> Nouvelles de la poésie au Québec : Claudine Bertrand

Nouvelles de la poésie au Québec : Claudine Bertrand

Par | 2018-01-07T13:02:45+00:00 16 octobre 2017|Catégories : Claudine Bertrand, Essais & Chroniques|

Rencontrer Claudine Bertrand est une expé­rience unique : poète, déjà publiée sur nos pages, plu­sieurs fois récom­pen­sée pour son œuvre 1, cou­ron­née aus­si en juin 2017 par Le Prix euro­péen “Virgile 2017″…   elle est encore essayiste, édi­trice, revuiste… : il semble que nul domaine lié à la lit­té­ra­ture, à la poé­sie et à sa dif­fu­sion ne lui ait échap­pé.

Claudine Bertrand est une femme enga­gée, fémi­niste sans demi-mesure : pion­nière, elle a fon­dé la revue Arcade consa­créeà l’écriture des femmes et l’a diri­gée durant 25 ans, œuvrant ain­si à faire connaître la lit­té­ra­ture, à la dif­fu­ser et à la rendre visible – mais  son enga­ge­ment va bien au-delà, il engage toute sa vie, entraî­nant les choses autour d’elle dans un mou­ve­ment d’irrésistible avan­cée, et on ne s’étonne pas de lire en exergue de son site cette cita­tion du poète espa­gnol Gabriel Celaya :

La poé­sie est une arme char­gée de futur

Voici une devise qui carac­té­rise par­fai­te­ment cette per­sonne cha­leu­reuse, riche de pro­jets 2 menés avec toute l’énergie du monde – à tel point que l’image qu’on garde d’elle, comme un éblouis­se­ment sur la rétine, est celle d’une force en action, colo­rée de rouge comme la cou­ver­ture de l’ antho­lo­gie de ses textes 3, qu’elle nous a dédi­ca­cée en guise de carte de visite et dont les textes marquent les étapes de sa vie mais témoignent aus­si des moments et des inter­ro­ga­tions de l’histoire uni­ver­selle.

Considérée au Québec comme l’ambassadrice de la lit­té­ra­ture qué­bé­coise, elle ne pou­vait être que la pre­mière invi­tée de notre rubrique sur la poé­sie d’outre-atlantique, dont on sou­haite qu’elle nous aide à la déve­lop­per.

Présentation de l’auteur

Claudine Bertrand

Claudine Bertrand est une poé­tesse cana­dienne née en 1948 à Montréal, au Québec.

Elle est l’auteure d’ouvrages poé­tiques et de livres d’artiste au Québec et à l’étranger, dont Une main contre le délire (fina­liste en 1996 au Grand Prix du Festival inter­na­tio­nal de la poé­sie de Trois-Rivières), L’amoureuse inté­rieure (Prix de poé­sie 1998 de la Société des écri­vains cana­diens), Tomber du jour, Le corps en tête (prix Tristan-Tzara 2001), L’énigme du futur (Prix Saint-Denys Garneau en 2002 livre d’artiste avec la plas­ti­cienne fran­çaise Chantal Legendre). Elle a été lau­réate du Prix Femme de mérite 1997 et médaillée d’or du Rayonnement cultu­rel.

Elle est Fondatrice de la revue Arcade, elle la dirige de 1981 à 2006 et a créé le Prix de la relève Arcade (1991).

Depuis les années 1970, elle col­la­bore à plu­sieurs revues lit­té­raires : Montréal now !, Intervention, La nou­velle barre du jour, Les écrits, Hobo-Québec, Possibles, Rampike, Doc(k)s, Mensuel 25, Moebius, Estuaire, Écritures, Tessera, Bacchanales, et Acte Sud, Jardin d’essai, Pourtours et Travers (France).

[Source : Wikipédia]

© photo Isabelle Poinloup

© Josée Lambert

Recueils de poésie

  • Idole errante, récit poé­tique, Montréal, Éditions Lèvres Urbaines, 1983.
  • Memory, scé­na­rio poé­tique, Montréal, la Nouvelle Barre du Jour, 1985.
  • Fiction-nuit, poé­sie avec quatre des­sins de Monique Dussault, Saint-Lambert, Éditions Le Noroît, 1987.
  • La Dernière Femme, poé­sie avec une lino­gra­vure de Célyne Fortin, Saint-Lambert, Éditions Le Noroît, 1991 (tirage épui­sé) 2e édi­tion bilingue tchèque et fran­çaise, tra­duc­tion de Jana Boxberger, Prague, Protis, 2000.
  • La Passion au fémi­nin, entre­tiens, coau­teur avec Josée Bonneville, Montréal, XYZ Éditeur, 1994.
  • Une main contre le délire, poé­sie, avec une illus­tra­tion de Roch Plante, Montréal/​​Paris, Le Noroît/​​Erti édi­teur, 1995.
  • L’Amoureuse inté­rieure, sui­vi de La mon­tagne sacrée, poé­sie, avec quatre ori­gi­naux de Roland Giguère, Montréal/​​Paris, Le Noroît/​​Le Dé Bleu, 1997, * Prix de la Société des Écrivains Canadiens, Prix de la Renaissance fran­çaise ; 2e édi­tion tra­duite en cata­lan par Anna Montero, Barcelone, Tandem Edicions, 2002.
  • Tomber du jour, poé­sie avec une illus­tra­tion de Marcelle Ferron, Montréal, Éditions Le Noroît, 1999.
  • Le Corps en tête, poé­sie, l’Atelier des Brisants, France, 2001, prix Tristan-Tzara.
  • Jardin des ver­tiges, poé­sie, illus­tra­tion de Chan Ky-Yut, Montréal, Hexagone, 2002.
  • Nouvelles épi­pha­nies, poé­sie, Montréal, Trait d’Union, Autres temps, France, 2003.
  • Chute de voyelles, poé­sie, Trait d’Union, Montréal, Autres Temps, France, 2004.
  • Pierres sau­vages, poé­sie, Édition de l’Harmattan, coll. « Poètes des 5 conti­nents », France, 2005.
  • Ailleurs en soi, poé­sie, Éditions Domens, France, 2006.
  • Autour de l’obscur, poé­sie, Éditions de l’Hexagone, 2008.
  • The Last Woman, poé­sie, Éditions Guernica, 2008. Choix de poèmes publiés de 1991 à 2002, tra­duits par Antonio D’Alfonso.
  • Autour de l’obscur, poé­sie, illus­tra­tion Anne Slacik, Édition de l’Hexagone, 2008.
  • Passion Afrique, poé­sie, illus­tra­tions Michel Mousseau, Éditions Rougier, col­lec­tion « Ficelle », France 2009.
  • Au large du Sénégal, poé­sie, illus­tra­tions Michel Mousseau, Éditions Rougier, col­lec­tion “Plis urgents”, 2013

 

Poèmes choi­sis

 


Notes

  1. On cite­ra  les prix Tristan Tzara, Saint-Denys Garneau, ses poèmes tra­duits en bul­gare, et le doc­to­rat « hono­ris cau­sa » de l’Université de Plovdiv (Bulgarie) qui lui est décer­né pour sou­li­gner ses trente ans d’écriture. Nous men­tion­ne­rons ses der­niers titres : Emoi Afrique(S), Fleurs d’orage, Au large du Sénégal, Ailleurs en soi, Pierres sau­vages, Tomber du Jour.[]
  2. En pro­jet,  une antho­lo­gie de 150 poètes de la fran­co­pho­nie, qui sera publiée en juin aux édi­tions Henry.[]
  3. Rouge assoif­fée, Éditions L’Hexagone, col­lec­tion Typo, 2011[]

mm

Marilyne Bertoncini

Marilyne Bertoncini, cores­pon­sable de la revue Recours au Poème, doc­teur en Littérature, spé­cia­liste de Jean Giono, col­la­bore avec des artistes, vit, écrit et tra­duit.
Ses textes et pho­tos paraissent dans diverses revues fran­çaises et inter­na­tio­nales, et sur son blog mino​tau​ra​.unblog​.fr.

Ses tra­duc­tions de poètes anglais et aus­tra­liens et son recueil, Labyrinthe des Nuits, sont parus chez Recours au Poème édi­teurs, comme sa tra­duc­tion des poèmes de Ming Di, Livre des 7 Vies, et Histoire de Famille, illus­trés par Wanda Mihuleac, aux édi­tions Transignum en mars 2015.

Une pre­mière ver­sion de La Dernière Oeuvre de Phidias est parue en 2016 chez Encres Vives.

Dernières publications

  • Æncre de Chine, livre ardoise avec Wanda Mihuleac, édi­tions Transignum, 2016
  • La Dernière œuvre de Phidias, sui­vi de L’Invention de l’absence, Jacques André édi­teur, 2017
  • Aeonde, La Porte, 2017,
  • Le Silence tinte comme l’angélus d’un vil­lage englou­ti, édi­tions Imprévues, 2017
X