Doit-on encore présen­ter le site de la jour­nal­iste Françoise Trocmé, créé en 2004, riche de mil­liers d’ar­ti­cles, et dont la vital­ité ne se dément pas? Poez­ibao, acces­si­ble en suiv­ant le lien, est à la fois une antholo­gie per­ma­nente, avec un extrait quo­ti­di­en de poésie, un jour­nal de l’ac­tu­al­ité de la poésie, un mag­a­zine nour­ri de reportages, de ren­con­tres, de notes de lec­ture, une revue lit­téraire avec une recen­sion régulière des revues de poésie et une base de données.

Depuis sep­tem­bre 2020, elle héberge égale­ment la revue NU(e) de Béa­trice Bon­homme 1https://w7ww.recoursaupoeme.fr/revue-nue-n69 , pro­posée au for­mat PDF. Le numéro 72 (sep­tième pub­li­ca­tion au for­mat élec­tron­ique) est con­sacré à Serge Ritman.

 

Pho­to ©Maxime Godard

Pour l’an­niver­saire de Bernard Noël, écrivain majeur dont l’oeu­vre tra­verse, out­re la poésie, roman, théâtre, essais sur la pein­ture, en pas­sant par des textes poli­tiques, Poez­ibao, en lien avec le site “Ate­lier Bernard Noël”, pro­pose à ses lecteurs un feuil­leton sur le thème “Quel plaisir avez-vous à lire Bernard Noël ?”

Onze auteurs sol­lic­ités on expliqué ce qui, dans l’oeu­vre ou la per­son­nal­ité de l’écrivain, qui fêtait le 19 novem­bre ses 90 ans, sus­ci­tait leur admi­ra­tion, tout en joignant un extrait de l’oeu­vre qui illus­tre ce qui leur sem­ble primordial.

Sont ain­si à suiv­re les témoignages de Jacques Ancert, Marie Eti­enne, Sophie Loizeau, Jean-Marie Gleize, Jean-Louis Gio­van­noni, Mar­cel Migozzi, Clau­dine Galea, Ludovic Deg­roote, Anne Mala­prade, Patrick Laupin, Aman­dine André, qui for­ment un pas­sion­nant panora­ma des puis­santes raisons de lire ou relire Bernard Noël.

mm

Marilyne Bertoncini

Mar­i­lyne Bertonci­ni, co-respon­s­able de la revue Recours au Poème, à laque­lle elle col­la­bore depuis 2013, mem­bre du comtié de rédac­tion de la revue <emPhoenix, doc­teur en Lit­téra­ture, spé­cial­iste de Jean Giono, tra­vaille avec des artistes, vit, écrit et traduit de l’anglais et de l’i­tal­ien. Elle est l’autrice de nom­breux arti­cles et cri­tiques ain­si que de tra­duc­tions sur Recours au Poème. Ses textes et pho­tos sont égale­ment pub­liés dans des antholo­gies, divers­es revues français­es et inter­na­tionales, et sur son blog :   http://minotaura.unblog.fr. Prin­ci­pales publications : Tra­duc­tions :  tra­duc­tions de l’anglais (US et Aus­tralie) : Bar­ry Wal­len­stein, Mar­tin Har­ri­son, Peter Boyle (Recours au Poème édi­teurs, 2014 et 2015), Car­ol Jenk­ins ( Riv­er road Poet­ry Series, 2016) autres tra­duc­tions : Secan­je Svile, Mémoire de Soie, Tan­ja Kragu­je­vic, édi­tion trilingue, Beograd 2015 Livre des sept vies , Ming Di, Recours au Poème édi­tions, 2015 His­toire de Famille, Ming Di, édi­tions Tran­signum, avec des illus­tra­tions de Wan­da Mihuleac,  juin 2015 Instan­ta­nés, Eva-Maria Berg, édi­tions Imprévues, 2018 Poèmes per­son­nels :  Labyrinthe des Nuits, suite poé­tique, RaP édi­teur, 2015 La Dernière Oeu­vre de Phidias, Encres Vives, avril 2016 Aeonde, La Porte, 2017 AEn­cre de Chine, livre-ardoise sur un pro­jet de Wan­da Mihuleac Le Silence tinte comme l’angélus d’un vil­lage englouti, édi­tions Imprévues, 2017 La Dernière Oeu­vre de Phidias, suivi de L’In­ven­tion de l’ab­sence, Jacques André édi­teur , mars 2017 L’An­neau de Chill­i­da, L’Ate­lier du Grand Tétras, 2018 Mémoire vive des replis, poèmes et pho­tos de l’autrice, pré­face de Car­ole Mes­ro­bian, édi­tions “Pourquoi viens-tu si tard?”, novem­bre 2018 Sable, livre bilingue (tra­duc­tion en alle­mand d’ Eva-Maria Berg), avec des gravures de Wan­da Mihuleac, et une post­face de Lau­rent Gri­son, Tran­signum , mars 2019. Memo­ria viva delle pieghe/mémoire vive des replis, édi­tion bilingue, tra­duc­tion de l’autrice, pré­face de Gian­car­lo Baroni, éd. PVTST?, mars 2019 (fiche biographique com­plète sur le site de la MEL : http://www.m‑e-l.fr/marilyne-bertoncini,ec,1301 )