> Beatritz : le Dolce stile Novo revisité de Mauro de Maria

Beatritz : le Dolce stile Novo revisité de Mauro de Maria

Par |2019-03-13T18:04:51+01:00 3 mars 2019|Catégories : Essais & Chroniques, Mauro Di Maria|

tra­duc­tion de Marilyne Bertoncini

Ecrit entre mai et décembre 2015, Beatritz (forme pro­ven­çale du pré­nom Béatrice, idéal de la femme aimée) est un livre culti­vé, à savou­rer à plu­sieurs niveaux. Tout comme les poètes du Stil Novo, en effet, dont il se sent héri­tier, Mauro di Maria  tra­vaille dans ses vers la recherche d’une expres­sion raf­fi­née  et d’une poé­sie culti­vée et pré­cieuse. Il nous pro­pose de revi­si­ter ici l’un des thèmes de la grande lyrique cour­toise ita­li­co-pro­ven­çale des 13ème et 14ème siècles à tra­vers une recréa­tion de l’image idéa­li­sée de la femme aimée et de sa trans­for­ma­tion en figure angé­lique.

 

Beatritz, Book Editore, 2017

La réfé­rence aux com­munes sources pro­ven­çales, ger­ma­niques et ita­liques est pré­gnante à tra­vers la décli­nai­son du thème de la Madonna/​Midons/​Minne : les ombres de Rimbaut de Vaqueiras (cité dans un pré­cé­dent recueil, Salutz), la Béatrice de  Dante, de toute évi­dence hantent ces vers…   Le livre  mêle éga­le­ment à cette image de nom­breuses cita­tions bibliques de l’Ancien et du Nouveau Testament, tan­dis que l’épigraphie porte une évi­dente réfé­rence à la topo­graphe flo­ren­tine, du temps de l’Alighieri à aujourd’hui, comme le rap­pelle le pré­fa­cier, Giuseppe Marchetti.  Une vue cava­lière de la ville ouvre d’ailleurs le recueil.

Outre le thème, la forme poé­tique choi­sie est elle aus­si une ten­ta­tive de renou­vel­le­ment for­mel de la lyrique médié­vale : ain­si des anno­ta­tions aux vers sont-elles regrou­pées sous forme de razos , comme dans les textes pro­ven­çaux, où ils pro­po­saient à l’auditeur/lecteur des clés pour mieux péné­trer le sens thé­ma­tique des poèmes. Certains poèmes encore sont reliés par le biais de la  coblas cap­fi­ni­das, pro­cé­dé carac­té­ris­tique de la poé­sie de langue d’Oc : ain­si, entre les poèmes XIV et XIV, le mot “image”, ou bien le mot “toi” entre les poèmes XXVII et XVIII, sont-ils répé­tés à l’identique,  le der­nier mot d’un poème ser­vant d’incipit au sui­vant, selon une forme d’anadiplose.

Le poète, au fil de ses vers mélo­dieux, mêlant archaïsme et moder­ni­té, recrée son propre chant de trou­ba­dour :  à l’amour idéal de la femme se super­pose sa  foi dans l’art et la poé­sie, qui trans­cende la dégra­da­tion du temps, don­nant toute leur réso­nance de moder­ni­té à ces poèmes.

 

VIII

 

                                    Morbide e sen­za peso

                                    le mie parole a te

                                    appog­giate nell’aria

                                    come quelle dell’angelo annun­ziante

                                    la gra­zia di Maria

                                    dorate ed isto­riate

                                    su una pala d’altare tre­cen­tes­ca

                                    e impresse in nega­ti­vo sul­la car­ta

                                    solo dal fuo­co a stam­pa del tuo sguar­do

                                    anche se hai fat­to la tua scel­ta

                                    e nul­la può mutare

                                    e non ti toc­ca il suo­no

                                    del­la ver­ga che spez­zo col ginoc­chio,

                                    anche se fai che tut­to a te conver­ga

                                    sen­za che una paro­la

                                    esca dal­la tua boc­ca

 

VIII

 

Douces et impon­dé­rables

mes paroles vers toi

sus­pen­dues dans l’air

comme celles de l’ange annon­çant

la grâce de Marie

dorées et his­to­riées

sur un retable du tre­cen­to

impri­mées en néga­tif sur le papier

par le fer rouge de ton regard

même si ton choix est fait

rien ne peut le chan­ger

et ne te touche pas le son

de la baguette bri­sée sur mon genou1),

même si tu fais que tout vers toi converge

sans qu’une parole

sorte de ta bouche

 

XIV

 

                                        Oblio sen­za confi­ni

                                        per non accor­ger­mi che esis­ti

                                        e se non bas­ta sca­lerò le vette

                                        che s’imprimono ai cie­li

                                        dove il silen­zio domi­na

                                        a per­di­ta d’occhio

                                        seb­bene sia un ingan­no

                                        per­ché il suo­no per­vade ogni mez­zo

                                        e in ogni mez­zo giunge l’eco

                                        delle tue pal­pebre

                                        che s’aprono e si chiu­do­no ;

                                        solo una stan­za debi­ta­mente

                                        pre­pa­ra­ta, depu­ra­ta di tut­to

                                        può ospi­tare il nul­la asso­lu­to

                                        tranne forse il ron­zio di sot­to­fon­do

                                        sni­da­to solo da stru­men­ti

                                        d’estrema pre­ci­sione

                                        che la scien­za iden­ti­fi­ca

                                        con l’esplosione pri­mor­diale

                                        che ha ori­gi­na­to il mon­do

                                        ed anco­ra ci giunge

                                        sen­za vagliare il dub­bio che si trat­ti

                                        del pen­sie­ro di Dio e del­la sua inda­gine

                                        sul meto­do migliore per sepa­rare

                                        luce e buio, creare gli ele­men­ti

                                        del­la vita uno ad uno

                                        ed infine la don­na a tua imma­gine

 

XIV

 

Oubli sans limites

pour igno­rer que tu existes

et si c’est insuf­fi­sant je gra­vi­rai les cimes

qui s’impriment aux cieux

où règne le silence

à perte de vue

même si c’est un leurre

car le son pénètre tout milieu

et dans chaque milieu par­vient l’écho

de tes pau­pières

qui s’ouvrent et se ferment ;

seule un chambre dûment

pré­pa­rée, épu­rée de tout

peut accueillir le néant abso­lu

sauf peut-être le bruit de fond bour­don­nant

débus­qué uni­que­ment par des ins­tru­ments

d’une extrême pré­ci­sion

que la science iden­ti­fie

comme l’explosion pri­mor­diale

qui a don­né nais­sance au monde

et nous par­vient encore

sans envi­sa­ger le doute qu’il puisse s’agir

de la pen­sée de dieu et de sa recherche

de la meilleure méthode pour sépa­rer

lumière et ténèbre, créer les élé­ments

de la vie un à un

et enfin la femme à ton image                              

 

XV

 

                                      Immagine fis­sa­ta sul­la reti­na

                                      che dico­no trat­ten­ga anco­ra luce

                                      anche dopo la morte tis­su­tale

                                      ed è così che res­te­rai con me

                                      sot­to la ter­ra, cor­po a due dimen­sio­ni

                                      che non potrò toc­care

                                      ma pro­tet­to nell’urna delle pal­pebre,

                                      mentre tu sem­pre­vi­va

                                      spar­gen­do perle ai por­ci

                                      cam­mi­ne­rai sul suo­lo degli uma­ni

                                      con un sona­glio alla cavi­glia

                                      per­ché ti pos­sa udire anche da sot­to

                                      nel mio cor­po per­cor­so dal tem­po

                                      e dal tem­po cor­rot­to

 

XV

 

Image fixée sur la rétine

dont on dit qu’elle retient encore la lumière

même après la mort des tis­sus

c’est ain­si que tu res­te­ras avec moi

sous la terre, corps à deux dimen­sions

que ne je pour­rai tou­cher

mais pro­té­gée dans l’urne des pau­pières,

tan­dis que toi, vivace

dis­tri­buant des perles aux porcs

tu mar­che­ras sur le sol des humains

une clo­chette à la che­ville

pour que je puisse t’entendre même des­sous terre

dans mon corps par­cou­ru par le temps

et par lui cor­rom­pu

 

XXVII

 

                                       Collezione di ver­si e di varian­ti

                                       e silen­zi di cre­ta da plas­mare

                                       nell’attimo sos­pe­so all’interstizio

                                       fra la pen­na e la car­ta

                                       per­ché la poe­sia è un flus­so

                                       inin­ter­rot­to ed il sangue un lon­ta­no

                                       e mor­tale rifles­so dell’utopia

                                       concre­ta che la eter­na

                                       e del ver­bo divi­no e pri­mi­ge­nio

                                       non ne fa emu­la­zione

                                       ma ter­sa iden­ti­tà

                                       come alla tri­ni­tà l’incarnazione

                                       che confuse la ter­ra con il cie­lo

                                       per una sola vol­ta e nul­la più

                                       se si vuole archi­viare per casuale

                                       il vor­tice silente delle piume

                                       d’ignota iden­ti­tà e tas­so­no­mia

                                       che balenò nell’aria

                                       quan­do arri­vas­ti tu

 

XXVII

 

Collection de vers et de variantes

et silences d’argile à mode­ler

dans l’instant sus­pen­du à l’interstice

entre la plume et le papier

parce que la poé­sie est un flux

inin­ter­rom­pu et le sang un loin­tain

et mor­tel reflet de l’utopie

concrète qui l’éternise

et du verbe divin et pre­mier

elle ne fait pas concur­rence

mais pure iden­ti­té

comme à la tri­ni­té l’incarnation

qui confon­dit la terre et le ciel

pour une seule fois et rien de plus

si l’on veut archi­ver comme for­tuit

le tour­billon silen­cieux des plumes

d’identité et taxo­no­mie incon­nue

qui res­plen­dit dans l’air

lorsque tu arri­vas, toi

 

XXVIII

 

                                       Tu, secon­da per­so­na sin­go­lare

                                       d’una lin­gua di terre tem­pe­rate

                                       se non fosse che il cli­ma è cam­bia­to

                                       e che la cima del­la torre

                                       ora potrebbe stare a pelo d’erba

                                       dove il tuo piede s’è posa­to ;

                                       confon­dere gli idio­mi fu un abba­glio

                                       per­ché il nodo alla gola

                                       che a chi ti si avvi­ci­na inca­glia il fia­to

                                       non è altro che il moto som­mes­so

                                       delle corde voca­li

                                       che del­lo stes­so incan­to osa­no il suo­no

                                       qua­lunque sia la tim­bri­ca fone­ti­ca

                                       che la babe­li­ca condan­na

                                       ha ori­gi­na­to, così di boc­ca in boc­ca

                                       rasen­tan­do la sfe­ra ter­rac­quea

                                       pas­sa la litanìa che ti rac­con­ta

                                       come mira­co­lo mos­tra­to

                                       anche a chi non ti vede e non ti toc­ca

.
.
.

 

XXVIII

 

Toi, deuxième per­sonne du sin­gu­lier

d’une langue de terres tem­pé­rées

s’il était arri­vé que  le cli­mat ne change pas

et que le som­met de la tour

main­te­nant pour­rait être à ras de l’herbe

où s’est posé ton pied ;

confondre les langues fût une bévue

parce que le noeud qui prend à la gorge

qui t’approche et lui coupe le souffle

n’est autre que le léger mou­ve­ment

des cordes vocales

qui du même enchan­te­ment osent le son

quel que soit le timbre pho­né­tique

que la condam­na­tion babé­lique

a pro­duit, ain­si de bouche en bouche

rasant la sphère ter­ra­quée

passe la lita­nie qui te dit

comme miracle mon­tré

même à qui ne te voit ni te touche

 

XLIII

 

                                         Occhi che die­de­ro l’idea

                                         e furo­no il model­lo

                                         del sim­bo­lo che emerse dal dilu­vio

                                         per­ché è pen­san­do alla tua iride,

                                         se Dio è dav­ve­ro onni­pre­sente

                                         ed onnis­ciente, che fu crea­ta

                                         l’iride da porre in cie­lo

                                         con i colo­ri a ricom­porre il bian­co

                                         del­la scle­ra e la sot­tile cur­va­tu­ra

                                         del tuo sguar­do

                                         che tiene in equi­li­brio l’orizzonte

                                         con la nera pupil­la

                                         che del­la leva è il ful­cro

                                         e del­la pros­pet­ti­va

                                         che la vita asciu­ga

                                         l’unico pun­to di fuga

 

XLIII

 

Ces yeux qui don­nèrent l’idée

et furent le modèle

du sym­bole émer­gé des eaux du déluge

car c’est en pen­sant à ton iris,

si Dieu est vrai­ment omni­pré­sent

et omni­scient, que fût créé

l’iris à pla­cer dans le ciel

avec ses cou­leurs pour recom­po­ser le blanc

de la sclé­ro­tique et la courbe sub­tile

de ton regard

qui tient en équi­libre l’horizon

avec la noire pupille

qui du levier est le pivot

et de la pers­pec­tive

que la vie des­sèche

l’unique point de fuite

 

*

Présentation de l’auteur

Mauro Di Maria

Mauro De Maria è nato a Parma nel 1960. Nel 2013 è usci­to il suo pri­mo volume di ver­si “Trame e ordi­ti” (Book Editore) che si è clas­si­fi­ca­to al secon­do posto al concor­so “Va pen­sie­ro” di Soragna (Pr) e al ter­zo posto, pari meri­to, al pre­mio “Pascoli” sezione ope­ra pri­ma. Nel 2016 ha vin­to la pri­ma edi­zione del pre­mio di poe­sia “Rocca dei Rossi di S.Secondo (Pr), sezione inedi­ti. Nel 2017 è usci­to il suo secon­do volume di ver­si “Beatritz” (Book Editore) che si è clas­si­fi­ca­to al secon­do posto alla pri­ma edi­zione del Concorso “Raffaele Crovi” di Castelnuovo Monti (Re).

Mauro di Maria naît à Parme en 1960. Son pre­mier recueil sort en 2013 chez Book Editore et obtient le deuxième prix au concours “Va pen­sie­ro” de Soragna (PR) et le 3ème au concours Pascoli, dans la caté­go­rie pre­mière publi­ca­tion.. En 2016, il gaagne la pre­mière édi­tion du prix de poé­sie” Rocca dei Rossi di S. Secondo”(Pr), sec­tion des poèmes inédits. EN 2017 sort sont deuxième recueil, “Beatritz” (Book Editore) qui se classe deuxième au concours Raffaele Crovi de Castelnuovo Monti (RE)

Poèmes choi­sis

Autres lec­tures


Notes

  1. cette image se réfère à l’épisode du mariage de la Vierge, racon­té dans Le Livre de Jean,  évan­gile apo­cryphe, puis dans la Légende dorée de Jean de Voravagine, au XIII° siècle. 
    Tous les des­cen­dants de David  avaient été convo­qués par le grand prêtre,  lorsque Marie eut 14 ans, en vue de l’obtenir en mariage. Chacun dépo­sa une baguette sur l’autel et atten­dit le signe divin qui dési­gne­rait l’élu. Celle Joseph fleu­rit indi­quant qu’il était choi­si. L’un des pré­ten­dants reje­tés réagit en  bri­sant sa baguette. (note du tra­duc­teur[]

mm

Marilyne Bertoncini

Marilyne Bertoncini, co-res­pon­sable de la revue Recours au Poème, doc­teur en Littérature, spé­cia­liste de Jean Giono, col­la­bore avec des artistes, vit, écrit et tra­duit de l’anglais et de l’italien. Ses textes et pho­tos sont publiés dans des antho­lo­gies, diverses revues fran­çaises et inter­na­tio­nales, et sur son blog :   http://​mino​tau​ra​.unblog​.fr.

Principales publi­ca­tions :

Traductions : 

  • tra­duc­tions de l’anglais (US et Australie) : Barry Wallenstein, Martin Harrison, Peter Boyle (Recours au Poème édi­teurs, 2014 et 2015), Carol Jenkins ( River road Poetry Series, 2016)
  • autres tra­duc­tions :
  • Secanje Svile, Mémoire de Soie, Tanja Kragujevic, édi­tion tri­lingue, Beograd 2015
  • Livre des sept vies , Ming Di, Recours au Poème édi­tions, 2015
  • Histoire de Famille, Ming Di, édi­tions Transignum, avec des illus­tra­tions de Wanda Mihuleac,  juin 2015
  • Instantanés, Eva-Maria Berg, édi­tions Imprévues, 2018

Poèmes per­son­nels : 

  • Labyrinthe des Nuits, suite poé­tique, RaP édi­teur, 2015
  • La Dernière Oeuvre de Phidias, Encres Vives, avril 2016
  • Aeonde, La Porte, 2017
  • AEncre de Chine, livre-ardoise sur un pro­jet de Wanda Mihuleac
  • Le Silence tinte comme l’angélus d’un vil­lage englou­ti, édi­tions Imprévues, 2017
  • La Dernière Oeuvre de Phidias, sui­vi de L’Invention de l’absence, Jacques André édi­teur , mars 2017
  • L’Anneau de Chillida, L’Atelier du Grand Tétras, 2018
  • Mémoire vive des replis, poèmes et pho­tos de l’auteure, édi­tions “Pourquoi viens-tu si tard?”, novembre 2018
  • Sable, livre bilingue tra­duit par Eva-Maria Berg, avec des gra­vures de Wanda Mihuleac, et une post­face de Laurent Grison, Transignum (à paraître mars 2019)

(fiche bio­gra­phique com­plète sur le site de la MEL : http://​www​.​m​-​e​-​l​.fr/​m​a​r​i​l​y​n​e​-​b​e​r​t​o​n​c​i​n​i​,​e​c​,​1​301 )

X