Gran monmon, gran papa 1

Pou sat la fé La Rény­on èk zot min, zot kor, dann tan lésklavaz.

Gran mon­mon

Gran mon­mon nout péï

            Aèl minm té dann karo zépiss, kafé, kann pou koupé, pou sharoyé

           Aèl minm té i joué mal­oya dann kan, pou fé viv muzik-là an segré

            Aèl minm la fé pouss son zan­fan an réspé

            Aèl minm la bati sof koman inn ti kaz an boisoutol

            Aèl minm la fé roul sèrvis kabaré

            Aèl minm la tou­jour réspèk­te son bann zansète

            Aèl minm la done lam­our otour d’El

Gran papa

Gran papa nout péï

            Aou minm la gingn lo kou èk groblan

            Aou minm la fé out travay san ronflé

            Aou minm la manz la mizèr an brède lastron

            Aou minm vik­time lin­jus­tise lo péï la pa kit rien po ou

            Aou minm la pri Bondié, mal­bar osi touléjour

            Aou minm la yinm out famiy dann tré­fon out kèr

            Aou minm la tou­jour travay an dig­nité la vi

Kinm inn tipé la fine gingné,
Azot minm va fini par gingn réspé san tardé, sof koman… Réspé.
Pou Gra­moun èk Madame Baba.

__________

1 — Ce poème est un hom­mage aux ancêtres qui ont fait La Réu­nion de leurs mains, leurs corps et leur sueur : esclaves et engagés.

 

 

Maloya à l’affiche 2

Kaf lé dobout
Kaf là na lo kor in Bondié
Kaf na la rokonésanse in péï

            Dann tan té i moung ali !
           20 Désanm la moun ali !

            La Négri­tude péïdéor
                             Aimé Césaire, Sen­g­hor, Damas, Fanon èk d’ot domi bondié konm zot minm.

Nou osi nou nana nout bann Domi Bondié, la travay plis 40 t’an po nou.
                       Isi lo tex la rant dann la mizik La Rény­on an révoli­sion i flanm partou.
                       Isi lo tex la sort sépa an fabl, an zis­toir, an roman, an fonnkèr, an téat…
                       Nout bann Domi Bondié, nout bann zékriv­in la fé in gabié gro travay pou nou.

Parlfèt !
              Nout manzé lé anlèr
                             Nout mizik ? Anlèr !
                                            Nout lang kozé ?

Amoin, m’vé nou viv an multiling !
Amoin, m’vé nou viv an réy­oné i débrouy sanm détroi lang.
Tash manièr viv an multikolor !
Batay kont la vi an roklor.
            Nout litératur ? I fleuri jour an jour !
            Lékol ! in gran shantié !
            Nout manzé ! Par­tou ou i gingn manj ali.
            La télé : sof an kass lé kui sof an sobatkozé !
            La mizik tan k’ali la goute lansan Bondié !
            Nout lang dann biro ! Kréol lé là !
            Nout lang la radio ! Na son plass !
            Nout lang dann la famiy ! La pa toul­tan i transmète.

Mal­oya à l’affiche, kabar nout péï l’anlèr.

_________

2 — Ce texte sig­nale la vic­toire du mal­oya à la Réu­nion (recon­nu à l’UNESCO) et de la réha­bil­i­ta­tion du Kaf (Cafres : Noirs de La Réu­nion et descen­dants d’esclaves) longtemps vic­times de racisme, racisme non encore tout à fait éteint à ce jour.

 

Le cri de l’anarchie 3

          Su le mur papié jour­nal konm dann tan lontan !
          Su le papié in tex Danyèl Waro : « pou mwin maloya ».
          In tète. In kor. Lo pié, la min, lo bra. Zidé i koul desi mon doi.
          Roulèr i atann rienk pou moin doné, moin pou moin fé valsé.
          In révoltèr èk pan­talon san t‑shirt.
          Inn po domyèl sof la tète k’lé tour­man­té an gri, rouj, oranj, noir, blan kassé.
          Dobout par dsi roulèr, la min i sou­plingn, deu min ran­pli zidé èk léspoir.
          I joué pi roulèr, sépa i kri an ski­zofréni, sépa i kri an psikoz, ousansa pli­to i shante èk
          la voi i sorte dann la poitrine, i anklansh le keur.
          Si la pa la mal­a­di, alor shan­té là i sorte dann kor, dann poumon, dann la poitrine,
          dann piéd­kèr. In gran kou d’pinsso rouj. 
          Rouj si torax, rouj si in koté zépol, rouj dann kolé.
          Rouj pou di par kèr la koulèr in par­ti. In par­ti dia­b­o­lizé, mé in par­ti rouj la fé bonpé
          pou la Rény­on. Rouj. Rouj.

           Quelle est cette gauche intel­lectuelle ? Cette gauche séduisante à en mourir.
           Quelle est cette gauche, cette gauche mys­tique et opaque pour la mid­dle class ?

            Quelle est cette extrême gauche, à tout exagér­er, même si dit quelque vérité programmatique.
            Fratrie ! Patrie ! Mon­di­al­i­sa­tion ! Homogénéisation !
            Per­ma­nence de la dif­férence iné­gal­i­taire ! Excel­lence de notre patience !
            La route est encore longue
            Anou départ­man Maxime Laope la bien di 
            « nou la rant départ­man, nou port pa nou plu mal ».
             Cette gauche régionale nous a portés en silence, a négo­cié avec endurance, n’a rien
             spolié, jamais en transe, avec une rigueur tou­jours de mise.
             « Gro larzan mé gro dépanse i fo i okip nout dévlopman ».
             Astèr i fo ashèv tué la mizèr ! Kraz la mizèr ! Tué le mo bezoin lasistanse !
             La fine tué pa mal, para­por sat nout bann zayeu la koni !
             La viann ? Kansa ? Kansa té i manj la viann ! Piosh pou koupe fatak, vétivèr, kann tou
             la journé, épisa kan i ariv pou man­jé : dori, lo grin, sof in frikassé brède, sof in kanbar
             in kon­flor, inn patate douce, in man­iok pou akon­pag­né. Ala sa minm pou manjé.
            Jor­di la pi lo minm mizèr. Demoun i manj, i gingn bénié sanm dolo sho, i gingn inn ti
            lapart­man pou rèst ann­dan, la poin pou di i viv dann shemin, i rèt vant vide.
            Mer­ci à toi gauche sal­va­trice qui a gou­verné notre région avec raison,
            Même si loin d’être con­stru­ite est notre Maison. 

F.C. pou P.V.

________________

3 — Ce texte est un hom­mage à Paul Vergès, dirigeant com­mu­niste incon­tourn­able de la vie poli­tique réunionnaise.

Batème maron, batème sakré 4

Kon­m­si pou lave tout lo bann péshé !
Kon­m­si pou ékout inn nou­vèl voi !
Kon­m­si pou trass in nou­vo shemin !
Kon­m­si pou gingn in bon déstin !

Oui, nou fane dolo si nout kor.
Na troi bak par déyèr pou gingn lav nout mor­taj péshé !
Na dolo an poundi­ak pou lavé,
                                               Pou rinsé !
                                                        Pou pèrsé !
                                                                   Pou boir !
Lo kor pan­shé an avan, la tète l’apou garde atèr ! An réspé.

I lav lo kor !
                I lav lo kèr !
                              I lave léspri !

I lav ann­dan konm déor !

Dolo-là i klate si lo kor in promié kou, épisa i klak atèr !

Vèrse bak dolo-la mon Fra !

           Vide dolo là kabass la vi !

                       Mèt tou­sala bien prop

            Desi lo kor
                          Ansanm léspri
                                          Ann­dan konm déor lo kor.

Batème maron,
            Batème sakré.

___________

4 — « Batème » n’est rien de plus que « bap­tème » en français. L’eau, élé­ment naturel essen­tiel à la vie, est à l’honneur. Bap­tème des mar­rons (esclaves en fuite dans les hauts de l’île), des spir­ituels avec les notions de purifi­ca­tion du corps et de l’esprit.

 

 

 

Bon moun 5

Bon san­ti­man, bon moun bien rékon­sil­ié èk… 

Son jéo­grafi

                       Son manjé

                                   Son mizik

                                               Son bann lang

                                                          Shakinn son matriss kul­turel i fé ali.

Bien rékon­sil­ié èk li-minm.

 

Pou FÉ IN PÈP AN TOUT KOULÈR

            Bien an réspé.

 

La tras lo kon­ba pou la koz l’ankor là,

Kon­m­si tatoué si la poitrine.

                       Kon­m­si ankor niméroté dési zépol.

Lo rèv non pli la pa shapé, èk koté gosh an bulle i kon­tinié révé !

Li la tonm an akor èk li minm.

Regar fyèr, an fyèr batar minm.

La tète lé droite, bien pozé.

Tous les sens sont actifs

            Lo zié pou oir toud­suite, épi­la osi pré­par tou­jour le demin, kèk soi le demin.

            Lo zorèy pou akoute la parol bann Gran, sat la fé nout kor, sat la fé nout léspri.

            Lo né pou san­ti in bon ti gato patate apo kui dann four monmon.

            La boush pou goute la lèv inn tégorine, an mièl i rant dann ron.

            La min pou tou­sh kabas dsi zépol kan ou i anbrass ali pou di bonjour.

Na d’profane. Nad réspé. Na d’partaj.

San­ti­man là lé bon.

Lé gayar. Lé doss. Lé valab.

Lé lib. Lé spir­i­tuèl. Lé sakré.

______________

5 — « Bon moun » en créole sig­ni­fie quelqu’un de bien. Ici le « bon moun » est enfin réc­on­cil­ié avec son envi­ron­nement, ses langues, son iden­tité à facettes mul­ti­ples et plurielles : le Réunionnais.

 

 

Le bonèr 6

La vi an roza­mèr : fini !

            Moin lé bien.

La nuite an krié dann fénoir mon tou­sèl akoz la pèr : la fini !

            Moin lé anlèr !

Larg mon loto dann la foré Bélou­ve pou èt lib : fini !

            Mon kèr lé doss !

Ral mon frèr d’kèr dann in fotrin si san­tié le Col des Bœufs !

Marsh dann shemin kazi touni dann in léranse total

                       San konète ousa i sava

                                   San konète pou kon­bi­en n’tan

                                               San koz èk pèrsone !

Gingn kou d’boté dann la mashoire : i arivra pi !

                                               Mon tèt­fol i pèrde pu le nor !

 

Astèr
Mon janm va pédal bord’mer !

Astèr
Mon molé va shof Piton Mont Vert !

Astèr
M’alé dann la foré nout péï.

Astèr
M’alé kabar èk mon bann kabass. 

Sourir touléjour akoz in vi an nik : zordi.

Bouj inpé son kor sanm in dalon : zordi.

Ekri sat nana pou ékri : zordi.

Fé lo travay néna pou fé : zordi.

____________

6 —  Eloge du bon­heur, et direc­tion nou­velle dans l’acte mil­i­tant cul­turel et lin­guis­tique qui a dit non à la vio­lence physique et ver­bale : un bon­heur enfin mis sur la route du poète.

 

 

World Man

 

World Man is a good man!
He dances alone in his bath­room all the morning.
World Man doesn’t know consumerism!
He is in the cre­ation, and not productivity.
World man loves life, all the lives we have.
He loves music, all the music we listen.
World Man cre­ate all the time.

Il crée tout le temps le Bonheur.
L’Homme du monde a vu du pays
A bu d’autres alcools
A goûté à d’autres plats
A dor­mi dans d’autres bras
A marché dans d’autres rues
A lu et enten­du d’autres langues
A vu d’autres montagnes
A marché dans d’autres forêts
A souf­fert dans quel­conque désert.

L’homme du Monde
S’est brûlé sur d’autres plages
S ‘est émer­veil­lé d’autres Dieux
S’est enrichi d’autres cultures
S’est enivré à d’autres heures
S’est sen­ti vivant à tout moment.

 

La Rény­on lé konék­té èk lo Monn, … the World Man.

 

 

 

Féré 

Ce poème est accom­pa­g­né d’un enregistrement 

 

Na 300 z’an Lil té an kan.

            Kan zésklav, jiska an lav

            Kan maron, jiska dann fon

            Kan zan­ga­jé jiska krévé

            Kan zafran­shi, jiska san riz.

 

Zor­di : Domoun mizèr

                        la fré dann kèr,

                        Békèr d’klé baro gran rouvèr

 

            Domoun anlèr,

                        la klé san kèr.

                        Fonk­sionèr, lo kèr an pèr…

                        Domoun anlèr la klé daa posh

                        Frank­sionèr la pèr lo rosh.

 

            Kan ? Kansa ? Jiskakan klan groblan…

 

Dann mil­ié in kaskade dofé,

Lo fèr i bate la porte také

Lo fèr i bate la porte sakré

La sérur san okinn klé.

 

Nout Sièl in rien an kapab

Lavnir pou nou, sa nout réskab ;

Nout Somanké anon travay ;

An lav koman fil mouramour,

An mièl tash manièr fil lamour.

Gaingn la pé-là san mèt la pay.