Cette chronique pub­liée au début de l’an­née 2016 pro­pose une approche com­plète du tra­vail du poète Shuhrid Shahidul­lah. Mar­i­lyne Bertonci­ni per­met à nos lecteurs de décou­vrir des poètes anglo­phones mais aus­si italo­phones, grâce à son tra­vail de tra­duc­trice enrichi par sa pra­tique de la poésie.

∗∗∗

Shuhrid Shahidul­lah (né en 1975 en Kushtie, Bangladesh) est l’une des voix les plus orig­i­nales et les plus puis­santes de la scène poé­tique ben­gali de ce nou­veau mil­lé­naire. Il a déjà pub­lié cinq recueils, dont le pre­mier, Auto­bi­ogra­phie du Dieu, pub­lié en Inde en 2001. Ses écrits et poèmes font par­tie de son engage­ment con­tre l’estab­lish­ment lit­téraire et cul­turel  Shir­dan­ra.….… (Epine Dor­sale), petite revue coéditée par lui, est dev­enue une plate­forme influ­ente pour les jeunes poètes d’a­vant-garde au Bangladesh. Il traduit et pub­lie régulière­ment des textes de la lit­téra­ture mon­di­ale, dont un dossier spé­cial sur les poètes roumains des années 90, ain­si que d’autres poètes européens con­tem­po­rains. Sa prin­ci­pale tra­duc­tion en Ben­gali inclut les Let­tres à un Jeune Poète de Rain­er Maria Rilke. Il tra­vaille actuelle­ment à son pre­mier roman, traduit La Mai­son en Lames de Rasoir de Lin­da Maria Baros et pré­pare, avec la poète Mar­i­lyne Bertonci­ni, une antholo­gie bilingue de ses poèmes (français-anglais) à paraître. Invité au Fes­ti­val Inter­na­tion­al de Poésie à Paris en 2014, il a présen­té ses poèmes, pub­liés dans La Tra­duc­tière.

Tit­u­laire d’une maîtrise en lit­téra­ture anglaise de l’u­ni­ver­sité de Cal­cut­ta, il tra­vaille dans les bureaux bangladais du NETZ, organ­i­sa­tion basée en Alle­magne, chargée de l’amélio­ra­tion du niveau de vie, de l’é­d­u­ca­tion et des droits civiques des plus dému­nis au Bangladesh.

Shuhrid Shahidul­lah (born in 1975 in Kush­tia, Bangladesh) is one of the fresh­est and most pow­er­ful voic­es in Ben­gali poet­ry scene in the new mil­len­ni­um. He has pub­lished five  col­lec­tions of poems until now. His first col­lec­tion of poems (Auto­bi­og­ra­phy of the God) was pub­lished from India in 2001. His poems and oth­er writ­ings are part of his ‘move­ment’ against the lit­er­ary and cul­tur­al estab­lish­ments.  Shir­dan­ra ( Back­bone), a lit­tle mag­a­zine co-edit­ed by him has become an influ­en­tial plat­form for the young and avant-garde writ­ers in Bangladesh. He also trans­lates reg­u­lar­ly from the works of the world lit­er­a­ture. Late­ly, he trans­lat­ed and pub­lished a spe­cial dossier on ‘90s gen­er­a­tion of Roman­ian poets along with oth­er Euro­pean con­tem­po­rary poets. His major trans­la­tion in ben­gali includs Let­ters to A Young Poet by Rain­er Maria Rilke. Cur­rent­ly, he is work­ing on his first nov­el and trans­lat­ing The House Made of Razor Blades by Lin­da Maria Baros. He is also work­ing now with french poet Mar­i­lyne Bertonci­ni for his upcom­ing bilin­gual (eng­lish, french) anthol­o­gy. He was invit­ed to present his poems in Paris Inter­na­tion­al poet­ry fes­ti­val in 2014. La Tra­duc­tere, the offi­cial pub­li­ca­tion of the fes­ti­val pub­lished his poems in that occasion.

Shuhrid has a Mas­ter degree in Eng­lish Lit­er­a­ture from Uni­ver­si­ty of Cal­cut­ta, India. Cur­rent­ly he is work­ing in Bangladesh office of NETZ, a Ger­many based devel­op­ment organ­i­sa­tion, to facil­i­tate liveli­hood, edu­ca­tion and human rights sup­port for the extreme­ly poor house­holds in Bangladesh.

Pho­tog­ra­ph­er: Peter Diet­zel.

∗∗∗

Nouveaux poèmes

Tra­duc­tion : Mar­i­lyne Bertoncini

Iden­ti­ty

Into your bel­ly I insert a feath­er of a ruth­less bird
That sim­ple sign of mine you car­ry to the world– where
            the rein­car­nat­ed dogs safeguard
            the under-aged preg­nant girls

Some­one of them is my mother

Some­one of them is called Bird
I am her secret feather

Iden­tité

J’in­sère dans ton ven­tre la plume d’un oiseau cruel
Tu mets au monde ce sim­ple signe de moi – au monde où
                               les chiens réin­car­nés protègent
                               les mineures enceintes

L’une d’en­tre elles est ma mère

L’une d’en­tre elles se nomme Oiseau
Je suis sa penne secrète

***

The Jun­gle Story

Hear­ing the groan­ing of a tigress, every time,
                           I put hands on your breasts 

Seems myself is a novice tourist;
       have come to an unpro­tect­ed forest
                            across the line of an unde­cid­ed borderland;
Leav­ing the bul­let-pierced body of my sister
                                                           hang­ing on the barbwire–
I have come to col­lect the roadmap
                                           for car­ry­ing her body back

But, once come, I’ve fall­en asleep putting my hands on your breasts
              and my bul­let-pierced sis­ter has fall­en asleep in you and
               a solar-jun­gle is emerg­ing out from her sleep;
Trees are rais­ing their heads; so are the ani­mals and birds

And con­tin­u­ous­ly bow­ing down my head, I am immers­ing myself
             in the clay— in a sub­merged bloody jungle—
Putting my fin­ger­marks on your breasts
                leav­ing you as an eye-witness—oh, you matricide!

His­toire de la Jungle

Chaque fois que j’en­tends rugir une tigresse,
                              Je pose mes mains sur tes seins

Je me sens étranger ;
                 Dans une forêt sans protection
                                de l’autre côté d’une fron­tière indécise ;
Lais­sant le corps de ma soeur per­cé d’une balle
                                                                              pen­du aux barbelés -
Je suis venu rassem­bler les cartes routières
                                                  pour ramen­er son corps

Mais une fois ren­tré, je m’en­dors, les mains sur tes seins
                et ma soeur per­cée d’une balle est endormie en toi et
                une jun­gle solaire émerge de son sommeil ;
Les arbres dressent leurs têtes ;  comme les ani­maux et les oiseaux

Et tête basse, je me plonge
              dans la glaise – dans une jun­gle inondée de sang –
lais­sant l’empreinte de mes doigts sur tes seins
              t’ap­pelant comme témoin ocu­laire – ô, toi, matricide !

***

Mir­ror

The ves­per dimin­ish­es in the mirror
             when fever comes with­out any shivering;
On top of that the mer­cury leaps high and,
            in delir­i­um, dis­torts the land­scape and iden­ti­ty of the father

Your dear­est kid, crawl­ing, come to you
You had giv­en birth to him in the open mar­ket at the budget
                                                                       of a leap-year
Ah! Why he resem­bles me today
                                    in the mirror

Putting a mir­ror on your navel I will see myself once again
                                              I may deserve this much spirituality
But in the mir­ror, I find, instead of my own face, the glossy third world
                that remains stand­ing with numer­ous orphanages
Each orphan has a wood­en dona­tion box in his hands

You donate uterus and I col­lect sperm
Thus, age after age we give birth to each other;
                               nev­er  blame you alone

But if fever comes with­out shiv­er­ing but the ves­per shivers
Don’t look for my birth-mys­tery, oh mother,
                                          in the sins of a bas­tard mirror

Miroir

Vénus dimin­ue dans le miroir
et vient la fièvre sans trem­ble­ment et le mer­cure  monte haut et,
           dans le délire, déforme le paysage et l’i­den­tité du père

Ton plus cher enfant rampe vers toi,
Tu lui as don­né nais­sance sur le marché libre
                             grâce au bud­get d’une année bissextile

Pourquoi me ressem­ble-il aujour­d’hui dans le miroir

Posant un miroir sur ton nom­bril je me ver­rai de nouveau
                                            J’ai droit à cette spiritualité
Mais dans le miroir, au lieu de mon vis­age,  je trou­ve le tiers monde glacé
                              dressé là, tou­jours,  avec tous ses orphelinats
Chaque orphe­lin a dans les mains une boîte d’of­fran­des en bois

Tu donnes ton uterus, et je recueille du sperme
Ain­si, sans cesse, nous nous engen­drons mutuellement ;
                                Sans jamais te blâmer

Si la fièvre revient sans trem­ble­ment mais que trem­ble Vénus
Ne cherche pas le mys­tère de ma naissance,
O mère, dans les péchés d’un miroir bâtard

***

Per­for­mance

Spread the fire in win­ter vegetables
                            at the obdu­ra­cy of a bro­ken-horn buffalo, 
Let it burn the cig­ar of the middlemen,
                         tip for truck-dri­vers and
                         the blurred face  of farmer’s wife
                                               that emerges out pierc­ing the thick fog

Take a snap

The dance is yet to be finished;
                fol­low­ing its moves sing a song—ecologic
                                    in theremixed sites of prayers

Oh! the pad­dy-lifter girl!
I had extend­ed my hands to your abdomen and collected
Your pubic hair that is con­stant­ly com­pli­cat­ed like the poverty-line
This coun­try will offer me a befit­ting recep­tion for that
Already asked me to spread the fire,
                                 take a snap,
                                 dance and
                                   sing fol­low­ing the sharia law

But I am still wait­ing at the bot­tom of your abdomen
I am that wound, oh girl, of your old mem­o­ries left in the pad­dy field

Représen­ta­tion

Répand le feu dans les légumes de l’hiver
                                avec l’ob­sti­na­tion d’un buf­fle à corne brisée,
Laisse-le tout brûler — cig­a­re des intermédiaires,
                               pour­boire des chauf­feurs routiers et
                               le vis­age brouil­lé de femme de fermier
                                                 émergeant de l’é­pais brouil­lard qu’il perce

Prends une photo

La danse doit encore finir ; dans les sites de prières remixés
                 suiv­ant ses mou­ve­ments chante un air – écologique

O, la cueilleuse de riz !
J’ai ten­du les mains vers le bas de ton ven­tre et cueilli
ta toi­son pubi­enne, inex­tri­ca­ble comme le seuil de pauvreté
Ce pays me fera bon accueil pour cela
On m’a déjà demandé de répan­dre le feu,
                           pren­dre une photo
                           danser et
                           chanter selon la charia

Mais j’at­tends tou­jours tout au bas de ton ventre
Je suis cette blessure, o jeune fille, de tes vieux sou­venirs lais­sés dans la rizière

*

Exe­cu­tion­er

See you in my dreams only

You grow cap­i­tal crops in the shade of veg­etable garden
Par­ents of miss­ing-girls in fair come to buy that every day
But can’t afford
You demand so high a price
Dif­fi­cult to touch it in their life-time

Why don’t you put off your mask even in the dreams

The sun melts itself green-cold; the sweet sun-drink is sold
         on the road where the girls have assem­bled nude today
                  to cel­e­brate the veg­an day
Their faces are cov­ered with your masks only

How far the civ­i­lized human beings will go with­out killing animals
How many days man will remain human with­out killing man
Uterus­es of veg­an girls swell with so many ques­tions like these
In their swollen uterus fetus­es sleep like a ques­tion mark

Will they be born in the field of cap­i­tal crop in the shade of veg­etable garden

See you only in dreams
Oth­er­wise I could only see you in the night of the cap­i­tal punishment 

Bour­reau

Je ne te vois que dans mes rêves

Tu fais pouss­er des cul­tures de prof­it sous ton potager
Les par­ents de celles qui dis­parurent au marché vien­nent chaque jour acheter ta récolte
Mais n’en ont pas les moyens
Tu deman­des un tel prix
Qu’en toute une vie ils ne pour­raient te le payer

Pourquoi n’ôtes-tu pas ton masque, même dans les rêves

Le soleil fond, comme la glace, et la bois­son de doux soleil  frap­pé est vendue
           à l’an­gle des rues où les filles se sont assem­blées nues aujourd’hui
                       pour célébr­er la Journée Mon­di­ale Végétalienne
leurs vis­ages seuls sont cou­verts de ton masque

Jusqu’où ira l’homme civil­isé sans tuer d’animaux
Com­bi­en de temps restera-t-il humain sans tuer un autre homme
L’uterus des jeunes filles veg­anes s’en­fle de ces questions
Dans leur uterus gon­flé dor­ment des foe­tus en points d’interrogation

Naîtront-ils dans des cul­tures de prof­it  déguisées en potager

Je ne te vois que dans mes rêves
Sinon nous nous seri­ons ren­con­trés dans la nuit de la peine capitale

*

For­give­ness

For­give­ness is an extra­or­di­nary game
I don’t know even the rules to play it
Have you ever tried to teach me—I can’t remem­ber though
Which I can only rec­ol­lect: if I would have been for­giv­en by somebody
              I would ask for one or more lives for me to learn
              few games of for­giv­ing or not-forgiving

Le Par­don

Par­don­ner est un jeu extraordinaire
Je ne sais même pas com­ment on y joue
Avez-vous jamais ten­té de me l’en­seign­er – je ne m’en sou­viens plus
Voici ce dont je me souviens :
si l’on me pardonnait
                 je saurais com­ment vivre à nou­veau  pour appren­dre les tours
                 afin de par­don­ner ou pas.

*

Navel

A snake lies down, encircled,
in your navel
A snake lies down, encircled,
in my navel
They will sleep that way
Whole win­ter and summer–
Until I wake your snake up
With my finger
Until you wake my snake up
With your finger

After they wake up
They will be tak­en aback for once to see each other
Then, as if to cor­rect a mis­take of the pre­vi­ous lives,
The snake of your navel will come and
Lie down in my navel
The snake of my navel will go and
Lie down in your navel

Since then, through win­ter and summer,
They will be sleep­ing like that
Only to safe­guard skeletons
                  of our sev­er­al pre­vi­ous lives

Nom­bril

Un ser­pent dort, enroulé,
dans ton nombril
Un ser­pent dort, enroulé,
dans mon nombril
Ils dormiront ainsi
Tout l’hiv­er et l’été -
Jusqu’à ce que je réveille ton serpent
Avec mon doigt
Jusqu’à ce que tu réveilles mon serpent
Avec ton doigt

Une fois réveillés
Ils seront d’abord sur­pris de se voir
l’un l’autre
Puis, comme pour cor­riger l’er­reur de précé­dentes vies,
Le ser­pent de ton nom­bril viendra
Se couch­er dans le mien
Celui de mon nom­bril ira
se couch­er dans le tien.

Dès lors, tout le long des hivers et des étés,
ils dormiront ainsi
Juste pour préserv­er les squelettes
                              de nos  vies précédentes

*

Com­mune

One hand at your mouse, anoth­er at your button
And the remote con­trol on the pillow

This is our 21st century
This is our clos­est universe

This sto­ry is not of incest
But PC*, you are the only hope
At every click, net and internet
Colo­nial cousin poke; inter-racial at chat-rooms
Who speaks, once is vis­i­ble, next time not

The house you built in the blank I can touch it once but next time can’t
In spite, sacred moan­ing keeps me meditated
hard­core lone­li­ness encap­su­lates prim­i­tive myths in the emotins
Fake ID smashed sil­i­con and bring pure orgasm

PC, future is emerg­ing by open­ing and press­ing your button
Robot god com­plete his mas­tur­ba­tion; god­dess watch­es it all through videocam
She has also your mouse at her one hand while anoth­er hand at your button
The fetish angels are trem­bling with­in her two lips;
Fire­walls are shat­tered at mem­o­ry-less vibrators–
                                thus open thou­sands of risky free zones

At every home, PC, thus awak­en is our soli­tary commune 

Com­mu­nauté

La souris dans une main,
ton  bou­ton dans l’autre et
la télé­com­mande sur l’oreiller

Voici notre 21ème siècle
Notre plus proche univers

Ce n’est pas une his­toire d’inceste
Mais PC*, tu es le seul espoir
A chaque clic à tra­vers net et internet
Les cousins colo­ni­aux se pokent  : inter­ra­cial dans les chat-rooms
Qui par­le, par­fois vis­i­ble, par­fois non

La mai­son que tu as bâtie dans l’e­space, par­fois je peux la touch­er et par­fois non
Mal­gré cela le mugissse­ment sacré me laisse pensif
la soli­tude du hard­core encap­sule des mythes prim­i­tifs dans les émoticons
et un faux ID porte à un pur orgasme

PC, l’avenir se déploie en ouvrant et pres­sant ton bouton
Le dieu robot finit sa mas­tur­ba­tion : la déesse regarde tout cela à la videocam
Elle aus­si a ta souris dans un main et l’autre sur ton bouton
Les anges per­vers trem­blent entre ses lèvres :
Les pare-feux se brisent sous les vibra­tions sans mémoire -
ouvrant ain­si des mil­liers de zones de risque.

O, PC ! Dans chaque foy­er, c’est ain­si que s’éveille notre soli­taire communauté

(* PC – Per­son­nal Com­put­er. Le son de PC est presqu’i­den­tique au mot ben­gali Pisi, sig­nifi­ant “oncle paternel”)

∗∗∗

Entretien avec Shuhrid Shahidullah

 

 

Cet entre­tien avec le poète ben­gali Shuhrid Shahidul­lah était pro­gram­mé depuis longtemps, mais l’ac­tu­al­ité poli­tique récente, et les crimes et intim­i­da­tions répétés con­tre des écrivains et des édi­teurs au Bangladesh, jusque dans les allées de la grande Foire du livre d’Ekushey*, donne à ce témoignage et à cette analyse de la sit­u­a­tion de la cul­ture dans ce pays un écho par­ti­c­uli­er que nous souhaitions partager avec nos lecteurs. (Eng­lish ver­sion follows)

*

Mar­i­lyne Bertonci­ni : Shuhrid, mer­ci d’ac­cepter cet entre­tien pour Recours au Poème. J’avais pré­paré quelques ques­tions pour toi, et je me suis ren­du compte que tu pou­vais avoir envie de répon­dre aus­si au ques­tion­naire inti­t­ulé “Con­tre le Sim­u­lacre”, que nous avons pro­posé à des poètes français sur l’é­tat de l’e­sprit poé­tique en France – mais dont le thème me sem­ble touch­er plus large­ment le monde. Sens-toi libre de répon­dre aux ques­tions que tu préfères, comme tu l’entends.

Tu as déjà pub­lié des poèmes sur ces pages il y a quelques années, et nos lecteurs auront cer­taine­ment été sur­pris par ta poésie, très dif­férente de l’idée que l’on s’en fait habituelle­ment : pas de lyrisme, pas d’im­ages bril­lantes, mais une pro­fonde préoc­cu­pa­tion poli­tique pour le monde, ton pays et tes com­pa­tri­otes : peux-tu nous expli­quer en quelques mots la sit­u­a­tion poli­tique et his­torique de ton pays, et ses liens avec ta poésie?

Shuhrid : Je suis un poète impar­fait, dans un monde impar­fait. Mon pays, le Bangladesh, en fait par­tie. Il est con­sid­éré comme un pays du Tiers-Monde, situé en Asie du Sud. His­torique­ment, dans la société de l’Asie du Sud, l’ac­qui­si­tion du savoir et de la sagesse pré­valait forte­ment sur la pra­tique d’autres pro­fes­sions, comme le com­merce – La société était pais­i­ble et non-vio­lente. C’é­tait une économie de type agri­cole. Nous n’en­vahis­sions aucun pays, alors. Mais nous avons été envahis de nom­breuses fois, par des puis­sances étrangères, dont  les Moghols, et bien sûr,  les Européens (Hol­landais, Français, Bri­tan­niques). Les Européens sont venus ici ten­ter leur chance dans le com­merce. Plus tard, avec l’ar­gent et la vio­lence, ils se sont ingéniés  pour devenir les maîtres de cette région. Les Bri­tan­niques nous ont dirigés pen­dant deux cents ans, de 1757 à 1947. Ils sont par­venus à détru­ire notre sys­tème d’é­d­u­ca­tion et nous ont gen­ti­ment offert un sys­tème édu­catif qui forme des fonc­tion­naires au ser­vice du roy­aume de Sa Majesté.

 Le Bangladesh a gag­né son indépen­dance du Pak­istan en 1971, après une sanglante guerre de libéra­tion qui a coûté la vie à 3 mil­lions de Ben­galis. En terme de dimen­sion de mas­sacre en un temps lim­ité, il s’ag­it du deux­ième plus grand géno­cide depuis la deux­ième Guerre Mon­di­ale. Aupar­a­vant, nous avons été la pre­mière nation à don­ner notre sang pour main­tenir l’hon­neur de notre langue mater­nelle Ben­gali, que nous appelons Bangla. Le 21 févri­er a été déclaré Jour Inter­na­tion­al de notre Langue Mater­nelle par les Nations Unies.

On voit ain­si que, bien qu’é­tant une nation paci­fique, nous avons subi de nom­breux tour­ments poli­tiques. L’his­toire de mon pays est à la fois glo­rieuse et frus­trante. Après l’indépen­dance, la plu­part du temps, nous avons été dirigés par des juntes mil­i­taires soutenues par les puis­sances du monde. Depuis les années 90, nous avons ce qu’on peut appel­er un gou­verne­ment démoc­ra­tique avec une brève inter­rup­tion en 2007–2008, quand un gou­verne­ment soutenu par les mil­i­taires est arrivé au pou­voir. Mais la classe dirigeante de ce pays est le porte-dra­peau d’en­jeux étrangers. Nous disions adieu au colo­nial­ime en 1957, mais nous por­tons tou­jours cette his­toire dans notre sang. Au nom de l’aide human­i­taire et du développe­ment, le colo­nial­isme est encore très présent dans ce pays. Seuls 64% des gens savent écrire leur nom, et par­tant de là, nous déclarons que 64% de la pop­u­la­tion est éduquée. De par sa posi­tion stratégique géo-poli­tique, le Bangladesh fait par­tie des plans pri­or­i­taires des super­puis­sances. C’est pourquoi nous subis­sons si sou­vent l’im­pact des poli­tiques globales.

Du point de vue économique, il y a un fos­sé tou­jours plus grand entre ceux qui pos­sè­dent quelque chose et les autres. L’ex­ploita­tion tra­verse toute la société, empêchant mon peu­ple de dévelop­per pleine­ment des qual­ités humaines.

La beauté de cette nation est qu’elle ne se plaint même pas vrai­ment. L’in­flu­ence du soufisme et du baulisme**  rend mes com­pa­tri­otes indif­férents à la vie ter­restre. Ceci rend mon peu­ple indif­férent à la vie ter­restre. Ils ont tou­jours été plus mys­tiques que religieux.  Toute­fois, le récent essor du fon­da­men­tal­isme religieux a lui aus­si lais­sé des traces. Ces dernières années, des écrivains ont été tués ; un grand nom­bre d’en­tre eux est en dan­ger.  L’é­tat utilise la cen­sure, ban­nis­sant des livres, arrê­tant des auteurs.

Ceci a un rap­port avec ma poésie. Je veux inté­gr­er ces faits à mes poèmes, de façon poé­tique. Le trau­ma­tisme colo­nial, le con­flit poli­tique, l’ex­trémisme, l’om­niprésente exploita­tion de mon peu­ple, les enjeux globaux des struc­tures de pou­voir, tout ce qui a lieu dans le monde et aux franges de celui-ci, je veux que tout ceci fasse par­tie de mes poèmes. Je veux révéler ce qui est caché sous la sur­face. Je veux décoder les sig­ni­fi­ca­tions pour les encoder dans des sens dif­férents. Ain­si, mes poèmes ne sont pas un blog poli­tique, je suis à la fois poli­tique et apoli­tique. Je mène la vie de la petite bour­geoisie, mais je rêve qu’un jour le pro­lé­tari­at s’u­ni­ra et me chas­sera de ma zone de con­fort. Ils met­tront le feu au bureau sur lequel j’écris. Je veux voir si mes mots sur­vivront à ce feu ou devien­dront des cen­dres. Tous mes poèmes sont des prières trompeuses – la spir­i­tu­al­ité d’un non-croyant.

L’une de tes façons d’être engagé dans la vie poli­tique et lit­téraire de ton pays est ton activ­ité de rédac­teur en chef – peux-tu nous par­ler de ces activ­ités et de la scène lit­téraire au Bangladesh?

Depuis 16 ans, nous pub­lions un petit mag­a­zine nom­mé Shir­dan­ra (colonne vertébrale). Je suis l’un des co-fon­da­teurs de cette revue. Nous la diri­geons col­lec­tive­ment. Ahmed Nakib et Laku Rash­man sont mes coédi­teurs. L’un est un poète pro­lifique et l’autre un cinéaste. Nous avons aus­si un édi­teur qui tra­vaille dans le même esprit : Ulukhar Pub­li­ca­tions. Notre ami Sagar Nil Knan, pro­prié­taire de cette mai­son d’édi­tions, pub­lie des auteurs mar­gin­aux, qui n’écrivent que dans de petites revues et ignorent la ten­ta­tion de devenir des écrivains con­nus sur la scène lit­téraire grand pub­lic. Pour autant que je sache, Ulukhar est la seule mai­son d’édi­tion du pays qui agisse ain­si pour les auteurs mar­gin­aux, en courant le risque de pertes financières.

Franche­ment, je ne suis pas sat­is­fait de ce que nous avons fait jusqu’à présent avec ce mag­a­zine. Au Bangladesh, l’in­térêt pour la lit­téra­ture dans la société n’est pas très sig­ni­fi­catif. Je cit­erais Hanif Qureshi : “Autre­fois, il y avait de la cul­ture, main­tenant, il y a les achats.” Sans doute est-ce un juge­ment un peu exagéré pour mon pays où tant d’habi­tants vivent sous le seuil de pau­vreté. Mais l’in­flu­ence de la société con­sumériste est très présente. Nous avons échoué à pour­voir le plus grand nom­bre avec une édu­ca­tion cor­recte. Et ils n’ont rien à faire de la poésie. Les autres, les gens pré­ten­du­ment cul­tivés, ne veu­lent plus penser. Ils veu­lent des dis­trac­tions bas de gamme, qui ne requièrent pas de réflex­ion. Ils ont la télé et Face­book pour se dis­traire. Dans le même temps, les gens se tour­nent de plus en plus vers la reli­gion depuis les atten­tats du 9/11 aux USA. Il y a un mélange bizarre d’é­conomie émer­gente dans le cadre cul­turel d’un  marché ouvert envahissant.

La lit­téra­ture grand pub­lic aus­si est influ­encée par ces faits. De plus, elle est con­trôlée par les maisons d’édi­tion pop­ulistes du Bangladesh. Ain­si, la lit­téra­ture grand pub­lic sert les buts du marché. Shir­daN­ra voulait être une plate­forme alter­na­tive pour de jeunes écrivains. Nous espéri­ons qu’ils provo­queraient une arrivée de colère explo­sive avec des pen­sées neuves et de l’énergie pour la société. Pas seule­ment par le con­tenu, nous espéri­ons que les jeunes poètes sur­gi­raient aus­si avec des formes d’avant-garde. Comme notre but n’est pas de servir le marché, mais plutôt de créer une voix cri­tique capa­ble de défi­er l’establishment, nous sommes d’une cer­taine façon mar­gin­al­isés sur la scène lit­téraire. Toute­fois, nous ne sommes pas encore déçus. En tant qu’éditeur, je veux que mon mag­a­zine demeure la plate­forme alter­na­tive pour des écrivains potentiels.

Si tu devais définir la poésie en quelques mots, que dirais-tu ?

Pour moi, la poésie est l’épanchement d’une âme blessée qui saigne. L’âme est blessée parce qu’on lui a inter­dit de se dévelop­per pour elle. La poésie est un désir de beauté cos­mique. Mais le monde a dressé de nom­breux murs devant nos yeux pour nous empêch­er de le voir dans tout son éclat. Notre âme essaie de les pouss­er sans cesse – et se blesse. Sans la lumière de la beauté cos­mique, elle demeure incom­plète. Elle pleure. Ces pleurs de l’âme, nous les appelons poésie.

D’un autre côté, la poésie est aus­si pour moi un miroir mag­ique. Quand je me tiens devant, j’y vois un être préhis­torique, un tueur rusé qui se ment à lui-même. C’est le moi qui a per­du la capac­ité d’aimer, même soi. De l’autre côté du miroir, niant la chaleur du mer­cure qui brûle, la beauté attend de m’embrasser. Attein­dre ses bras est mon but ultime. Mais le miroir est si mag­ique qu’il ne me lais­sera jamais le tra­vers­er. La poésie n’est pas la beauté elle-même ; elle est promesse de la beauté jamais rencontrée.

∗∗∗

Voici le questionnaire Contre le Simulacre — Enquête sur l’état de l’esprit poétique contemporain :

1)    Recours au Poème affirme l’idée d’une poésie conçue comme action poli­tique et méta-poé­tique révo­lu­tion­naire : et vous ? (vous pou­vez, naturelle­ment, ne pas être en accord avec nous, ou à être d’accord dans un sens diamé­trale­ment opposé au nôtre)

Je vous rejoins jusqu’à un cer­tain point. Tout est poli­tique. La poésie est l’essence de ce “tout”. Ain­si elle ne peut être que poli­tique. Le nier serait inhu­main. Mais l’im­por­tant est de savoir quelle poli­tique on défend. La poésie peut aus­si être un instru­ment d’ex­ploita­tion. Elle peut être util­isée con­tre l’homme et la nature, comme d’autres formes d’art, le ciné­ma par exemple.

En lien avec ceci et la méta-poé­tique révo­lu­tion­naire, j’aimerais pou­voir te lire mon dernier livre, paru en févri­er. La tra­duc­tion anglaise de ce long poème est “L’E­mer­gence du Camp de la Mort”. Le fond est très poli­tique. Il traite de l’in­hu­man­ité qui envahit le monde et mon pays. Mais en même temps, c’est un pro­jet ambitieux sur le plan de la forme égale­ment. Il défie la forme tra­di­tion­nelle de la poésie. Non, il n’est pas expéri­men­tal. Il est plus que cela.  Com­mençant  par une inter­pré­ta­tion tra­di­tion­nelle des mus­es, il se met à délir­er. Il utilise le dis­cours racoleur d’un vendeur de rues, des études de cas tirés d’un pro­jet de recherche, des dia­logues de ciné­ma, des col­lages et des mon­tages, bribes de romans, pointil­lisme pic­tur­al etc. Hélas, le poème n’est pas traduis­i­ble ; il four­mille de références locales qui perdraient leur force dans la tra­duc­tion. C’est le sort de mes nom­breux poèmes.

2)    « Là où croît le péril croît aus­si ce qui sauve ». Cette affir­ma­tion de Hölder­lin parait-elle d’actualité ?

C’est naturel – c’est ce qui est beau dans la nature. C’est ain­si que la nature main­tient son équili­bre. Mais de nos jours, nous ten­tons d’être plus forts qu’elle. Rien n’est garan­ti entre les mains de l’homme. Nous sommes des dan­gers en crois­sance qui blo­quent tous les moyens de guérir. La poésie est le seul remède qui reste au monde. Et elle est en grand dan­ger main­tenant, elle aus­si. Peu lisent la poésie de nos jours. Autant que je sache, Recours au Poème a dû cess­er son activ­ité d’édi­tions. Je n’en con­nais pas la rai­son pré­cise, mais je peux imag­in­er que le manque de lecteurs est l’une des prin­ci­pales raisons. Dans mon pays, réputé comme très cul­tivé et poé­tique, les livres de poésie les plus ven­dus sont tirés à 500 exem­plaires. Oui, cinq cents, dans un pays de 160 mil­lions d’habitants.

Ain­si, je doute fort que l’op­ti­misme prophé­tique d’Hölder­lin soit encore à l’or­dre du jour. Le seul remède que je vois aujour­d’hui est la destruc­tion. La com­plète destruc­tion de la pré­ten­due civil­i­sa­tion humaine et l’émer­gence d’une nou­velle civil­i­sa­tion, si nous en avons encore le désir.

3)    « Vous pou­vez vivre trois jours sans pain ; – sans poésie, jamais ; et ceux d’entre vous qui dis­ent le con­traire se trompent : ils ne se con­nais­sent pas ». Placez-vous la poésie à la hau­teur de cette pen­sée de Baudelaire ?

J’aimerais pou­voir le dire pour moi-même. Comme déc­la­ra­tion, c’est telle­ment puis­sant que seul un génie poé­tique comme Baude­laire peut le dire. Laisse-moi citer l’un de nos poètes ( Sukan­ta Bhat­tachariya, mort en 1947, seule­ment âgé de 21 ans). Il a dit : “O, poésie, je t’a­ban­donne main­tenant ; dans le roy­aume de la faim, le monde est prosaïque : même la pleine lune ressem­ble à un rooti gril­lé” (pain rond traditionnel).

Je peux vivre trois jours sans pain, bien sûr, si je peux avoir du riz à la place. Ah, ah, ah ! Mais je peux sur­vivre aus­si bien des jours sans poésie. En tant que forme artis­tique, je suis plus intéressé par le ciné­ma que par la poésie. Mal­heureuse­ment, je ne peux pas faire de films. Je peux seule­ment écrire de la poésie, de la poésie impar­faite, plus pré­cisé­ment, comme je te le dis­ais plus tôt. Je peux m’ar­rêter n’im­porte quand d’écrire de la poésie et me lancer dans le com­merce d’esclaves, comme Rim­baud, le pre­mier vision­naire. Au marché des esclaves, ma pre­mière affaire serait de me ven­dre moi-même. Mais si je pense à moi-même, c’est ce que je fais chaque jour. Me ven­dre sous une forme dif­férente, c’est le mot qui sig­ni­fie main­tenir une famille, avoir la paix en société, essay­er d’être un bon citoyen et un con­som­ma­teur priv­ilégié du marché mon­di­al­isé où vous avez tou­jours “deux pour le prix d’un”.

A la fin, c’est tou­jours la poésie qui me rap­pelle que je suis encore un être humain, et qu’une chose reste à ven­dre. C’est mon âme blessée qui me pousse à écrire de la poésie, ou lire au milieu de la nuit, après avoir regardé les débats télévisés de poli­tique, les débats académiques sur le géno­cide et l’im­mi­gra­tion illé­gale, sur les chaînes télévisées, et la pornogra­phie sur inter­net. Pen­dant longtemps,  la vie a été enchaînée, par­tielle et défor­mée. Je ne suis pas cer­tain que la poésie ait tant de per­ti­nence ici.

Mais je suis tout à fait d’ac­cord avec la fin de la déc­la­ra­tion, quand Baude­laire écrit “ils ne savent pas, ils ne se con­nais­sent pas. Je suis l’un d’en­tre eux.” Et j’adore Baudelaire.

4)    Dans Pré­face, texte com­muné­ment con­nu sous le titre La leçon de poésie, Léo Fer­ré chante : « La poésie con­tem­po­raine ne chante plus, elle rampe (…) A l’é­cole de la poésie, on n’ap­prend pas. ON SE BAT ! ». Ram­pez-vous, ou vous battez-vous ?

J’ai étudié la lit­téra­ture anglaise. Mais  je n’ai rien appris sur la poésie grâce à mes pro­fesseurs et à l’in­sti­tu­tion, sinon un sorte de jar­gon. Je n’y retourn­erais pas. Je préfér­erais me bat­tre plutôt que de faire des devoirs. Je veux appren­dre de la vie. Et la vie est pleine de chaos. Avoir un instinct de lut­teur peut y être utile. L’his­toire de la poésie est une his­toire de révolte. Si vous êtes un bon élève docile à l’é­cole de la poésie, alors, vous avortez la ter­ri­ble nais­sance d’un nou­veau poème ;  dans ce cas, vous ne faites que répéter vos grand-parents-poètes.

5)    Une ques­tion dou­ble, pour ter­min­er : Pourquoi des poètes (Hei­deg­ger) ?  En pro­longe­ment de la belle phrase (détournée) de Bernanos : la poésie, pour quoi faire ?

Les poètes ne m’in­téressent pas par­ti­c­ulière­ment. Je ne les trou­ve pas dif­férents des autres hommes. Dans ce cas, j’aimerais répéter M. Hei­deg­ger un peu dif­férem­ment : “L’homme, pour quoi faire?” Toute­fois, j’aimerais creuser la ques­tion “La poésie, pour quoi faire?” Dans le monde ordi­naire, la poésie a un rôle. Le pre­mier rôle de la poésie est le sab­o­tage. Sabot­er le code établi du monde, le lan­gage fixé qui forme et gou­verne notre con­scient et notre sub­con­scient. Le role de la poésie est donc l’a­n­ar­chie ; douter de tout ce que la civil­i­sa­tion veut nous enseign­er. Alors, un espace pour une vraie créa­tiv­ité émerg­era et la pésie sera de nou­veau capa­ble de chanter pour les mus­es. Le sens général de la vie est quelque peu stag­nant de nos jours. Nous nous répé­tons et nous imi­tons. La poésie peut révéler la vérité pro­fonde de la vie et nous informer que ce n’est pas du tout “notre” vie.  Nous vivons d’autres vies que les nôtres. Dans les dys­fonc­tion­nements de la grande philoso­phie qui inclut les reli­gions, la poésie reste seule pour nous par­ler de la vie dont nous voulions jouir, et que nous n’au­rons jamais tant que nous vivrons.

————————–

* http://www.pierremartial.com/Bangladesh-le-pays-ou-editeurs-ecrivains-et-lecteurs-defendent-les-livres-jusqu-a-la-mort_a238.html

**(les Bauls sont  un groupe de ménestrels ben­galis mys­tiques qui cou­vre l’é­tat indi­en du Ben­gale de l’Ouest et le Bangladesh. Les Bauls sont à la fois une secte religieuse syn­cré­tique et une tra­di­tion musi­cale. C’est un groupe hétérogène, com­prenant de nom­breuses sectes,  mais ses mem­bres sont prin­ci­pale­ment des hin­dous Vaish­na­va et des soufis musulmans.)

————————-

Shuhrid Shahidul­lah (né en 1975 en Kushtie, Bangladesh) est l’une des voix les plus orig­i­nales et les plus puis­santes de la scène poé­tique ben­gali de ce nou­veau mil­lé­naire. Il a déjà pub­lié cinq  recueils, dont le pre­mier, Auto­bi­ogra­phie du Dieu, pub­lié en Inde en 2001. Ses écrits et poèmes font par­tie de son engage­ment con­tre l’estab­lish­ment lit­téraire et cul­turel  Shir­dan­ra.….… (Epine Dor­sale), petite revue coéditée par lui, est dev­enue une plate­forme influ­ente pour les jeunes poètes d’a­vant-garde au Bangladesh. Il traduit et pub­lie régulière­ment des textes de la lit­téra­ture mon­di­ale, dont un dossier spé­cial sur les poètes roumains des années 90, ain­si que d’autres poètes européens con­tem­po­rains. Sa prin­ci­pale tra­duc­tion en Ben­gali inclut les Let­tres à un Jeune Poète de Rain­er Maria Rilke. Il tra­vaille actuelle­ment à son pre­mier roman, traduit La Mai­son en Lames de Rasoir de Lin­da Maria Baros et pré­pare, avec la poète Mar­i­lyne Bertonci­ni, une antholo­gie bilingue de ses poèmes (français-anglais) à paraître. Invité au Fes­ti­val Inter­na­tion­al de Poésie à Paris en 2014, il a présen­té ses poèmes, pub­liés dans La Tra­duc­tière.

Tit­u­laire d’une maîtrise en lit­téra­ture anglaise de l’u­ni­ver­sité de Cal­cut­ta, il tra­vaille dans les bureaux bangladais du NETZ, organ­i­sa­tion basée en Alle­magne, chargée de l’amélio­ra­tion du niveau de vie, de l’é­d­u­ca­tion et des droits civiques des plus dému­nis au Bangladesh.

°°
°

This inter­view with Ben­gali poet Shuhrid Shahidul­lah, from Bangladesh, had been sched­uled a long time ago, but the recent news – vio­lence and intim­i­da­tion against pub­lish­ers and writ­ers even  at the Book Fair in Elkushey, Bangladesh, gives this tes­ti­mo­ny and analy­sis of the cul­tur­al sit­u­a­tion in this coun­try a pecu­liar echo – we are glad to share it with our readers. 

*

Shuhrid, thank you for accept­ing this inter­view for Recours au Poème. I wrote a few ques­tions for you, and real­ized that you could wish to answer the ques­tions we pro­posed to oth­er French poets for our inquiry inti­tled “Against Sim­u­lacrum” – here are both mine ques­tions for you, and the inquiry (broad char­ac­ters) Feel free to answer to the ques­tions you pre­fer, the way you want.

You already pub­lished a few years ago on these pages, and our read­ers will sure­ly have been sur­prised at your poet­ry, which  is very dif­fer­ent from the usu­al idea of what poet­ry should be : no lyrics, no bril­liant images, but a deep polit­i­cal con­cern for the world and your coun­try and fel­low­men : can you tell a few words about your coun­try’s sto­ry and polit­i­cal sit­u­a­tion, and their link to your poetry?

Shuhrid: I am an imper­fect poet in an imper­fect world. My coun­try, Bangladesh is a part of this world. It is labelled as one of the third world coun­tries and locat­ed in South Asia. In South Asia, his­tor­i­cal­ly we had a soci­ety where acquir­ing knowledge/wisdom was strong­ly encour­aged com­pared to trad­ing or oth­er pro­fes­sions. The soci­ety was also peace-lov­ing and sim­ple liv­ing.  It has been an agro-based econ­o­my. We did not invade any coun­try any­time. But we had been invad­ed times and again by dif­fer­ent for­eign pow­ers includ­ing, Mughals, and of course by the Euro­peans (Dutch, French, British­ers.  Eouro­peans came here to try their luck in trade. Lat­er on, they used their brain with mon­ey and bru­tal­i­ty to be the ruler of the region. British ruled us for two hun­dred years from 1757 to 1947. They had suc­cesss­ful­ly destroyed our edu­ca­tion sys­tem and kind­ly offered us an edu­ca­tion sys­tem to pro­duce clercs to serve the Queen’s kingdom. 

As a sep­a­rate coun­try, Bangladesh gained its inde­pen­dance in 1971 from Pak­istan after a bloody lib­er­a­tion war. It cost 3 mil­lion lives of Bangladeshi peo­ple. In term of largest geno­cide in a giv­en time, this has been the sec­ond largest geno­cide after the sec­ond world war. Before that we have been arguably the first nation to sacr­fice blood to uphold the hon­our of our moth­er tongue Ben­gali, we say Bangla. That very day 21st Feb­ru­ary has been giv­en the sta­tus of Inter­na­tion­al Moth­er Lan­guge Day by the Unit­ed Nations.

So you can see, although we were a peace-lov­ing nation, we had to suf­fer lot of polit­i­cal tur­moil. His­to­ry of my coun­try has been glo­ri­ous and frus­trat­ing at the same time. After inde­pen­dence, most of the time, we had been ruled by the mil­i­tary jun­tas sup­port­ed by the big pow­er hous­es of the world. Since 1990s, we have a so called demo­c­ra­t­ic gov­ern­ment with a short break in 2007–8 when a mil­i­tary backed non-elect­ed gov­ern­ment was in pow­er. But the rul­ing class in the coun­try are the flag bear­ers of the for­eign game mak­ers. We said ‚bye‘ to colo­nial­ism in 1957 but we still  bear that his­to­ry in our blood. In the name of human­i­tar­i­an and devel­op­ment aid,  colo­nial­ism has a strong pres­ence in the coun­try. Only 64% of the peo­ple can write their name and by dint of that we claimed that we have 64% lit­er­ate pop­u­la­tion. For its strate­gic geo-polit­i­cal posi­tion, Bangladesh is in mas­ter plan of the super pow­ers. So we are often impact­ed by the glob­al politics.

As an econ­o­my, there is an ever increas­ing gap between haves and have-nots. Exploita­tion is per­va­sive across the soci­ety. It denies my peo­ple to achieve the full qual­i­ty of human being.

But the beau­ty of the nation is that it does not com­plain that much. The influ­ence of sufism and Baulism ( The Baul are a group of mys­tic min­strels from Ben­gal which includes Indi­an State of West Ben­gal and the coun­try of Bangladesh. Bauls con­sti­tute both a syn­cret­ic reli­gious sect and a musi­cal tra­di­tion. Bauls are a very het­ero­ge­neous group, with many sects, but their mem­ber­ship main­ly con­sists of Vaish­na­va Hin­dus and Sufi Mus­lims.) This makes my peo­ple indif­fer­ent to the world­ly life. They have been more spir­i­tu­al than reli­gious. But the recent devel­op­ment of reli­gious fun­da­men­tal­ism has left its marks on it also. Last few years, num­bers of writ­ers were killed; scores are in threat. State has also been restric­tive; ban­ning num­ber of books, arrest­ing writers.

It is all relat­ed to my poet­ry. I want to inter­nal­ize them in my poems in poet­ic way.  The colo­nial trau­ma, polit­i­cal con­flict, extrem­i­ty, per­va­sive exploita­tion of my peo­ple, the glob­al game of pow­er struc­tures, every­thing that is tak­ing place in the world and out­er side of the world, I want their share in my poems. I want to get them from their deep­er sur­face. I want to decode their mean­ing only to encode them into dif­fer­ent mean­ing. So, my poems are not a polit­i­cal blog. I am polit­i­cal and apo­lit­i­cal at the same time. I lead the  life of a mid­dle class but I dream some­day pro­le­tari­ats will come togeth­er and kick me out from my com­fort zone. They will set fire on my writ­ing table. I want to see whether my words sur­vive in that fire or turn into ash­es. My poems are all dis­guised, self-deceiv­ing prayers; spir­i­tu­al­i­ty of a non-believer. . 

One of the ways in which you are con­cerned in your coun­try’s lit­ter­aty and polit­i­cal life is your impli­ca­tion as an edi­tor – can you tell us more about your activ­i­ties and the lit­ter­aty scene  in Bengladesh?

Shuhrid:  These last 16 years, we have been pub­lish­ing a lit­tle mag­a­zine called Shir­dan­ra (Back­bone). I am one of the found­ing edi­tors of the mag­a­zine. We run it as a team­work. Now Ahmed Nakib and Laku Rash­man are my co-edi­tors. Both of them are pro­lif­ic poet and film mak­er respec­tive­ly. We have also a like-mind­ed pub­lish­er here; Ulukhar Pub­li­ca­tions. Our friend Sagar Nil Khan, the own­er of the pub­lish­ing house pub­lish­es books from the off-beat writ­ers only who write only in lit­tle mag­a­zine and ignore all temp­ta­tions to be a writer in the so called main­stream lit­er­ary scene.So far I know Ulukhar is the only pub­lish­ing house in the coun­try who are doing this for the off-beat writer; tak­ing risk of finan­cial loss.

Frankly speak­ing, I am not sat­is­fied what we have done so far with the mag­a­zine. In Bangladesh, stake of lit­er­a­ture in the soci­ety is not that sig­nif­i­cant now. Let me quote Hanif Qureshi: once there was cul­ture now there is shopping.This will be a lit­tle bit exager­at­ed for my coun­try though, with huge num­ber of peo­ple under pover­ty line. But the influ­ence of a con­sumerist soci­ety is very much present there. We failed to pro­vide prop­er edu­ca­tion to the larg­er num­ber of peo­ple. So they do not both­er about poet­ry. The rest, the so called edu­cat­ed peo­ple do not want to think any more. They need cheap enter­tain­ment which does not require think­ing. They have tele­vi­sion and face­book­ing for their enter­tain­ment. Peo­ple are get­ting them­selves more into reli­gion at the same time after 9/11 phe­nom­e­non in USA. A strange com­bi­na­tion of an emerg­ing econ­o­my in the time of  per­va­sive open-mar­ket culture.

Main­stream lit­er­a­ture is also influ­enced by that. Addi­tion­al­ly, it is con­trolled by the pop­ulist media hous­es in Bangladesh. So the main­stream lit­er­a­ture is serv­ing the pur­pose of the market.

Shir­daN­ra want­ed to be an alter­na­tive plat­form for the young writer. We expect­ed them to be angry and explo­sive com­ing up with fresh thoughts and ener­gy for the soci­ety. Not only con­tent wise , our expec­ta­tion is that young poets will also come up with avante-garde form also. As our pur­pose is not to serve the mar­ket rather cre­at­ing  crit­i­cal voice who will chal­lenge the estab­lish­ment, we are some­how, mar­gin­alised on the lit­er­ary scene. How­ev­er, we are not frus­trat­ed yet. As an edi­tor, I can see my mag­a­zine will remain the alter­na­tive plat­form for the poten­tial writers. 

If you had to give a def­i­n­i­tion of poet­ry, in few words, what would it be?

Shuhrid: Poet­ry, to me, is the bleed­ing expres­sions of a wound­ed soul. The soul is wound­ed because it has been denied to be com­plet­ed itself. Poet­ry is a thrust for the cos­mic beau­ty. But the world has set lot of walls before our eyes to stop us to see it in full bloom. Our souls try to it push it again and again and got wound­ed. With­out the light of the cos­mic beau­ty it remains incom­plete. It cries. We name the tears of the soul as poetry.

On the oth­er hand, poet­ry to me is also a mag­ic mir­ror. When I stand before it I can see a pre-his­tor­i­cal shrewed and self-deceivng killer being. That’s me who has lost pow­er to love even him­self. Oth­er end of the mir­ror, deny­ing the heat of the burn­ing mer­cury, beau­ty waits to embrace me. To reach in her arms is my ulti­mate goal. But the mir­ror is so mag­i­cal it will nev­er allow me to  pass through it. Poet­ry is not the beau­ty her­self; she is the promise of the beau­ty nev­er met.

1) Recours au Poème defends the idea that poet­ry is at the same time a polit­i­cal action and a rev­o­lu­tion­nary metapo­et­ics – waht do you think of this posi­tion (and you can be in com­plete oppo­si­tion to this idea)

Shuhrid: I sup­port your posi­tion to some extent. Every­thing is polit­i­cal. Poet­ry is the essence of that ‘ever­thing‘. So it has no oth­er way but to be polit­i­cal. Deny­ing this fact is inhu­mane. But the impor­tant ques­tion is which pol­i­tics are you defend­ing. Poet­ry can be used as an exploitive tools also. It can be used against man kind and nature like oth­er form of arts i.e. exam­ple films.

In rela­tion to this and to rev­o­lu­tion­nary metapo­et­ics, I wish I could read you my lat­est book came this Feb­ru­ary. The Eng­lish trans­la­tion of the long poem is „The Emerg­ing Death­camp“. Con­tent wise it is very much polit­i­cal. It deals with the theme of the cur­rent per­va­sive inhu­man­i­ty world wide and my coun­try. But at the same time it is an ambi­tious project of the poet­ic form itself. It has chal­lenges the tra­di­tion­al form of poet­ry. No, it is not exper­i­men­tal. It is more than that. It has start­ed with an tra­di­tion­al ren­di­tion of muse but after that it went mad. It has used can­vass­ing of a street hawk­er (sell­er), case stud­ies of research project, cinema’s dia­logue and col­lage and mon­tage, parts of nov­els, pointil­ism of paintaings and so on. Unfor­tu­nate­ly, the poem is untrans­lat­able; it is full of local ref­er­ence which will lose its strength in trans­la­tion. It hap­pened to trans­la­tions of my many poems.

2)    “Where dan­ger grows, there also grows what heals” says Hölder­lin – Do you think it is still topical?

Shuhrid: That is nat­ur­al– beau­ty of the nature. That’s how nature keeps it bal­ance. But nowa­days we are try­ing to out­smart nature. Noth­ing is secured in the hands of man. We are increas­ing dan­gers and pre­vent­ing all the paths of heal­ing. Poet­ry is the only heal­ing sys­tem left in the world now. That is also in great  dan­ger as peo­ple say. Few read poet­ry nowa­days. So far as  I know,  Recours au Poeme had to stop its e‑book project. I am not sure of the exact rea­son but I can guess absence of read­ers is one of the major rea­sons. In my coun­try, known as very cul­tur­al and poet­ic, the best sell­ing poet­ry books is print­ed only in 500. Yes five hun­dreds in the coun­try of 160 mil­lion of people.

So I strong­ly doubt that the prophet­ic opti­mism of Hold­er­lin is still top­i­cal. The only heal­ing I can see now is destruc­tion. Com­plete destruc­tion of the so called human civil­i­sa­tion and an emer­gence of a new civil­i­sa­tion if we have still thirst for that.

3) Baude­laire wrote : “You can live with­out bread for three days – note with­out poet­ry ; those among you who pre­tend the con­trary are wrong : they don’t know themselves.“Do you con­sid­er poet­ry the way Baude­laire did?

Shuhrid: I wish I could say that for myself. As a state­ment it is too strong that only a poet­ic god like Baude­laire can utter it. Let me quote from one of the poets from my lan­guage (Sukan­ta Bhat­tachariya; who died in 1947 at 21 only). He said, Oh poet­ry, I am send­ing you on leave now in the realm of the hunger, the world is pro­sa­ic; even the full­moon looks like a grilled rooti (local round bread). 

I can live with­out bread for three days, of course, if I get rice istead. Ha ha ha. But I can sur­vive so many days with­out poet­ry. As an art form, I am more inter­est­ed in film than poet­ry. Unfor­tu­nate­ly, I can­not make films. I can only write poet­ry, imper­fect poet­ry, to be more spe­cif­ic. Any day I can stop writ­ing poet­ry and go for slave busi­ness like Rim­baud, the first vision­ary. In the slave mar­ket, my first busi­ness could be to sell myself. But when I look back on myself, that is what I am doing every day. Sell­ing myself in dif­fer­ent form in the name of main­tain­ing a fam­i­ly, hav­ing peace in the soci­ety, try­ing to be a good cit­i­zen and a ben­e­fit­ted con­sumer of a glob­al mar­ket where you always  ‚buy one get one free‘.

At the end of every­thing this is again poet­ry that reminds me that I am still a human being and one thing is still left to sell.That is my wound­ed soul which instructs me to write poet­ry or read it in the mid­dle of the night after watch­ing polit­i­cal talk shows, aca­d­e­m­ic debate on geno­cide and ille­gal migra­tion on tele­vi­sion chan­nel and pornog­ra­phy on the inter­net chan­nel. For many days, life has been chan­nelised, par­tial and deformed. I am not sure if poet­ry has that much rel­e­vance to it.

But I com­plete­ly agree with the last part of the state­ment when Baude­laire says: they don;t know them­selve. I am one of ‚them.‘ And I love Baudelaire.

4)    In one of his songs, Leo Fer­ré says ” con­tem­po­rary poet­ry does­n’t sing any more, it crawls (…) At the school of poet­ry, one does­n’t learn, BUT FIGHT”. What about you?

Shuhrid: I was a stu­dent of Eng­lish lit­er­a­ture. But thanks to my teach­ers and insti­tu­tions I learnt noth­ing about poet­ry there, oth­er than some jar­gon. I will nev­er go there again. If I would have to go back to school, I would love to fight instead of prepar­ing my assign­ments. I want to learn from life. And life is full of chaos. Hav­ing a fight­ing instinct can be help­ful there. His­to­ry of poet­ry is a his­to­ry of revolt. If you are a good and obi­di­ent stu­dent of the school of poet­ry, then you stop or abort the ter­ri­ble birth of a new poem; you mere repeat your grand—poets or par­ents in that case.

5) And in the end, could you answer the  ques­tion : “Poets, what for? “(Hei­deg­ger) — on the same line as this sen­tence from Bernanos “Poet­ry, what for?”

Shuhrid: I am not that much inter­est­ed about poets. I don’t see them dif­fer­ent from oth­er peo­ple. In that case, I would love to repeat Mr. Hei­deggeer in dif­fer­ent way, „man, what for?“. How­ev­er, I am very much eager to go deep­er in to the ques­tion „Poet­ry, what for?“. In the cur­rent world, poet­ry has a role. The prime role of peotry is to sab­o­tage. Sab­o­tage the  set code of the world, the set lan­guage that shape and gov­er­nor our con­scious­ness and sub­con­sci­u­os­ness. The role of poet­ry is thus anar­chic; dis­be­liv­e­ing every­thing that civil­i­sa­tion want to preach us. Then a space for real cre­ativ­i­ty will emerge and poet­ry will be able to sing for the muse gain. The com­pre­hen­sive mean­ing of life is some­how stag­nat­ed now. We are repeat­ing and imi­tat­ing our­selves. Poet­ry can reveal the real truth about life to inform us that this is not ‚our‘ life at all. We are liv­ing the life of oth­ers. In the dys­func­tion­al­i­ty of grand phi­los­o­phy includ­ing reli­gions, poet­ry is left alone to tell us about that life we want­ed to enjoy but nev­er get them in life-time. 

*

Shuhrid Shahidul­lah (born in 1975 in Kush­tia, Bangladesh) is one of the fresh­est and most pow­er­ful voic­es in Ben­gali poet­ry scene in the new mil­len­ni­um. He has pub­lished five col­lec­tions of poems until now. His first col­lec­tion of poems (Auto­bi­og­ra­phy of the God) was pub­lished from India in 2001. His poems and oth­er writ­ings are part of his ‘move­ment’ against the lit­er­ary and cul­tur­al estab­lish­ments.  Shir­dan­ra ( Back­bone), a lit­tle mag­a­zine co-edit­ed by him has become an influ­en­tial plat­form for the young and avant-garde writ­ers in Bangladesh. He also trans­lates reg­u­lar­ly from the works of the world lit­er­a­ture. Late­ly, he trans­lat­ed and pub­lished a spe­cial dossier on ‘90s gen­er­a­tion of Roman­ian poets along with oth­er Euro­pean con­tem­po­rary poets. His major trans­la­tion in ben­gali includs Let­ters to A Young Poet by Rain­er Maria Rilke. Cur­rent­ly, he is work­ing on his first nov­el and trans­lat­ing The House Made of Razor Blades by Lin­da Maria Baros. He is also work­ing now with french poet Mar­i­lyne Bertonci­ni for his upcom­ing bilin­gual (eng­lish, french) anthol­o­gy. He was invit­ed to present his poems in Paris Inter­na­tion­al poet­ry fes­ti­val in 2014. La Tra­duc­tere, the offi­cial pub­li­ca­tion of the fes­ti­val pub­lished his poems in that occasion.

Shuhrid has a Mas­ter degree in Eng­lish Lit­ter­a­ture from Uni­ver­si­ty of Cal­cut­ta, India. Cur­rent­ly he is work­ing in Bangladesh office of NETZ, a Ger­many based devel­op­ment organ­i­sa­tion, to facil­i­tate liveli­hood, edu­ca­tion and human rights sup­port for the extreme­ly poor house­holds in Bangladesh.

mm

Marilyne Bertoncini

Mar­i­lyne Bertonci­ni, co-respon­s­able de la revue Recours au Poème, à laque­lle elle col­la­bore depuis 2013, mem­bre du comtié de rédac­tion de la revue <emPhoenix, doc­teur en Lit­téra­ture, spé­cial­iste de Jean Giono, tra­vaille avec des artistes, vit, écrit et traduit de l’anglais et de l’i­tal­ien. Elle est l’autrice de nom­breux arti­cles et cri­tiques ain­si que de tra­duc­tions sur Recours au Poème. Ses textes et pho­tos sont égale­ment pub­liés dans des antholo­gies, divers­es revues français­es et inter­na­tionales, et sur son blog :   http://minotaura.unblog.fr. Prin­ci­pales publications : Tra­duc­tions :  tra­duc­tions de l’anglais (US et Aus­tralie) : Bar­ry Wal­len­stein, Mar­tin Har­ri­son, Peter Boyle (Recours au Poème édi­teurs, 2014 et 2015), Car­ol Jenk­ins ( Riv­er road Poet­ry Series, 2016) autres tra­duc­tions : Secan­je Svile, Mémoire de Soie, Tan­ja Kragu­je­vic, édi­tion trilingue, Beograd 2015 Livre des sept vies , Ming Di, Recours au Poème édi­tions, 2015 His­toire de Famille, Ming Di, édi­tions Tran­signum, avec des illus­tra­tions de Wan­da Mihuleac,  juin 2015 Instan­ta­nés, Eva-Maria Berg, édi­tions Imprévues, 2018 Poèmes per­son­nels :  Labyrinthe des Nuits, suite poé­tique, RaP édi­teur, 2015 La Dernière Oeu­vre de Phidias, Encres Vives, avril 2016 Aeonde, La Porte, 2017 AEn­cre de Chine, livre-ardoise sur un pro­jet de Wan­da Mihuleac Le Silence tinte comme l’angélus d’un vil­lage englouti, édi­tions Imprévues, 2017 La Dernière Oeu­vre de Phidias, suivi de L’In­ven­tion de l’ab­sence, Jacques André édi­teur , mars 2017 L’An­neau de Chill­i­da, L’Ate­lier du Grand Tétras, 2018 Mémoire vive des replis, poèmes et pho­tos de l’autrice, pré­face de Car­ole Mes­ro­bian, édi­tions “Pourquoi viens-tu si tard?”, novem­bre 2018 Sable, livre bilingue (tra­duc­tion en alle­mand d’ Eva-Maria Berg), avec des gravures de Wan­da Mihuleac, et une post­face de Lau­rent Gri­son, Tran­signum , mars 2019. Memo­ria viva delle pieghe/mémoire vive des replis, édi­tion bilingue, tra­duc­tion de l’autrice, pré­face de Gian­car­lo Baroni, éd. PVTST?, mars 2019 (fiche biographique com­plète sur le site de la MEL : http://www.m‑e-l.fr/marilyne-bertoncini,ec,1301 )