> Barry Wallenstein : Tony’s Blues (extrait)

Barry Wallenstein : Tony’s Blues (extrait)

Par |2019-07-06T19:21:45+02:00 6 juillet 2019|Catégories : Essais & Chroniques|

Tony, héros de la suite de poèmes publiée sous le titre de “Tony’s blues”1 est un per­son­nage urbain, loser mar­gi­nal et rêveur, auquel  la ville de New-York a four­ni le cadre – dans ce que Chantal Dupuy-Dunier2 décrit fort jus­te­ment comme un “poème-BD, feuille­ton, film amé­ri­cain avec un rythme de blues pour la bande-son3” – nous vous pro­po­sons de le redé­cou­vrir ici, trois ans après sa publi­ca­tion en France,  à tra­vers deux extraits : 

 

Tony’s Blade

 

Blade ima­gines it has memo­ries
(sad blade, so delu­sio­nal).
Its hesi­ta­tion, shy­ness, on the table
signals nothing.          Or mind
has moved it that way.

Blade is without conscience
riding beneath the table’s edge—
no glint—
more sha­dow there than flash.

It slides easi­ly
along an anger­less mor­ning.
It never pro­pels the hand.
It knows the natures of string,
of apple, and peach,
and the stuck lock.

The neighbor’s tires are safe
not for sla­shing,
but, to tell the truth,
some days  blade needs shar­pe­ning.

 

 

 

Le couteau de Tony

 

La lame s’imagine qu’elle a des sou­ve­nirs
(pauvre lame com­plè­te­ment déli­rante).
Qu’elle hésite, qu’elle soit gauche sur la table
ne veut rien dire.         Ou bien l’esprit
l’a dépla­cée.

La lame sans conscience
se pro­mène sous le bord de la table —
pas de réflexion —
pas plus d’ombre en elle que de luci­di­té.

Elle glisse aisé­ment
le long d’un matin sans colère.
Jamais elle ne pro­pulse la main.
Elle connaît la nature des liens,
celle des pommes et des pêches,
et de la ser­rure blo­quée.                                                                        

Les pneus du voi­sin sont intacts,
pas tailla­dés,
mais, soyons clairs,
la lame, par­fois,  doit s’aiguiser.

 

 

                     

*

 

 

Tony the Pothead

 

Tony reads the news
smokes a joint
bites his lip hard, spins
and goes out to see the sty­list ;
have his hair tur­ned red.

—It’s about time
his inner voice sings.
—Why so dull for so long ?
He doesn’t hear a thing.

Walking with a new head
within the city’s ten­drils,
he’s a bob­bing red flame,
an aspect ; elec­tric boots and
a belt that shines have him flying.

In all this
Tony for­gets what he’s read :
he left hand column of print
fades to blue ;
the right hand column
too fades to blue.

But a memo­ry on page 7
holds him like a damp fin­ger
on fresh ice.
Images of waste uncon­fuse — brie­fly :
nuclear moun­tains in the sub­urbs
waves of poi­son over­flo­wing
his stash obs­cu­red, even his charm
by the images, cold and fun­ny
as in Death.

Smoke drifts by from around the cor­ner
lif­ting Tony, slight­ly, waf­ting him home.

 

 

Tony, fumeur d’herbe

 

Tony lit le jour­nal
fume un joint
se mord un bon coup les lèvres, pirouette
et sort voir le coif­feur :
il veut avoir les che­veux rouges.

— il était temps
chan­tonne sa voix inté­rieure.
 — Si terne, si long­temps, pour­quoi ?
Il n’entend  abso­lu­ment rien.

Avec sa nou­velle tête, il se pro­mène
dans les vrilles de la ville,
flamme rouge qui s’agite,
pure appa­rence :  bottes élec­triques et
cein­ture brillante le font pla­ner.

Avec tout ça
Tony oublie ce qu’il a lu :
la colonne impri­mée de gauche
vire au bleu ;                                              
la colonne de droite
s’efface aus­si, et devient bleue.                            

Mais un sou­ve­nir à la page 7
le colle sur place comme un doigt mouillé
sur de la glace.
Très clai­re­ment des images d’immondices– en bref :  
mon­tagnes nucléaires dans les ban­lieues
trop-plein de vagues toxiques sur                                          
ses doses, éclip­sées, tout comme son charme                                                  
par ces images, étranges et froides                          
comme la Mort.

La fumée qui dérive du coin de la rue
emporte Tony, comme une plume,  jusque chez lui.   

 

 

 

 

 

 _​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​

notes

1 -Barry Wallenstein,  Tony’s Blues, édi­tion numé­rique bilingue, tra­duit par Marilyne Bertoncini, Recours au Poème édi­teurs, 2014 (indis­po­nible)

2 – Chantal Dupuy-Dunier, “L’Envers des contes de fées”, in Terre à Ciel 
http://​ter​res​de​femmes​.blogs​.com/​m​o​n​_​w​e​b​l​o​g​/​2​0​1​4​/​1​2​/​b​a​r​r​y​-​w​a​l​l​e​n​s​t​e​i​n​-​t​o​n​y​s​-​b​l​u​e​s​-​p​a​r​-​c​h​a​n​t​a​l​-​d​u​p​u​y​-​d​u​n​i​e​r​.​h​tml

3 – poète et per­for­mer, Barry Wallenstein dit ses textes accom­pa­gnés de jazz – le CD  Tony’s Blues, qui regroupe la plu­part des textes rete­nus pour l’édition bilingue,  est tou­jours dis­po­nible ici : https://​musi​cians​.alla​bout​jazz​.com/​t​o​n​y​s​-​b​l​u​e​s​-​b​a​r​r​y​-​w​a​l​l​e​n​s​t​ein

 

Présentation de l’auteur

Barry Wallenstein

Barry Wallenstein is the author of eight col­lec­tions of poe­try, the most recent being At the Surprise Hotel and Other Poems [Ridgeway Press, 2016] and Drastic Dislocations : New and Selected Poems [New York Quarterly Books, 2012].  His poe­try has appea­red in over 100 jour­nals, inclu­ding Ploughshares, The Nation, Centennial Review, and American Poetry Review. 

Among his awards are the Poetry Society of America’s Lyric Poetry Prize, (l985), and Pushcart Poetry Prize Nominations, 2010, 2011. He has had resident fel­low­ships at The Macdowell Colony, Hawthornden Castle in Scotland, Fundación Valparaiso in Spain and Casa Zia Lina on Elba, Italy.

A spe­cial inter­est is the pre­sen­ta­tion of poe­try rea­dings in col­la­bo­ra­tion with jazz.  He has made seven recor­dings of his poe­try with jazz, the most recent being Lucky These Days, to be relea­sed by Cadence Jazz Records in April 2012A pre­vious CD, Euphoria Ripens, was lis­ted among the “Best New Releases” in the jour­nal, All About Jazz (December 2008).

Barry is an Emeritus Professor of Literature and Creative Writing at the City University of New York and an edi­tor of the jour­nal, American Book Review.  In his capa­ci­ty as Professor of English at City College he foun­ded and direc­ted the Poetry Outreach Center, and for 35 years coor­di­na­ted the all-inclu­­sive city­wide Annual Spring Poetry Festival. He remains an active advi­sor and par­ti­ci­pant in the pro­gram.

Textes

Poèmes choi­sis

Autres lec­tures

mm

Marilyne Bertoncini

Marilyne Bertoncini, co-res­pon­sable de la revue Recours au Poème, doc­teur en Littérature, spé­cia­liste de Jean Giono, col­la­bore avec des artistes, vit, écrit et tra­duit de l'anglais et de l'italien. Ses textes et pho­tos sont éga­le­ment publiés dans des antho­lo­gies, diverses revues fran­çaises et inter­na­tio­nales, et sur son blog :   http://​mino​tau​ra​.unblog​.fr.

Principales publi­ca­tions :

Traductions : 

  • tra­duc­tions de l'anglais (US et Australie) : Barry Wallenstein, Martin Harrison, Peter Boyle (Recours au Poème édi­teurs, 2014 et 2015), Carol Jenkins ( River road Poetry Series, 2016)
  • autres tra­duc­tions :
  • Secanje Svile, Mémoire de Soie, Tanja Kragujevic, édi­tion tri­lingue, Beograd 2015
  • Livre des sept vies , Ming Di, Recours au Poème édi­tions, 2015
  • Histoire de Famille, Ming Di, édi­tions Transignum, avec des illus­tra­tions de Wanda Mihuleac,  juin 2015
  • Instantanés, Eva-Maria Berg, édi­tions Imprévues, 2018

Poèmes per­son­nels : 

  • Labyrinthe des Nuits, suite poé­tique, RaP édi­teur, 2015
  • La Dernière Oeuvre de Phidias, Encres Vives, avril 2016
  • Aeonde, La Porte, 2017
  • AEncre de Chine, livre-ardoise sur un pro­jet de Wanda Mihuleac
  • Le Silence tinte comme l'angélus d'un vil­lage englou­ti, édi­tions Imprévues, 2017
  • La Dernière Oeuvre de Phidias, sui­vi de L'Invention de l'absence, Jacques André édi­teur , mars 2017
  • L'Anneau de Chillida, L'Atelier du Grand Tétras, 2018
  • Mémoire vive des replis, poèmes et pho­tos de l'autrice, pré­face de Carole Mesrobian, édi­tions "Pourquoi viens-tu si tard?", novembre 2018
  • Sable, livre bilingue (tra­duc­tion en alle­mand d' Eva-Maria Berg), avec des gra­vures de Wanda Mihuleac, et une post­face de Laurent Grison, Transignum , mars 2019.
  • Memoria viva delle pieghe/​mémoire vive des replis, édi­tion bilingue, tra­duc­tion de l'autrice, pré­face de Giancarlo Baroni, éd. PVTST?, mars 2019

(fiche bio­gra­phique com­plète sur le site de la MEL : http://​www​.​m​-​e​-​l​.fr/​m​a​r​i​l​y​n​e​-​b​e​r​t​o​n​c​i​n​i​,​e​c​,​1​301 )

X