Douze pages de papi­er glacé au for­mat car­ré 21x21, pour cette  revue provenant de Lodève, dirigée par Teo Libar­do, tirée à 100 exem­plaires, et qui dis­pose d’une page face­book  www.facebook.com/RevueLaVolée,  On y trou­vera, dans une mise en page élé­gante, alter­nant fonds blancs et fonds de couleur (vert et noir) sans osten­ta­tion, des poèmes  et des travaux de plasticiens.

Dans ce numéro, des textes d’Emma Trebitsch, dont le pre­mier recueil est atten­du, de Nico­las Giral, auteur de trois recueils chez Rafaël de Sur­tis, Elisa Coste, dont le dernier titre, Les Cham­bres, vient d’être pub­lié au édi­tions Rosa can­i­na, ain­si que des haïkus de San­drine Davin, des extraits de Il suf­fi­ra de Téo Libar­do, musi­cien  et poète ren­con­tré au fes­ti­val de Sète, où il était présent pour les édi­tions Rosa can­i­na et Phloeme, et où j’ai acquis le très beau CD présen­tant 12 poèmes de Cesare Pavese mis en musique et chan­tés par lui sous le titre Anche tu sei l‘amore. Au cen­tre, une dou­ble page de très belles encres légères comme des pein­tures japon­ais­es de mon­tagne et d’eau – shan­shui – et leur légende sous forme de sizain , par la plasticienne :

J’ai trou­vé un caillou

La pierre a frémi

Un signe est apparu

Et puis plus rien

Reste un dessin

Les cen­dres du caillou.

 

En une, l’édito de Domini­cel­la et Teo Libar­do retrace – avec la con­ci­sion imposée par le for­mat — les 5 années d’existence ayant per­mis à une cinquan­taine d’auteurs et plas­ti­ciens de faire vivre La Volée, et annonce une pause pour se con­sacr­er aux très belles édi­tions Rosa Can­i­na qui vien­nent de naître – les précé­dent numéro de cette sym­pa­thique pub­li­ca­tion sont tou­jours disponibles ici : http://www.telolibardo.com/ecriture/revue-la-volée/ 

mm

Marilyne Bertoncini

Mar­i­lyne Bertonci­ni, co-respon­s­able de la revue Recours au Poème, à laque­lle elle col­la­bore depuis 2013, mem­bre du comtié de rédac­tion de la revue <emPhoenix, doc­teur en Lit­téra­ture, spé­cial­iste de Jean Giono, tra­vaille avec des artistes, vit, écrit et traduit de l’anglais et de l’i­tal­ien. Elle est l’autrice de nom­breux arti­cles et cri­tiques ain­si que de tra­duc­tions sur Recours au Poème. Ses textes et pho­tos sont égale­ment pub­liés dans des antholo­gies, divers­es revues français­es et inter­na­tionales, et sur son blog :   http://minotaura.unblog.fr. Prin­ci­pales publications : Tra­duc­tions :  tra­duc­tions de l’anglais (US et Aus­tralie) : Bar­ry Wal­len­stein, Mar­tin Har­ri­son, Peter Boyle (Recours au Poème édi­teurs, 2014 et 2015), Car­ol Jenk­ins ( Riv­er road Poet­ry Series, 2016) autres tra­duc­tions : Secan­je Svile, Mémoire de Soie, Tan­ja Kragu­je­vic, édi­tion trilingue, Beograd 2015 Livre des sept vies , Ming Di, Recours au Poème édi­tions, 2015 His­toire de Famille, Ming Di, édi­tions Tran­signum, avec des illus­tra­tions de Wan­da Mihuleac,  juin 2015 Instan­ta­nés, Eva-Maria Berg, édi­tions Imprévues, 2018 Poèmes per­son­nels :  Labyrinthe des Nuits, suite poé­tique, RaP édi­teur, 2015 La Dernière Oeu­vre de Phidias, Encres Vives, avril 2016 Aeonde, La Porte, 2017 AEn­cre de Chine, livre-ardoise sur un pro­jet de Wan­da Mihuleac Le Silence tinte comme l’angélus d’un vil­lage englouti, édi­tions Imprévues, 2017 La Dernière Oeu­vre de Phidias, suivi de L’In­ven­tion de l’ab­sence, Jacques André édi­teur , mars 2017 L’An­neau de Chill­i­da, L’Ate­lier du Grand Tétras, 2018 Mémoire vive des replis, poèmes et pho­tos de l’autrice, pré­face de Car­ole Mes­ro­bian, édi­tions “Pourquoi viens-tu si tard?”, novem­bre 2018 Sable, livre bilingue (tra­duc­tion en alle­mand d’ Eva-Maria Berg), avec des gravures de Wan­da Mihuleac, et une post­face de Lau­rent Gri­son, Tran­signum , mars 2019. Memo­ria viva delle pieghe/mémoire vive des replis, édi­tion bilingue, tra­duc­tion de l’autrice, pré­face de Gian­car­lo Baroni, éd. PVTST?, mars 2019 (fiche biographique com­plète sur le site de la MEL : http://www.m‑e-l.fr/marilyne-bertoncini,ec,1301 )