> Frédéric Célestin, Poèmes fonnkèr

Frédéric Célestin, Poèmes fonnkèr

Par |2018-07-05T11:32:42+00:00 5 juillet 2018|Catégories : Frédéric Célestin, Poèmes|

Gran monmon, gran papa 1

Pou sat la fé La Rényon èk zot min, zot kor, dann tan lésk­la­vaz.

Gran mon­mon

Gran mon­mon nout péï

            Aèl minm té dann karo zépiss, kafé, kann pou kou­pé, pou sha­royé

           Aèl minm té i joué maloya dann kan, pou fé viv muzik-là an segré

            Aèl minm la fé pouss son zan­fan an rés­pé

            Aèl minm la bati sof koman inn ti kaz an boi­sou­tol

            Aèl minm la fé roul sèr­vis kaba­ré

            Aèl minm la tou­jour rés­pèkte son bann zan­sète

            Aèl minm la done lamour otour d’El

Gran papa

Gran papa nout péï

            Aou minm la gin­gn lo kou èk gro­blan

            Aou minm la fé out tra­vay san ron­flé

            Aou minm la manz la mizèr an brède las­tron

            Aou minm vik­time lin­jus­tise lo péï la pa kit rien po ou

            Aou minm la pri Bondié, mal­bar osi tou­lé­jour

            Aou minm la yinm out famiy dann tré­fon out kèr

            Aou minm la tou­jour tra­vay an digni­té la vi

Kinm inn tipé la fine gin­gné,
Azot minm va fini par gin­gn rés­pé san tar­dé, sof koman… Réspé.
Pou Gramoun èk Madame Baba.

_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​

1 – Ce poème est un hom­mage aux ancêtres qui ont fait La Réunion de leurs mains, leurs corps et leur sueur : esclaves et enga­gés.

 

 

Maloya à l’affiche 2

Kaf lé dobout
Kaf là na lo kor in Bondié
Kaf na la roko­né­sanse in péï

            Dann tan té i moung ali !
           20 Désanm la moun ali !

            La Négritude péï­déor
                             Aimé Césaire, Senghor, Damas, Fanon èk d’ot domi bon­dié konm zot minm.

Nou osi nou nana nout bann Domi Bondié, la tra­vay plis 40 t’an po nou.
                       Isi lo tex la rant dann la mizik La Rényon an révo­li­sion i flanm par­tou.
                       Isi lo tex la sort sépa an fabl, an zis­toir, an roman, an fonn­kèr, an téat…
                       Nout bann Domi Bondié, nout bann zékri­vin la fé in gabié gro tra­vay pou nou.

Parlfèt !
              Nout man­zé lé anlèr
                             Nout mizik ? Anlèr !
                                            Nout lang kozé ?

Amoin, m’vé nou viv an mul­ti­ling !
Amoin, m’vé nou viv an réyo­né i débrouy sanm détroi lang.
Tash manièr viv an mul­ti­ko­lor !
Batay kont la vi an rok­lor.
            Nout lité­ra­tur ? I fleu­ri jour an jour !
            Lékol ! in gran shan­tié !
            Nout man­zé ! Partou ou i gin­gn manj ali.
            La télé : sof an kass lé kui sof an sobat­ko­zé !
            La mizik tan k’ali la goute lan­san Bondié !
            Nout lang dann biro ! Kréol lé là !
            Nout lang la radio ! Na son plass !
            Nout lang dann la famiy ! La pa toul­tan i trans­mète.

Maloya à l’affiche, kabar nout péï l’anlèr.

_​_​_​_​_​_​_​_​_​

2 – Ce texte signale la vic­toire du maloya à la Réunion (recon­nu à l’UNESCO) et de la réha­bi­li­ta­tion du Kaf (Cafres : Noirs de La Réunion et des­cen­dants d’esclaves) long­temps vic­times de racisme, racisme non encore tout à fait éteint à ce jour.

 

Le cri de l’anarchie 3

          Su le mur papié jour­nal konm dann tan lon­tan !
          Su le papié in tex Danyèl Waro : « pou mwin maloya ».
          In tète. In kor. Lo pié, la min, lo bra. Zidé i koul desi mon doi.
          Roulèr i atann rienk pou moin doné, moin pou moin fé val­sé.
          In révol­tèr èk pan­ta­lon san t-shirt.
          Inn po domyèl sof la tète k’lé tour­man­té an gri, rouj, oranj, noir, blan kas­sé.
          Dobout par dsi rou­lèr, la min i sou­plin­gn, deu min ran­pli zidé èk lés­poir.
          I joué pi rou­lèr, sépa i kri an ski­zo­fré­ni, sépa i kri an psi­koz, ousan­sa pli­to i shante èk
          la voi i sorte dann la poi­trine, i ank­lansh le keur.
          Si la pa la mala­di, alor shan­té là i sorte dann kor, dann pou­mon, dann la poi­trine,
          dann piéd­kèr. In gran kou d’pinsso rouj. 
          Rouj si torax, rouj si in koté zépol, rouj dann kolé.
          Rouj pou di par kèr la kou­lèr in par­ti. In par­ti dia­bo­li­zé, mé in par­ti rouj la fé bon­pé
          pou la Rényon. Rouj. Rouj.

           Quelle est cette gauche intel­lec­tuelle ? Cette gauche sédui­sante à en mou­rir.
           Quelle est cette gauche, cette gauche mys­tique et opaque pour la middle class ?

            Quelle est cette extrême gauche, à tout exa­gé­rer, même si dit quelque véri­té pro­gram­ma­tique.
            Fratrie ! Patrie ! Mondialisation ! Homogénéisation !
            Permanence de la dif­fé­rence inéga­li­taire ! Excellence de notre patience !
            La route est encore longue
            Anou départ­man Maxime Laope la bien di 
            « nou la rant départ­man, nou port pa nou plu mal ».
             Cette gauche régio­nale nous a por­tés en silence, a négo­cié avec endu­rance, n’a rien
             spo­lié, jamais en transe, avec une rigueur tou­jours de mise.
             « Gro lar­zan mé gro dépanse i fo i okip nout dév­lop­man ».
             Astèr i fo ashèv tué la mizèr ! Kraz la mizèr ! Tué le mo bezoin lasis­tanse !
             La fine tué pa mal, para­por sat nout bann zayeu la koni !
             La viann ? Kansa ? Kansa té i manj la viann ! Piosh pou koupe fatak, véti­vèr, kann tou
             la jour­né, épi­sa kan i ariv pou man­jé : dori, lo grin, sof in fri­kas­sé brède, sof in kan­bar
             in kon­flor, inn patate douce, in maniok pou akon­pa­gné. Ala sa minm pou man­jé.
            Jordi la pi lo minm mizèr. Demoun i manj, i gin­gn bénié sanm dolo sho, i gin­gn inn ti
            lapart­man pou rèst ann­dan, la poin pou di i viv dann she­min, i rèt vant vide.
            Merci à toi gauche sal­va­trice qui a gou­ver­né notre région avec rai­son,
            Même si loin d’être construite est notre Maison. 

F.C. pou P.V.

_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​

3 – Ce texte est un hom­mage à Paul Vergès, diri­geant com­mu­niste incon­tour­nable de la vie poli­tique réunion­naise.

Batème maron, batème sakré 4

Konmsi pou lave tout lo bann péshé !
Konmsi pou ékout inn nou­vèl voi !
Konmsi pou trass in nou­vo she­min !
Konmsi pou gin­gn in bon déstin !

Oui, nou fane dolo si nout kor.
Na troi bak par déyèr pou gin­gn lav nout mor­taj péshé !
Na dolo an poun­diak pou lavé,
                                               Pou rin­sé !
                                                        Pou pèr­sé !
                                                                   Pou boir !
Lo kor pan­shé an avan, la tète l’apou garde atèr ! An rés­pé.

I lav lo kor !
                I lav lo kèr !
                              I lave lés­pri !

I lav ann­dan konm déor !

Dolo-là i klate si lo kor in pro­mié kou, épi­sa i klak atèr !

Vèrse bak dolo-la mon Fra !

           Vide dolo là kabass la vi !

                       Mèt tou­sa­la bien prop

            Desi lo kor
                          Ansanm lés­pri
                                          Anndan konm déor lo kor.

Batème maron,
            Batème sakré.

_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​

4 – « Batème » n’est rien de plus que « bap­tème » en fran­çais. L’eau, élé­ment natu­rel essen­tiel à la vie, est à l’honneur. Baptème des mar­rons (esclaves en fuite dans les hauts de l’île), des spi­ri­tuels avec les notions de puri­fi­ca­tion du corps et de l’esprit.

 

 

 

Bon moun 5

Bon san­ti­man, bon moun bien rékon­si­lié èk…            

Son jéo­gra­fi

                       Son man­jé

                                   Son mizik

                                               Son bann lang

                                                          Shakinn son matriss kul­tu­rel i fé ali.

Bien rékon­si­lié èk li-minm.

 

Pou FÉ IN PÈP AN TOUT KOULÈR

            Bien an rés­pé.

 

La tras lo kon­ba pou la koz l’ankor là,

Konmsi tatoué si la poi­trine.

                       Konmsi ankor nimé­ro­té dési zépol.

Lo rèv non pli la pa sha­pé, èk koté gosh an bulle i kon­ti­nié révé !

Li la tonm an akor èk li minm.

Regar fyèr, an fyèr batar minm.

La tète lé droite, bien pozé.

Tous les sens sont actifs

            Lo zié pou oir toud­suite, épi­la osi pré­par tou­jour le demin, kèk soi le demin.

            Lo zorèy pou akoute la parol bann Gran, sat la fé nout kor, sat la fé nout lés­pri.

            Lo né pou san­ti in bon ti gato patate apo kui dann four mon­mon.

            La boush pou goute la lèv inn tégo­rine, an mièl i rant dann ron.

            La min pou toush kabas dsi zépol kan ou i anbrass ali pou di bon­jour.

Na d’profane. Nad rés­pé. Na d’partaj.

Santiman là lé bon.

Lé gayar. Lé doss. Lé valab.

Lé lib. Lé spi­ri­tuèl. Lé sakré.

_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​

5 – « Bon moun » en créole signi­fie quelqu’un de bien. Ici le « bon moun » est enfin récon­ci­lié avec son envi­ron­ne­ment, ses langues, son iden­ti­té à facettes mul­tiples et plu­rielles : le Réunionnais.

 

 

Le bonèr 6

La vi an roza­mèr : fini !

            Moin lé bien.

La nuite an krié dann fénoir mon tou­sèl akoz la pèr : la fini !

            Moin lé anlèr !

Larg mon loto dann la foré Bélouve pou èt lib : fini !

            Mon kèr lé doss !

Ral mon frèr d’kèr dann in fotrin si san­tié le Col des Bœufs !

Marsh dann she­min kazi tou­ni dann in léranse total

                       San konète ousa i sava

                                   San konète pou kon­bien n’tan

                                               San koz èk pèr­sone !

Gingn kou d’boté dann la mashoire : i ari­vra pi !

                                               Mon tèt­fol i pèrde pu le nor !

 

Astèr
Mon janm va pédal bord’mer !

Astèr
Mon molé va shof Piton Mont Vert !

Astèr
M’alé dann la foré nout péï.

Astèr
M’alé kabar èk mon bann kabass. 

Sourir tou­lé­jour akoz in vi an nik : zor­di.

Bouj inpé son kor sanm in dalon : zor­di.

Ekri sat nana pou ékri : zor­di.

Fé lo tra­vay néna pou fé : zor­di.

_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​_​

6 –  Eloge du bon­heur, et direc­tion nou­velle dans l’acte mili­tant cultu­rel et lin­guis­tique qui a dit non à la vio­lence phy­sique et ver­bale : un bon­heur enfin mis sur la route du poète.

 

 

World Man

 

World Man is a good man !
He dances alone in his bathroom all the mor­ning.
World Man doesn’t know consu­me­rism !
He is in the crea­tion, and not pro­duc­ti­vi­ty.
World man loves life, all the lives we have.
He loves music, all the music we lis­ten.
World Man create all the time.

Il crée tout le temps le Bonheur.
L’Homme du monde a vu du pays
A bu d’autres alcools
A goû­té à d’autres plats
A dor­mi dans d’autres bras
A mar­ché dans d’autres rues
A lu et enten­du d’autres langues
A vu d’autres mon­tagnes
A mar­ché dans d’autres forêts
A souf­fert dans quel­conque désert.

L’homme du Monde
S’est brû­lé sur d’autres plages
S ‘est émer­veillé d’autres Dieux
S’est enri­chi d’autres cultures
S’est enivré à d’autres heures
S’est sen­ti vivant à tout moment.

 

La Rényon lé konék­té èk lo Monn, … the World Man.

 

 

 

Féré 

Ce poème est accom­pa­gné d’un enre­gis­tre­ment 

 

Na 300 z’an Lil té an kan.

            Kan zésk­lav, jis­ka an lav

            Kan maron, jis­ka dann fon

            Kan zan­ga­jé jis­ka kré­vé

            Kan zafran­shi, jis­ka san riz.

 

Zordi : Domoun mizèr

                        la fré dann kèr,

                        Békèr d’klé baro gran rou­vèr

 

            Domoun anlèr,

                        la klé san kèr.

                        Fonksionèr, lo kèr an pèr…

                        Domoun anlèr la klé daa posh

                        Franksionèr la pèr lo rosh.

 

            Kan ? Kansa ? Jiskakan klan gro­blan…

 

Dann milié in kas­kade dofé,

Lo fèr i bate la porte také

Lo fèr i bate la porte sakré

La sérur san okinn klé.

 

Nout Sièl in rien an kapab

Lavnir pou nou, sa nout rés­kab ;

Nout Somanké anon tra­vay ;

An lav koman fil mou­ra­mour,

An mièl tash manièr fil lamour.

Gaingn la pé-là san mèt la pay.

 

X