non chiedetemi

cose certe : so

che mi han­no chia­ma­to Angelo e deliro

me stes­so tra gli umani

che mi scià­ma­no intor­no, non intendo

se esis­ta­no o non esis­ta­no, soltanto

se chiu­do gli occhi scom­paio­no, ritornano

se dischiu­do le palpebre

 

Je me nomme Angelo, c’est ainsi

qu’on m’a nom­mé. Je n’ai pas souvenir

d’ être né, je ne crois pas

que je mour­rai – le centre des mondes

est cœur de lumière, qui recèle

une ombre minus­cule- ils m’ont nommé

Angelo, peut-être suis-je né

du néant, s’il est vrai

que je suis né-des rayons innombrables

filtrent le sang de ce cœur

hors-de-lui -ne me  deman­dez pas

des choses avé­rées : je sais

qu’ils m’ont nom­mé Angelo et je délire

moi-même par­mi les humains

qui cha­manent autour de moi, je ne sais

s’ils existent ou non, je sais juste

qu’ils dis­pa­raissent si je ferme les yeux, reviennent

si j’ouvre les paupières

 

*

 

Noi cor­ria­mo, gli uma­ni, ricorriamo

even­ti, memo­rie, intensità

di cose. Non il gab­bia­no che si las­cia andare

sul filo dell’aria, posa

sul nul­la e pla­na e tro­va meta

e ris­to­ro. Come ala

di gab­bia­no filas­se­ro i miei gior­ni, candida

piu­ma, occhio vigile sul mare

 

 

Nous cou­rons, nous humains, nous poursuivons

les évé­ne­ments, les mémoires, l’intensité

des choses. Pas le goé­land qui se laisse porter

sur le fil de l’air, posé sur

le néant il plane et trouve  destination

et repos. Que filent comme ailes

de goé­land mes jours, blanche

plume, œil vigi­lant sur la mer

 

*

 

Il mio dio ha occhi di colomba

e aqui­la, si erge tra me e il mon­do, gioca

con i miei pen­sie­ri. Poi spa­risce. Ne resta

eco lun­ga in me, come vagìto

lon­ta­no o gemi­to di feli­ci­tà, che mi confonde

a onde salen­do, a fiot­ti, a mano a mano

che il sole matu­ra den­tro l’anno.

E gio­ca e mi divo­ra il dio di luce

e tene­bra e mi ruba ai gior­ni limpidi

di ques­to pri­mo autun­no che si frange

contro rive di pie­tra, rupi ripide.

 

mon dieu a des yeux de colombe

et d’aigle, il se dresse entre moi et le monde, il joue

avec mes pen­sées. Puis dis­pa­raît. En reste

un long écho en moi, comme un vagissement

loin­tain, un gémis­se­ment de joie, qui me trouble

de flots d’ondes mon­tantes, à mesure

que le soleil mûrit au cours de l’année.

Et il joue et me dévore le dieu de lumière

et de ténèbre et me dérobe aux jours limpides

de ce pre­mier automne qui se brise

contre des rivages de pierre, des rochers escarpés.

 

 

*

 

VII (extraits)

 

Le parole gal­leg­gia­no su un vuoto

col­mo di luce, vacua ple­ni­tu­di­no

lumine ple­na, e da ques­to vuoto

ora ger­mi­na il mare, ora la notte

sorel­la del gior­no, ora l’aurora.

È bene misu­rare le parole

attin­gerle alla fonte del­la luce

e donarle come quar­zi trasparenti.

È bene com­mi­su­rare le parole

alla for­za pro­fon­da dell’umano

al suo nome segre­to, e sia­no specchio

tra la goc­cia lucente e la sorgente

d’acqua che vibra e ride contro il sole

 

Les paroles flottent sur un vide

comble de lumière, vacua plenitudino

lumine ple­na, et de ce vide

par­fois germe la mer, par­fois la nuit

sœur du jour, par­fois l’aurore.

Il est bon de mesu­rer les paroles,

Les pui­ser à la source de la lumière

et les offrir comme des quartz transparents.

Il est bon de com­pa­rer les paroles

à la force pro­fonde de l’humain

à son nom secret, et qu’elles soient miroirs

entre la goutte lui­sante et la source

d’eau qui vibre et rit contre le soleil

 

*

 

Al Discepolo assente

 

Che cosa res­terà di me ? chiedo

nel cuore del­la notte guardando

i tet­ti delle case, pri­ma che mi colga

tra pen­sie­ri rei­te­ran­ti, immagini

di pas­sa­to e pre­sente, il son­no… che cosa

res­terà di me ? Certo, i miei versi

cir­co­le­ran­no. Ma io,

ques­ta luce rac­col­ta in me, forse qualcuno

acco­glierà nell’anima, saprà qualcuno

reg­gere la mia essen­za ? Questo

non mi è dato sapere. Ma posso

in ver­si spez­za­ti e col­lo­quia­li dire

che cosa vor­rei da te

uomo o don­na che tu sia, erede

dei miei mis­te­ri, posso

dir­ti, io vor­rei che fossi

te stes­so in ogni atti­mo, vero

fino a confon­der­ti con lo sguardo

del dio – se dio

pos­so nomi­nare il prin­ci­pio vivente

di tutte le cose, loro essenza

pre­sente in esse, eppure altrove

ridente – te stesso

altro da te, cielo

e ter­ra, ombra

e luce. Vorrei

que la tua quiete

nas­cesse dagli armo­ni­ci contrasti

di una tota­li­tà vibrante, sull’orlo

di tra­boc­care nel pie­no del­la vita

ogni momen­to. La tua sapienza

sia gio­cat­to­lo delle mani di un dio-fanciullo

emo­ti­vo e veg­gente. La morte

rico­nos­ci come devastazione

di quel­lo che sei, esplodere

di tem­pie, lab­bra, cuore ; abituarti

all’improvviso roves­ciar­si delle forme

più belle.

Quando mori­rai

se mori­rai, sii morte sarai stato

gioia e dolore, forza

e squal­lore. Di ques­ta sapienza

che all’umano concede di somi­gliare al dio

vai fie­ro, ma non trop­po. Riconosci

il limite che ci cos­tringe. Del piacere

di sognare, non pri­var­ti mai… La vita

consi­de­ra come viag­gio in solitudine

a trat­ti rav­vi­va­to dall’amore, ricerca

de Principio in tutte le forme, anche

le più insi­diose : così

dio tra gli uma­ni e ques­ta grandezza

rac­chiu­sa nel cuore

ti bas­terà.

 

Au Disciple absent

 

Que res­te­ra-t-il de moi ? Je pose la question

au cœur de la nuit en regardant

les toits des mai­sons, avant que ne me cueille

entre pen­sées qui reviennent, images

du pas­sé et du pré­sent, le som­meil… Que restera-t-il

de moi ? Certes, mes vers

cir­cu­le­ront. Mais moi,

cette lum­lère blot­tie en moi, peut-être quelqu’un

l’accueillera dans son âme, quelqu’un saura-t-il

sup­por­ter mon exis­tence ? Ceci,

Je ne puis le savoir. Mais je peux

en des vers bri­sés et fami­liers dire

ce que je vou­drais de toi

homme ou femme que tu sois, héritier

de mes mys­tère, je puis te

dire, je vou­drais que tu sois

toi-même en chaque ins­tant, vrai

au point de te confondre avec le regard

du dieu – si dieu

je peux nom­mer le prin­cipe vivant

de toute chose, leur essence

pré­sente in esse, et pour­tant ailleurs

riant – toi-même

autre que toi, ciel

et terre, ombre

et lumière. Je voudrais

que ta sérénité

naisse des contrastes harmoniques

d’une tota­li­té vibrante, sur le point

de débor­der dans le plein de la vie

à chaque ins­tant. Que ta sagesse

soit un jouet dans les mains d’un dieu-enfant

émo­tif et voyant. Que tu reconnaisses

la mort comme dévastation

de ce que tu es, explosion

de tempes, lèvres, cœur : t’habituer

à l’improviste ren­ver­se­ment des formes

les plus belles.

                                                           Quand tu mourras

si tu meurs, sois mort tu auras été

joie et dou­leur, force

et misère. De cette sagesse

qui concède à l’humain de res­sem­bler à dieu

sois fier, mais sans excés. Reconnais

la limite qui nous contraint. Du plaisir

de rêver, ne te prive jamais… Considère

la vie comme un voyage en solitude

par­fois ravi­vé par l’amour, recherche

du  Principe en toutes les formes, même

les plus périlleuses : ainsi

dieu par­mi les humains et cette grandeur

blot­tie en ton cœur

te suf­fi­ra.

 

 

*

 

Lo sco­ra­men­to

è cor­po mor­to del dio : vene­ra anche quello

e anche incer­tez­za :  incerto

è il dio, tra essere

e non essere, risplendere

e nas­con­der­si. Semplicemente, com­piu­ta­mente sii

alba al sor­gere del sole, orizzonte

al suo tra­mon­to, nube

quan­do piove, arsura

nell’estate, ger­mo­glio

in pri­ma­ve­ra, spoglio

nell’inverno. Non dimenticare

nul­la, viven­do nell’oblìo

conti­nuo, non perdonare

nul­la, per­chè non sarai mai lo stesso

che ha subì­to tor­to : tut­to muta

conti­nua­mente.

Ascolta

Il flus­so del sangue, gli infiniti

moti delle cel­lule, che cosa

ci appar­tiene ? Sei ovunque

e in nes­sun luogo.

Ama

Il pros­si­mo tuo come te stes­so : con crudeltà

e dol­cez­za ; se ferirai

feri­rai sempre te stes­so, per­ché tu

sei il mon­do, se tradirai

tra­di­rai te stesso.

Ciò che non ti appartienne

consi­de­ra cosa tua, pen­sa perduto

tut­to ciò che ai.

E poi ?

Nascerà luce

den­tro l’anima che guida

ad altri mon­di. Nascerà

una Città di Luce

den­tro l’anima, una candida

eter­na cit­tà dove non è dolore

no ombra. Qui dimorano

e atten­do­no gli dèi, nel limine

estre­mo del­la vita, che conducono

al cuore delle cose, al nucleo immobile

di una abba­ci­nante eternità.

 

Le décou­ra­ge­ment

est le corps mort du dieu : vénère cela aussi

et l’incertitude : incertain

est le dieu, entre être

et non-être, resplendir

et se cacher. Simplement, com­plè­te­ment sois

aube quand paraît le soleil, horizon

quand  il se couche, nuage

quand il pleut, sécheresse

l’été, germe

au prin­temps, dépouille

en hiver. N’oublie

rien, vivant dans l’oubli

conti­nu, ne pardonne

rien, parce que tu ne seras jamais le même

qui a subi un tort : tout change

conti­nû­ment.

Ecoute

Le flux du sang, les infinis

mou­ve­ments des cel­lules, qu’est-ce

qui nous appar­tient ? Tu es partout

et nulle part.

Aime

ton pro­chain comme toi-même : cruellement

et ten­dre­ment ; si tu blesses

c’est toi que tu blesses tou­jours, car tu es

le monde, si tu trahis

c’est toi que tu trahis.

Ce qui ne t’appartient pas

consi­dère-le comme ton bien, pense perdu

tout ce qui est à toi.

Et puis ?

Naîtra la lumière

dans l’âme qui guide

aux autres monde. Naîtra

une Cité de Lumière

dans l’âme, une pure

cité éter­nelle sans douleur

ni ombre. Là demeurent

et attendent les dieux, à la frontière

extrême de la vie, qui conduisent

au cœur des choses, au noyau immobile

d’une éblouis­sante éternité. 

mm

Marilyne Bertoncini

Marilyne Bertoncini, co-res­pon­sable de la revue Recours au Poème, à laquelle elle col­la­bore depuis 2013, membre du com­tié de rédac­tion de la revue <emPhoenix, doc­teur en Littérature, spé­cia­liste de Jean Giono, tra­vaille avec des artistes, vit, écrit et tra­duit de l'anglais et de l'italien. Elle est l'autrice de nom­breux articles et cri­tiques ain­si que de tra­duc­tions sur Recours au Poème. Ses textes et pho­tos sont éga­le­ment publiés dans des antho­lo­gies, diverses revues fran­çaises et inter­na­tio­nales, et sur son blog :   http://​mino​tau​ra​.unblog​.fr. Principales publi­ca­tions : Traductions :  tra­duc­tions de l'anglais (US et Australie) : Barry Wallenstein, Martin Harrison, Peter Boyle (Recours au Poème édi­teurs, 2014 et 2015), Carol Jenkins ( River road Poetry Series, 2016) autres tra­duc­tions : Secanje Svile, Mémoire de Soie, Tanja Kragujevic, édi­tion tri­lingue, Beograd 2015 Livre des sept vies , Ming Di, Recours au Poème édi­tions, 2015 Histoire de Famille, Ming Di, édi­tions Transignum, avec des illus­tra­tions de Wanda Mihuleac,  juin 2015 Instantanés, Eva-Maria Berg, édi­tions Imprévues, 2018 Poèmes per­son­nels :  Labyrinthe des Nuits, suite poé­tique, RaP édi­teur, 2015 La Dernière Oeuvre de Phidias, Encres Vives, avril 2016 Aeonde, La Porte, 2017 AEncre de Chine, livre-ardoise sur un pro­jet de Wanda Mihuleac Le Silence tinte comme l'angélus d'un vil­lage englou­ti, édi­tions Imprévues, 2017 La Dernière Oeuvre de Phidias, sui­vi de L'Invention de l'absence, Jacques André édi­teur , mars 2017 L'Anneau de Chillida, L'Atelier du Grand Tétras, 2018 Mémoire vive des replis, poèmes et pho­tos de l'autrice, pré­face de Carole Mesrobian, édi­tions "Pourquoi viens-tu si tard?", novembre 2018 Sable, livre bilingue (tra­duc­tion en alle­mand d' Eva-Maria Berg), avec des gra­vures de Wanda Mihuleac, et une post­face de Laurent Grison, Transignum , mars 2019. Memoria viva delle pieghe/​mémoire vive des replis, édi­tion bilingue, tra­duc­tion de l'autrice, pré­face de Giancarlo Baroni, éd. PVTST?, mars 2019 (fiche bio­gra­phique com­plète sur le site de la MEL : http://​www​.​m​-​e​-​l​.fr/​m​a​r​i​l​y​n​e​-​b​e​r​t​o​n​c​i​n​i​,​e​c​,​1​301 )