Beatritz : le Dolce stile Novo revisité de Mauro de Maria

Par |2019-03-13T18:04:51+01:00 3 mars 2019|Catégories : Essais & Chroniques, Mauro Di Maria|

tra­duc­tion de Mar­i­lyne Bertoncini

Ecrit entre mai et décem­bre 2015, Beat­ritz (forme provençale du prénom Béa­trice, idéal de la femme aimée) est un livre cul­tivé, à savour­er à plusieurs niveaux. Tout comme les poètes du Stil Novo, en effet, dont il se sent héri­ti­er, Mau­ro di Maria  tra­vaille dans ses vers la recherche d’une expres­sion raf­finée  et d’une poésie cul­tivée et pré­cieuse. Il nous pro­pose de revis­iter ici l’un des thèmes de la grande lyrique cour­toise ital­i­co-provençale des 13ème et 14ème siè­cles à tra­vers une recréa­tion de l’im­age idéal­isée de la femme aimée et de sa trans­for­ma­tion en fig­ure angélique.

 

Beat­ritz, Book Edi­tore, 2017

La référence aux com­munes sources provençales, ger­maniques et italiques est prég­nante à tra­vers la décli­nai­son du thème de la Madonna/Midons/Minne : les ombres de Rim­baut de Vaque­iras (cité dans un précé­dent recueil, Salutz), la Béa­trice de  Dante, de toute évi­dence hantent ces vers…   Le livre  mêle égale­ment à cette image de nom­breuses cita­tions bibliques de l’An­cien et du Nou­veau Tes­ta­ment, tan­dis que l’épigra­phie porte une évi­dente référence à la topographe flo­ren­tine, du temps de l’A­lighieri à aujour­d’hui, comme le rap­pelle le pré­faci­er, Giuseppe Mar­che­t­ti.  Une vue cav­al­ière de la ville ouvre d’ailleurs le recueil.

Out­re le thème, la forme poé­tique choisie est elle aus­si une ten­ta­tive de renou­velle­ment formel de la lyrique médié­vale : ain­si des anno­ta­tions aux vers sont-elles regroupées sous forme de razos , comme dans les textes provençaux, où ils pro­po­saient à l’auditeur/lecteur des clés pour mieux pénétr­er le sens thé­ma­tique des poèmes. Cer­tains poèmes encore sont reliés par le biais de la  coblas capfinidas, procédé car­ac­téris­tique de la poésie de langue d’Oc : ain­si, entre les poèmes XIV et XIV, le mot “image”, ou bien le mot “toi” entre les poèmes XXVII et XVIII, sont-ils répétés à l’i­den­tique,  le dernier mot d’un poème ser­vant d’in­cip­it au suiv­ant, selon une forme d’anadiplose.

Le poète, au fil de ses vers mélodieux, mêlant archaïsme et moder­nité, recrée son pro­pre chant de trou­ba­dour :  à l’amour idéal de la femme se super­pose sa  foi dans l’art et la poésie, qui tran­scende la dégra­da­tion du temps, don­nant toute leur réso­nance de moder­nité à ces poèmes.

 

VIII

 

                                    Mor­bide e sen­za peso

                                    le mie parole a te

                                    appog­giate nell’aria

                                    come quelle dell’angelo annunziante

                                    la grazia di Maria

                                    dorate ed istoriate

                                    su una pala d’altare trecentesca

                                    e impresse in neg­a­ti­vo sul­la carta

                                    solo dal fuo­co a stam­pa del tuo sguardo

                                    anche se hai fat­to la tua scelta

                                    e nul­la può mutare

                                    e non ti toc­ca il suono

                                    del­la ver­ga che spez­zo col ginocchio,

                                    anche se fai che tut­to a te converga

                                    sen­za che una parola

                                    esca dal­la tua bocca

 

VIII

 

Douces et impondérables

mes paroles vers toi

sus­pendues dans l’air

comme celles de l’ange annonçant

la grâce de Marie

dorées et historiées

sur un retable du trecento

imprimées en négatif sur le papier

par le fer rouge de ton regard

même si ton choix est fait

rien ne peut le changer

et ne te touche pas le son

de la baguette brisée sur mon genou1cette image se réfère à l’épisode du mariage de la Vierge, racon­té dans Le Livre de Jean,  évangile apoc­ryphe, puis dans la Légende dorée de Jean de Vorav­agine, au XIII° siècle. 
Tous les descen­dants de David  avaient été con­vo­qués par le grand prêtre,  lorsque Marie eut 14 ans, en vue de l’obtenir en mariage. Cha­cun déposa une baguette sur l’autel et atten­dit le signe divin qui désign­erait l’élu. Celle Joseph fleu­rit indi­quant qu’il était choisi. L’un des pré­ten­dants rejetés réag­it en  brisant sa baguette. (note du tra­duc­teur
),

même si tu fais que tout vers toi converge

sans qu’une parole

sorte de ta bouche

 

XIV

 

                                        Oblio sen­za confini

                                        per non accorg­er­mi che esisti

                                        e se non bas­ta scalerò le vette

                                        che s’imprimono ai cieli

                                        dove il silen­zio domina

                                        a perdi­ta d’occhio

                                        sebbene sia un inganno

                                        per­ché il suono per­vade ogni mezzo

                                        e in ogni mez­zo giunge l’eco

                                        delle tue palpebre

                                        che s’aprono e si chiudono;

                                        solo una stan­za debitamente

                                        prepara­ta, depu­ra­ta di tutto

                                        può ospitare il nul­la assoluto

                                        tranne forse il ronzio di sottofondo

                                        snida­to solo da strumenti

                                        d’estrema precisione

                                        che la scien­za identifica

                                        con l’esplosione primordiale

                                        che ha orig­i­na­to il mondo

                                        ed anco­ra ci giunge

                                        sen­za vagliare il dub­bio che si tratti

                                        del pen­siero di Dio e del­la sua indagine

                                        sul meto­do migliore per separare

                                        luce e buio, creare gli elementi

                                        del­la vita uno ad uno

                                        ed infine la don­na a tua immagine

 

XIV

 

Oubli sans limites

pour ignor­er que tu existes

et si c’est insuff­isant je gravi­rai les cimes

qui s’im­pri­ment aux cieux

où règne le silence

à perte de vue

même si c’est un leurre

car le son pénètre tout milieu

et dans chaque milieu parvient l’écho

de tes paupières

qui s’ou­vrent et se ferment ;

seule un cham­bre dûment

pré­parée, épurée de tout

peut accueil­lir le néant absolu

sauf peut-être le bruit de fond bourdonnant

débusqué unique­ment par des instruments

d’une extrême précision

que la sci­ence identifie

comme l’ex­plo­sion primordiale

qui a don­né nais­sance au monde

et nous parvient encore

sans envis­ager le doute qu’il puisse s’agir

de la pen­sée de dieu et de sa recherche

de la meilleure méth­ode pour séparer

lumière et ténèbre, créer les éléments

de la vie un à un

et enfin la femme à ton image 

 

XV

 

                                      Immag­ine fis­sa­ta sul­la retina

                                      che dicono trat­ten­ga anco­ra luce

                                      anche dopo la morte tissutale

                                      ed è così che resterai con me

                                      sot­to la ter­ra, cor­po a due dimensioni

                                      che non potrò toccare

                                      ma pro­tet­to nell’urna delle palpebre,

                                      men­tre tu sempreviva

                                      spar­gen­do per­le ai porci

                                      cam­min­erai sul suo­lo degli umani

                                      con un sonaglio alla caviglia

                                      per­ché ti pos­sa udire anche da sotto

                                      nel mio cor­po per­cor­so dal tempo

                                      e dal tem­po corrotto

 

XV

 

Image fixée sur la rétine

dont on dit qu’elle retient encore la lumière

même après la mort des tissus

c’est ain­si que tu resteras avec moi

sous la terre, corps à deux dimensions

que ne je pour­rai toucher

mais pro­tégée dans l’urne des paupières,

tan­dis que toi, vivace

dis­tribuant des per­les aux porcs

tu marcheras sur le sol des humains

une clo­chette à la cheville

pour que je puisse t’en­ten­dre même dessous terre

dans mon corps par­cou­ru par le temps

et par lui corrompu

 

XXVII

 

                                       Collezione di ver­si e di varianti

                                       e silen­zi di cre­ta da plasmare

                                       nell’attimo sospe­so all’interstizio

                                       fra la pen­na e la carta

                                       per­ché la poe­sia è un flusso

                                       inin­ter­rot­to ed il sangue un lontano

                                       e mor­tale rif­lesso dell’utopia

                                       conc­re­ta che la eterna

                                       e del ver­bo divi­no e primigenio

                                       non ne fa emulazione

                                       ma ter­sa identità

                                       come alla trinità l’incarnazione

                                       che con­fuse la ter­ra con il cielo

                                       per una sola vol­ta e nul­la più

                                       se si vuole archiviare per casuale

                                       il vor­tice silente delle piume

                                       d’ignota iden­tità e tassonomia

                                       che balenò nell’aria

                                       quan­do arrivasti tu

 

XXVII

 

Col­lec­tion de vers et de variantes

et silences d’argile à modeler

dans l’in­stant sus­pendu à l’interstice

entre la plume et le papier

parce que la poésie est un flux

inin­ter­rompu et le sang un lointain

et mor­tel reflet de l’utopie

con­crète qui l’éternise

et du verbe divin et premier

elle ne fait pas concurrence

mais pure identité

comme à la trinité l’incarnation

qui con­fon­dit la terre et le ciel

pour une seule fois et rien de plus

si l’on veut archiv­er comme fortuit

le tour­bil­lon silen­cieux des plumes

d’i­den­tité et tax­onomie inconnue

qui resplen­dit dans l’air

lorsque tu arrivas, toi

 

XXVIII

 

                                       Tu, sec­on­da per­sona singolare

                                       d’una lin­gua di terre temperate

                                       se non fos­se che il cli­ma è cambiato

                                       e che la cima del­la torre

                                       ora potrebbe stare a pelo d’erba

                                       dove il tuo piede s’è posato;

                                       con­fondere gli idio­mi fu un abbaglio

                                       per­ché il nodo alla gola

                                       che a chi ti si avvic­i­na incaglia il fiato

                                       non è altro che il moto sommesso

                                       delle corde vocali

                                       che del­lo stes­so incan­to osano il suono

                                       qualunque sia la tim­bri­ca fonetica

                                       che la babel­i­ca condanna

                                       ha orig­i­na­to, così di boc­ca in bocca

                                       rasen­tan­do la sfera terracquea

                                       pas­sa la litanìa che ti racconta

                                       come mira­co­lo mostrato

                                       anche a chi non ti vede e non ti tocca

.
.
.

 

XXVIII

 

Toi, deux­ième per­son­ne du singulier

d’une langue de ter­res tempérées

s’il était arrivé que  le cli­mat ne change pas

et que le som­met de la tour

main­tenant pour­rait être à ras de l’herbe

où s’est posé ton pied ;

con­fon­dre les langues fût une bévue

parce que le noeud qui prend à la gorge

qui t’ap­proche et lui coupe le souffle

n’est autre que le léger mouvement

des cordes vocales

qui du même enchante­ment osent le son

quel que soit le tim­bre phonétique

que la con­damna­tion babélique

a pro­duit, ain­si de bouche en bouche

ras­ant la sphère terraquée

passe la litanie qui te dit

comme mir­a­cle montré

même à qui ne te voit ni te touche

 

XLIII

 

                                         Occhi che diedero l’idea

                                         e furono il modello

                                         del sim­bo­lo che emerse dal diluvio

                                         per­ché è pen­san­do alla tua iride,

                                         se Dio è davvero onnipresente

                                         ed onni­sciente, che fu creata

                                         l’iride da porre in cielo

                                         con i col­ori a ricom­porre il bianco

                                         del­la scle­ra e la sot­tile curvatura

                                         del tuo sguardo

                                         che tiene in equi­lib­rio l’orizzonte

                                         con la nera pupilla

                                         che del­la leva è il fulcro

                                         e del­la prospettiva

                                         che la vita asciuga

                                         l’unico pun­to di fuga

 

XLIII

 

Ces yeux qui don­nèrent l’idée

et furent le modèle

du sym­bole émergé des eaux du déluge

car c’est en pen­sant à ton iris,

si Dieu est vrai­ment omniprésent

et omni­scient, que fût créé

l’iris à plac­er dans le ciel

avec ses couleurs pour recom­pos­er le blanc

de la scléro­tique et la courbe subtile

de ton regard

qui tient en équili­bre l’horizon

avec la noire pupille

qui du levi­er est le pivot

et de la perspective

que la vie dessèche

l’u­nique point de fuite

 

*

Présentation de l’auteur

Mauro Di Maria

Mau­ro De Maria è nato a Par­ma nel 1960. Nel 2013 è usci­to il suo pri­mo vol­ume di ver­si “Trame e ordi­ti” (Book Edi­tore) che si è clas­si­fi­ca­to al sec­on­do pos­to al con­cor­so “Va pen­siero” di Sor­agna (Pr) e al ter­zo pos­to, pari mer­i­to, al pre­mio “Pas­coli” sezione opera pri­ma. Nel 2016 ha vin­to la pri­ma edi­zione del pre­mio di poe­sia “Roc­ca dei Rossi di S.Secondo (Pr), sezione inedi­ti. Nel 2017 è usci­to il suo sec­on­do vol­ume di ver­si “Beat­ritz” (Book Edi­tore) che si è clas­si­fi­ca­to al sec­on­do pos­to alla pri­ma edi­zione del Con­cor­so “Raf­faele Crovi” di Castel­n­uo­vo Mon­ti (Re).

Mau­ro di Maria naît à Parme en 1960. Son pre­mier recueil sort en 2013 chez Book Edi­tore et obtient le deux­ième prix au con­cours “Va pen­siero” de Sor­agna (PR) et le 3ème au con­cours Pas­coli, dans la caté­gorie pre­mière pub­li­ca­tion.. En 2016, il gaagne la pre­mière édi­tion du prix de poésie” Roc­ca dei Rossi di S. Secondo”(Pr), sec­tion des poèmes inédits. EN 2017 sort sont deux­ième recueil, “Beat­ritz” (Book Edi­tore) qui se classe deux­ième au con­cours Raf­faele Crovi de Castel­n­uo­vo Mon­ti (RE)

Poèmes choi­sis

Autres lec­tures

mm

Marilyne Bertoncini

Mar­i­lyne Bertonci­ni, co-respon­s­able de la revue Recours au Poème, à laque­lle elle col­la­bore depuis 2013, mem­bre du comtié de rédac­tion de la revue <emPhoenix, doc­teur en Lit­téra­ture, spé­cial­iste de Jean Giono, tra­vaille avec des artistes, vit, écrit et traduit de l’anglais et de l’i­tal­ien. Elle est l’autrice de nom­breux arti­cles et cri­tiques ain­si que de tra­duc­tions sur Recours au Poème. Ses textes et pho­tos sont égale­ment pub­liés dans des antholo­gies, divers­es revues français­es et inter­na­tionales, et sur son blog :   http://minotaura.unblog.fr. Prin­ci­pales publications : Tra­duc­tions :  tra­duc­tions de l’anglais (US et Aus­tralie) : Bar­ry Wal­len­stein, Mar­tin Har­ri­son, Peter Boyle (Recours au Poème édi­teurs, 2014 et 2015), Car­ol Jenk­ins ( Riv­er road Poet­ry Series, 2016) autres tra­duc­tions : Secan­je Svile, Mémoire de Soie, Tan­ja Kragu­je­vic, édi­tion trilingue, Beograd 2015 Livre des sept vies , Ming Di, Recours au Poème édi­tions, 2015 His­toire de Famille, Ming Di, édi­tions Tran­signum, avec des illus­tra­tions de Wan­da Mihuleac,  juin 2015 Instan­ta­nés, Eva-Maria Berg, édi­tions Imprévues, 2018 Poèmes per­son­nels :  Labyrinthe des Nuits, suite poé­tique, RaP édi­teur, 2015 La Dernière Oeu­vre de Phidias, Encres Vives, avril 2016 Aeonde, La Porte, 2017 AEn­cre de Chine, livre-ardoise sur un pro­jet de Wan­da Mihuleac Le Silence tinte comme l’angélus d’un vil­lage englouti, édi­tions Imprévues, 2017 La Dernière Oeu­vre de Phidias, suivi de L’In­ven­tion de l’ab­sence, Jacques André édi­teur , mars 2017 L’An­neau de Chill­i­da, L’Ate­lier du Grand Tétras, 2018 Mémoire vive des replis, poèmes et pho­tos de l’autrice, pré­face de Car­ole Mes­ro­bian, édi­tions “Pourquoi viens-tu si tard?”, novem­bre 2018 Sable, livre bilingue (tra­duc­tion en alle­mand d’ Eva-Maria Berg), avec des gravures de Wan­da Mihuleac, et une post­face de Lau­rent Gri­son, Tran­signum , mars 2019. Memo­ria viva delle pieghe/mémoire vive des replis, édi­tion bilingue, tra­duc­tion de l’autrice, pré­face de Gian­car­lo Baroni, éd. PVTST?, mars 2019 (fiche biographique com­plète sur le site de la MEL : http://www.m‑e-l.fr/marilyne-bertoncini,ec,1301 )

Notes[+]

Aller en haut