Danièle Duteil : Haïkus extraits de différents recueils

Par |2020-09-06T20:35:39+02:00 6 septembre 2020|Catégories : Danièle Duteil, Poèmes|

après l’averse
une autre averse
empreintes profondes

 

brumes de décembre
un vol d’échassiers
se perd

 

Der­rière les hiron­delles, haïkus coécrits avec Gérard Dumon, AFH, 2010.

∗∗∗

les champs inondés
entre deux cabanes flotte
une cuve à mazout

 

jardins sub­mergés
dehors une femme appelle
son minou minou

 

Écouter les heures, Prix du livre haïku, APH, 2013.

∗∗∗

allongée
sous les étoiles
par­fois une chute

 

 

retour au pays
même vent mêmes pierres
d’autres vies

 

Au bord de nulle part, illus­tra­tion haï­ga de Ion Codres­cu, édi­tions Pip­pa, 2014.

∗∗∗

Des tags sur les murs
La mai­son du pêcheur
fleure le curry

 

 

Vil­lage décrépi
Pas même un cad­ran solaire
pour piéger le temps

 

Décrocher les étoiles, pré­face d’Alain Kervern, illus­tra­tions de Choupie Moysan, édi­tions Unic­ité, 2018.

Présentation de l’auteur

Danièle Duteil

Danièle Duteil est née dans l’île de Ré qu’elle con­tin­ue d’aimer immen­sé­ment, en dépit des con­voitis­es dont ce petit morceau de terre bat­tu par les flots fait aujourd’hui l’objet.  Ses sou­venirs les plus piquants y sont ancrés à jamais.

La majeure par­tie de sa sco­lar­ité se déroule au Lycée de La Rochelle, puis à la Fac­ulté de Let­tres de Poitiers. Sa longue car­rière de pro­fesseur, débutée à l’âge de 21 ans, lui apprend la patience et la tolérance et lui fait décou­vrir les richess­es insoupçonnables de chaque indi­vidu. Le pro­fes­so­rat ne cor­re­spond pas cepen­dant à son choix de prédilec­tion : la médecine l’attire mais ses par­ents n’approuvent pas.

Depuis main­tenant qua­torze ans, elle se con­sacre assidu­ment à l’étude de la poésie brève japon­aise, qui n’a pas fini de la séduire. Si elle lit très volon­tiers les con­tem­po­rains, qu’elle prend plaisir à com­menter d’ailleurs dans divers­es revues, elle aime tou­jours autant s’imprégner des écrits des haïjins clas­siques anciens, Bashô, Buson, Issa, Shi­ki, Chiyo ni… indé­mod­ables vir­tu­os­es d’un art qui ne cesse de surprendre.

Entrée au Bureau de l’AFH (Asso­ci­a­tion Fran­coph­o­ne de Haïku) en 2007, sous la prési­dence de Jean Antoni­ni, elle ne tarde pas à en devenir la secré­taire et la prési­dente du jury de sélec­tion des haïkus. Elle par­ticipe à la mise en place ou à l’animation de plusieurs fes­ti­vals : Mon­tréal 2008, Lyon 2010, Mar­tigues 2012 (sous la prési­dence de Mar­tine Gon­­falones-Modigliani), Vannes 2014.

En 2008, elle s’abonne à la Revue du Tan­ka fran­coph­o­ne et par­ticipe par la suite à plusieurs fes­ti­vals de Tan­ka à Mar­tigues, Mon­tréal et Lyon.

En 2010, la poétesse, qui vit à Rive­­doux-Plage (17), crée avec Gérard Dumon (17), Jean-Claude Non­net dit « Bikko » (86), Patrick Som­prou (16) Le Kukaï du Grand Quart Sud-Ouest.

En 2011, elle crée avec Gérard Dumon l’Association Fran­coph­o­ne pour les Auteurs de Haïbun, « L’étroit chemin » (AFAH) qu’elle pré­side encore aujourd’hui. Sous sa respon­s­abil­ité, l’AFAH pub­lie en ligne, qua­tre fois par an, son jour­nal L’écho de l’étroit chemin. La revue est vis­i­ble sur le site de l’AFAH : http://association-francophone-haibun.com/

En 2012, elle est sélec­tion­née pour la « Balade haïku dans l’île de Shikoku », con­cours organ­isé par les Asso­ci­a­tions Shikoku Muchu­jin, Japon Auvergne et Nip­pon Auvergne : JANA.

En 2013, elle rem­porte le Prix du Livre Haïku de l’Association pour la Pro­mo­tion et la Dif­fu­sion du Haïku, avec le recueil Écouter les heures.

Cette même année, con­séquence de la tem­pête Xyn­thia, elle quitte l’île de Ré pour s’installer dans le Mor­bi­han, au bord de la Ria d’Etel. Le temps de pren­dre ses mar­ques et elle con­tin­ue de dif­fuser autour le haïku. Peu avant le fes­ti­val inter­na­tion­al de haïku de l’AFH (2014), elle com­mence à réu­nir son « Kukaï-Vannes » qui se tient encore chaque 2even­dre­di du mois, excep­té en août. Les mem­bres du kukaï étu­di­ent surtout le haïku, par­fois le tan­ka, le haïbun ou le renku.

De 2014 à 2016, elle col­la­bore à La Let­tre de Ploc cen­trée sur des recen­sions d’ouvrages.

En 2015, elle signe un con­trat entre l’AFAH et les Édi­tions du Tan­ka fran­coph­o­ne (dirigées par Patrick Simon) pour co-pub­­li­er annuelle­ment soit un numéro com­mun de la Revue du Tan­ka fran­coph­o­ne « Spé­cial haïbun et tan­­ka-prose », soit un recueil collectif.

Elle par­ticipe à la for­ma­tion de jeunes haïk­istes bre­tons, à la fin de l’année 2019, dans le cadre du 18e con­cours inter­na­tion­al de haïku Taol Kurun de Quim­per­lé, et fait par­tie du jury de sélec­tion en com­pag­nie de Fan­ny Chauf­fin (coor­di­na­trice), Marie Chiff’mine, Malo Boues­sel-du-Bourg, Mai Ewen, Melaine Faven­nec, Naig Kervel­la, Alain Kervern, Bernez Tan­gi et Pierre Tanguy.Entre la tenue de son jour­nal L’écho de l’étroit chemin, la rédac­tion d’articles pour d’autres revues telles La Revue du Tan­ka fran­coph­o­ne, Haïku Uni­ver­si­ty, Gong (AFAH), les recen­sions de recueils, l’écriture de pré­faces, les sol­lic­i­ta­tions divers­es (ate­liers, jurys, con­férences, salons, fes­ti­vals…), la pub­li­ca­tion de recueils, elle ne voit pas le temps pass­er, si ce n’est à tra­vers l’observation atten­tive de la nature dont elle guette les plus intimes soubresauts. 

Œuvre

 

  • Recueils per­son­nels

 

Face au le pont, coécrit avec Alain Legoin, Haïk­Ouest, 2008.

La pluie bat la dune, Haïk­Ouest, 2009

Der­rière les hiron­delles, AFH, 2010

3 feuilles sur la treille (coécrit avec Jan­ick Bel­leau et Monique Mer­abet), Éd. L’iroli, 2012 ;

Écouter les heures, Prix du livre de haïku 2013 décerné par l’APH (Asso­ci­a­tion pour la pro­mo­tion et la dif­fu­sion du haïku) ;

Au bord de nulle part, haïku (illus­tré par les haï­ga de Ion Codres­cu), Éd. Pip­pa, 2014 ;

L’odeur du fenouil sauvage, haïku (coécrit avec Damien Gabriels), Éd. Pip­pa 2016 ;

de Villes en Rives, tan­ka (coécrit avec Jan­ick Bel­leau), Éd. du Tan­ka fran­coph­o­ne, 2017 ;

Le son de la chantepleure, haïku : livre d’artiste, col­lage réal­isés par Chris­tine Anziani, emboî­tage de  Choupie Moysan, Ed. CNJV, Vannes, 2018.

Décrocher les étoiles, haïku, Éd. Unic­ité, 2018.

 

  • Direc­tion de recueils

 

Enfan­sil­lages 1, col­lec­tif de haïku (co-dirigé avec Valérie Rivoal­lon), Éd. Unic­ité, 2012 ;

Moissons, col­lec­tif de haïku « coups de cœur » du jury de l’AFH (2007–2010), AFH, 2010 ;

Le singe reni­fle en hiv­er, de Sal­im Bellen, co-dirigé avec Daniel Py, Éd. Unic­ité, 2013 ;

Chemins croisés, col­lec­tif de haïbun, Éd. Pip­pa, 2014 ;

Haïbun et tan­­ka-prose, col­lec­tif ; Éd. du Tan­ka fran­coph­o­ne, 2017 ;

Haïkus de la corde à linge, Éd. Rival­ités, 2017 ;

Secrets de femmes, col­lec­tif de haïku, Éd. Pip­pa, 2018 ;

L’or du rein, l’humain corps et âme, col­lec­tif de sen­ryû, Éd. Unic­ité, 2018 ;

Naître et Renaître, col­lec­tif de haïku, Éd. Pip­pa, févri­er 2020 ;

Autour de Proust : Tan­ka Proust et Haïbun Proust, col­lec­tif de haïbun et tan­­ka-prose, Éd. du Tan­ka fran­coph­o­ne, mars 2020.

 

  • Con­tri­bu­tions et préfaces

 

Chou hibou haïku, Guide de haïku à l’école ou ailleurs, Dir. Jean Antoni­ni : Les thèmes du haïku, Alter Édi­tions, 2011 ;

À la rue, Prix du Livre Haïku 2015, Sei Haisen : Post­face ; APH, 2015 ;

Un souf­fle poé­tique du Japon sur nos écrits, Actes du Col­loque (Dir. Dominique Chipot) : La nature dans le haïku — 24 juin 2016, Lycée Hen­ri-IV, Paris, Éd. Pip­pa, 2016 ;

Rêves de vie, Prix du haïbun 2017, Yann Redor : Pré­face ; APH, 2017 ;

Dans la forêt loin­taine… on entend le coucou, haïkus : Post­face. Dir. Isabelle Ypsi­lan­tis, Éd. Pip­pa 2019 ;

Trois gouttes de bleu sur l’arc-en-ciel, haïkus de San­drine Waron­s­ki : Pré­face. AFH, 2019 ;

Pétales de vie, tankas de Cook­ie Allez : Pré­face ; Éd. Pip­pa, 2019 ;

Toute Cette Rouille, haïbun, de Bernard Dato : Pré­face. Éd. Via Domi­tia, jan­vi­er 2020.

 

  • Présence en col­lec­tifs et anthologies

 

La rumeur du cof­fre à jou­ets, haïku, Dir. Isabel Asún­so­lo, Éd. L’iroli, 2008 ;

La Valise entr’ouverte, Antholo­gie de haïkus du kukaï de Paris, Dir. Paul de Mari­court et Daniel Py ; Éd. Unic­ité 2010 ;

Quel ani­mal ! haïbun et micro-nou­velles, Éd. L’iroli, 2011 ;

Haï­ga, pein­dre en poésie, Ion Codres­cu, AFH, 2012 ;

L’anthologie du tan­ka fran­coph­o­ne, Dir. Patrick Simon, Éd. du Tan­ka fran­coph­o­ne, 2012 ;

2e antholo­gie du tan­ka fran­coph­o­ne, Dir. Patrick Simon, Éd. du Tan­ka fran­coph­o­ne, 2015 ;

D’un con­ti­nent à l’autre, 100 tan­ka, Éd. du Tan­ka fran­coph­o­ne, 2016 ;

Zestes d’orange, haïkus sélec­tion­nés dans la revue Gong entre 2003 et 2006, Co-éd. Renée Clairon/AFH, 2016 ;

Pas­sion haïku, col­lec­tif dirigé par Daniel Py, Éd. Pip­pa, 2017 ;

L’arbre sort du bois, haïku, Dir. Dominique Chipot, Éd. Pip­pa, 2017 ;

Un haïku pour le cli­mat, Dir. Isabel Asún­so­lo, Éd. L’iroli, 2018 ;

Dans la forêt loin­taine… on entend le coucou, Dir. Isabelle Ypsi­lan­tis, Éd. Pip­pa 2019 ;

Antholo­gie fran­coph­o­ne de ren­ga, Dir. Patrick Simon, Éd. du Tan­ka fran­coph­o­ne, mars 2020.

 

Autres lec­tures

Aller en haut