> Barry Wallenstein : Tony’s Blues (extrait)

Barry Wallenstein : Tony’s Blues (extrait)

Par |2018-12-10T23:06:46+00:00 1 août 2017|Catégories : Essais & Chroniques|

Tony, héros de la suite de poèmes publiée sous le titre de "Tony's blues"1 est un per­son­nage urbain, loser mar­gi­nal et rêveur, auquel  la ville de New-York a four­ni le cadre – dans ce que Chantal Dupuy-Dunier2 décrit fort jus­te­ment comme un "poème-BD, feuille­ton, film amé­ri­cain avec un rythme de blues pour la bande-son3" – nous vous pro­po­sons de le redé­cou­vrir ici, trois ans après sa publi­ca­tion en France,  à tra­vers deux extraits : 

 

Tony's Blade

 

Blade ima­gines it has memo­ries
(sad blade, so delu­sio­nal).
Its hesi­ta­tion, shy­ness, on the table
signals nothing.          Or mind
has moved it that way.

Blade is without conscience
riding beneath the table's edge—
no glint—
more sha­dow there than flash.

It slides easi­ly
along an anger­less mor­ning.
It never pro­pels the hand.
It knows the natures of string,
of apple, and peach,
and the stuck lock.

The neighbor's tires are safe
not for sla­shing,
but, to tell the truth,
some days  blade needs shar­pe­ning.

 

 

 

Le couteau de Tony

 

La lame s'imagine qu'elle a des sou­ve­nirs
(pauvre lame com­plè­te­ment déli­rante).
Qu'elle hésite, qu'elle soit gauche sur la table
ne veut rien dire.         Ou bien l'esprit
l'a dépla­cée.

La lame sans conscience
se pro­mène sous le bord de la table —
pas de réflexion —
pas plus d'ombre en elle que de luci­di­té.

Elle glisse aisé­ment
le long d'un matin sans colère.
Jamais elle ne pro­pulse la main.
Elle connaît la nature des liens,
celle des pommes et des pêches,
et de la ser­rure blo­quée.                                                                        

Les pneus du voi­sin sont intacts,
pas tailla­dés,
mais, soyons clairs,
la lame, par­fois,  doit s'aiguiser.

 

 

                     

*

 

 

Tony the Pothead

 

Tony reads the news
smokes a joint
bites his lip hard, spins
and goes out to see the sty­list ;
have his hair tur­ned red.

—It's about time
his inner voice sings.
—Why so dull for so long ?
He doesn't hear a thing.

Walking with a new head
within the city's ten­drils,
he's a bob­bing red flame,
an aspect ; elec­tric boots and
a belt that shines have him flying.

In all this
Tony for­gets what he's read :
he left hand column of print
fades to blue ;
the right hand column
too fades to blue.

But a memo­ry on page 7
holds him like a damp fin­ger
on fresh ice.
Images of waste uncon­fuse — brie­fly :
nuclear moun­tains in the sub­urbs
waves of poi­son over­flo­wing
his stash obs­cu­red, even his charm
by the images, cold and fun­ny
as in Death.

Smoke drifts by from around the cor­ner
lif­ting Tony, slight­ly, waf­ting him home.

 

 

Tony, fumeur d'herbe

 

Tony lit le jour­nal
fume un joint
se mord un bon coup les lèvres, pirouette
et sort voir le coif­feur :
il veut avoir les che­veux rouges.

— il était temps
chan­tonne sa voix inté­rieure.
 — Si terne, si long­temps, pour­quoi ?
Il n'entend  abso­lu­ment rien.

Avec sa nou­velle tête, il se pro­mène
dans les vrilles de la ville,
flamme rouge qui s’agite,
pure appa­rence :  bottes élec­triques et
cein­ture brillante le font pla­ner.

Avec tout ça
Tony oublie ce qu'il a lu :
la colonne impri­mée de gauche
vire au bleu ;                                              
la colonne de droite
s’efface aus­si, et devient bleue.                            

Mais un sou­ve­nir à la page 7
le colle sur place comme un doigt mouillé
sur de la glace.
Très clai­re­ment des images d'immondices– en bref :  
mon­tagnes nucléaires dans les ban­lieues
trop-plein de vagues toxiques sur                                          
ses doses, éclip­sées, tout comme son charme                                                  
par ces images, étranges et froides                          
comme la Mort.

La fumée qui dérive du coin de la rue
emporte Tony, comme une plume,  jusque chez lui.   

 

 

                                  

         

 _​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​

notes

1 -Barry Wallenstein,  Tony's Blues, édi­tion numé­rique bilingue, tra­duit par Marilyne Bertoncini, Recours au Poème édi­teurs, 2014 (indis­po­nible)

2 – Chantal Dupuy-Dunier, "L'Envers des contes de fées", in Terre à Ciel 
http://​ter​res​de​femmes​.blogs​.com/​m​o​n​_​w​e​b​l​o​g​/​2​0​1​4​/​1​2​/​b​a​r​r​y​-​w​a​l​l​e​n​s​t​e​i​n​-​t​o​n​y​s​-​b​l​u​e​s​-​p​a​r​-​c​h​a​n​t​a​l​-​d​u​p​u​y​-​d​u​n​i​e​r​.​h​tml

3 – poète et per­for­mer, Barry Wallenstein dit ses textes accom­pa­gnés de jazz – le CD  Tony's Blues, qui regroupe la plu­part des textes rete­nus pour l'édition bilingue,  est tou­jours dis­po­nible ici : https://​musi​cians​.alla​bout​jazz​.com/​t​o​n​y​s​-​b​l​u​e​s​-​b​a​r​r​y​-​w​a​l​l​e​n​s​t​ein

 

mm

Marilyne Bertoncini

Marilyne Bertoncini, co-res­pon­sable de la revue Recours au Poème, doc­teur en Littérature, spé­cia­liste de Jean Giono, col­la­bore avec des artistes, vit, écrit et tra­duit de l’anglais et de l’italien. Ses textes et pho­tos sont publiés dans diverses revues fran­çaises et inter­na­tio­nales, dans des antho­lo­gies, et sur son blog :  http://​mino​tau​ra​.unblog​.fr.

Principales publi­ca­tions :

Traductions : 

  • tra­duc­tions de l’anglais (US et Australie) : Barry Wallenstein, Martin Harrison, Peter Boyle (Recours au Poème édi­teurs, 2014 et 2015), Carol Jenkins ( River road Poetry Series, 2016)
  • autres tra­duc­tions :
  • Secanje Svile, Mémoire de Soie, Tanja Kragujevic, édi­tion tri­lingue, Beograd 2015
  • Livre des sept vies , Ming Di, Recours au Poème édi­tions, 2015
  • Histoire de Famille, Ming Di, édi­tions Transignum, avec des illus­tra­tions de Wanda Mihuleac,  juin 2015
  • Instantanés, Eva-Maria Berg, édi­tions Imprévues, 2018

Poèmes per­son­nels : 

  • Labyrinthe des Nuits, suite poé­tique, RaP édi­teur, 2015
  • La Dernière Oeuvre de Phidias, Encres Vives, avril 2016
  • Aeonde, La Porte, 2017
  • AEncre de Chine, livre-ardoise sur un pro­jet de Wanda Mihuleac
  • Le Silence tinte comme l’angélus d’un vil­lage englou­ti, édi­tions Imprévues, 2017
  • La Dernière Oeuvre de Phidias, sui­vi de L’Invention de l’absence, Jacques André édi­teur , mars 2017
  • L’Anneau de Chillida, L’Atelier du Grand Tétras, 2018
  • Mémoire vive des replis, poèmes et pho­tos de l’auteure, édi­tions “Pourquoi viens-tu si tard?”, novembre 2018
  • Sable, sur des gra­vures de Wanda Mihuleac, Transignum (à paraître mars 2019)

(fiche bio­gra­phique com­plète sur le site de la MEL : http://​www​.​m​-​e​-​l​.fr/​m​a​r​i​l​y​n​e​-​b​e​r​t​o​n​c​i​n​i​,​e​c​,​1​301 )

X