Giuseppe Conte : L’EricaLa bruyère

Par |2021-03-05T19:15:41+01:00 5 mars 2021|Catégories : Giuseppe Conte, Poèmes|

traduction ; Marilyne Bertoncini

La Bruyère est le tout dernier texte du voy­age épique et mythographique auquel nous invite l’oeu­vre de Giuseppe Con­te, fon­da­teur du Mytho­mod­ernisme, recherche spir­ituelle et éthique de l“action poé­tique ori­en­tée vers la quête de la Beauté. L’au­teur offre  ce long poème lim­i­naire du recueil en antepri­ma à Recours au Poème, alors que le livre est encore à paraître en Ital­ie, chez Fal­lone edi­tore, dans la col­lec­tion “Leone Alato”.

 

 

L’Erica

 

Eri­ca- nome comune di  arbusti sem­pre­ver­di con foglie aghi­for­mi rigide e dai  fiori a grap­po­lo molto minu­ti, dal col­ore tra rosa scuro e vio­la, del­la famiglia delle eri­cacee, che crescono nei ter­reni incolti e sab­biosi. Fior­iscono tra fine estate e autunno.

                                    J’ai cueil­li ce brin de bruyère

                                    l’automne est morte, sou­viens t’en

Apol­li­naire ( L’Adieu)

 

 Bruyère eri­ca — nom com­mun des arbustes à feuilles per­sis­tantes avec des feuilles rigides en forme d’aigu­illes et des fleurs en grappes très minus­cules, avec une couleur entre le rose fon­cé et le vio­let, de la famille des éri­cacées, qui poussent dans des sols incultes et sableux. Ils fleuris­sent entre la fin de l’été et l’automne.

        1

 

Amo l’erica. Quan­do arri­va l’ autunno

ne poso un arbus­to sul mio tavolo

in mez­zo a lib­ri, plichi, stat­uette, foto.

Sta lì, come se dovesse riem­pire un vuoto

che non c’è . Con le sue foglie aghiformi

con i suoi fiori  non più gran­di di pupille

col­ore del ven­to e del vino

mi par­la di chissà quali brughiere

mi por­ta lo spir­i­to dell’autunno vicino.

Poi dice che inelut­ta­bile è il declino

e ascol­ta tutte le not­ti le mie preghiere.

 

 

J’aime la bruyère. Quand arrive l’automne

J‘en place un arbuste sur ma table

au milieu des livres, des plis, des stat­uettes, des photos.

Il se tient là, comme s’il devait rem­plir un vide

qui n’est pas. Avec ses feuilles en aiguille

avec ses fleurs pas plus grandes que des pupilles

couleur de vent et de vin

elle me par­le de qui sait quelles landes

m’apporte l’e­sprit de l’automne.

Puis dit que le déclin est inéluctable

et toutes les nuits écoute mes prières.

                               

   2

 

Amo l’erica come amo il vento

come amo le poe­sie di Apollinaire.

Ricor­da: non siamo sul­la  ter­ra per

restar­ci, ma dove andremo lo sanno

loro, l’erica, l’autunno.

 

 

 

J’aime la bruyère comme j’aime le vent

comme les poèmes d’Apollinaire.

Sou­viens-toi : nous ne sommes pas sur terre pour

demeur­er, mais où nous irons, eux le savent

la bruyère, et l’automne.

                      

      3

 

L’erica con­vive bene con  le tempeste,

il ven­to  las­cia den­tro di lei  il suo soffio

le nuv­ole i loro vagan­ti riflessi

il sole le sue ultime, bre­vi feste.

 

E’ bel­la come lo è una  capigliatura

di don­na dopo un   orgas­mo burrascoso,

e come una don­na  in lacrime o nel sonno

è  isp­i­da, ten­era, pura.

 

 

 

La bruyère cohab­ite bien avec les tempêtes,

le vent, elle laisse son souf­fle la pénétrer

les nuages ​​leurs reflets vagabonds

le soleil ses brèves ultimes fêtes.

 

Elle est belle comme la chevelure

d’une femme après un orgasme orageux,

et comme une femme en larmes ou endormie

elle est hir­sute, ten­dre, pure.

 

 4

 

Amo l’erica come amo te, Mary,

l’autunno ci appartiene

dopo tutte le nos­tre sta­gioni piene

di eros, di incen­di, di piaceri.

 

Anche tu mi ricor­di isole

del Nord, erbose, fatate

le Orca­di, le Aran disalberate

e limpi­de, e così ardue da raggiungere.

 

Il nos­tro lun­go amore autunnale

ci ha por­ta­to qualche saggezza.

Non vogliamo  più far­ci del male.

Amo la del­i­ca­ta compostezza

 di te che giochi  a Brick Clas­sic sul cellulare

e vin­ci sem­pre, sem­pre con­tro di me.

 

 

 

J’aime la bruyère comme je t’aime, Mary,

l’au­tomne nous appartient

après toutes nos saisons pleines

d’eros, d‘incendies, de plaisirs.

 

Toi aus­si  me rap­pelles les îles

du Nord, her­beuses, enchantées

les Orcades, lesAran démâtées

et claires, et si dif­fi­cile à atteindre.

 

Notre long amour automnal

nous a don­né un peu de sagesse.

Nous ne voulons plus nous blesser.

J’aime ta gra­cieuse modestie

quand tu joues à Brick Clas­sic sur ton portable

et que tu  gagnes  tou­jours, tou­jours con­tre moi.

 

                                      

  5

 

Mia eri­ca col­ore del ven­to e del vino

sei stan­ca di star­mi vicino?

Cosa sono quei fil­a­men­ti bianchi

sim­ili a neve cadu­ta ai tuoi fianchi?

 

Vor­resti forse essere in un giardino

e non tra i volu­mi e i fogli su questo tavolo

a con­di­videre il mio reclu­so destino?

Vor­resti anco­ra la com­pag­nia delle nuvole?

 

 

 

Ma bruyère couleur du vent et du vin

es-tu lasse d’être à mes côtés?

Que sont ces fil­a­ments blancs

comme neige tombée sur tes flancs?

 

Tu pour­rais souhaiter être dans un jardin

et pas par­mi  les livres et les feuilles de cette table

à partager mon des­tin  de reclus?

Désires-tu  tou­jours la com­pag­nie des nuages?

     

6

 

Anche tu non hai mai sonno

è vero? mia eri­ca, mia amica

è come se ogni fatica

del giorno la notte svanisse

 

e noi ce ne stes­si­mo quieti

fuori dalle maglie del tempo

sen­za pesi, doveri, divieti

sospe­si come in un eclisse.

 

 

Men­tre tut­ti dor­mono, noi viaggiamo

ver­so  dove la vita ha origine

ver­so dove la vita declina

e tu sei con me, sof­fio e brina

 

per questo, mia eri­ca, ti amo.

 

 

 

Toi non plus tu n’as jamais sommeil

n’est-ce pas? ma bruyère, mon amie

c’est comme si chaque fatigue

du jour dis­parais­sait la nuit

 

et nous seri­ons tranquilles

hors des mailles du temps

sans charges, sans devoirs, sabs interdictions

sus­pendus comme dans une éclipse.

 

Pen­dant que tous som­meil­lent, nous voyageons

vers le lieu où s‘origine la vie

vers lelieu où la vie décline

et tu es avec moi, souf­fle et gel

 

pour cela, ma bruyère, je t’aime.

Présentation de l’auteur

Giuseppe Conte

Né en 1945 à Por­to Mau­r­izio en Lig­urie, et vivant désor­mais à Impe­ria, Giuseppe Con­te, pas­sion­né de voy­age et de mytholo­gie est poète, romanci­er, essay­iste et tra­duc­teur. Il a fait paraître en ital­ien des œuvres de William Blake, P.B Shel­ley, D.H Lawrence et Walt Whitman . 

Pas­sion­né de voy­age et de mytholo­gie, il est l’un des fon­da­teurs du mytho-mytho­­mod­­ernisme, mou­ve­ment créé en en 1995.

Après un doc­tor­at d’esthétique, en 1968, il pub­lie, en 1972, un essai cri­tique con­sacré à la métaphore baroque (La metafo­ra baroc­ca: sag­gio sulle poet­iche del Sei­cen­to, Milano, Mur­sia, 1972).

Ses pre­miers textes poé­tiques sont pub­liés en 1978 dans l’anthologie La Paro­la innamora­ta.

En 2006, il a rem­porté le Prix Viareg­gio, sec­tion poésie, pour Ferite e rifior­i­t­ure (Mon­dadori) et, en 2008, le Prix Stre­sa pour L’adul­tera.

 

L’Ultimo aprile bian­co (poésie), Milano, Soci­età di poe­sia per inizia­ti­va del­l’ed­i­tore Guan­da, 1979
Un chant pour des résur­rec­tions songées, tra­duc­tion de Jean-Pierre Faye, Change n° 39 « L’Italie changée », mars 1980
L’Oceano e il Ragaz­zo, Riz­zoli, 1983 ; L’Océan et l’En­fant (poésie), tra­duc­tion française de Jean-Bap­tiste Para, Arcane 17, Saint-Nazaire, 1989. Pré­face d’Italo Calvi­no. Réédité par Jacques Bré­mond, 30210 Remoulins, 2002. Prix Nel­ly Sachs pour la meilleure tra­duc­tion de poésie de l’an­née (1989)
Le Sta­gioni (poésie), Milan, Riz­zoli, 1988 (Les Saisons, tra­duc­tion col­lec­tive de l’italien, relue, com­plétée et pré­facée par Jean-Bap­tiste Para, édi­tions Roy­au­mont, Col­lec­tion Les Cahiers de Roy­au­mont, Asnières-sur-Oise, 1989)
Le Man­u­scrit de Saint-Nazaire (réc­its), édi­tion bilingue, tra­duc­tion de Jean-Bap­tiste Para, en appen­dice : entre­tien de Giuseppe Con­te avec Bernard Bre­ton­nière, Saint-Nazaire, M.E.E.T., Arcane 17, 1989 (cet ouvrage n’est plus disponible)
Dial­o­go del poeta e del mes­sag­gero (poésie), Milano, Arnol­do Mon­dadori Edi­tore, “Il Nuo­vo Spec­chio”, Milano, 1992
Ter­res du Mythe (essai) [Terre del mito, Arnol­do Mon­dadori Edi­tore, Milano, 1991 ; nuo­va edi­zione ampli­a­ta, Lon­gane­si, Milano, 2009], tra­duc­tion de Nathalie Cam­podon­ico, Saint-Nazaire, Arcane 17, 1994
Le Roi Arthur et le sans-logis (théâtre), tra­duc­tion de Jean-Yves Mas­son, entre­tien de Giuseppe Con­te avec Bernard Bre­ton­nière, Saint-Nazaire, M.E.E.T., 1995 (cet ouvrage n’est plus disponible)
Vil­la Han­bury & autres poèmes (antholo­gie), tra­duc­tion de Jean-Bap­tiste Para, L’Escam­pette, Bor­deaux, 2002. Cette antholo­gie com­prend des extraits de L’Océan et l’enfant, Les Saisons, Dia­logue du poète et du mes­sager, Chants de Yusuf Abdel Nur, Nou­veaux Chants. Mal­heureuse­ment, cette édi­tion ne com­prend pas le texte orig­i­nal en italien.
Ferite e rifior­i­t­ure, Mon­dadori, Col­lana Lo Spec­chio, Milano, 2006. Pre­mio Viareg­gio Poe­sia 2006
Le Troisième Offici­er (roman) [Il ter­zo uffi­ciale, Lon­gane­si, Milano, 1997 ; poi TEA, Milano, 1999], édi­tions Lau­rence Teper (édi­tions de Cor­levour), avril 2007. Traduit de l’italien par Monique Baccelli
La Femme adultère [L’adul­tera, Lon­gane­si, Milano, 2008], édi­tions Lau­rence Teper (édi­tions de Cor­levour), 2009. Traduit de l’i­tal­ien par Monique Bac­cel­li. Pre­mio Stre­sa. Pre­mio Man­zoni du meilleur roman his­torique 2008.
L’homme qui voulait tuer Shel­ley [La case delle onde, Milano, Lon­gane­si, Col­lana La Gaja scien­za, 2005], roman, édi­tions Phébus, 2008. Traduit de l’italien par Frédéric Klein.
Poe­sie 1983–2015, Oscar Mon­dadori, Oscar poe­sia, 2015. Intro­duzione di Gior­gio Ficara. Nota biografi­ca e bib­li­ografia a cura di Giu­lia Ricca.
Non finirò di scri­vere sul mare, Mon­dadori, Col­lana Lo Spec­chio, 2019

Autres lec­tures

2 entretiens avec Giuseppe Conte

Bernard Bre­ton­nière offre ici à Recours au Poème deux entre­tiens devenus introu­vables, réal­isés avec Giuseppe Con­te  : le pre­mier, pub­lié sur la revue Face B, à l’oc­ca­sion du séjour de l’au­teur à la Maison […]

mm

Marilyne Bertoncini

Biogra­phie Enseignante, poète et tra­duc­trice (français, ital­ien), codi­rec­trice de la revue numérique Recours au Poème, à laque­lle elle par­ticipe depuis 2012, mem­bre du comité de rédac­tion de la revue Phoenix, col­lab­o­ra­trice des revues Poésie/Première et la revue ital­i­enne Le Ortiche, où elle tient une rubrique, “Musarder“, con­sacrée aux femmes invis­i­bil­isées de la lit­téra­ture, elle, ani­me à Nice des ren­con­tres lit­téraires men­su­elles con­sacrées à la poésie, Les Jeud­is des mots dont elle tient le site jeudidesmots.com. Tit­u­laire d’un doc­tor­at sur l’oeu­vre de Jean Giono, autrice d’une thèse, La Ruse d’I­sis, de la Femme dans l’oeu­vre de Jean Giono, a été mem­bre du comité de rédac­tion de la revue lit­téraire RSH “Revue des Sci­ences Humaines”, Uni­ver­sité de Lille III, et pub­lié de nom­breux essais et arti­cles dans divers­es revues uni­ver­si­taires et lit­téraires français­es et inter­na­tionales : Amer­i­can Book Review, (New-York), Lit­téra­tures (Uni­ver­sité de Toulouse), Bul­letin Jean Giono, Recherch­es, Cahiers Péd­a­gogiques… mais aus­si Europe, Arpa, La Cause Lit­téraire… Un temps vice-prési­dente de l’association I Fioret­ti, chargée de la pro­mo­tion des man­i­fes­ta­tions cul­turelles de la Rési­dence d’écrivains du Monastère de Saorge, (Alpes-Mar­itimes), a mon­té des spec­ta­cles poé­tiques avec la classe de jazz du con­ser­va­toire et la mairie de Men­ton dans le cadre du Print­emps des Poètes, invité dans ses class­es de nom­breux auteurs et édi­teurs (Bar­ry Wal­len­stein, Michael Glück…), organ­isé des ate­liers de cal­ligra­phie et d’écriture (travaux pub­liés dans Poet­ry in Per­for­mance NYC Uni­ver­si­ty) , Ses poèmes (dont cer­tains ont été traduits et pub­liés dans une dizaine de langues) en recueils ou dans des antholo­gies se trou­vent aus­si en ligne et dans divers­es revues, et elle a elle-même traduit et présen­té des auteurs du monde entier. Par­al­lèle­ment à l’écri­t­ure, elle s’in­téresse à la pho­togra­phie, et col­la­bore avec des artistes, plas­ti­ciens et musi­ciens. Site : Minotaur/A, http://minotaura.unblog.fr * pub­li­ca­tions récentes : Son Corps d’om­bre, avec des col­lages de Ghis­laine Lejard, éd. Zin­zo­line, mai 2021 La Noyée d’On­a­gawa, éd. Jacques André, févri­er 2020 (1er prix Quai en poésie, 2021) Sable, pho­tos et gravures de Wan­da Mihuleac, éd. Bilingue français-alle­mand par Eva-Maria Berg, éd. Tran­signum, mars 2019 (NISIP, édi­tion bilingue français-roumain, tra­duc­tion de Sonia Elvire­anu, éd. Ars Lon­ga, 2019) Memo­ria viva delle pieghe, ed. bilingue, trad. de l’autrice, ed. PVST. Mars 2019 (pre­mio A.S.A.S 2021 — asso­ci­azione sicil­iana arte e scien­za) Mémoire vive des replis, texte et pho­tos de l’auteure, éd. Pourquoi viens-tu si tard – novem­bre 2018 L’Anneau de Chill­i­da, Ate­lier du Grand Tétras, mars 2018 (man­u­scrit lau­réat du Prix Lit­téraire Naji Naa­man 2017) Le Silence tinte comme l’angélus d’un vil­lage englouti, éd. Imprévues, mars 2017 La Dernière Oeu­vre de Phidias, suivi de L’In­ven­tion de l’ab­sence, Jacques André édi­teur, mars 2017. Aeonde, éd. La Porte, mars 2017 La dernière œuvre de Phidias – 453ème Encres vives, avril 2016 Labyrinthe des Nuits, suite poé­tique – Recours au Poème édi­teurs, mars 2015 Ouvrages col­lec­tifs — Antolo­gia Par­ma, Omag­gio in ver­si, Bertoni ed. 2021 — Mains, avec Chris­tine Durif-Bruck­ert, Daniel Rég­nier-Roux et les pho­tos de Pas­cal Durif, éd. du Petit Véhicule, juin 2021 — “Re-Cer­vo”, in Trans­es, ouvrage col­lec­tif sous la direc­tion de Chris­tine Durif-Bruck­ert, éd. Clas­siques Gar­nier, 2021 -Je dis désirS, textes rassem­blés par Mar­i­lyne Bertonci­ni et Franck Berthoux, éd. Pourquoi viens-tu si tard ? Mars 2021 — Voix de femmes, éd. Pli­may, 2020 — Le Courage des vivants, antholo­gie, Jacques André édi­teur, mars 2020 — Sidér­er le silence, antholo­gie sur l’exil – édi­tions Hen­ry, 5 novem­bre 2018 — L’Esprit des arbres, édi­tions « Pourquoi viens-tu si tard » — à paraître, novem­bre 2018 — L’eau entre nos doigts, Antholo­gie sur l’eau, édi­tions Hen­ry, mai 2018 — Trans-Tzara-Dada – L’Homme Approx­i­matif , 2016 — Antholo­gie du haiku en France, sous la direc­tion de Jean Antoni­ni, édi­tions Aleas, Lyon, 2003 Tra­duc­tions de recueils de poésie — Aujour­d’hui j’embrasse un arbre, de Gio­van­na Iorio, éd. Imprévues, juil­let 2021 — Soleil hési­tant, de Gili Haimovich, éd. Jacques André , avril 2021 — Un Instant d’é­ter­nité, Nel­lo Spazio d’un istante, Anne-Marie Zuc­chel­li (tra­duc­tion en ital­ien) éd ; PVST, octo­bre 2020 — Labir­in­to delle Not­ti (ined­i­to — nom­iné au Con­cor­so Nazionale Luciano Ser­ra, Ital­ie, sep­tem­bre 2019) — Tony’s blues, de Bar­ry Wal­len­stein, avec des gravures d’Hélène Baut­tista, éd. Pourquoi viens-tu si tard ?, mars 2020 — Instan­ta­nés, d‘Eva-Maria Berg, traduit avec l’auteure, édi­tions Imprévues, 2018 — Ennu­age-moi, a bilin­gual col­lec­tion , de Car­ol Jenk­ins, tra­duc­tion Mar­i­lyne Bertonci­ni, Riv­er road Poet­ry Series, 2016 — Ear­ly in the Morn­ing, Tôt le matin, de Peter Boyle, Mar­i­lyne Bertonci­ni & alii. Recours au Poème édi­tions, 2015 — Livre des sept vies, Ming Di, Recours au Poème édi­tions, 2015 — His­toire de Famille, Ming Di, édi­tions Tran­signum, avec des illus­tra­tions de Wan­da Mihuleac, juin 2015 — Rain­bow Snake, Ser­pent Arc-en-ciel, de Mar­tin Har­ri­son Recours au Poème édi­tions, 2015 — Secan­je Svile, Mémoire de Soie, de Tan­ja Kragu­je­vic, édi­tion trilingue, Beograd 2015 — Tony’s Blues de Bar­ry Wal­len­stein, Recours au Poème édi­tions, 2014 Livres d’artistes (extraits) La Petite Rose de rien, avec les pein­tures d’Isol­de Wavrin, « Bande d’artiste », Ger­main Roesch ed. Aeonde, livre unique de Mari­no Ros­set­ti, 2018 Æncre de Chine, in col­lec­tion Livres Ardois­es de Wan­da Mihuleac, 2016 Pen­sées d’Eury­dice, avec les dessins de Pierre Rosin : http://www.cequireste.fr/marilyne-bertoncini-pierre-rosin/ Île, livre pau­vre avec un col­lage de Ghis­laine Lejard (2016) Pae­sine, poème , sur un col­lage de Ghis­laine Lejard (2016) Villes en chantier, Livre unique par Anne Poupard (2015) A Fleur d’é­tang, livre-objet avec Brigitte Marcer­ou (2015) Genèse du lan­gage, livre unique, avec Brigitte Marcer­ou (2015) Dae­mon Fail­ure deliv­ery, Livre d’artiste, avec les burins de Dominique Crog­nier, artiste graveuse d’Amiens – 2013. Col­lab­o­ra­tions artis­tiques visuelles ou sonores (extraits) — Damna­tion Memo­ri­ae, la Damna­tion de l’ou­bli, lec­ture-per­for­mance mise en musique par Damien Char­ron, présen­tée pour la pre­mière fois le 6 mars 2020 avec le sax­o­phon­iste David di Bet­ta, à l’am­bas­sade de Roumanie, à Paris. — Sable, per­for­mance, avec Wan­da Mihuleac, 2019 Galerie Racine, Paris et galerie Depar­dieu, Nice. — L’En­vers de la Riv­iera mis en musique par le com­pos­i­teur Man­soor Mani Hos­sei­ni, pour FESTRAD, fes­ti­val Fran­co-anglais de poésie juin 2016 : « The Far Side of the Riv­er » — Per­for­mance chan­tée et dan­sée Sodade au print­emps des poètes Vil­la 111 à Ivry : sur un poème de Mar­i­lyne Bertonci­ni, « L’homme approx­i­matif », décor voile peint et dess­iné, 6 x3 m par Emi­ly Wal­ck­er : L’Envers de la Riv­iera mis en image par la vidéaste Clé­mence Pogu – Festrad juin 2016 sous le titre « Proche Ban­lieue» Là où trem­blent encore des ombres d’un vert ten­dre – Toile sonore de Sophie Bras­sard : http://www.toilesonore.com/#!marilyne-bertoncini/uknyf La Rouille du temps, poèmes et tableaux tex­tiles de Bérénice Mollet(2015) – en par­tie pub­liés sur la revue Ce qui reste : http://www.cequireste.fr/marilyne-bertoncini-berenice-mollet/ Pré­faces Appel du large par Rome Deguer­gue, chez Alcy­one – 2016 Erra­tiques, d’ Angèle Casano­va, éd. Pourquoi viens-tu si tard, sep­tem­bre 2018 L’esprit des arbres, antholo­gie, éd. Pourquoi viens-tu si tard, novem­bre 2018 Chant de plein ciel, antholo­gie de poésie québé­coise, PVST et Recours au Poème, 2019 Une brèche dans l’eau, d’E­va-Maria Berg, éd. PVST, 2020 Soleil hési­tant, de Gili Haimovich, ed Jacques André, 2021 Un Souf­fle de vie, de Clau­dine Ross, ed. Pro­lé­gomènes, 2021
Aller en haut