Alma Saporito : Poèmes du Juke-box, extraits

Par |2019-05-04T19:11:40+02:00 4 mai 2019|Catégories : Alma Saporito, Essais & Chroniques|

choix et tra­duc­tion de Mar­i­lyne Bertoncini

L’art d’Alma Sapor­i­to lui ressem­ble :  couleur d’âme déli­cate, il se décou­vre dans les évo­ca­tions de sa poésie et l’alchimie de ses col­lages. Deux arts d’assemblage — de mots, de bribes de sou­venirs, ou d’images découpées.

« Tout était jeu/ la fan­taisie trans­forme / l’ab­solu d’un objet »  écrit-elle dans l’un des poèmes de son recueil  Al Tem­po del Juke-box : cette pra­tique ludique, ce passe-temps créa­teur, ramène à la mémoire les jeux du temps passé, où l’on se dégui­sait en fée ou en zor­ro, où l’armoire recélait des mystères…

.
.

.

©Alma Sapor­i­to

Mais je sais qu’il faut aus­si enten­dre par « jeu»  cet espace — infime et néces­saire — lais­sé entre deux pièces d’un mécan­isme ;  invis­i­ble, puisqu’il s’agit d’un  « vide » ténu (plus grand, il empêcherait le mou­ve­ment) , mais dont l’indispensable présence per­met aux dif­férentes pièces de s’imbriquer plus sou­ple­ment, de “jouer” entre elles. Ain­si,  ce vide, dans les oeu­vres d’Alma Sapor­i­to, per­met de jouer avec le lecteur, de l’inviter à laiss­er s’infiltrer son  imag­i­naire  entre les plis, entre les mots, et d’animer les élé­ments du collage…

C’est tout un  art d’animation, qui touche à la pro­fondeur sans la dévoil­er, que nous vous invi­tons à décou­vrir. L’artiste, dis­crète, nous dis­ait récem­ment com­bi­en lui impor­tait, en réal­isant ses col­lages, d’y ménag­er pro­fondeur et mou­ve­ment. C’est une dimen­sion que l’on ressent fort bien, en con­tem­plant ces mon­tages inscrits dans le cadre d’une bar­quette de poly­stirène, comme de mod­ernes icones étrange­ment tridi­men­sion­nelles, auréolée­set trou­blantes, reflets d’une moder­nité où se mêlent éle­ments provenant de vieux mag­a­zines et de revues con­tem­po­raines, pour don­ner une image de la femme telle qu’Alma Sapor­i­to la décline: pro­téi­forme, maîtresse de ses choix et de son des­tin, dansant sur le monde, jouant des arti­fices pour exprimer, avec humour et ten­dresse,  son insai­siss­able et authen­tique identité.

C’est de même, ten­dre, sans être mièvre, l’image de l’enfance qu’évoquent les poèmes, avec des mots sim­ples, presque trans­par­ents à force de net­teté, faisant appa­raître net­te­ment la sil­hou­ette de ces objets d’autrefois – juke-box, bicy­clette… — autant d’éléments revus avec la dis­tance amusée de l’adulte, re-créant cette «  ile qui n’existe pas»,  et dont l’absence, plus réelle que bien des con­struc­tions —  l’autrice n’écrit-elle pas qu’elle existe bien pour elle ? — per­met aus­si au lecteur, embar­qué par ce jeu, d’entamer lui aus­si un voy­age vers le passé et son imaginaire.

 

Il mio
è sta­to il tempo
dei juke­box
non auri­co­lari
ad iso­lare dal mondo 
ma musi­ca condivisa
ognuno ad aspettare
l’altrui scelta
a volte a riascoltare
lo stes­so brano
e quan­do sul­la spiaggia
si cor­re­va allo stabilimento
con gli spiccioli
per un gela­to e una canzone
calza­vo gli zoccoli
per iso­lar­mi dal­la scossa
che pizzi­ca­va le dita
nell’introdurre una moneta
e così gli altri
mi porgevano
mon­ete e desiderio
ed io
a manovrar
la melo­dia.

 

 

Mon époque,
c’é­tait celle
du juke­box
pas des écouteurs
qui t’iso­lent du monde
mais la musique partagée
cha­cun en train d’attendre
le choix de l’autre
par­fois réécoutant
le même morceau
et quand sur la plage
on courait vers le bar
avec la monnaie
pour une glace ou une chanson
j’en­fi­lais les socques
pour m’isol­er de la secousse
qui piquait les doigts
en intro­duisant une pièce
et comme ça les autres
me pas­saient
mon­naie et désirs
et moi
je dirigeais
la mélodie

Bal­lan­do sul mon­do ©Alma Saporito

 

*

Le ho amate 
tutte
le mie biciclette

fino all’ultima ruggine
al ped­ale staccato
al fanale bru­ci­a­to


le ten­go riposte
tra molti ricor­di e polvere
nei loro col­ori assortiti

la gri­gia
mi con­dusse in campagna
d’estate
con ped­ala­ta veloce e sicura

la nera
nel­la piog­gia e nel freddo
di mat­tine
dal duro risveglio

la rossa
anco­ra cammina
cigolan­do e arrancando
scheletro stan­co.

 

 

Je les ai aimées
toutes
mes bicyclettes

jusqu’à la rouille ultime
la pédale détachée
le phare grillé

je les garde rangées
par­mi sou­venirs et poussière
dans leurs couleurs assorties

la grise
qui me con­duisit à la campagne
l’été
par pédalées vélo­ces et sûres

la noire
dans la pluie et le froid
du matin
au dur réveil

la rouge
fonc­tionne encore
grinçant et se traînant
squelette fourbu.

 

*

©Alma Sapor­i­to

Tut­to era gioco 

la fan­ta­sia trasforma
l’assoluto di un oggetto

un lenzuo­lo
ste­so tra due sedie
diven­ta­va un inespugnabile rifugio

la casa pren­de­va un solo colore
vista attra­ver­so la car­ta di una caramella

le frasi dei cioccolatini
veni­vano lette
come pro­fezie di un oracolo
e il fogli­et­to poi
ripos­to in un cassetto.

 

Tout était jeu

la fan­taisie transforme
l’ab­solu d’un objet

un drap
entre deux chaises
deve­nait un refuge imprenable

la mai­son pre­nait une seule couleur
vue à tra­vers l’emballage d’un caramel

les phras­es des papillotes
étaient lues
comme les prophéties d’un oracle
et la feuille ensuite
rangée dans un tiroir.

 

 

*

 

Grem­bi­ule bianco 
e fioc­co rosa
indos­sa­vo ai tem­pi del­la scuola
e calze col­orate di filanca

a voce alta
in pie­di
si salu­ta­va la maestra

a turno si usci­va nel cortile
accom­pa­g­nati dal bidello
per scuotere dai cancellini
la pol­vere del gesso

nell’intervallo
si con­suma­va la merenda
e giochi coi compagni

non c’erano paure
a volte per errore dice­va­mo – mamma –
e nep­pure inter­feren­ze di adulti
ad impedire che la cul­tura nutra la mente.

 

 

 

Tabli­er blanc
et ruban rose
c’est ce que je por­tais pour l’école
et des chaus­settes en lycra de couleur

à haute voix
debout
on salu­ait la maîtresse

à tour de rôle on sor­tait dans la cour
accom­pa­g­nés du concierge
pour sec­ouer de la brosse
la poudre de craie

pen­dant la récréation
on partageait le goûter
et les jeux avec les camarades

on n’avait pas peur
par­fois par erreur on dis­ait – maman -
et aucune inter­ven­tion des adultes
pour empêch­er que la cul­ture nour­risse l’esprit.

 

Hands ©Alma Saporito

 

*

Il tuo costume 
era da Zorro
ed io vesti­ta da fatina

com­pre­si nel ruolo
qua­si non sorridiamo
nel­la fotografia

lo sfon­do
l’armadio guardaro­ba

con il leg­no rigato
dai freni del triciclo

pron­ti ad ospitare
le altre mascherine

a sparg­ere coriandoli
per la casa

che riap­pari­vano improvvisi
dai bat­tis­co­pa
nel cuore dell’estate.

 

 

Tu avais un costume
de Zorro
et moi celui de fée

pris dans notre rôle
on ne souri­ait presque pas
sur la photo

au fond
l’ar­moire garde-robe

au bois rayé
par les freins du tricycle

prête à abriter
les autres costumes

à répan­dre des confettis
dans la maison

quand ils réap­pa­rais­saient soudain
sous les coups de balai
en plein été.

 

 

 

*

 

L’isola che non c’è
per me c’era


una stra­da
la chiesa
il bar

la casa
sola tra i prati
non impone­va silenzio

le ampie stanze
si riem­pi­vano di incon­teni­bili risate

all’aperto
cor­re­va­mo inseguen­do­ci tra gli urli
per­ché i fiori
non temono il vocio
fino al canale
per immerg­ere i piedi

nes­sun rumore invece
quan­do in autunno
davan­ti all’incanto del camino
ascoltava­mo
i rac­con­ti del­la guerra

quan­do il solaio
cela­va nascondigli
nei suoi muri

da abban­donare
solo all’allontanarsi dei soldati

l’isola che non c’è
per me ha un nome.

 

 

L’île qui n’ex­iste pas
exis­tait pour moi

une rue
l’église
le bar

la mai­son
seule au milieu des près
n’im­po­sait pas le silence

les vastes pièces
s’emplissaient de rires irrépressibles

dehors
on se pour­suiv­ait en courant et hurlant
parce que les fleurs
ne craig­nent pas les cris
jusqu’au canal
pour y trem­per les pieds.

aucun bruit au contraire
quand en automne
devant l’en­chante­ment de la cheminée
on écoutait
les réc­its de la guerre

quand le grenier
rece­lait des cachettes
dans ses murs

à ne quitter
qu’après le départ des soldats

l’île qui n’ex­iste pas
pour moi a un nom.

 

 

©Alma Sapor­i­to

textes extraits de Il tem­po dei juke­box, Epi­ka Edizioni

Présentation de l’auteur

Alma Saporito

Alma Sapor­i­to (Par­ma, 23 set­tem­bre 1964) 


Sin dall’infanzia cal­ca le orme del non­no pater­no scriven­do le prime poe­sie; pas­sione mai abbandonata.

Sue poe­sie sono pub­bli­cate in alcune antologie .

Nel 2011 pub­bli­ca la rac­col­ta Orfeo ubbi­di­ente, con Il mio libro.

Nel 2014 pub­bli­ca H‑Acca con Ibiskos Ulivieri.

Nel 2016 pub­bli­ca Lennox, 30 poe­sie per ani­mali con Epi­ka Edizioni.

Nel 2017 pub­bli­ca Il tem­po dei juke­bok con Epi­ka Edizioni.

Nel 2018 pub­bli­ca Emma // Screen­saver, parole per il teatro con Epi­ka Edizioni.

Pur non tralas­cian­do l’attività poet­i­ca, si ded­i­ca anche alla stesura di testi teatrali ove ottiene riconosci­men­ti nel 2007 con “Emma” e nel 2008 con “Screen­saver” entram­bi  pre­miati dal Cen­tro Stu­di Pier Pao­lo Pasoli­ni – Teatro Farà Nume di Roma, sem­pre nel 2008 “Nes­suna Scelta” appare nel­la  Antolo­gia di Micro­dram­matur­gia  M’hai det­to – Mai det­to (ed. Canali­ni e Santoni). 

Nel 2012 espone Futurilio, mostra di suoi col­lages, pres­so la gal­le­ria L&H di Par­ma, nel 2014 L’Alfabeto delle Donne, pres­so palazzet­to Eucherio San­vi­tale di Par­ma; Cor­po e Mente, col­let­ti­va pres­so Grand Hotel de la Ville, Par­ma, nel 2015 Secret Venice, col­let­ti­va pres­so Ca’ Zanar­di, Venezia, nel 2016 col­let­ti­va Tut­to in una notte a Viadana; Woman’s Idea, Caf­fè del Pra­to, Par­ma; Spir­i­ti Liberi, col­let­ti­va pres­so Ca’ Zanar­di, Venezia.

Poèmes choi­sis

Autres lec­tures

Alma Saporito : Poèmes du Juke-box, extraits

choix et tra­duc­tion de Mar­i­lyne Bertonci­ni L’art d’Alma Sapor­i­to lui ressem­ble :  couleur d’âme déli­cate, il se décou­vre dans les évo­ca­tions de sa poésie et l’alchimie de ses col­lages. Deux […]

mm

Marilyne Bertoncini

Mar­i­lyne Bertonci­ni, co-respon­s­able de la revue Recours au Poème, à laque­lle elle col­la­bore depuis 2013, mem­bre du comtié de rédac­tion de la revue <emPhoenix, doc­teur en Lit­téra­ture, spé­cial­iste de Jean Giono, tra­vaille avec des artistes, vit, écrit et traduit de l’anglais et de l’i­tal­ien. Elle est l’autrice de nom­breux arti­cles et cri­tiques ain­si que de tra­duc­tions sur Recours au Poème. Ses textes et pho­tos sont égale­ment pub­liés dans des antholo­gies, divers­es revues français­es et inter­na­tionales, et sur son blog :   http://minotaura.unblog.fr. Prin­ci­pales publications : Tra­duc­tions :  tra­duc­tions de l’anglais (US et Aus­tralie) : Bar­ry Wal­len­stein, Mar­tin Har­ri­son, Peter Boyle (Recours au Poème édi­teurs, 2014 et 2015), Car­ol Jenk­ins ( Riv­er road Poet­ry Series, 2016) autres tra­duc­tions : Secan­je Svile, Mémoire de Soie, Tan­ja Kragu­je­vic, édi­tion trilingue, Beograd 2015 Livre des sept vies , Ming Di, Recours au Poème édi­tions, 2015 His­toire de Famille, Ming Di, édi­tions Tran­signum, avec des illus­tra­tions de Wan­da Mihuleac,  juin 2015 Instan­ta­nés, Eva-Maria Berg, édi­tions Imprévues, 2018 Poèmes per­son­nels :  Labyrinthe des Nuits, suite poé­tique, RaP édi­teur, 2015 La Dernière Oeu­vre de Phidias, Encres Vives, avril 2016 Aeonde, La Porte, 2017 AEn­cre de Chine, livre-ardoise sur un pro­jet de Wan­da Mihuleac Le Silence tinte comme l’angélus d’un vil­lage englouti, édi­tions Imprévues, 2017 La Dernière Oeu­vre de Phidias, suivi de L’In­ven­tion de l’ab­sence, Jacques André édi­teur , mars 2017 L’An­neau de Chill­i­da, L’Ate­lier du Grand Tétras, 2018 Mémoire vive des replis, poèmes et pho­tos de l’autrice, pré­face de Car­ole Mes­ro­bian, édi­tions “Pourquoi viens-tu si tard?”, novem­bre 2018 Sable, livre bilingue (tra­duc­tion en alle­mand d’ Eva-Maria Berg), avec des gravures de Wan­da Mihuleac, et une post­face de Lau­rent Gri­son, Tran­signum , mars 2019. Memo­ria viva delle pieghe/mémoire vive des replis, édi­tion bilingue, tra­duc­tion de l’autrice, pré­face de Gian­car­lo Baroni, éd. PVTST?, mars 2019 (fiche biographique com­plète sur le site de la MEL : http://www.m‑e-l.fr/marilyne-bertoncini,ec,1301 )
Aller en haut