Daniele Beghè, Manuel de l’abandon (extraits)

Par |2020-06-08T21:48:07+02:00 6 avril 2018|Catégories : Daniele Beghè, Poèmes|

Textes traduits par Mar­i­lyne Bertoncini

Déroulement 

Voilà ce que je voudrais voir dès le premier
vers : une porte de verre 
sur­mon­tée de l’invitation
à entr­er. En confiance.
Passé le seuil, trotter
à mon rythme, sautant d’une ligne à
une pelote, riant ou tor­dant le nez entre
pen­sées par­a­sites et puits noirs.
Puis trou­ver par­mi les pièces tant de chemins
de fuite : une fis­sure, une lucarne 
sur le ciel bleu, un  sor­dide tuyau 
d’é­coule­ment. Gliss­er ou voler
par­fois dans une impasse.

 

 

 

Svolgimento

Ecco cosa vor­rei vedere al primo 
ver­so: una por­ta di vetro
con una scrit­ta in alto che invi­ta ad 
entrare. Fiducioso.

Pas­sa­ta la soglia trotterellare
col mio rit­mo, saltan­do tra un rigo
ed un gomi­to­lo, riden­do o tiran­do su col naso, tra
esuli pen­sieri e pozzi neri.

E poi trovare tra le stanze tante vie di
fuga: una crepa, un abbaino sul cielo 
azzur­ro, un luri­do tubo 
di scari­co. Sgat­taiolan­do o volan­do, a 
volte in un vico­lo cieco.

 

 

*  *  *

 

Devoir à la maison

déchir­er la toile avec la langue,
avec le cray­on, avec les plumes de la colère
pour pass­er out­re la couverture
du trompe-l’oeil adhésif 
nous séparant de la trame criminelle
que le Cap­i­tal, avec une précision
de fil à plomb, a tendu. 

 

*  *  *

 

Compiti a casa

Squar­cia­re la tela con la lingua,
col pen­nel­lo, con le penne arrab­bi­ate per 
andare oltre la coltre del trompe‑l’œil
adesivo
che ci sep­a­ra dal­la crim­i­nale sinopia che il
cap­i­tale, con la pre­ci­sione del filo a
piom­bo, ha sotteso.

 

*  *  *

 

À un vieil ami commun 

Main­tenant que tu es loin j’ai envie de t’écrire 
ce qui se passe ici
où nous sommes nés
d’où tu t’es enfui pour te con­stru­ire un avenir décent. Tu te rappelles
ce champ de bataille où nous jouions aux durs,
plein de déchets de verre brisé et de ce qu’on cachait sous 
les bancs ren­ver­sés. C’é­tait au milieu des maisons HLM
la ligne Milan-Bologne
et le mur gris de l’u­sine aban­don­née, où pour nous la terre
étranglait déjà le ciel.
Dans ce champ avec Gio, Giuseppe et Mar­ta, tu te rappelles
la frisée qui te plaisait,
et les autres “Easy Rid­er en Garelli”,
Nous avons fer­til­isé le sol qui – en vérité — 
n’é­tait prêt nulle part, arrosé le jardin des complices,
semé des fleurs, plan­té des arbres fruitiers et des essences
odor­antes. Main­tenant sur le mur gris de l’u­sine grimpe
un lierre. Jusqu’au ciel.
J’e­spère que tu t’en es sor­ti, nous, on essaie.
On t’attend.

 

*  *  *

 

ad un vecchio amico comune

Oggi che sei lon­tano mi viene voglia di scriver­ti [ cosa
                                                                        sta succe­den­do qui
dove siamo nati,
      da dove sei scap­pa­to per costru­ir­ti un futuro decente. Ricordi
                     quel cam­po di battaglia dove gio­cava­mo a fare [ i duri,

             pieno di rifiu­ti e vetri rot­ti e la roba nascos­ta sot­to [ le
                                                                                                       panchine
           divelte. Sta­va in mez­zo tra le case popo­lari, [ la
                                                             lin­ea Milano-Bologna
e il muro gri­gio del­la fab­bri­ca abban­do­na­ta, dove per noi la terra
già ser­ra­va il cielo.
        In quel cam­po con Gió, Giuseppe, la Mar­ta, ti ricordi
                                                           [                                                            qu
                                                                   ella ric­cia che ti piaceva,
e gli altri “Easy Rid­er in Garelli”
abbi­amo ammenda­to il ter­reno, che – in realtà –
                                                                    [ in nes­sun luogo
si tro­va già pron­to, annaf­fi­a­to l’orto dei complici,
sem­i­na­to fiori, pianta­to alberi da frut­to ed essenze
odor­ose. Ora sul muro gri­gio del­la fab­bri­ca s’arrampica
un’edera. In cielo.

Spero che tu ce l’abbia fat­ta, noi ci sti­amo provando.
Ti aspettiamo.

 

 

*  *  *

 

Golfe de Baratti
(look-see méditerranéen)

Si tu voy­ages lente­ment, poussé par le vent, au 
plus près, à l’hori­zon t’éblouit, dans le grande
puz­zle des chem­inées d’u­sine, des puan­teurs et du
ciment,
un dessin muséal incongru.
Artis­tique­ment insérés des frag­ments anciens réper­toriés, crèches
vivantes inscrites dans des cat­a­logues patinés,
quelques grammes du poids du monde. D’autrefois.

*  *  *

 

Golfo di Baratti
(Mediterranean look-see)

Se viag­gi lento, sospin­to dal ven­to, di
boli­na, all’orizzonte ti bale­na, nel grande
puz­zle delle ciminiere, delle puzze e del
cemento,
un incon­gruo dis­eg­no museale.

Ad arte inser­i­ti tas­sel­li reper­tati, presepi
viven­ti elen­cati in cat­a­loghi patinati,
gram­mi pesati di mon­do. Com’era.

*  *  *

 

Le Cirque magique

La fron­tière entre la sain­teté et la maladie
men­tale est extrême­ment floue.
Mes com­plices et moi con­nais­sons quelqu’un qui
par­le avec les mégots et les cen­dri­ers, pour lui ils
sont vivants, mais les médecins, méfi­ants et endoctrinés,
pensent que ces objets ne l’écoutent
pas.
Un soir, on était là, à la Fattoria,
on l’a enten­du pro­pos­er avec passion
à une cig­a­rette EMMESSE sans fil­tre, écrasée
dans le cen­dri­er, de nom­mer Prési­dent toute
la famille Orfei, au complet,
avec plumes et sequins, eux qui par­lent tous les jours
aux bêtes féro­ces du haut élyséen des trapèzes.

 

 

 

*  *  *

 

Il circo magico

Il limes fra la san­tità e la malattia 
men­tale è estrema­mente labile.
I miei com­pli­ci ed io conos­ci­amo uno che
par­la con le cic­che e i posacenere, che per lui
sono vivi, ma i medici, cau­ti e indottrinati, 
pre­sup­pon­gono che quegli ogget­ti no lo
ascoltino.

Una sera, erava­mo lì alla Fattoria,
l’abbiamo udi­to pro­porre infervorato
ad una EMMESSE sen­za fil­tro, schi­ac­cia­ta nel
portaci­c­che, di ele­vare a Pres­i­dente tutta 
la famiglia Orfei, al com­ple­to­di piume e lus­tri­ni, che gior­nal­mente parli
alle belve fero­ci dal colle dei trapezi.

 

 

 

*  *  *

 

Epopée du lait versé
(Vermeer)

Je voudrais vivre immergé dans le calme de
cette cui­sine pleine de lumière, dans l’éternel
geste de verser
le lait changeant, la chaleur des mains 
bronzées et silen­cieuses de la ser­vante. La voix
des pig­ments chante le pas­sage du 
quo­ti­di­en sur le mur immuable du temps.

 

*  *  *

 

epica del latte versato
(Vermeer)

Vor­rei vivere immer­so nel­la cal­ma di
quel­la cuci­na col­ma di luce, nell’etern
gesto del versare
il lat­te can­giante, nel calore delle mani
abbron­zate e silen­ti del­la servet­ta. La voce
dei pig­men­ti can­ta lo scor­rere del
quo­tid­i­ano sul muro immo­to del tempo.

 

 

 

Présentation de l’auteur

Daniele Beghè

Daniele Beghè vit à Parme où il est né. Enseignant-for­­ma­­teur en économie et droit, et pas­sion­né lecteur de poésie, il n’a com­mencé à écrire qu’en 2007. Son pre­mier recueil, « Gala­teo del­l’a­ban­dono » a été pub­lié en 2016 aux édi­tions Tapir­u­lan, suivi en 2018 aux édi­tions Con­sul­ta de « Quindi­ci quadri di quartiere ed altri ver­si ». En 2019, « Boomerang » a gag­né le con­cours des édi­tions Arcipela­go Ita­ca. En France, il a été pub­lié sur Recours au Poème en 2018.

Autres lec­tures

mm

Marilyne Bertoncini

Biogra­phie Enseignante, poète et tra­duc­trice (français, ital­ien), codi­rec­trice de la revue numérique Recours au Poème, à laque­lle elle par­ticipe depuis 2012, mem­bre du comité de rédac­tion de la revue Phoenix, col­lab­o­ra­trice des revues Poésie/Première et la revue ital­i­enne Le Ortiche, où elle tient une rubrique, “Musarder“, con­sacrée aux femmes invis­i­bil­isées de la lit­téra­ture, elle, ani­me à Nice des ren­con­tres lit­téraires men­su­elles con­sacrées à la poésie, Les Jeud­is des mots dont elle tient le site jeudidesmots.com. Tit­u­laire d’un doc­tor­at sur l’oeu­vre de Jean Giono, autrice d’une thèse, La Ruse d’I­sis, de la Femme dans l’oeu­vre de Jean Giono, a été mem­bre du comité de rédac­tion de la revue lit­téraire RSH “Revue des Sci­ences Humaines”, Uni­ver­sité de Lille III, et pub­lié de nom­breux essais et arti­cles dans divers­es revues uni­ver­si­taires et lit­téraires français­es et inter­na­tionales : Amer­i­can Book Review, (New-York), Lit­téra­tures (Uni­ver­sité de Toulouse), Bul­letin Jean Giono, Recherch­es, Cahiers Péd­a­gogiques… mais aus­si Europe, Arpa, La Cause Lit­téraire… Un temps vice-prési­dente de l’association I Fioret­ti, chargée de la pro­mo­tion des man­i­fes­ta­tions cul­turelles de la Rési­dence d’écrivains du Monastère de Saorge, (Alpes-Mar­itimes), a mon­té des spec­ta­cles poé­tiques avec la classe de jazz du con­ser­va­toire et la mairie de Men­ton dans le cadre du Print­emps des Poètes, invité dans ses class­es de nom­breux auteurs et édi­teurs (Bar­ry Wal­len­stein, Michael Glück…), organ­isé des ate­liers de cal­ligra­phie et d’écriture (travaux pub­liés dans Poet­ry in Per­for­mance NYC Uni­ver­si­ty) , Ses poèmes (dont cer­tains ont été traduits et pub­liés dans une dizaine de langues) en recueils ou dans des antholo­gies se trou­vent aus­si en ligne et dans divers­es revues, et elle a elle-même traduit et présen­té des auteurs du monde entier. Par­al­lèle­ment à l’écri­t­ure, elle s’in­téresse à la pho­togra­phie, et col­la­bore avec des artistes, plas­ti­ciens et musi­ciens. Site : Minotaur/A, http://minotaura.unblog.fr * pub­li­ca­tions récentes : Son Corps d’om­bre, avec des col­lages de Ghis­laine Lejard, éd. Zin­zo­line, mai 2021 La Noyée d’On­a­gawa, éd. Jacques André, févri­er 2020 (1er prix Quai en poésie, 2021) Sable, pho­tos et gravures de Wan­da Mihuleac, éd. Bilingue français-alle­mand par Eva-Maria Berg, éd. Tran­signum, mars 2019 (NISIP, édi­tion bilingue français-roumain, tra­duc­tion de Sonia Elvire­anu, éd. Ars Lon­ga, 2019) Memo­ria viva delle pieghe, ed. bilingue, trad. de l’autrice, ed. PVST. Mars 2019 (pre­mio A.S.A.S 2021 — asso­ci­azione sicil­iana arte e scien­za) Mémoire vive des replis, texte et pho­tos de l’auteure, éd. Pourquoi viens-tu si tard – novem­bre 2018 L’Anneau de Chill­i­da, Ate­lier du Grand Tétras, mars 2018 (man­u­scrit lau­réat du Prix Lit­téraire Naji Naa­man 2017) Le Silence tinte comme l’angélus d’un vil­lage englouti, éd. Imprévues, mars 2017 La Dernière Oeu­vre de Phidias, suivi de L’In­ven­tion de l’ab­sence, Jacques André édi­teur, mars 2017. Aeonde, éd. La Porte, mars 2017 La dernière œuvre de Phidias – 453ème Encres vives, avril 2016 Labyrinthe des Nuits, suite poé­tique – Recours au Poème édi­teurs, mars 2015 Ouvrages col­lec­tifs — Antolo­gia Par­ma, Omag­gio in ver­si, Bertoni ed. 2021 — Mains, avec Chris­tine Durif-Bruck­ert, Daniel Rég­nier-Roux et les pho­tos de Pas­cal Durif, éd. du Petit Véhicule, juin 2021 — “Re-Cer­vo”, in Trans­es, ouvrage col­lec­tif sous la direc­tion de Chris­tine Durif-Bruck­ert, éd. Clas­siques Gar­nier, 2021 -Je dis désirS, textes rassem­blés par Mar­i­lyne Bertonci­ni et Franck Berthoux, éd. Pourquoi viens-tu si tard ? Mars 2021 — Voix de femmes, éd. Pli­may, 2020 — Le Courage des vivants, antholo­gie, Jacques André édi­teur, mars 2020 — Sidér­er le silence, antholo­gie sur l’exil – édi­tions Hen­ry, 5 novem­bre 2018 — L’Esprit des arbres, édi­tions « Pourquoi viens-tu si tard » — à paraître, novem­bre 2018 — L’eau entre nos doigts, Antholo­gie sur l’eau, édi­tions Hen­ry, mai 2018 — Trans-Tzara-Dada – L’Homme Approx­i­matif , 2016 — Antholo­gie du haiku en France, sous la direc­tion de Jean Antoni­ni, édi­tions Aleas, Lyon, 2003 Tra­duc­tions de recueils de poésie — Aujour­d’hui j’embrasse un arbre, de Gio­van­na Iorio, éd. Imprévues, juil­let 2021 — Soleil hési­tant, de Gili Haimovich, éd. Jacques André , avril 2021 — Un Instant d’é­ter­nité, Nel­lo Spazio d’un istante, Anne-Marie Zuc­chel­li (tra­duc­tion en ital­ien) éd ; PVST, octo­bre 2020 — Labir­in­to delle Not­ti (ined­i­to — nom­iné au Con­cor­so Nazionale Luciano Ser­ra, Ital­ie, sep­tem­bre 2019) — Tony’s blues, de Bar­ry Wal­len­stein, avec des gravures d’Hélène Baut­tista, éd. Pourquoi viens-tu si tard ?, mars 2020 — Instan­ta­nés, d‘Eva-Maria Berg, traduit avec l’auteure, édi­tions Imprévues, 2018 — Ennu­age-moi, a bilin­gual col­lec­tion , de Car­ol Jenk­ins, tra­duc­tion Mar­i­lyne Bertonci­ni, Riv­er road Poet­ry Series, 2016 — Ear­ly in the Morn­ing, Tôt le matin, de Peter Boyle, Mar­i­lyne Bertonci­ni & alii. Recours au Poème édi­tions, 2015 — Livre des sept vies, Ming Di, Recours au Poème édi­tions, 2015 — His­toire de Famille, Ming Di, édi­tions Tran­signum, avec des illus­tra­tions de Wan­da Mihuleac, juin 2015 — Rain­bow Snake, Ser­pent Arc-en-ciel, de Mar­tin Har­ri­son Recours au Poème édi­tions, 2015 — Secan­je Svile, Mémoire de Soie, de Tan­ja Kragu­je­vic, édi­tion trilingue, Beograd 2015 — Tony’s Blues de Bar­ry Wal­len­stein, Recours au Poème édi­tions, 2014 Livres d’artistes (extraits) La Petite Rose de rien, avec les pein­tures d’Isol­de Wavrin, « Bande d’artiste », Ger­main Roesch ed. Aeonde, livre unique de Mari­no Ros­set­ti, 2018 Æncre de Chine, in col­lec­tion Livres Ardois­es de Wan­da Mihuleac, 2016 Pen­sées d’Eury­dice, avec les dessins de Pierre Rosin : http://www.cequireste.fr/marilyne-bertoncini-pierre-rosin/ Île, livre pau­vre avec un col­lage de Ghis­laine Lejard (2016) Pae­sine, poème , sur un col­lage de Ghis­laine Lejard (2016) Villes en chantier, Livre unique par Anne Poupard (2015) A Fleur d’é­tang, livre-objet avec Brigitte Marcer­ou (2015) Genèse du lan­gage, livre unique, avec Brigitte Marcer­ou (2015) Dae­mon Fail­ure deliv­ery, Livre d’artiste, avec les burins de Dominique Crog­nier, artiste graveuse d’Amiens – 2013. Col­lab­o­ra­tions artis­tiques visuelles ou sonores (extraits) — Damna­tion Memo­ri­ae, la Damna­tion de l’ou­bli, lec­ture-per­for­mance mise en musique par Damien Char­ron, présen­tée pour la pre­mière fois le 6 mars 2020 avec le sax­o­phon­iste David di Bet­ta, à l’am­bas­sade de Roumanie, à Paris. — Sable, per­for­mance, avec Wan­da Mihuleac, 2019 Galerie Racine, Paris et galerie Depar­dieu, Nice. — L’En­vers de la Riv­iera mis en musique par le com­pos­i­teur Man­soor Mani Hos­sei­ni, pour FESTRAD, fes­ti­val Fran­co-anglais de poésie juin 2016 : « The Far Side of the Riv­er » — Per­for­mance chan­tée et dan­sée Sodade au print­emps des poètes Vil­la 111 à Ivry : sur un poème de Mar­i­lyne Bertonci­ni, « L’homme approx­i­matif », décor voile peint et dess­iné, 6 x3 m par Emi­ly Wal­ck­er : L’Envers de la Riv­iera mis en image par la vidéaste Clé­mence Pogu – Festrad juin 2016 sous le titre « Proche Ban­lieue» Là où trem­blent encore des ombres d’un vert ten­dre – Toile sonore de Sophie Bras­sard : http://www.toilesonore.com/#!marilyne-bertoncini/uknyf La Rouille du temps, poèmes et tableaux tex­tiles de Bérénice Mollet(2015) – en par­tie pub­liés sur la revue Ce qui reste : http://www.cequireste.fr/marilyne-bertoncini-berenice-mollet/ Pré­faces Appel du large par Rome Deguer­gue, chez Alcy­one – 2016 Erra­tiques, d’ Angèle Casano­va, éd. Pourquoi viens-tu si tard, sep­tem­bre 2018 L’esprit des arbres, antholo­gie, éd. Pourquoi viens-tu si tard, novem­bre 2018 Chant de plein ciel, antholo­gie de poésie québé­coise, PVST et Recours au Poème, 2019 Une brèche dans l’eau, d’E­va-Maria Berg, éd. PVST, 2020 Soleil hési­tant, de Gili Haimovich, ed Jacques André, 2021 Un Souf­fle de vie, de Clau­dine Ross, ed. Pro­lé­gomènes, 2021
Aller en haut