> Daniel Beghè, Manuel de l’abandon (extraits)

Daniel Beghè, Manuel de l’abandon (extraits)

Par |2018-04-09T17:56:28+00:00 6 avril 2018|Catégories : Daniel Beghè, Poèmes|

Textes tra­duits par Marilyne Bertoncini

Déroulement 

Voilà ce que je vou­drais voir dès le pre­mier
vers : une porte de verre 
sur­mon­tée de l’invitation
à entrer. En confiance.
Passé le seuil, trot­ter
à mon rythme, sau­tant d’une ligne à
une pelote, riant ou tor­dant le nez entre
pen­sées para­sites et puits noirs.
Puis trou­ver par­mi les pièces tant de che­mins
de fuite : une fis­sure, une lucarne 
sur le ciel bleu, un  sor­dide tuyau 
d’écoulement. Glisser ou voler
par­fois dans une impasse.

 

 

 

Svolgimento

Ecco cosa vor­rei vedere al pri­mo 
ver­so : una por­ta di vetro
con una scrit­ta in alto che invi­ta ad
entrare. Fiducioso.

Passata la soglia trot­te­rel­lare
col mio rit­mo, sal­tan­do tra un rigo
ed un gomi­to­lo, riden­do o tiran­do su col naso, tra
esu­li pen­sie­ri e poz­zi neri.

E poi tro­vare tra le stanze tante vie di
fuga : una cre­pa, un abbai­no sul cie­lo
azzur­ro, un luri­do tubo 
di sca­ri­co. Sgattaiolando o volan­do, a
volte in un vico­lo cie­co.

 

 

*  *  *

 

Devoir à la maison

déchi­rer la toile avec la langue,
avec le crayon, avec les plumes de la colère
pour pas­ser outre la cou­ver­ture
du trompe-l’oeil adhé­sif 
nous sépa­rant de la trame cri­mi­nelle
que le Capital, avec une pré­ci­sion
de fil à plomb, a ten­du. 

 

*  *  *

 

Compiti a casa

Squarciare la tela con la lin­gua,
col pen­nel­lo, con le penne arrab­biate per
andare oltre la coltre del trompe-l’œil
ade­si­vo
che ci sepa­ra dal­la cri­mi­nale sino­pia che il
capi­tale, con la pre­ci­sione del filo a
piom­bo, ha sot­te­so.

 

*  *  *

 

À un vieil ami commun 

Maintenant que tu es loin j’ai envie de t’écrire 
ce qui se passe ici
où nous sommes nés
d’où tu t’es enfui pour te construire un ave­nir décent. Tu te rap­pelles
ce champ de bataille où nous jouions aux durs,
plein de déchets de verre bri­sé et de ce qu’on cachait sous 
les bancs ren­ver­sés. C’était au milieu des mai­sons HLM
la ligne Milan-Bologne
et le mur gris de l’usine aban­don­née, où pour nous la terre
étran­glait déjà le ciel.
Dans ce champ avec Gio, Giuseppe et Marta, tu te rap­pelles
la fri­sée qui te plai­sait,
et les autres “Easy Rider en Garelli”,
Nous avons fer­ti­li­sé le sol qui – en véri­té –
n’était prêt nulle part, arro­sé le jar­din des com­plices,
semé des fleurs, plan­té des arbres frui­tiers et des essences
odo­rantes. Maintenant sur le mur gris de l’usine grimpe
un lierre. Jusqu’au ciel.
J’espère que tu t’en es sor­ti, nous, on essaie.
On t’attend.

 

*  *  *

 

ad un vecchio amico comune

Oggi che sei lon­ta­no mi viene voglia di scri­ver­ti [ cosa
                                                                        sta suc­ce­den­do qui
dove sia­mo nati,
      da dove sei scap­pa­to per cos­truir­ti un futu­ro decente. Ricordi
                     quel cam­po di bat­ta­glia dove gio­ca­va­mo a fare [ i duri,

             pie­no di rifiu­ti e vetri rot­ti e la roba nas­cos­ta sot­to [ le
                                                                                                       pan­chine
           divelte. Stava in mez­zo tra le case popo­la­ri, [ la
                                                             linea Milano-Bologna
e il muro gri­gio del­la fab­bri­ca abban­do­na­ta, dove per noi la ter­ra
già ser­ra­va il cie­lo.
        In quel cam­po con Gió, Giuseppe, la Marta, ti ricor­di
                                                           [                                                            qu
                                                                   ella ric­cia che ti pia­ce­va,
e gli altri “Easy Rider in Garelli”
abbia­mo ammen­da­to il ter­re­no, che – in real­tà –
                                                                    [ in nes­sun luo­go
si tro­va già pron­to, annaf­fia­to l’orto dei com­pli­ci,
semi­na­to fio­ri, pian­ta­to albe­ri da frut­to ed essenze
odo­rose. Ora sul muro gri­gio del­la fab­bri­ca s’arrampica
un’edera. In cie­lo.

Spero che tu ce l’abbia fat­ta, noi ci stia­mo pro­van­do.
Ti aspet­tia­mo.

 

 

*  *  *

 

Golfe de Baratti
(look-see méditerranéen)

Si tu voyages len­te­ment, pous­sé par le vent, au 
plus près, à l’horizon t’éblouit, dans le grande
puzzle des che­mi­nées d’usine, des puan­teurs et du
ciment,
un des­sin muséal incon­gru.
Artistiquement insé­rés des frag­ments anciens réper­to­riés, crèches
vivantes ins­crites dans des cata­logues pati­nés,
quelques grammes du poids du monde. D’autrefois.

*  *  *

 

Golfo di Baratti
(Mediterranean look-see)

Se viag­gi len­to, sos­pin­to dal ven­to, di
boli­na, all’orizzonte ti bale­na, nel grande
puzzle delle cimi­niere, delle puzze e del
cemen­to,
un incon­gruo dise­gno museale.

Ad arte inse­ri­ti tas­sel­li reper­ta­ti, pre­se­pi
viven­ti elen­ca­ti in cata­lo­ghi pati­na­ti,
gram­mi pesa­ti di mon­do. Com’era.

*  *  *

 

Le Cirque magique

La fron­tière entre la sain­te­té et la mala­die
men­tale est extrê­me­ment floue.
Mes com­plices et moi connais­sons quelqu’un qui
parle avec les mégots et les cen­driers, pour lui ils
sont vivants, mais les méde­cins, méfiants et endoc­tri­nés,
pensent que ces objets ne l’écoutent
pas.
Un soir, on était là, à la Fattoria,
on l’a enten­du pro­po­ser avec pas­sion
à une ciga­rette EMMESSE sans filtre, écra­sée
dans le cen­drier, de nom­mer Président toute
la famille Orfei, au com­plet,
avec plumes et sequins, eux qui parlent tous les jours
aux bêtes féroces du haut ély­séen des tra­pèzes.

 

 

 

*  *  *

 

Il circo magico

Il limes fra la san­ti­tà e la malat­tia
men­tale è estre­ma­mente labile.
I miei com­pli­ci ed io conos­cia­mo uno che
par­la con le cicche e i posa­ce­nere, che per lui
sono vivi, ma i medi­ci, cau­ti e indot­tri­na­ti,
pre­sup­pon­go­no che que­gli ogget­ti no lo
ascol­ti­no.

Una sera, era­va­mo lì alla Fattoria,
l’abbiamo udi­to pro­porre infer­vo­ra­to
ad una EMMESSE sen­za fil­tro, schiac­cia­ta nel
por­ta­cicche, di ele­vare a Presidente tut­ta
la fami­glia Orfei, al com­ple­to­di piume e lus­tri­ni, che gior­nal­mente par­li
alle belve fero­ci dal colle dei tra­pe­zi.

 

 

 

*  *  *

 

Epopée du lait versé
(Vermeer)

Je vou­drais vivre immer­gé dans le calme de
cette cui­sine pleine de lumière, dans l’éternel
geste de ver­ser
le lait chan­geant, la cha­leur des mains 
bron­zées et silen­cieuses de la ser­vante. La voix
des pig­ments chante le pas­sage du 
quo­ti­dien sur le mur immuable du temps.

 

*  *  *

 

epica del latte versato
(Vermeer)

Vorrei vivere immer­so nel­la cal­ma di
quel­la cuci­na col­ma di luce, nell’etern
ges­to del ver­sare
il latte can­giante, nel calore delle mani
abbron­zate e silen­ti del­la ser­vet­ta. La voce
dei pig­men­ti can­ta lo scor­rere del
quo­ti­dia­no sul muro immo­to del tem­po.

 

 

 

Présentation de l’auteur

Daniel Beghé

Daniel Beghè est né à Parme où il vit depuis 55 ans. Il a fré­quen­té le lycée scien­ti­fique et s’est diplô­mé en éco­no­mie et com­merce. Après quelques années au ser­vice d’une socié­té pri­vée, il enseigne depuis 1994 pour la for­ma­tion pro­fes­sion­nelle dans les domaines éco­no­miques et juri­diques. Bien que depuis tou­jours lec­teur pas­sion­né de poé­sie, il n’a com­men­cé à écrire qu’en 2007.

Ses poèmes ont été publiés dans diverses antho­lo­gies. En 2016, son pre­mier ouvrage “Galatée de l’abandon” est publié grâce au prix reçu dans le adre du concours de poé­sie inédites de L’Association cultu­relle Tapirulan de Crémone. Galatée de l’abandon a ensuite gagné le “prix spé­cial du pré­sident du jury” au concours Interferenze du Festival Bologna in let­tere. En 2018, il publie le recueil “Quinze tableaux de quar­tier et autres vers” (édi­tions Consulta libri et pro­get­ti de Reggio Emilia). La publi­ca­tion est le pre­mier prix du concours pour poèmes inédits dédié à l’intellectuel et poète de Reggio Luciano Serra.

© Crédits pho­tos (sup­pri­mer si inutile)

mm

Marilyne Bertoncini

Marilyne Bertoncini, co-res­pon­sable de la revue Recours au Poème, doc­teur en Littérature, spé­cia­liste de Jean Giono, col­la­bore avec des artistes, vit, écrit et tra­duit. Ses textes et pho­tos sont publiés dans diverses revues fran­çaises et inter­na­tio­nales, et sur son blog : 
http://​mino​tau​ra​.unblog​.fr.

Principales publi­ca­tions : 

  • tra­duc­tions de l’anglais (US et Australie) : Barry Wallenstein, Martin Harrison, Peter Boyle (Recours au Poème édi­teurs, 2014 et 2015), Carol Jenkins ( River road Poetry Series, 2016)
  • Secanje Svile, Mémoire de Soie, Tanja Kragujevic, édi­tion tri­lingue, Beograd 2015
  • Livre des sept vies , Ming Di,  Recours au Poème édi­tions, 2015
  • Histoire de Famille,  Ming Di, édi­tions Transignum, avec des illus­tra­tions de Wanda Mihuleac,  juin 2015

Poèmes per­son­nels

  • Labyrinthe des Nuits, suite poé­tique, RaP édi­teur, 2015
  • La Dernière Oeuvre de Phidias, Encres Vives, avril 2016
  • La Dernière Oeuvre de Phidias, sui­vi de L’Invention de l’absence,  Jacques André  édi­teur, 2017
  •  Aeonde, La Porte, 2017
  • AEncre de Chine, livre-ardoise sur un pro­jet de Wanda Mihuleac
  • Le Silence tinte comme l’angélus d’un vil­lage englou­ti, édi­tions Imprévues, 2017
  • La Dernière Oeuvre de Phidias, sui­vi de L’Invention de l’absence, Jacques André édi­teur , mars 2017.
  • L’Anneau de Chillida, L’Atelier du Grand Tétras, 2018
  • Sable, sur des gra­vures de Wanda Mihuleac, Transignum (à paraître)

(fiche bio­gra­phique com­plète sur le site de la MEL : http://​www​.​m​-​e​-​l​.fr/​m​a​r​i​l​y​n​e​-​b​e​r​t​o​n​c​i​n​i​,​e​c​,​1​301 )

X