Barry Wallenstein, Tony’s blues

Par |2021-01-07T13:17:55+01:00 5 janvier 2021|Catégories : Barry Wallenstein, Critiques|

Tout est inso­lite dans ce minus­cule recueil de 12 cm sur 16,5 cm de l’éditeur « Pourquoi viens-tu si tard ? »

Seize poèmes de Bar­ry Wal­len­stein sont sélec­tion­nés par la poète-tra­duc­trice Mar­i­lyne Bertonci­ni. Qui est donc ce Bar­ry ? Un poète rad­i­cal améri­cain spé­cial­isé dans la « dras­tique dis­lo­ca­tion ». Si rad­i­cal qu’on ne sait trop ce que Bar­ry dis­loque, sans doute notre french vision du monde… Tous ses poèmes con­cer­nent un cer­tain Tony, un Améri­cain mar­gin­al. La tra­duc­tion de son périple est une prouesse réussie de jar­gon à jar­gon. Tony donc, je reprends, s’adresse à sa mère, à son père (un tra­vailleur des abat­toirs qui lui fait tra­vers­er dans l’enfance « une riv­ière de sang »), à son créa­teur (His cre­ator) et tout le tin­touin. Il a ses préférences à lui (dont frais­es à la crème et bor­del) et sait « dif­fér­er » son rêve. Son quo­ti­di­en par­fois tein­té de fic­tion : le tailleur Squeaky  « fait des man­teaux / qui cou­vrent les crimes » et offre à Iris 0’ Fay « une robe » où il a « cousu un sourire ».  Lu dans la langue orig­inelle, ça rythme, ça pulse (mul­ti­pli­ca­tion des tirets longs de coupe préservés dans la tra­duc­tion) comme un phrasé de jazz.

Bar­ry Wal­len­stein, Tony’s blues, poèmes choi­sis et traduits par Mar­i­lyne Bertonci­ni, gravures Hélène Bautista, 92 pages, Edi­tion Pourquoi viens-tu si tard ? mars 2020, 10 €.

De fait, la lec­trice lit d’abord in amer­i­can tous les poems by Bar­ry avant d’accéder enfin à leur tra­duc­tion réussie. Décou­vrir ce gars US qui a le « mar­tel en tête » comme dirait la tra­duc­trice (Tony takes a ham­mer to his head) » n’est pas une mince affaire. « T’es un beau gros salaud de ta mère », traduit-elle pour un « slick / sick motha hub­ba ».  De poème en poème, on arrive au jour « où rien ne va plus », où tout merde en quelque sorte. Est-ce la veille du crime annon­cé dans le poème suiv­ant. « Tony rassem­ble tous les pos­si­bles mar­gin­aux de la con­di­tion humaine, pré­cise Chan­tal Dupuy-Dunier dans la post­face. Être poète en fait évidem­ment par­tie ». Comme il se voit lui-même, Tony est « un marcheur, un fon­ceur, / un sauteur ». Si on le plonge dans l’eau, il nagera et si on le met KO, « il fera dodo ». Un bel esprit de con­tra­dic­tion, somme toute !

Les eaux-fortes en camaïeu aquat­inte grisé, d’Helen Bautista inven­tent un per­son­nage soli­taire qui se fond dans la brume, s’endort sur son ombre ou se détriple au hasard des pages. Une évanes­cence opportune !

Présentation de l’auteur

Barry Wallenstein

Bar­ry Wal­len­stein is the author of eight col­lec­tions of poet­ry, the most recent being At the Sur­prise Hotel and Oth­er Poems [Ridge­way Press, 2016] and Dras­tic Dis­lo­ca­tions: New and Select­ed Poems [New York Quar­ter­ly Books, 2012].  His poet­ry has appeared in over 100 jour­nals, includ­ing Ploughshares, The Nation, Cen­ten­ni­al Review, and Amer­i­can Poet­ry Review. 

Among his awards are the Poet­ry Soci­ety of America’s Lyric Poet­ry Prize, (l985), and Push­cart Poet­ry Prize Nom­i­na­tions, 2010, 2011. He has had res­i­dent fel­low­ships at The Mac­dow­ell Colony, Hawthorn­den Cas­tle in Scot­land, Fun­dación Val­paraiso in Spain and Casa Zia Lina on Elba, Italy.

A spe­cial inter­est is the pre­sen­ta­tion of poet­ry read­ings in col­lab­o­ra­tion with jazz.  He has made sev­en record­ings of his poet­ry with jazz, the most recent being Lucky These Days, to be released by Cadence Jazz Records in April 2012A pre­vi­ous CD, Eupho­ria Ripens, was list­ed among the “Best New Releas­es” in the jour­nal, All About Jazz (Decem­ber 2008).

Bar­ry is an Emer­i­tus Pro­fes­sor of Lit­er­a­ture and Cre­ative Writ­ing at the City Uni­ver­si­ty of New York and an edi­tor of the jour­nal, Amer­i­can Book Review.  In his capac­i­ty as Pro­fes­sor of Eng­lish at City Col­lege he found­ed and direct­ed the Poet­ry Out­reach Cen­ter, and for 35 years coor­di­nat­ed the all-inclu­­sive city­wide Annu­al Spring Poet­ry Fes­ti­val. He remains an active advi­sor and par­tic­i­pant in the program.

Textes

Autres lec­tures

BARRY WALLENSTEIN

  Je con­nais Bar­ry Wal­len­stein et j’ai le plaisir de traduire ses poèmes depuis 2005 : j’en­seignais alors à Men­ton, et je souhaitais que mes élèves ren­con­trent le poète, alors en rési­dence à […]

Une sorte de bleu…

Bar­ry Wal­len­stein, Tony’s Blues, tra­duc­tion par Mar­i­lyne Bertonci­ni Zéno Bianu et Yves Buin, San­tana De toutes les étoiles Zéno Bianu, Petit éloge du bleu « Une sorte de bleu », « A Kind of Blue », comme une […]

Barry Wallenstein, Tony’s blues

Tout est inso­lite dans ce minus­cule recueil de 12 cm sur 16,5 cm de l’éditeur « Pourquoi viens-tu si tard ? » Seize poèmes de Bar­ry Wal­len­stein sont sélec­tion­nés par la poète-traductrice […]

mm

Jane Hervé

Jour­nal­iste aux Nou­velles Lit­téraires, auteure de La femme de lune (édi­tions Gal­li­mard), Née du chaos, et Le soleil ivre  (édi­tions du Guet­teur). Co-auteure de  La femme tatouée et de Neige d’amour avec le pein­tre Michel Jul­liard et co-auteure de pièces de théâtre : La légende de Guritha, femme viking et de Guritha, le retour avec Danièle Saint-Bois. janeherve@free.fr — voir aus­si : http://leguedelange.over-blog.com/
Aller en haut