Nouvelles de la poésie au Québec : Claudine Bertrand

Par |2018-01-07T13:02:45+01:00 16 octobre 2017|Catégories : Claudine Bertrand, Essais & Chroniques|

Ren­con­tr­er Clau­dine Bertrand est une expéri­ence unique : poète, déjà pub­liée sur nos pages, plusieurs fois récom­pen­sée pour son œuvre 1On cit­era  les prix Tris­tan Tzara, Saint-Denys Gar­neau, ses poèmes traduits en bul­gare, et le doc­tor­at « hon­oris causa » de l’Université de Plov­div (Bul­gar­ie) qui lui est décerné pour soulign­er ses trente ans d’écriture. Nous men­tion­nerons ses derniers titres : Emoi Afrique(S), Fleurs d’orage, Au large du Séné­gal, Ailleurs en soi, Pier­res sauvages, Tomber du Jour., couron­née aus­si en juin 2017 par Le Prix européen “Vir­gile 2017”…   elle est encore essay­iste, éditrice, revuiste… : il sem­ble que nul domaine lié à la lit­téra­ture, à la poésie et à sa dif­fu­sion ne lui ait échappé.

Clau­dine Bertrand est une femme engagée, fémin­iste sans demi-mesure : pio­nnière, elle a fondé la revue Arcade con­sacréeà l’écriture des femmes et l’a dirigée durant 25 ans, œuvrant ain­si à faire con­naître la lit­téra­ture, à la dif­fuser et à la ren­dre vis­i­ble – mais  son engage­ment va bien au-delà, il engage toute sa vie, entraî­nant les choses autour d’elle dans un mou­ve­ment d’ir­ré­sistible avancée, et on ne s’é­tonne pas de lire en exer­gue de son site cette cita­tion du poète espag­nol Gabriel Celaya :

La poésie est une arme chargée de futur

Voici une devise qui car­ac­térise par­faite­ment cette per­son­ne chaleureuse, riche de pro­jets 2En pro­jet,  une antholo­gie de 150 poètes de la fran­coph­o­nie, qui sera pub­liée en juin aux édi­tions Hen­ry. menés avec toute l’én­ergie du monde — à tel point que l’im­age qu’on garde d’elle, comme un éblouisse­ment sur la rétine, est celle d’une force en action, col­orée de rouge comme la cou­ver­ture de l’ antholo­gie de ses textes 3Rouge assoif­fée, Édi­tions L’Hexagone, col­lec­tion Typo, 2011, qu’elle nous a dédi­cacée en guise de carte de vis­ite et dont les textes mar­quent les étapes de sa vie mais témoignent aus­si des moments et des inter­ro­ga­tions de l’his­toire universelle.

Con­sid­érée au Québec comme l’am­bas­sadrice de la lit­téra­ture québé­coise, elle ne pou­vait être que la pre­mière invitée de notre rubrique sur la poésie d’outre-atlan­tique, dont on souhaite qu’elle nous aide à la développer.

Présentation de l’auteur

Claudine Bertrand

Clau­dine Bertrand est une poétesse cana­di­enne née en 1948 à Mon­tréal, au Québec.

Elle est l’auteure d’ouvrages poé­tiques et de livres d’artiste au Québec et à l’étranger, dont Une main con­tre le délire (final­iste en 1996 au Grand Prix du Fes­ti­val inter­na­tion­al de la poésie de Trois-Riv­ières), L’amoureuse intérieure (Prix de poésie 1998 de la Société des écrivains cana­di­ens), Tomber du jour, Le corps en tête (prix Tris­­tan-Tzara 2001), L’énigme du futur (Prix Saint-Denys Gar­neau en 2002 livre d’artiste avec la plas­ti­ci­enne française Chan­tal Legendre). Elle a été lau­réate du Prix Femme de mérite 1997 et médail­lée d’or du Ray­on­nement culturel.

Elle est Fon­da­trice de la revue Arcade, elle la dirige de 1981 à 2006 et a créé le Prix de la relève Arcade (1991).

Depuis les années 1970, elle col­la­bore à plusieurs revues lit­téraires: Mon­tréal now !, Inter­ven­tion, La nou­velle barre du jour, Les écrits, Hobo-Québec, Pos­si­bles, Rampike, Doc(k)s, Men­su­el 25, Moe­bius, Estu­aire, Écri­t­ures, Tessera, Bac­cha­nales, et Acte Sud, Jardin d’es­sai, Pour­tours et Tra­vers (France).

[Source : Wikipé­dia]

© photo Isabelle Poinloup

© Josée Lambert

Recueils de poésie

  • Idole errante, réc­it poé­tique, Mon­tréal, Édi­tions Lèvres Urbaines, 1983.
  • Mem­o­ry, scé­nario poé­tique, Mon­tréal, la Nou­velle Barre du Jour, 1985.
  • Fic­­tion-nuit, poésie avec qua­tre dessins de Monique Dus­sault, Saint-Lam­bert, Édi­tions Le Noroît, 1987.
  • La Dernière Femme, poésie avec une lino­gravure de Célyne Fortin, Saint-Lam­bert, Édi­tions Le Noroît, 1991 (tirage épuisé) 2e édi­tion bilingue tchèque et française, tra­duc­tion de Jana Boxberg­er, Prague, Pro­tis, 2000.
  • La Pas­sion au féminin, entre­tiens, coau­teur avec Josée Bon­neville, Mon­tréal, XYZ Édi­teur, 1994.
  • Une main con­tre le délire, poésie, avec une illus­tra­tion de Roch Plante, Montréal/Paris, Le Noroît/Erti édi­teur, 1995.
  • L’Amoureuse intérieure, suivi de La mon­tagne sacrée, poésie, avec qua­tre orig­in­aux de Roland Giguère, Montréal/Paris, Le Noroît/Le Dé Bleu, 1997, * Prix de la Société des Écrivains Cana­di­ens, Prix de la Renais­sance française; 2e édi­tion traduite en cata­lan par Anna Mon­tero, Barcelone, Tan­dem Edi­cions, 2002.
  • Tomber du jour, poésie avec une illus­tra­tion de Mar­celle Fer­ron, Mon­tréal, Édi­tions Le Noroît, 1999.
  • Le Corps en tête, poésie, l’Atelier des Brisants, France, 2001, prix Tristan-Tzara.
  • Jardin des ver­tiges, poésie, illus­tra­tion de Chan Ky-Yut, Mon­tréal, Hexa­gone, 2002.
  • Nou­velles épipha­nies, poésie, Mon­tréal, Trait d’Union, Autres temps, France, 2003.
  • Chute de voyelles, poésie, Trait d’Union, Mon­tréal, Autres Temps, France, 2004.
  • Pier­res sauvages, poésie, Édi­tion de l’Harmattan, coll. « Poètes des 5 con­ti­nents », France, 2005.
  • Ailleurs en soi, poésie, Édi­tions Domens, France, 2006.
  • Autour de l’ob­scur, poésie, Édi­tions de l’Hexa­gone, 2008.
  • The Last Woman, poésie, Édi­tions Guer­ni­ca, 2008. Choix de poèmes pub­liés de 1991 à 2002, traduits par Anto­nio D’Alfonso.
  • Autour de l’obscur, poésie, illus­tra­tion Anne Slacik, Édi­tion de l’Hexagone, 2008.
  • Pas­sion Afrique, poésie, illus­tra­tions Michel Mousseau, Édi­tions Rougi­er, col­lec­tion «Ficelle», France 2009.
  • Au large du Séné­gal, poésie, illus­tra­tions Michel Mousseau, Édi­tions Rougi­er, col­lec­tion “Plis urgents”, 2013

 

Poèmes choi­sis

 

mm

Marilyne Bertoncini

Mar­i­lyne Bertonci­ni, co-respon­s­able de la revue Recours au Poème, à laque­lle elle col­la­bore depuis 2013, mem­bre du comtié de rédac­tion de la revue <emPhoenix, doc­teur en Lit­téra­ture, spé­cial­iste de Jean Giono, tra­vaille avec des artistes, vit, écrit et traduit de l’anglais et de l’i­tal­ien. Elle est l’autrice de nom­breux arti­cles et cri­tiques ain­si que de tra­duc­tions sur Recours au Poème. Ses textes et pho­tos sont égale­ment pub­liés dans des antholo­gies, divers­es revues français­es et inter­na­tionales, et sur son blog :   http://minotaura.unblog.fr. Prin­ci­pales publications : Tra­duc­tions :  tra­duc­tions de l’anglais (US et Aus­tralie) : Bar­ry Wal­len­stein, Mar­tin Har­ri­son, Peter Boyle (Recours au Poème édi­teurs, 2014 et 2015), Car­ol Jenk­ins ( Riv­er road Poet­ry Series, 2016) autres tra­duc­tions : Secan­je Svile, Mémoire de Soie, Tan­ja Kragu­je­vic, édi­tion trilingue, Beograd 2015 Livre des sept vies , Ming Di, Recours au Poème édi­tions, 2015 His­toire de Famille, Ming Di, édi­tions Tran­signum, avec des illus­tra­tions de Wan­da Mihuleac,  juin 2015 Instan­ta­nés, Eva-Maria Berg, édi­tions Imprévues, 2018 Poèmes per­son­nels :  Labyrinthe des Nuits, suite poé­tique, RaP édi­teur, 2015 La Dernière Oeu­vre de Phidias, Encres Vives, avril 2016 Aeonde, La Porte, 2017 AEn­cre de Chine, livre-ardoise sur un pro­jet de Wan­da Mihuleac Le Silence tinte comme l’angélus d’un vil­lage englouti, édi­tions Imprévues, 2017 La Dernière Oeu­vre de Phidias, suivi de L’In­ven­tion de l’ab­sence, Jacques André édi­teur , mars 2017 L’An­neau de Chill­i­da, L’Ate­lier du Grand Tétras, 2018 Mémoire vive des replis, poèmes et pho­tos de l’autrice, pré­face de Car­ole Mes­ro­bian, édi­tions “Pourquoi viens-tu si tard?”, novem­bre 2018 Sable, livre bilingue (tra­duc­tion en alle­mand d’ Eva-Maria Berg), avec des gravures de Wan­da Mihuleac, et une post­face de Lau­rent Gri­son, Tran­signum , mars 2019. Memo­ria viva delle pieghe/mémoire vive des replis, édi­tion bilingue, tra­duc­tion de l’autrice, pré­face de Gian­car­lo Baroni, éd. PVTST?, mars 2019 (fiche biographique com­plète sur le site de la MEL : http://www.m‑e-l.fr/marilyne-bertoncini,ec,1301 )

Notes[+]

Aller en haut