> Jean-Jacques Tachdjian

Jean-Jacques Tachdjian

2018-01-28T19:44:53+00:00

Poète par défaut

« Faiseur d’images », comme il se défi­nit lui-même, Jean-Jacques Tachdjian a éla­bo­ré, en pro­fond amou­reux de toutes formes d’images et de créa­tion, un uni­vers sin­gu­lier qui en fait un artiste culte pour toute une géné­ra­tion. 

Un uni­vers nou­veau et dérou­tant en France, quoique très en vogue aux Etats-Unis avec des artistes qui sont des idoles comme Gary Panter, Joe Coleman, Mark Ryden ou encore Hans Ruedi Giger. La preuve en est quand il expose à Los Angeles à la Galerie Overtone avec Jonathon Rosen et Robert Williams, des artistes qui se rap­prochent de la BD, de l’art popu­laire, du Pop Art et du Surréalisme. 

Jean-Jacques Tachdjian façonne son mul­ti­vers de « Surréalisme Pop », à la croi­sée d’une dyna­mique de recherche et d’un espace de jeu, qui convoque toutes formes de créa­tion, sans juge­ment de valeur entre haute et basse culture. Depuis les figures de comics, jusqu’aux réfé­rences les plus clas­siques de l’histoire de l’art, en pas­sant par l’imagerie punk, le ciné­ma, le street art ou encore la typo­gra­phie, elles sont « dégus­tées », puis com­bi­nées, arti­cu­lées, rema­niées, trans­for­mées, inter­pré­tées, mixées en un lan­gage unique. Graphiste de for­ma­tion, il enchâsse natu­rel­le­ment les mots et les lettres avec les images, jouant du des­sin de la lettre et cher­chant plus pro­fon­dé­ment une intri­ca­tion texte-image où résonne le sens sub­til des concor­dances. 

 

Jean-Jacques Tachdjian

Créateur de fan­zines cultes, « Sortez la chienne », « Couverture » qui ont vu l’émergence de nom­breux artistes tels que Stéphane Blanquet, Pakito Bolino, Pit, Remi Malingrey…, musi­cien de groupes Punk et de Hard Rock, concep­teur de logos, de typo­gra­phies, d’affiches de concert, sont autant de facettes de sa vie, qu’il conçoit comme une expé­ri­men­ta­tion de l’acte renou­ve­lé de créa­tion. 

S’il ne cesse de sur­prendre, de dérou­ter, c’est vou­lu et c’est qu’il mixe dans son tra­vail, avec une curio­si­té insa­tiable et une gour­man­dise fla­grante, tout ce qui l’inspire. Il n’en pro­pose pas moins un che­mi­ne­ment et un tra­vail d’une puis­sante iden­ti­té visuelle et concep­tuelle. 

Jean-Jacques Tachdjian affec­tionne par­ti­cu­liè­re­ment les images luxu­riantes, baroques, très ouvra­gées, les images où «  c’est un délice de figno­ler les détails, de soi­gner chaque cen­timètre carré, au risque de se perdre soi-même, et d’ailleurs avec délec­ta­tion ». Des images à même d’accroître la per­cep­tion du sens, mais éga­le­ment de mobi­li­ser les émo­tions en sorte d’appréhender le monde en son « état poé­tique » et de par­ta­ger l’émerveillement avec le regar­deur. 

Chez lui, l’explosion de cou­leur, la vio­lence du champ chro­ma­tique, l’emprunt de figures popu­laires s’associent à un mes­sage à ten­dance anar­chiste, situa­tion­niste qui aime à jouer du pas­tiche et du détour­ne­ment. Son tra­vail parle de la socié­té, de la vio­lence, de la sexua­li­té, de la souf­france comme de petits bon­heurs et de la gran­deur humaine. Ainsi dit-il qu’il « bri­cole pour réparer le réel »

Il en résulte la figu­ra­tion d’un uni­vers propre, d’un sys­tème per­son­nel com­plet. Ce tra­vail n’en découle pas moins d’une forte affir­ma­tion de la vie, de la joie, qui lui confère un carac­tère émi­nem­ment cha­leu­reux et jubi­la­toire. Il invite à jouir d’un « uni­vers dont les humains ne sont qu’une infi­nitésimale par­tie mais qui est leur seule mai­son »

RENAUD FAROUX, Historien de l’art

Autres lec­tures

Entretien avec Jean-Jacques Tachdjian

Jean-Jacques Tachdjian, sur votre site inter­net, jean​jac​ques​ta​chd​jian​.com, vous vous défi­nis­sez comme un « créa­teur de culture visuelle », et vous pré­ci­sez que votre démarche est une démarche « de décloi­son­ne­ment et de liber­té ». Pouvez-vous nous expli­quer [...]

Sommaires