> Luca Ariano : extraits de Contratto a termine

Luca Ariano : extraits de Contratto a termine

Par |2018-12-06T10:17:19+00:00 3 décembre 2018|Catégories : Essais & Chroniques, Luca Ariano|

tra­duc­tion Marilyne Bertoncini1

.

©pho­to mbp

.

Sulla Via Emilia

 

Di can­cel­li ser­ra­ti, di cimi­niere

spente – ma sen­za viag­giare

trop­po lon­ta­no : per sen­tire

il sapore delle zan­zare sul­la pelle

e il calore umi­do del riso.

Tra par­ruc­co­ni aris­to­cra­ti­ci con

quelle erre che frus­ta­no le orec­chie

e graf­fia­no le corde, mentre lo sguar­do 

delle rughe si scal­da nel bic­chiere

 

Oggi fes­teg­gi. Ancora nelle vene  

e sulle lab­bra ti accom­pa­gna anco­ra

il ricor­do dei bis­cot­ti allo zen­ze­ro

e al car­da­mo­mo, che vole­vi dan­zare…

 

Non si sono incro­ciate le finestre

e ti por­ti sul­la via Emilia una lun­ga

dis­cus­sione da film, col nome usci­to da un car­tone,

in un’aria di neve che doma­ni

impas­terà le strade.

 

Sur la Via Emilia

 

 

Des por­tails fer­més, des che­mi­nées d’usine

éteintes – mais sans voya­ger

trop loin : pour éprou­ver

le goût des mous­tiques sur la peau

et la cha­leur humide du riz.

Entre d’aristocrates bar­bons pro­non­çant

ces erre fus­ti­geant les oreilles

éraillant les cordes, tan­dis que le regard

des rides se réchauffe dans le verre

 

Aujourd’hui, c’est fête. Encore dans tes veines

et sur tes lèvres encore  t’accompagne

le sou­ve­nir des bis­cuits au gin­gembre

et à la car­da­mome, que tu vou­lais dan­ser…

 

Les fenêtres ne se sont pas croi­sées

et t’amène, sur la via Emilia, une longue

dis­cus­sion tirée d’un film, au nom de des­sin ani­mé,

dans un air niveal qui demain

empâ­te­ra les rues.

 

*

 

Miraggio

 

 

Frugare nel­la spe­zie­ria, fra moris­cos

il sapore di quel bacio in Via Cimarosa

appe­na il cie­lo si sves­ti­va del­la notte :

si mis­chia­no le carte per tro­vare

qua­li dadi trarre e le tue pre­ghiere

non sono ser­vite. I tuoi consi­gli

per cavare ver­si e plas­mare  

la dura pie­tra, lì in sta­zione.

 

Caduta la sta­gione

di cam­mi­nare sen­za strin­ger­si per mano :

i pas­si si fan­no gre­vi, le parole

cen­tel­li­nate in un sor­so di Dolcetto,

la dedi­ca ado­les­cente  nei pome­rig­gi

tra il Parco Ducale e le vetrine con Alice :

anco­ra igno­ra­vi il suo nome.

 

Ora in cen­to­ses­san­ta carat­te­ri

hai las­cia­to sgrop­pare l’abbraccio

tar­di­vo, lo schioc­co delle lab­bra

che il tre­no dai fines­tri­ni bat­tez­za nel mirag­gio

che al cre­pus­co­lo fil­tri luce sulle pupille

.

©pho­to mbp

.

 

Mirage

 

fouiller dans l’épicerie, entre moris­cos2

et joueurs de cor­ne­muse, pour éprou­ver de nou­veau

le goût de ce bai­ser de Via Cimarosa

dès que le ciel se dévê­tait de la nuit :

les cartes se mélangent pour trou­ver

quels dés tirer et tes prières

n’ont pas ser­vi. Tes conseils

pour extraire des vers et mode­ler

la dure pierre, là à la gare.

 

Finie la sai­son

des pro­me­nades sans se tenir par la main :

les pas se font lourds, les paroles

savou­rées avec une gor­gée de Dolcetto,

la pas­sion ado­les­cente des après-midis

entre le Parc Ducal et les vitrines avec Alice :

tu  igno­rais son nom encore.

 

Désormais en cent soixante carac­tères

tu as lais­sé se dénouer l’étreinte

tar­dive, le cla­que­ment des lèvres

que, des fenêtres, le train bap­tise dans le mirage

qu’au cré­pus­cule filtre la lumière sur les pupilles

 

*

 

Bambini

 

Bambini peda­la­no ai pri­mi ros­so­ri,

gli ulti­mi rimas­ti sul­la via

e tu ritro­vi quei pochi minu­ti di ricrea­zione

in cor­tile : l’immensa fan­ta­sia

di gio­chi tra ter­ra ed erba

ora sono visi eroi­na­ti nel par­cheg­gio

del cimi­te­ro su una vec­chia Peugeot.

Si rasa­no i pra­ti spul­cia­ti da mer­li

e i tuoi capel­li cado­no sulle zampe

d’un cane che assal­ta il tre­more

delle ginoc­chia :

in un altro iper di saba­to pome­rig­gio

confon­di il luc­ci­chio delle vetrate

al trillo d’una tas­ca, ai nuo­vi cor­pi

già spo­glia­ti di pri­ma­ve­ra.

L’Andrea si stra­fo­gherà in qualche bet­to­la

di bes­tem­mie per un’altra mano cala­ta male

« Diu bel ! » e il confron­to tra Dio e Destino

nel­la pre­ghie­ra delle sue pupille

« Se avrei vin­to…» mentre anco­ra ansi­mi

sbat­ten­do le imposte.

 

Enfants

 

Des enfants pédalent dès l’aurore,

les der­niers res­tés dans la rue

et tu retrouves ces quelques rares minutes de récréa­tion

dans la cour : l’immense fan­tai­sie

des jeux entre terre et herbe

désor­mais les visages sont héroï­ni­sés dans le par­king

du cime­tière sur une vieille Peugot.

On rase les prés épouillés de leurs merles

et tes che­veux tombent sur les pattes

d’un chien qui assaille le trem­ble­ment

de tes genoux :

dans un autre hyper­mar­ché le same­di après-midi

tu mêles la lueur des ver­rières

aux trilles d’une poche, aux jeunes corps

déjà dévê­tus de prin­temps.

L’Andrea dans quelque gar­gote se répan­dra

en jurons pour une autre main mal abat­tue

Diu bel !3 et la com­pa­rai­son entre Dieu et Destin

dans la prière de ses pupilles

Se avrei vin­to..4 tan­dis qu’encore tu halètes

en cla­quant les volets.

.

© pho­to mbp

.

 

*

 

La stra­da che da Abbiategrasso

va fino a Pavia pas­san­do per Motta

e Bereguardo, gomi­ti, risaie

e car­tel­li divel­ti :

un conta­di­no rac­co­glie i suoi cop­pi

– la trom­ba dell’altra sera

dove non c’è più la mez­za sta­gione.

Lì per una lau­rea, forse l’ultima

mentre si chiude una por­ta e si sente

solo un bru­sio di fumo ;

la can­de­la smoc­co­la­ta non bru­cia più

sul­la pelle anco­ra fres­ca

e già hai mes­so vir­gole, pun­ti e vir­gole

e pun­ti alla fine del­la frase,

pro­prio quan­do sul colle infi­ni­to

si agi­ta il bas­tone con un vol­to d’eremita.

Di nuo­vo poi sen­tire oli e ver­ni­ci

di bot­te­ghe tra Borgo Tommasini

e via Nazario Sauro.

 

 

La route qui depuis Abbiategrasso

va jusqu’à Pavie en pas­sant par Motta

et Bereguardo, coudes, rizières

et pan­neaux déra­ci­nés :

un pay­san récolte ses tuiles

– la tor­nade de l’autre soir

où il n’y a plus de sai­son.

Là pour un diplôme, peut-être le der­nier

tan­dis que se ferme une porte et qu’on ne  per­çoit

qu’un bruis­se­ment de fumée ;

la chan­delle mou­chée ne brûle plus

sur la peau encore fraîche

et tu as déjà mis vir­gule, point et vir­gule

et point à la fin de la phrase,

juste alors que sur le col infi­ni

s’agite le bâton avec un visage d’ermite.

De nou­veau tu peux sen­tir les huiles et les ver­nis

des bou­tiques entre Borgo Tommasini

et via Nazario Sauro.

 

*

.

©pho­to mbp

 

Panorama

 

Quel vos­tro bacio sfron­ta­to

in un’atmosfera di fine galà

si sperde nell’aria putri­da ;

ecco­li quei fili di ossa che si agi­ta­no

dove s’annida il tar­lo del pani­co.

Sale il sapore anco­ra cal­do di ricot­ta

e mar­mel­la­ta, dal vaso di gera­ni

stag­na­no zanze e mentre la madre

chia­ma la sua Bea – iden­ti­ci occhi di neve

che si squa­glie­ran­no,

ritor­na alla mente il Peppino, l’ultimo

ranat, spaz­za­to una sera sul suo Garelli

da un fur­gon­ci­no del­la SIP ;

l’estate era già di sedie sul­la stra­da.

Sei invece lì a consu­mare una rapi­da

Carciofa da Pepen mentre lui lie­to

con la pre­ghie­ra in pet­to ritor­na

da Santa Cristina.

In un pano­ra­ma che gela le ton­sille

dis­tri­buis­ci ver­si in quel­la quiete

come tuo non­no sparse scarpe

con la tomaia anco­ra cal­da di col­la.

Panorama

 

Votre bai­ser effron­té

dans une atmo­sphère de fin de bal

se perd dans l’air putride ;

les voi­ci ces files d’ossements qui s’agitent

là où niche le vers de la panique.

Monte le par­fum encore chaud de ricot­ta

et confi­ture, du pot de géra­nium

stag­nent des zanze5 et tan­dis que la mère

appelle sa Béa – les mêmes yeux de neige

qui s’écarquilleront,

te revient en mémoire Peppino, le der­nier

ranat6, ren­ver­sé un soir sur son Garelli

par une camion­nette de la SIP7 ;

l’été il était déjà de siège sur le trot­toir.

Toi par contre tu es là à consom­mer une rapide

Carciofa8 chez Pepen tan­dis que lui heu­reux

la prière au coeur revient

de Sainte Christine.

Dans un pano­ra­ma qui gèle les amyg­dales

tu dis­tri­bues tes vers dans ce calme

comme ton grand-père semait les sou­liers

avec la semelle encore chaude de colle.

 

*

 

Trent’anni dopo

 

L’hai chia­ma­ta in quelle tor­ride

sere la piog­gia

ed ora è arri­va­ta a scros­ciare

sulle strade alla­gan­do can­tine.

Ti han­no ritro­va­to quei capel­li di lago

sor­si di sor­ri­si da ver­sare

sul­la taz­za di pet­to :

sono tutte belle le donne,

e lo dici – appog­gia­to

ad una colon­na pavese –

deglu­ten­do boc­cate di fumo

o cavan­do dal fan­go ruote impan­ta­nate

in un’avida cam­po­rel­la.

Si squa­glia il mas­ca­ra sull’autostrada

e il tuo pez­zo di car­tone

è ormai buo­no solo come car­ta da bagno,

vol­to da emi­grante del ven­tu­ne­si­mo seco­lo.

Trent’anni dopo non puoi non pen­sare

a quel cuore scop­pia­to, spap­po­la­to fega­to

nel­la cas­sa schiac­cia­ta,

negli istan­ti fra­cas­sa­ti del cor­sa­ro

all’Idroscalo di Ostia :

le parole non era­no anco­ra pro­fe­zie

solo per i cie­chi

ogni gior­no muore un poe­ta.

 

Trente ans plus tard

 

Tu l’as appe­lée dans ces soi­rées

tor­rides la pluie

et main­te­nant elle est là qui tombe à verse

sur les rues et noie les caves.

Ils t’ont retrou­vé tes che­veux de lac

gor­gés de sou­rires à ver­ser

sur la tasse de poi­trine :

elles sont toutes belles les femmes,

et tu le dis – appuyé

à une colonne pavese –

déglu­tis­sant des bouf­fées de fumée

ou tirant de la boue des roues enva­sées

dans un petit pré avide.

Le mas­ca­ra s’écaille sur l’autoroute

et ton mor­ceau de car­ton

n’est plus bon désor­mais que comme papier toi­lette,

visage d’émigrant du vingt-et-unième siècle.

Trente ans plus tard tu ne peux pas ne pas pen­ser

à ce coeur écla­té, écra­bouillé le foie

dans la caisse écra­sée,

dans les ins­tants fra­cas­sés du cor­saire

sur la plage d’Ostie :

les mots n’étaient pas encore des pro­phé­ties

réser­vées aux aveugles

chaque jour meurt un poète.9

Pasolini vivant por­tant Pasolini mort, par Ernest Pignon-Ernest.
oeuvre du Mamac de Nice, pho­to mbp

 

*


Notes

  1. texte ori­gi­nal extrait de CONTRATTO A TERMINE di Luca Ariano, qudu­li­bri, 2018[]
  2. terme dia­lec­tal péjo­ra­tif pour nom­mer les arabes[]
  3. juron dia­lec­tal[]
  4. si j’aurais gagné” (sic[]
  5. mous­tiques[]
  6. chas­seur de gre­nouilles, terme dia­lec­tal[]
  7. socié­té de télé­pho­nie[]
  8. spé­cia­li­té culi­naire par­me­sane à l’artichaut[]
  9. ce poème mêle des sou­ve­nirs per­son­nels à celui de la mort de Pier Paolo Pasolini, assas­si­né sur la plage d’Ostie, près de Rome, dans la nuit du  1er au 2 novembre 1975.[]

mm

Marilyne Bertoncini

Marilyne Bertoncini, co-res­pon­sable de la revue Recours au Poème, doc­teur en Littérature, spé­cia­liste de Jean Giono, col­la­bore avec des artistes, vit, écrit et tra­duit de l’anglais et de l’italien. Ses textes et pho­tos sont publiés dans diverses revues fran­çaises et inter­na­tio­nales, dans des antho­lo­gies, et sur son blog :  http://​mino​tau​ra​.unblog​.fr.

Principales publi­ca­tions :

Traductions : 

  • tra­duc­tions de l’anglais (US et Australie) : Barry Wallenstein, Martin Harrison, Peter Boyle (Recours au Poème édi­teurs, 2014 et 2015), Carol Jenkins ( River road Poetry Series, 2016)
  • autres tra­duc­tions :
  • Secanje Svile, Mémoire de Soie, Tanja Kragujevic, édi­tion tri­lingue, Beograd 2015
  • Livre des sept vies , Ming Di, Recours au Poème édi­tions, 2015
  • Histoire de Famille, Ming Di, édi­tions Transignum, avec des illus­tra­tions de Wanda Mihuleac,  juin 2015
  • Instantanés, Eva-Maria Berg, édi­tions Imprévues, 2018

Poèmes per­son­nels : 

  • Labyrinthe des Nuits, suite poé­tique, RaP édi­teur, 2015
  • La Dernière Oeuvre de Phidias, Encres Vives, avril 2016
  • Aeonde, La Porte, 2017
  • AEncre de Chine, livre-ardoise sur un pro­jet de Wanda Mihuleac
  • Le Silence tinte comme l’angélus d’un vil­lage englou­ti, édi­tions Imprévues, 2017
  • La Dernière Oeuvre de Phidias, sui­vi de L’Invention de l’absence, Jacques André édi­teur , mars 2017
  • L’Anneau de Chillida, L’Atelier du Grand Tétras, 2018
  • Mémoire vive des replis, poèmes et pho­tos de l’auteure, édi­tions “Pourquoi viens-tu si tard?”, novembre 2018
  • Sable, sur des gra­vures de Wanda Mihuleac, Transignum (à paraître mars 2019)

(fiche bio­gra­phique com­plète sur le site de la MEL : http://​www​.​m​-​e​-​l​.fr/​m​a​r​i​l​y​n​e​-​b​e​r​t​o​n​c​i​n​i​,​e​c​,​1​301 )

X