> Poèmes de Jan Owen traduits par Marilyne Bertoncini

Poèmes de Jan Owen traduits par Marilyne Bertoncini

Par |2018-08-20T20:07:16+00:00 20 octobre 2016|Catégories : Essais & Chroniques, Jan Owen|

 

Mitzi & Co.

Utrecht

In Wijk bij Duurstede I said good­bye.
In Utrecht I wai­ted, eating a peach.
The bus from Amsterdam was late
but I drew a win­dow seat by a blond Pole
flip­ping a muscle mag – the flayed forms
sema­pho­red us over the flat green land :
Nothing is cer­tain but change, the poplars replied.
The Friesian cows, black-map­ped,
were shif­ting Europe lan­guo­rous­ly around :
Germany gra­zing, Italy pis­sing, Spain rub­bing a post.
In Ghent – a plas­ter horse by a shop,
in Bruges – bal­loons and swans,
in Breda – impa­tiens in a pot
by the house with orange shut­ters,
the goose still in the upper win­dow –
Mitzi, pre­ser­ved joy of the wido­wer
who lost his wife in the fall,
the one to whom I’d told my dream :
low over the laby­rinth at dusk
a white owl leads you on.
He’s stan­ding at the win­dow again,
one hand stro­king Mitzi,
one over the stain on his waist­coat.
Wave ! The lake in his left eye catches light ;
we push off through the reeds
into the new grey air ; the war
has not yet set but dawn is brim­ming
There will be bread and fire and wine.
He rows, I bail.
The lit­tle island of birds
gathers itself as we come.

 

Mitzi & Co.

Utrecht

A Wijk bij Duurstede je pris congé.
A Utrecht j’attendis en man­geant une pêche.
Le bus d’Amsterdam avait du retard
mais je tirai une place côté fenêtre près d’un polo­nais blond
qui feuille­tait un maga­zine de cultu­risme – les formes écor­chées
nous lan­çaient des signaux  par-des­sus le plat pays vert :
Rien n’est sûr, hor­mis le chan­ge­ment, répon­daient les peu­pliers.
Les vaches fri­sonnes, car­to­gra­phiées de noir,
pro­me­naient lan­gou­reu­se­ment l’Europe autour de nous :
l’Allemagne brou­tait, l’Italie pis­sait, l’Espagne se frot­tait à un poteau.
A Gand – un che­val de plâtre devant un maga­sin,
à Bruges – des bal­lons et des cygnes,
à Breda,  un pot d’ impa­tientes
devant la  mai­son aux volets orange,
l’oie tou­jours à la fenêtre de l’étage –
Mitzi,  joie pré­ser­vée du veuf
qui per­dit sa femme à l’automne,
celle à qui j’avais racon­té mon rêve :
rasant le  laby­rinthe au cré­pus­cule
une blanche chouette vous guide.
Il est de nou­veau à la fenêtre,
une main cares­sant Mitzi, l’autre sur la tache à son gilet.
Salue ! Le lac dans son œil gauche sai­sit la lumière ;
on file à tra­vers les roseaux
dans le jeune air gris ; la guerre
n’a pas ces­sé encore mais l’aube déborde
Il y aura du pain et du feu et du vin.
Il rame, j’écope.
La petite île d’oiseaux
se ras­semble  à notre arri­vée.

 

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

More on the Dinosaur

No won­der they almost died out,
with one full minute bet­ween stub­bed tail and ouch,
their logic couldn’t connect cause and effect.
Sex was an enig­ma – buoyed up in the mire,
cryp­to­gams frin­ging their jaws
and their lit­tle eyes glas­sy with time-lag,
they’d quite for­get, bet­ween effort and ecs­ta­sy,
just what they were at
(the other alrea­dy wal­lo­wing off).
Imagine the bliss of bron­to­saurs –
embra­cing a moun­tain, incur­ring an ear­th­quake –
love as a natu­ral disas­ter.
But the urge to sur­vive went deep,
they’re with us still, in hind­brain, basal gan­glion,
some­times a stranger’s eyes, and always
man’s hid­den part, blunt id,
bar­bed as the col­la­red head of Triceratops,
a tip on tomorrow’s win­ner.

 

Du Nouveau sur les Dinosaures

Pas éton­nant qu’ils aient failli s’éteindre,
avec une bonne minute entre leur queue écra­sée et aïe,
leur logique ne pou­vait relier la cause et l’effet.
Le sexe était une énigme – exci­tés dans la boue,
des cryp­to­games fran­geant leur mâchoires
leurs petits yeux vitreux à cause du déca­lage,
ils avaient com­plè­te­ment oublié, entre l’effort et l’extase,
ce qu’ils étaient en train de faire
(l’autre se vau­trant déjà plus loin.)
Imaginez la féli­ci­té des bron­to­saures –
embras­ser une mon­tagne, essuyer  un séisme –
l’amour comme catas­trophe natu­relle.
Mais le violent désir de sur­vivre s’enracinant pro­fond,
ils sont encore en  nous, dans le bulbe rachi­dien, les gan­glions de la base,
par­fois le regard d’un étran­ger,
et tou­jours la par­tie cachée de l’homme, l’obtus ça,
bar­be­lé comme la tête à col­le­rette du Triceratops,
un tuyau sur le futur gagnant

 

…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….

Swimming Instructor

for Mona Lisa in the fifth lane

 

Lips straight from the Quattrocento, at each end
a secret cur­li­cue on a face as poi­sed and round
as the smi­ling angel of Rheims sur­veying the world of men
and a neck pure Primavera. Her green T-shirt’s skin-tight
on breasts so high and full they’re made to clasp.
Around her, four small boys of seven or eight
bob like apples in a bar­rel, shriek and splut­ter and gasp.
The echoes and reflec­tions bounce off water and wall,
cross-cur­rents of noise, drun­ken ripples of light.
She moves as even­ly as a tide back­wards along the lane,
a small head pres­sed against her bel­ly, backs­trokes
fal­te­ring left and right, gui­ding each in turn : ‘Point your toes,
Michael, head back, Luke,’ she calls above the din.
Small knobs hard with cold, they flail and floun­der on.
It’s Sunday mor­ning, the fathers have brought them down.
Men nea­ring for­ty now, they wait in the humid air,
fid­get on benches at the side
and stare at their bois­te­rous off­spring and at her.
Their thoughts lap round like water, aching to touch,
as each lit­tle boy splashes towards hori­zons
green as pro­mises, ripe as pip­pins in May.
The les­son done, they sigh and look away
from the bosom by Rubens under the shirt by Sportsgirl,
and that smile by da Vinci, half-inno­cent of it all.

Professeur de Natation

pour Mona Lisa au cin­quième cou­loir

Les lèvres même du Quattrocento,  aux com­mis­sures
une secrète ondu­la­tion sur un visage aus­si pai­sible et rond
que  l’ange sou­riant de Reims contem­plant le monde des hommes,
et le cou pur  Primavera. Son tee-shirt vert mou­lant
des seins si hauts et pleins qu’ils sont faits pour sai­sir.
Autour d’elle, quatre gamins de sept ou huit ans
flottent comme des pommes dans un ton­neau, crient, s’éclaboussent, halètent.
Echos et réver­bé­ra­tions rebon­dissent entre l’eau et les murs,
contre-cou­rants de bruit, ondes ivres de lumière.
Elle va et vient aus­si  régu­lière qu’une marée le long du cou­loir,
une petite tête pres­sée contre son ventre, des dos craw­lés
tan­guant à droite, à gauche, elle guide cha­cun à son tour : “les orteils poin­tés,
Michael, tête en arrière, Luke”,  elle crie par-des­sus le vacarme.
Petits  noix dur­cies par le froid, ils battent l’air et se débattent en avan­çant.
C’est dimanche matin, les pères les ont accom­pa­gnés.
Des hommes sur la qua­ran­taine, ils attendent dans l’air humide,
s’agitent sur les bancs laté­raux
les yeux fixés sur  leur remuante pro­gé­ni­ture et sur elle.
Leurs pen­sées tournent en cla­po­tant comme l’eau,  brû­lant de tou­cher,
tan­dis que chaque gar­çon­net patauge vers des hori­zons
verts comme des pro­messes, mûrs comme des rei­nettes en mai.
A la fin de la leçon, ils sou­pirent et détournent le regard
du sein peint par Rubens sous la che­mise Sportsgirl,
et du sou­rire par Vinci, mi-incons­cient de tout cela.

 

………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….

 

The Arrival

after the water-colour by Thornton Walker

We are a squat of gua­vas
arran­ged to advan­tage on blue
or plop­ped in Malacca bowls
(it’s a tight squeeze).
‘Jade, eme­rald, mala­chite, vert,’
we mur­mur toge­ther,
‘loden, rese­da, cela­don, sage’ –
our gent­ly dif­fe­ring opi­nions are always green.
From immi­nence to imma­nence
we have come –
having made the long trip
from fruit to art,
we have ente­red gua­va hea­ven.
Evolution was a hea­vy scene
and we do not intend to budge again.
From our van­tage point
we watch the colour of time,
we loll,
coma­tose as the thighs
of the lum­py old woman
of Bukit Bintang
who fell asleep in a Reject Shop
and was sold for a song.
Aeons and aeons it’s been,
from pri­mor­dial jel­ly
to a ver­di­gris thought,
and we are exhaus­ted, worn-out, done,
utter­ly, utter­ly gua­va.

 

L’Arrivée

d’après une aqua­relle de T. Walker

 

Nous sommes une masse accrou­pie de goyaves
arran­gées pour tirer par­ti du bleu
ou jetées en cas­cade dans des bols de Malacca
(on y est ser­rées.)
“Jade, éme­raude, mala­chite, vert,”
mur­mu­rons-nous en choeur,
“loden, résé­da, céla­don, sauge” –
diver­geant avec dou­ceur, nos opi­nions sont tou­jours vertes.
De l’imminence à l’immanence
nous voi­ci –
ayant fait le long voyage
du fruit à l’art,
nous sommes entrées au  para­dis des goyaves.
L’Evolution, quel drame,
et nous n’avons nulle inten­tion de bou­ger de nou­veau.
De notre point de vue
nous obser­vons la cou­leur du temps,
nous nous pré­las­sons,
coma­teuses comme les cuisses
de la grasse vieille femme
du Bukit Bintang
endor­mie dans un  hard dis­count
et ven­due pour une chan­son.
Des mil­liers d’années se sont écou­lées
depuis la gelée pri­mor­diale
jusqu’à une pen­sée vert-de-gris,
et nous voi­ci, épui­sées, usées, finies :
de tout à fait par­faites goyaves.

 

…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..

 

Tilley Endurables

Antwerp

 

If you’re a woman you turn
into Schippenstraat tin­gling,
fore­war­ned by the huge obs­cene car­toon
on the cor­ner wall
in purples and pinks and greens
sour-sweet as those wet from your tongue
inde­li­bly stai­ning your fin­gers and thumb
out­li­ning a won­der, the sto­lid house
with its croo­ked chim­ney on butcher’s paper
when you were five. It’s 7 pm.
Already the men are prow­ling centre street
so I walk clo­ser in to the small lit win­dows,
the pale thrust but­tocks and hos­tile stares,
fee­ling over­dres­sed in my Tilley hat
which floats, ties on, repels mil­dew and rain,
will be free­ly repla­ced if it wears out,
and sports a secret pocket in the crown.
This street’s too long for tran­sients.
And here, full on, is Barbarella,
thi­ck­ly made-up and thin­ly trus­sed
in black spi­ked lea­ther with laser gun and whip –
Asteroid approa­ching on the port bow !
What will become of us ?
Neat holes in the hull. Detritus.
For one hos­pi­table moment
my eyes meet hers round with sur­prise.
She gives me a mock gasp, twirls her whip.
We smile.

Les “Endurables” de Tilley

Anvers

 

Si  vous êtes une femme, vous tour­nez
dans Schippenstraat en fris­son­nant,
pré­ve­nue  par l’immense car­ton obs­cène
sur le mur d’angle
avec des pourpres et des roses et des verts
doux-amers comme, mouillés par votre  langue, ceux qui ont lais­sé
une marque indé­lé­bile sur vos doigts et votre pouce
qui tra­çaient  les contours d’une mer­veille, l’austère mai­son
à che­mi­née tor­due sur l’emballage du bou­cher
quand vous aviez cinq ans. 19 heures.
Déjà les hommes arpentent la rue cen­trale
donc  je m’approche aus­si des petites fenêtres  illu­mi­nées,
des pâles fesses ten­dues et des regards hos­tiles,
me sen­tant trop habillée en cha­peau Tilley
qui flotte, se noue, repousse  la rosée comme la pluie
se rem­place sans pro­blème quand il s’use,
et dis­pose d’une poche secrète au fond.
Cette rue est trop longue pour les clients de pas­sage.
Et voi­ci, en per­sonne,  Barbarella,
maquillage épais, déli­ca­te­ment  ligo­tée
en cuir noir clou­té, fusil laser et fouet –
Astéroïde en vue sur le pont d’avant !
Qu’adviendra-t-il de nous ?
Des trous pré­cis dans la coque. Détritus.
Pendant un ins­tant de com­pli­ci­té,
mes yeux ren­contrent les siens avec sur­prise.
Elle me lance un halè­te­ment moqueur, agite son fouet.
On sou­rit.

 

…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….

 

Young Woman Gathering Lemons

 

The apron­ful sits on the swell of her bel­ly,
that taut new world she mere­ly bor­ders now.
Above, a hun­dred pale suns glow ;
she reaches for one more and snags her hair.
Citron, amber, white, a touch of lime ;
the rind of colour cools her palm.
Extra tubes and brushes she would need –
a three in sable, or a two
should catch the gleam around each pore.
Such yel­low ! If there were only time.
She presses to her face
its fine sharp scent of loss
then sinks her fore­head onto her wrist
– the tears drip off her chin –
till the child tugs at her dress.
She kneels to hug him close and breathe him in :
‘Who’s got a silly old mother, then?’
It diz­zies her, the fra­grance of his skin.
He nuzzles under the hair come loose.
The fal­len lemons, nip­pled gold,
wait round them in the grass.

Jeune Femme cueillant des citrons

 

Le tablier perche sur le ren­fle­ment de son ventre,
ce nou­veau monde ren­flé dont elle n’est que fron­tière main­te­nant.
En haut, rayonnent une cen­taine de soleils pâles ;
Elle en attrape un autre encore et dérange ses  che­veux.
Citron, ambre, blanc, une touche de lime ;
le zeste de cou­leur lui refroi­dit la paume.
Il lui fau­drait plus de tubes et de pin­ceaux –
un trois de martre, ou un deux
pour­rait sai­sir la lueur autour de chaque pore.
Un tel jaune ! Si on avait le temps.
Elle presse contre son visage
l’âcre et sub­tile odeur de sa perte
puis plonge le front vers ses poi­gnets
– les larmes ruis­sellent de son men­ton –
jusqu’à ce que l’enfant tire sur sa robe.
Elle s’agenouille pour le ser­rer contre elle et lui  souffle :
“Alors, qui a une vieille sotte de mère?”
Le par­fum de sa peau, voi­là ce qui la grise.
Il se blot­tit sous les che­veux défaits.
Les citrons tom­bés, tétons d’or,
les attendent dans l’herbe alen­tour.

 

 

mm

Marilyne Bertoncini

Marilyne Bertoncini, co-res­pon­sable de la revue Recours au Poème, doc­teur en Littérature, spé­cia­liste de Jean Giono, col­la­bore avec des artistes, vit, écrit et tra­duit. Ses textes et pho­tos sont publiés dans diverses revues fran­çaises et inter­na­tio­nales, et sur son blog : 
http://​mino​tau​ra​.unblog​.fr.

Principales publi­ca­tions : 

  • tra­duc­tions de l’anglais (US et Australie) : Barry Wallenstein, Martin Harrison, Peter Boyle (Recours au Poème édi­teurs, 2014 et 2015), Carol Jenkins ( River road Poetry Series, 2016)
  • Secanje Svile, Mémoire de Soie, Tanja Kragujevic, édi­tion tri­lingue, Beograd 2015
  • Livre des sept vies , Ming Di,  Recours au Poème édi­tions, 2015
  • Histoire de Famille,  Ming Di, édi­tions Transignum, avec des illus­tra­tions de Wanda Mihuleac,  juin 2015

Poèmes per­son­nels

  • Labyrinthe des Nuits, suite poé­tique, RaP édi­teur, 2015
  • La Dernière Oeuvre de Phidias, Encres Vives, avril 2016
  • La Dernière Oeuvre de Phidias, sui­vi de L’Invention de l’absence,  Jacques André  édi­teur, 2017
  •  Aeonde, La Porte, 2017
  • AEncre de Chine, livre-ardoise sur un pro­jet de Wanda Mihuleac
  • Le Silence tinte comme l’angélus d’un vil­lage englou­ti, édi­tions Imprévues, 2017
  • La Dernière Oeuvre de Phidias, sui­vi de L’Invention de l’absence, Jacques André édi­teur , mars 2017.
  • L’Anneau de Chillida, L’Atelier du Grand Tétras, 2018
  • Sable, sur des gra­vures de Wanda Mihuleac, Transignum (à paraître)

(fiche bio­gra­phique com­plète sur le site de la MEL : http://​www​.​m​-​e​-​l​.fr/​m​a​r​i​l​y​n​e​-​b​e​r​t​o​n​c​i​n​i​,​e​c​,​1​301 )

X