Patrick Williamson, Une poignée de sable et autres poèmes

Par |2019-04-27T19:50:56+02:00 6 avril 2018|Catégories : Essais & Chroniques, Patrick Williamson, Poèmes|

       Une traduction de Patrick Williamson par Marilyne Bertoncini  (français) et Guido Cupani (italien).

  Pocketful of sand

The roar­ing maws have no pity for
specks,
you flee the stench of fear, broken
voic­es, steps

tell me if the stone still lis­tens to the
wind
if the sand keeps our home in a
burn­ing memory

you shout to ungrate­ful val­leys this
land my entrails
your echoes brav­ing the storm between
lair and the sea

the dust hori­zons, fire wed­dings rage
in wild skies
march along monot­o­nous banks to the
edge

tied in knots in the bed of bit­ter laurel
leaves
how do you say farewell to all you
hold dear

you cra­dle a child that has no jacket
you cling to sand that scat­ters across
the waves

Why, you ask, do I trust the sea

 

Une poignée de sable

Les gueules rugis­santes n’ont pas pitié des grains,
tu fuis la pesti­lence de la peur, les voix brisées, les pas

dis-moi si la pierre écoute tou­jours le vent
si le sable retient notre demeure en sa mémoire ardente

tu hurles aux val­lées ingrates cette terre mes entrailles
tes échos affron­tent la tem­pête entre tanière et mer

les hori­zons de cen­dre, des mariages de feu embrasent
des ciels sauvages
tu march­es sur le fil de rives monotones

ennoué dans le lit d’amères feuilles de laurier
com­ment dire adieu à tout ce qui t’est cher

tu berces un enfant sans gilet
tu t’accroches à du sable qu’éparpillent les vagues

Pourquoi, deman­des-tu, fais-je con­fi­ance à la mer 

 

Una tasca di sabbia 

Il rug­gi­to delle fau­ci non ha pietà delle briciole,
tu fug­gi il mias­ma del ter­rore, voci spez­zate, passi

dim­mi se la pietra ascol­ta anco­ra il vento
se la sab­bia trat­tiene la casa in bru­ciante memoria

tu gri­di a val­li ingrate ques­ta ter­ra le mie viscere
la tua eco resiste alla tem­pes­ta fra la tana ed il mare

oriz­zon­ti di pol­vere, fuochi nuziali avvam­pano cieli ferini
pro­ce­di lun­go sponde monot­o­ne fino all’orlo

ann­oda­to al let­to di amare foglie d’alloro
tu gri­di agli scafisti di por­tar­ti fino a riva

in che modo con­trattare una bar­ca che ten­ga l’acqua
in che modo dire addio a tut­ti quel­li che tieni cari

tu cul­li un bim­bo sen­za giacca
ti aggrap­pi alla sab­bia dis­per­sa fra le onde

Per­ché mai, mi chie­di, ho fidu­cia nel mare

 

I, Leviathan

each blaz­ing cloud a lead­en eye
molten behind iron slats

each blue flash a death cracked
I howl in tow­er­ing steel

each stride a met­al mass
falling, a weight in void

a grid­lock for trapped air
a begin­ning, it was so

forge me in that image,
clump­ing slow and staid

block­ing the sun this cold
gulf of man to machine

this log­ic that makes thought
blind buck­led warped

savour each object, tread warily
the crunch on the dri­ve may come

I am with­in enclosure
my wish to build from scrap

keeps me going
I wait, wire-tap me

you’re no longer free

 

Moi, Leviathan

Chaque éclair bleu(1) un craque­ment mortel 
je hurle dans une car­casse d’acier écrasant

chaque pas est une masse de métal
qui tombe, un poids dans le vide

une impasse pour l’air piégé
un début, c’é­tait ainsi

façonne-moi à cette image, 
piéti­nant lent et lourd

cette logique qui fait cligner
la pen­sée aveu­gle, bornée, faussée

Je suis enc­los, mon vœu
de bâtir avec de ferraille

me main­tient, mets-moi sous écoute
tu n’es plus libre

(1) le poète par­le d’un piège à insectes lumineux

 

 

One-way ticket

We are the brethren in unity
we are the walk­ers on water see
we are the work­ers of drudgery
cross out cross-over cross to
bear with me for this is a journey
that often makes lit­tle sense
trans-human cross the plain
trans-gen­der cross the divide
which door that is the question
we are the unit­ed rages of the world
recy­cled end-of-life spare parts
and what reused words are these
on your list to check us off
we stand at your door that
all use by George he’s smart
slip­ping past me climb­ing the fence
for the love of God he slipped
the wire under the wheel we are
the brethren of uni­ty my word
they’re cross­ing shut them out
but it’s no use they keep coming
why not ques­tion all you can
I think noth­ing, just there’s no return

 

Aller simple

Nous sommes la fra­ter­nité unie
nous sommes les marcheurs sur l’eau vois
nous sommes les tra­vailleurs de peine 
croix dessus croix dessous croix
à porter avec moi car ceci est un voyage
qui sou­vent n’a pas de sens 
des tran­shu­mains tra­versent la plaine
des trans­gen­res tra­versent les frontières
par quelle porte, telle est la question
nous sommes l’u­nion des rages de ce monde
pièces détachées de fin de vies recyclées
et quels sont ces mots recyclés 
pour nous ray­er de votre liste
nous sommes à cette porte
par où tous passent sapristi quel malin
il se fau­file devant moi grav­it la grille
pour l’amour de dieu il a glissé
le fil sous la roue nous sommes
la fra­ter­nité unie ma parole
ils tra­versent blo­quez-les dehors
en vain ils con­tin­u­ent d’arriver
pourquoi ne pas questionner
tout ce que vous voulez 
je ne pense rien, c’est sim­ple­ment sans retour.

 

Biglietto di sola andata

Siamo fratel­li in unità
siamo i cam­mi­na­tori sul­l’ac­qua vedi
siamo la bas­sa manovalanza
croce sopra incro­cian­do con la croce
sulle spalle tien­i­mi questo viaggio
spes­so ha poco senso
trans-umani attra­ver­so la piana
trans-gen­der attra­ver­so il confine
quale por­ta ecco la domanda
siamo l’u­nione delle rab­bie del mondo
ricam­bi rici­clati di recupero
riu­ti­liz­zate pure le parole
sul­la tua lista per spuntar­ci via
sti­amo alla tua por­ta che
tut­ti usano per­bac­co è un tipo sveglio
mi pas­sa via scala la recinzione
per l’amor di Dio è scivolato
il filo sot­to le ruote siamo
fratel­li in unità paro­la mia
stan­no pas­san­do chi­ude­teli fuori
non c’è modo con­tin­u­ano a venire
met­ti tut­to in dis­cus­sione per­ché no
io non pen­so nul­la, non c’è ritorno, punto

 

 

 

 

 

 

 

Find

You dis­cov­ered the false­ness of my existence.
That the enig­mat­ic nature of my face
is only a hol­low tomb of dis­used creativity.
Light has not pen­e­trat­ed for years.

I am buried by the rough winds of dai­ly life.
Cer­tain­ty, where is certainty?
The sands of time can­not hide
the lack of truth and my fran­tic searching.

Try to reflect and find that true image
amongst the fos­sils obscured by flickers.
These were once ideas, a journey,
a future, that I tried to grasp for you, here.

 

Trouvaille

Tu as décou­vert la faus­seté de mon existence.
Que l’énig­ma­tique nature de mon visage
n’est que la tombe vide d’une créa­tiv­ité sans usage.
La lumière depuis des années n’y a pas pénétré.

Je suis enseveli par les vents vio­lents de la vie.
La cer­ti­tude ? Où est la certitude ?
Les sables du temps ne peu­vent cacher
l’ab­sence de vérité et ma quête effrénée.

Essaie de réfléchir et trou­ve l’im­age vraie
par­mi les fos­siles qu’oc­cul­tent les lueurs.
Ce furent des idées, un voyage,
un futur, que j’ai ten­té d’at­tein­dre pour toi, ici.

 

Trovare

Hai scop­er­to la fal­sità del­la mia esistenza.
Che l’enigmatica natu­ra del mio viso
è solo tom­ba cava di cre­ativ­ità in disuso.
Sono anni che la luce non vi entra.

Sono sepolto dai ven­ti rudi del quotidiano.
Certez­za, dov’è la certezza?
Le sab­bie del tem­po non nascondono
che la ver­ità man­ca e io la cer­co ansioso.

Pro­va a riflet­tere e trovare l’immagine vera
fra i fos­sili oscu­rati dai barbagli.
Queste era­no un tem­po idee, un viaggio,
un futuro, che ten­ta­vo di carpire per te, qui.

 

 

Under the sun, our shadows

Believe me, that out­crop is hollow 
the water waves of light
the arch leads to open sea, why

does the mind not learn its lessons
when we go astray in the dark
look­ing for that glimpse of clarity

shrouds that sway in street shades
wash­ing on the line a sum­mer night

that dis­em­bod­ied win­dow of a house
mere­ly a facade framed by trees

the rock on the point of shattering
the core is stone and this a shimmer

what I do is not how I feel
what I think is not what I say

mere shad­ows under the sun blinding
all these truths I try so hard
to see, but just deceive, constantly.

 

Sous le soleil, notre ombre

Crois-moi, ce piton est creux
l’eau, ondes de lumière
l’arche mène au grand large, pourquoi

l’e­sprit ne tire-t-il pas les leçons
de notre errance dans le noir
en quête d’une lueur de clarté

de linceuls chance­lants dans les ombres des rues
lessive sur le fil une nuit d’été

la fenêtre dés­in­car­née de cette maison
juste une façade encadrée par des arbres

la roche prête à se briser
le cœur est pierre et c’est un éclat

ce n’est pas comme je le sens
ce que je pense n’est pas ce que je dis

de sim­ples ombre sous le soleil aveuglant
toutes ces vérités que j’es­saie si fort
de voir, mais que je trompe, constamment.

 

Sotto il sole, le nostre ombre

Fidati, quel­la roc­cia che affio­ra è cava
l’acqua è un’onde di luce
l’arco por­ta al mare aper­to, perché

la mente non impara la lezione
quan­do divaghi­amo nelle tenebre
cer­can­do quel bar­lume di chiarezza

sudari sven­tolan­ti nelle ombre sul­la strada
buca­to sul filo una notte d’estate

quel­la fines­tra sen­za cor­po di una casa
mera fac­cia­ta con­tor­na­ta d’alberi

la roc­cia sul pun­to di sbriciolarsi
il nucleo è roc­cia e ciò un bagliore

quel­lo che fac­cio non è ciò che sento
quel­lo che pen­so non è ciò che dico

sem­pli­ci ombre nel sole accecante
tutte le ver­ità che cer­co a tut­ti i costi
di vedere, e mist­i­fi­co soltan­to, sen­za posa.

 

 

All roads lead here

We ride past rows of cypresses,
motes in the sun­light, climb
these ten­drilled steps to clusters
of clock-tow­ers with roof skirts,
lay our spice out, let us barter
we are off­shoots of a vine
rays of sun scat­tered in the hills,
our ban­ter livens the twilight
we are on the road to somewhere
as moun­tains curve the script
of each val­ley, route to the hubbub,
we are the hub, the radius, the halt
we are all roads but only the one

 

Toutes les routes mènent ici

 Nous roulons le long de rangées de cyprès,
par­tic­ules dans le soleil, gravissons
des vrilles vers des grappes
de clochers aux toits en jupe,
étalons les épices, échangeons 
nous sommes les reje­tons d’une vigne
des rayons de soleil répan­dus sur les collines,
nos blagues égaient le couchant
nous sommes en route pour quelque part
comme les mon­tagnes incur­vent l’écriture
des val­lées, la route vers le tumulte,
nous sommes le moyeu, le ray­on, la halte
nous sommes toutes les routes, mais seule­ment l’unique. 

 

Tutte le strade portano qui

Pas­si­amo in cor­sa oltre file di cipressi,
pol­vere nel sole, ci arrampichiamo
come su liane a grappoli
di cam­panili con tet­ti come gonne
esponi­amo le spezie, barattiamo
siamo tral­ci di vite
rag­gi di sole sulle colline,
i nos­tri scherzi avvi­vano il crepuscolo
siamo diret­ti in qualche luogo
men­tre i mon­ti pie­gano la grafia
di ogni valle, rot­ta ver­so il brusio,
siamo il per­no, il rag­gio, il freno
siamo tut­ti strade ma solo un’unica

Présentation de l’auteur

Patrick Williamson

Patrick Williamson was born in Madrid and lives near Paris, France. He is a poet and a lit­er­ary trans­la­tor, and has pub­lished a dozen works. Lat­est col­lec­tions Benefi­ca­to (Eng­lish-Ital­ian, Samuele Edi­tore, 2015). Tiens ta langue/Hold your tongue (Har­mat­tan, 2014), Gift­ed (Cor­rupt Press, 2014), and Nel San­tu­ario (Samuele Edi­tore, 2013; Spe­cial men­tion by the jury in the XVth Con­cor­so Gui­do Goz­zano, 2014). He is the edi­tor and trans­la­tor of The Par­ley Tree, An Anthol­o­gy of Poets from French-speak­ing Africa and the Arab World (Arc Pub­li­ca­tions, 2012), and trans­lat­ed notably Tahar Bekri, Gilles Cyr, Gui­do Cupani and Erri de Luca. Forth­com­ing col­lec­tion: Incro­ci (Samuele Edi­tore).

Patrick Williamson est un poète et tra­duc­teur anglais né en 1960 à Madrid. Il a pub­lié à ce jour une dizaine d’ouvrages. Derniers recueils : Bacon, Bits & Buri­ton (Cor­rupt Press, Grande-Bre­­tagne, 2011), Nel San­tu­ario, édi­tion bilingue anglais-ital­ien (Samuele Edi­tore, Ital­ie, 2013; Men­tion spé­ciale du jury du XVe Con­cours Gui­do Goz­zano 2014), Gift­ed (Cor­rupt Press, Grande-Bre­­tagne, 2014), Benefi­ca­to, édi­tion bilingue anglais-ital­ien (Samuele Edi­tore, Ital­ie, 2015). Par­mi ses tra­duc­tions, l’on peut notam­ment citer: The Par­ley Tree, Poets from French-speak­ing Africa and the Arab World (Arc Pub­li­ca­tions, Grande-Bre­­tagne, 2012) et des poèmes de Tahar Bekri, Gilles Cyr, Gui­do Cupani et Erri de Luca. Prochain recueil : Incro­ci, Samuele Editore.

 

mm

Marilyne Bertoncini

Biogra­phie Enseignante, poète et tra­duc­trice (français, ital­ien), codi­rec­trice de la revue numérique Recours au Poème, à laque­lle elle par­ticipe depuis 2012, mem­bre du comité de rédac­tion de la revue Phoenix, col­lab­o­ra­trice des revues Poésie/Première et la revue ital­i­enne Le Ortiche, où elle tient une rubrique, “Musarder“, con­sacrée aux femmes invis­i­bil­isées de la lit­téra­ture, elle, ani­me à Nice des ren­con­tres lit­téraires men­su­elles con­sacrées à la poésie, Les Jeud­is des mots dont elle tient le site jeudidesmots.com. Tit­u­laire d’un doc­tor­at sur l’oeu­vre de Jean Giono, autrice d’une thèse, La Ruse d’I­sis, de la Femme dans l’oeu­vre de Jean Giono, a été mem­bre du comité de rédac­tion de la revue lit­téraire RSH “Revue des Sci­ences Humaines”, Uni­ver­sité de Lille III, et pub­lié de nom­breux essais et arti­cles dans divers­es revues uni­ver­si­taires et lit­téraires français­es et inter­na­tionales : Amer­i­can Book Review, (New-York), Lit­téra­tures (Uni­ver­sité de Toulouse), Bul­letin Jean Giono, Recherch­es, Cahiers Péd­a­gogiques… mais aus­si Europe, Arpa, La Cause Lit­téraire… Un temps vice-prési­dente de l’association I Fioret­ti, chargée de la pro­mo­tion des man­i­fes­ta­tions cul­turelles de la Rési­dence d’écrivains du Monastère de Saorge, (Alpes-Mar­itimes), a mon­té des spec­ta­cles poé­tiques avec la classe de jazz du con­ser­va­toire et la mairie de Men­ton dans le cadre du Print­emps des Poètes, invité dans ses class­es de nom­breux auteurs et édi­teurs (Bar­ry Wal­len­stein, Michael Glück…), organ­isé des ate­liers de cal­ligra­phie et d’écriture (travaux pub­liés dans Poet­ry in Per­for­mance NYC Uni­ver­si­ty) , Ses poèmes (dont cer­tains ont été traduits et pub­liés dans une dizaine de langues) en recueils ou dans des antholo­gies se trou­vent aus­si en ligne et dans divers­es revues, et elle a elle-même traduit et présen­té des auteurs du monde entier. Par­al­lèle­ment à l’écri­t­ure, elle s’in­téresse à la pho­togra­phie, et col­la­bore avec des artistes, plas­ti­ciens et musi­ciens. Site : Minotaur/A, http://minotaura.unblog.fr * pub­li­ca­tions récentes : Son Corps d’om­bre, avec des col­lages de Ghis­laine Lejard, éd. Zin­zo­line, mai 2021 La Noyée d’On­a­gawa, éd. Jacques André, févri­er 2020 (1er prix Quai en poésie, 2021) Sable, pho­tos et gravures de Wan­da Mihuleac, éd. Bilingue français-alle­mand par Eva-Maria Berg, éd. Tran­signum, mars 2019 (NISIP, édi­tion bilingue français-roumain, tra­duc­tion de Sonia Elvire­anu, éd. Ars Lon­ga, 2019) Memo­ria viva delle pieghe, ed. bilingue, trad. de l’autrice, ed. PVST. Mars 2019 (pre­mio A.S.A.S 2021 — asso­ci­azione sicil­iana arte e scien­za) Mémoire vive des replis, texte et pho­tos de l’auteure, éd. Pourquoi viens-tu si tard – novem­bre 2018 L’Anneau de Chill­i­da, Ate­lier du Grand Tétras, mars 2018 (man­u­scrit lau­réat du Prix Lit­téraire Naji Naa­man 2017) Le Silence tinte comme l’angélus d’un vil­lage englouti, éd. Imprévues, mars 2017 La Dernière Oeu­vre de Phidias, suivi de L’In­ven­tion de l’ab­sence, Jacques André édi­teur, mars 2017. Aeonde, éd. La Porte, mars 2017 La dernière œuvre de Phidias – 453ème Encres vives, avril 2016 Labyrinthe des Nuits, suite poé­tique – Recours au Poème édi­teurs, mars 2015 Ouvrages col­lec­tifs — Antolo­gia Par­ma, Omag­gio in ver­si, Bertoni ed. 2021 — Mains, avec Chris­tine Durif-Bruck­ert, Daniel Rég­nier-Roux et les pho­tos de Pas­cal Durif, éd. du Petit Véhicule, juin 2021 — “Re-Cer­vo”, in Trans­es, ouvrage col­lec­tif sous la direc­tion de Chris­tine Durif-Bruck­ert, éd. Clas­siques Gar­nier, 2021 -Je dis désirS, textes rassem­blés par Mar­i­lyne Bertonci­ni et Franck Berthoux, éd. Pourquoi viens-tu si tard ? Mars 2021 — Voix de femmes, éd. Pli­may, 2020 — Le Courage des vivants, antholo­gie, Jacques André édi­teur, mars 2020 — Sidér­er le silence, antholo­gie sur l’exil – édi­tions Hen­ry, 5 novem­bre 2018 — L’Esprit des arbres, édi­tions « Pourquoi viens-tu si tard » — à paraître, novem­bre 2018 — L’eau entre nos doigts, Antholo­gie sur l’eau, édi­tions Hen­ry, mai 2018 — Trans-Tzara-Dada – L’Homme Approx­i­matif , 2016 — Antholo­gie du haiku en France, sous la direc­tion de Jean Antoni­ni, édi­tions Aleas, Lyon, 2003 Tra­duc­tions de recueils de poésie — Aujour­d’hui j’embrasse un arbre, de Gio­van­na Iorio, éd. Imprévues, juil­let 2021 — Soleil hési­tant, de Gili Haimovich, éd. Jacques André , avril 2021 — Un Instant d’é­ter­nité, Nel­lo Spazio d’un istante, Anne-Marie Zuc­chel­li (tra­duc­tion en ital­ien) éd ; PVST, octo­bre 2020 — Labir­in­to delle Not­ti (ined­i­to — nom­iné au Con­cor­so Nazionale Luciano Ser­ra, Ital­ie, sep­tem­bre 2019) — Tony’s blues, de Bar­ry Wal­len­stein, avec des gravures d’Hélène Baut­tista, éd. Pourquoi viens-tu si tard ?, mars 2020 — Instan­ta­nés, d‘Eva-Maria Berg, traduit avec l’auteure, édi­tions Imprévues, 2018 — Ennu­age-moi, a bilin­gual col­lec­tion , de Car­ol Jenk­ins, tra­duc­tion Mar­i­lyne Bertonci­ni, Riv­er road Poet­ry Series, 2016 — Ear­ly in the Morn­ing, Tôt le matin, de Peter Boyle, Mar­i­lyne Bertonci­ni & alii. Recours au Poème édi­tions, 2015 — Livre des sept vies, Ming Di, Recours au Poème édi­tions, 2015 — His­toire de Famille, Ming Di, édi­tions Tran­signum, avec des illus­tra­tions de Wan­da Mihuleac, juin 2015 — Rain­bow Snake, Ser­pent Arc-en-ciel, de Mar­tin Har­ri­son Recours au Poème édi­tions, 2015 — Secan­je Svile, Mémoire de Soie, de Tan­ja Kragu­je­vic, édi­tion trilingue, Beograd 2015 — Tony’s Blues de Bar­ry Wal­len­stein, Recours au Poème édi­tions, 2014 Livres d’artistes (extraits) La Petite Rose de rien, avec les pein­tures d’Isol­de Wavrin, « Bande d’artiste », Ger­main Roesch ed. Aeonde, livre unique de Mari­no Ros­set­ti, 2018 Æncre de Chine, in col­lec­tion Livres Ardois­es de Wan­da Mihuleac, 2016 Pen­sées d’Eury­dice, avec les dessins de Pierre Rosin : http://www.cequireste.fr/marilyne-bertoncini-pierre-rosin/ Île, livre pau­vre avec un col­lage de Ghis­laine Lejard (2016) Pae­sine, poème , sur un col­lage de Ghis­laine Lejard (2016) Villes en chantier, Livre unique par Anne Poupard (2015) A Fleur d’é­tang, livre-objet avec Brigitte Marcer­ou (2015) Genèse du lan­gage, livre unique, avec Brigitte Marcer­ou (2015) Dae­mon Fail­ure deliv­ery, Livre d’artiste, avec les burins de Dominique Crog­nier, artiste graveuse d’Amiens – 2013. Col­lab­o­ra­tions artis­tiques visuelles ou sonores (extraits) — Damna­tion Memo­ri­ae, la Damna­tion de l’ou­bli, lec­ture-per­for­mance mise en musique par Damien Char­ron, présen­tée pour la pre­mière fois le 6 mars 2020 avec le sax­o­phon­iste David di Bet­ta, à l’am­bas­sade de Roumanie, à Paris. — Sable, per­for­mance, avec Wan­da Mihuleac, 2019 Galerie Racine, Paris et galerie Depar­dieu, Nice. — L’En­vers de la Riv­iera mis en musique par le com­pos­i­teur Man­soor Mani Hos­sei­ni, pour FESTRAD, fes­ti­val Fran­co-anglais de poésie juin 2016 : « The Far Side of the Riv­er » — Per­for­mance chan­tée et dan­sée Sodade au print­emps des poètes Vil­la 111 à Ivry : sur un poème de Mar­i­lyne Bertonci­ni, « L’homme approx­i­matif », décor voile peint et dess­iné, 6 x3 m par Emi­ly Wal­ck­er : L’Envers de la Riv­iera mis en image par la vidéaste Clé­mence Pogu – Festrad juin 2016 sous le titre « Proche Ban­lieue» Là où trem­blent encore des ombres d’un vert ten­dre – Toile sonore de Sophie Bras­sard : http://www.toilesonore.com/#!marilyne-bertoncini/uknyf La Rouille du temps, poèmes et tableaux tex­tiles de Bérénice Mollet(2015) – en par­tie pub­liés sur la revue Ce qui reste : http://www.cequireste.fr/marilyne-bertoncini-berenice-mollet/ Pré­faces Appel du large par Rome Deguer­gue, chez Alcy­one – 2016 Erra­tiques, d’ Angèle Casano­va, éd. Pourquoi viens-tu si tard, sep­tem­bre 2018 L’esprit des arbres, antholo­gie, éd. Pourquoi viens-tu si tard, novem­bre 2018 Chant de plein ciel, antholo­gie de poésie québé­coise, PVST et Recours au Poème, 2019 Une brèche dans l’eau, d’E­va-Maria Berg, éd. PVST, 2020 Soleil hési­tant, de Gili Haimovich, ed Jacques André, 2021 Un Souf­fle de vie, de Clau­dine Ross, ed. Pro­lé­gomènes, 2021
Aller en haut