Eric Dubois, créa­teur et ani­ma­teur de la revue en ligne « Le Cap­i­tal des mots » dont il annonçait récem­ment la fin, après des années d’ex­is­tence, crée un nou­veau blog sur Word­Press ” Poésie mag ” .

On peut regret­ter la dis­pari­tion de la revue précé­dente, qui per­me­t­tait à nom­bre de poètes de trou­ver leur voix/leur voie dans l’u­nivers de l’édi­tion – peut-être pas de façon sélec­tive, mais l’ac­cueil avait le mérite d’ou­vrir large­ment la porte. L’as­so­ci­a­tion cul­turelle asso­ciée demeure active.

S’ou­vrant sur un por­trait de Ver­laine par Jacques Cau­da, le site d’une grande sobriété annonce la couleur : le menu égale­ment sera sobre (comme celui de la revue « Ce qui reste » lors de sa créa­tion par Vin­cent Motard-Avar­gue) – ce qui ne veut pas dire insuffisant.

On a donc, dans une présen­ta­tion très dépouil­lée un poème/un auteur/ un livre (par le biais d’un lien vers le site de l’édi­teur ). Eric Dubois ne veut plus pub­li­er que des extraits de livres de poésie con­tem­po­raine ( édités à compte d’édi­teur ) . Et de jolies sur­pris­es à venir sans doute : pour ce départ, un texte d’E­ti­enne Ruhaud, un poème de Cather­ine Andrieu, et un très joli retour de Lan­gage, pub­lié en 2017, recueil dont Car­ole Mes­ro­bian avait par­lé ici dans un arti­cle retraçant le par­cours poé­tique de l’au­teur : https://www.recoursaupoeme.fr/eric-dubois-un-chemin-de-vie-plus-quun-parcours/

mm

Marilyne Bertoncini

Mar­i­lyne Bertonci­ni, co-respon­s­able de la revue Recours au Poème, à laque­lle elle col­la­bore depuis 2013, mem­bre du comtié de rédac­tion de la revue <emPhoenix, doc­teur en Lit­téra­ture, spé­cial­iste de Jean Giono, tra­vaille avec des artistes, vit, écrit et traduit de l’anglais et de l’i­tal­ien. Elle est l’autrice de nom­breux arti­cles et cri­tiques ain­si que de tra­duc­tions sur Recours au Poème. Ses textes et pho­tos sont égale­ment pub­liés dans des antholo­gies, divers­es revues français­es et inter­na­tionales, et sur son blog :   http://minotaura.unblog.fr. Prin­ci­pales publications : Tra­duc­tions :  tra­duc­tions de l’anglais (US et Aus­tralie) : Bar­ry Wal­len­stein, Mar­tin Har­ri­son, Peter Boyle (Recours au Poème édi­teurs, 2014 et 2015), Car­ol Jenk­ins ( Riv­er road Poet­ry Series, 2016) autres tra­duc­tions : Secan­je Svile, Mémoire de Soie, Tan­ja Kragu­je­vic, édi­tion trilingue, Beograd 2015 Livre des sept vies , Ming Di, Recours au Poème édi­tions, 2015 His­toire de Famille, Ming Di, édi­tions Tran­signum, avec des illus­tra­tions de Wan­da Mihuleac,  juin 2015 Instan­ta­nés, Eva-Maria Berg, édi­tions Imprévues, 2018 Poèmes per­son­nels :  Labyrinthe des Nuits, suite poé­tique, RaP édi­teur, 2015 La Dernière Oeu­vre de Phidias, Encres Vives, avril 2016 Aeonde, La Porte, 2017 AEn­cre de Chine, livre-ardoise sur un pro­jet de Wan­da Mihuleac Le Silence tinte comme l’angélus d’un vil­lage englouti, édi­tions Imprévues, 2017 La Dernière Oeu­vre de Phidias, suivi de L’In­ven­tion de l’ab­sence, Jacques André édi­teur , mars 2017 L’An­neau de Chill­i­da, L’Ate­lier du Grand Tétras, 2018 Mémoire vive des replis, poèmes et pho­tos de l’autrice, pré­face de Car­ole Mes­ro­bian, édi­tions “Pourquoi viens-tu si tard?”, novem­bre 2018 Sable, livre bilingue (tra­duc­tion en alle­mand d’ Eva-Maria Berg), avec des gravures de Wan­da Mihuleac, et une post­face de Lau­rent Gri­son, Tran­signum , mars 2019. Memo­ria viva delle pieghe/mémoire vive des replis, édi­tion bilingue, tra­duc­tion de l’autrice, pré­face de Gian­car­lo Baroni, éd. PVTST?, mars 2019 (fiche biographique com­plète sur le site de la MEL : http://www.m‑e-l.fr/marilyne-bertoncini,ec,1301 )