Mah­n­mal Waldkirch

von Eva-Maria Berg

 

 

Frage an uns 

in Schmerz Scham Trauer

angesichts des Unfassbaren

hier erin­nernd

jeden Einzel­nen

der 138272 Menschen

Mord an Kindern Frauen Männern

zumeist jüdis­ch­er Herkun­ft Litauen

auf Befehl

eines Bürg­ers aus Waldkirch

und sein­er Mittäter

Frage an uns

Wo ste­hen wir 

wo stehst du

was tust du fortan

du an deinem Platz

wenn Men­schen auf­grund von

Ausse­hen Glauben Denken

in Frage gestellt werden

was tust du um entgegenzuwirken 

mit dein­er Kraft

da du gefragt bist du 

 

 

 

 

 

 

tra­duc­tion en français : 

 

La ques­tion nous est posée

dans la douleur la honte le deuil

devant l´inconcevable

ici en mémoire de

cha­cun d´entre eux en particulier 

138272 êtres humains

meurtres d’enfants de femmes d’hommes

pour la plu­part juifs assas­s­inés en Lituanie

sur ordre

d´un citoyen de Waldkirch

et de ses complices

La ques­tion nous est posée

Où sommes-nous

où es-tu

que fais-tu désormais

toi à ta place

si des êtres humains en rai­son de

leur apparence leur croy­ance leur pensée

sont mis en question

que fais-tu pour t’y opposer 

avec ta force

toi ici la ques­tion t´est posée

 

               (Tra­duc­tion de l’au­teure avec l´aide d´Alain Fabre-Catalan)

 

 

 

 

 

tra­duc­tion en lithuanien :

 

Tai klausi­mas mums

iš skaus­mo gėdos gedulo

nesu­voki­amy­bės akivaizdoje

čia prisi­menant

kiekvieną iš 138272 žmonių

vaikų moterų vyrų iš Lietuvos

dau­giau­sia žydu kilmės

nužudytų

Vald­kir­cho miestelėno įsakymu

jo ben­drininkų

Tai klausi­mas mums

Kur stovime

Kur stovi tu

ką nuo šiol darysi

savo aplinko­je

kai ties žmonėm

bus padė­tas klaustukas

dėl išvaiz­dos tikėji­mo mąstysenos

ką savo išgalėm darysi

kad pasi­priešin­tum

tik tu gali atsakyti tu

 

(iš vok­iečių kal­bos vertė Lau­ry­nas Katkus) 

 

 

 

           tra­duc­tion en hébreu :

 

tra­duc­tion en anglais : 

 

Ques­tion posed to us

in pain shame mourning

in view of the incomprehensible

here remind­ing

each sin­gle per­son of

138,272 human beings

mur­der of chil­dren women men

most­ly Jews

in Lithua­nia by com­mand of

a cit­i­zen of Waldkirch

and his accomplices

Ques­tion posed to us

Where do we stand

where do you stand

what do you do from this moment on

you from your position

when human beings based on

appear­ance faith thoughts

are called into question

what do you do to resist

with your power

while you are ques­tioned you

                     (Trans­la­tion: Yehu­da Hyman)

 

 

 

 

 

mm

Marilyne Bertoncini

Mar­i­lyne Bertonci­ni, co-respon­s­able de la revue Recours au Poème, à laque­lle elle col­la­bore depuis 2013, mem­bre du comtié de rédac­tion de la revue <emPhoenix, doc­teur en Lit­téra­ture, spé­cial­iste de Jean Giono, tra­vaille avec des artistes, vit, écrit et traduit de l’anglais et de l’i­tal­ien. Elle est l’autrice de nom­breux arti­cles et cri­tiques ain­si que de tra­duc­tions sur Recours au Poème. Ses textes et pho­tos sont égale­ment pub­liés dans des antholo­gies, divers­es revues français­es et inter­na­tionales, et sur son blog :   http://minotaura.unblog.fr. Prin­ci­pales publications : Tra­duc­tions :  tra­duc­tions de l’anglais (US et Aus­tralie) : Bar­ry Wal­len­stein, Mar­tin Har­ri­son, Peter Boyle (Recours au Poème édi­teurs, 2014 et 2015), Car­ol Jenk­ins ( Riv­er road Poet­ry Series, 2016) autres tra­duc­tions : Secan­je Svile, Mémoire de Soie, Tan­ja Kragu­je­vic, édi­tion trilingue, Beograd 2015 Livre des sept vies , Ming Di, Recours au Poème édi­tions, 2015 His­toire de Famille, Ming Di, édi­tions Tran­signum, avec des illus­tra­tions de Wan­da Mihuleac,  juin 2015 Instan­ta­nés, Eva-Maria Berg, édi­tions Imprévues, 2018 Poèmes per­son­nels :  Labyrinthe des Nuits, suite poé­tique, RaP édi­teur, 2015 La Dernière Oeu­vre de Phidias, Encres Vives, avril 2016 Aeonde, La Porte, 2017 AEn­cre de Chine, livre-ardoise sur un pro­jet de Wan­da Mihuleac Le Silence tinte comme l’angélus d’un vil­lage englouti, édi­tions Imprévues, 2017 La Dernière Oeu­vre de Phidias, suivi de L’In­ven­tion de l’ab­sence, Jacques André édi­teur , mars 2017 L’An­neau de Chill­i­da, L’Ate­lier du Grand Tétras, 2018 Mémoire vive des replis, poèmes et pho­tos de l’autrice, pré­face de Car­ole Mes­ro­bian, édi­tions “Pourquoi viens-tu si tard?”, novem­bre 2018 Sable, livre bilingue (tra­duc­tion en alle­mand d’ Eva-Maria Berg), avec des gravures de Wan­da Mihuleac, et une post­face de Lau­rent Gri­son, Tran­signum , mars 2019. Memo­ria viva delle pieghe/mémoire vive des replis, édi­tion bilingue, tra­duc­tion de l’autrice, pré­face de Gian­car­lo Baroni, éd. PVTST?, mars 2019 (fiche biographique com­plète sur le site de la MEL : http://www.m‑e-l.fr/marilyne-bertoncini,ec,1301 )