Il était insup­port­able de ne pas en décou­vrir le vis­age, de ne pou­voir, ain­si, obtenir une idée plus pré­cise du per­son­nage, s’assurer qu’il offrait un agré­ment, peut-être une beauté en accord avec la fine et gra­cieuse sil­hou­ette qui ne pro­po­sait que son dos, une mèche un peu aven­tureuse émergeant à droite du chignon. Alors, déception ?

Loin de là. Car ce qu’on nous don­nait à voir, c’était le plateau argen­té que la femme tenait appuyé sur sa hanche gauche, tan­dis que l’infime part de vis­age qui se pro­fi­lait nous indi­quait un regard porté en sens opposé, cepen­dant qu’une soupière, à gauche encore, sem­blait appel­er le plateau.

Tout n’était que mys­tère dans cette atti­tude et dans le cadre qui l’abritait. Pas en mou­ve­ment, cette femme, non, arrêtée au con­traire, dans une posi­tion qui trahis­sait l’interruption momen­tanée d’un déplace­ment en cours, comme une pause exp­ri­mant l’hésitation, plutôt que le désir d’observer quelque chose. Car que pou­vait-elle s’offrir ? Rien d’autre que le pan­neau de mur dont les angles stricts de sa régu­lar­ité, repris en écho par un tableau assez proche, enfer­maient le per­son­nage, blo­quaient tout regard par lequel il aurait pu s’évader vers l’extérieur. Voilà qui ne pou­vait guère sus­citer la moin­dre con­tem­pla­tion. Que lui aurait inspiré la gri­saille froide de ce mur con­tre lequel se heur­tait la vue ?… Pourquoi Vil­helm m’impose-t-il de lui tourn­er le dos, tout comme je le tourn­erai au pub­lic ? Ne suis-je pas assez belle pour être peinte de face ? Ou est-ce lui, trop timide, qui n’ose affron­ter mon regard ? Ne suis-je qu’un élé­ment de cet intérieur, à peine plus impor­tant que la soupière et la com­mode qui la sup­porte, ou que le tableau accroché à moins d’un mètre de moi et que je ne peux même pas regarder, puisque je dois tenir ma tête légère­ment ori­en­tée dans le sens opposé, comme si le pein­tre voulait me priv­er de cette unique distraction !

Intérieur avec jeune femme vue de dos, 1904, Randers Kunstmuseum, Randers. par Vilhelm Hammershøi, peintre danois mort en 1916 : in Collectif Orsay, L'Univers poétique de Vilhelm Hammershøi 1864-1916, Paris, Réunion des musées nationaux, 1997, 192 p. (ISBN 2711836428, EAN 978-2711836420) - illustration prise sur wikipedia, article Hammershøi

Intérieur avec jeune femme vue de dos, 1904, Ran­ders Kun­st­mu­se­um, Ran­ders. par Vil­helm Ham­mer­shøi, pein­tre danois mort en 1916 : in Col­lec­tif Orsay, L’U­nivers poé­tique de Vil­helm Ham­mer­shøi 1864–1916, Paris, Réu­nion des musées nationaux, 1997, 192 p. (ISBN 2711836428, EAN 978–2711836420) — CC Wikipedia

On se dis­ait alors que, plutôt que de pause, c’est de pose qu’il s’agissait. En s’appliquant à représen­ter la femme dans ce moment et dans cette atti­tude que rien ne reli­ait à la moin­dre jus­ti­fi­ca­tion, en refu­sant, donc, de jus­ti­fi­er sa démarche artis­tique par le tra­di­tion­nel por­trait qui fait face au spec­ta­teur, l’artiste affir­mait sa lib­erté de choix et ren­voy­ait à leur pous­sière les dis­cours sur le réal­isme de l’art, selon quoi l’œuvre devait témoign­er d’un vrai moment de vie. Le para­doxe sur­gis­sait alors, pas­sion­né­ment trou­blant, du décalage entre cette remise en ques­tion d’un cer­tain con­formisme et cette volon­té délibérée de soumet­tre la représen­ta­tion pic­turale à une tech­nique réal­iste minu­tieuse, dans une tra­di­tion qui remon­tait aux pein­tres flamands.

En out­re, le génie de l’artiste tenait ici dans une dou­ble trou­vaille : celle du cadrage, celle du plateau. Mieux encore : les deux se dou­blaient à la fois d’un souci de réal­isme et d’une inven­tion auda­cieuse. Ceci mérite quelques explications.

Plus encore que la vision de dos, c’est le cadrage choisi qui paraît fort osé. Le pein­tre n’a pas peur de mon­tr­er le vide, ce vide à droite du per­son­nage, que l’on ressent parce que la femme est accrochée, amar­rée (momen­tané­ment) au meu­ble, au bord de ce rec­tan­gle col­oré qui con­traste avec la pâleur des autres sur­faces et qui, ain­si, ras­sure. Mais c’est bien en direc­tion du vide que la tête est tournée, là où il n’y a rien à voir, ni pour elle ni pour nous. Elle attend. Et nous avec elle, même si notre rela­tion au temps n’est sans doute pas la même…

Quant au plateau, il est l’objet de cette vérité que nous évo­quions : vérité de l’objet triv­ial, en dia­logue avec le corps, saisi pour un instant des plus banals mais égale­ment priv­ilégié. Et de nou­veau, pour­tant, ce souci de réal­isme est con­tred­it par la styl­i­sa­tion que le pein­tre lui applique. Car l’angle de vue qu’il choisit réduit pra­tique­ment cet objet cir­cu­laire à une sim­ple ligne argen­tée, pro­longeant le galbe de la hanche, dans une douce sobriété en écho à celle de cette femme en robe noire, sim­ple, sans aucuns appas. Voilà pourquoi le pein­tre donne autant d’importance à ce plateau, par sa taille ain­si que par son emplace­ment, dans la mise en rap­port avec le per­son­nage. Il ne peut échap­per à notre regard : sa fonc­tion pic­turale l’emporte large­ment sur sa fonc­tion d’objet réel, sa fonc­tion référentielle.

Mer­ci, Ham­mer­shøi, d’avoir su méta­mor­phoser une matéri­al­ité vul­gaire, dev­enue ligne légère et fine, accolée à ce corps de femme en sus­pens dans sa halte pro­vi­soire, évi­dent de sim­plic­ité, un corps que tu es par­venu, même en son immo­bil­ité, à faire danser. 

 

mm

Patrick Le Divenah

Pub­lié dans une trentaine de revues et chez plusieurs édi­teurs [poèmes, nou­velles, arti­cles, illus­tra­tions…] : Les Car­nets d’Eucharis, Décharge, Diérèse, Fes­ti­val Per­ma­nent des Mots, Fil­igranes, Frich­es, Har­fang, Inédit Nou­veau, l’Intranquille, Lélixire, Moe­bius (Québec), N 47, Pas­sage d’encres, Phoenix, Poésie pre­mière, Poésie sur Seine, Revue Alsac. de Lit­tér., Rue St Ambroise, Soleils et Cen­dre, Trac­tion-Bra­bant, Tra­ver­sées (Bel­gique), Ver­so ; et feu : La Passe, Paysages écrits ; prochaine­ment : Brèves, Nou­veaux Délits…

En ligne : Le Cap­i­tal des Mots, Incer­tain Regard, Nou­velle Donne, Recours au Poème, Sitaud­is, Soc et Foc, Terre à ciel et feu : Coal­tar.

Rubriques sur inks-passagedencres.fr (Les mots la langue : Par ici la bonne soupe ; Cri­tique : Chefs‑d’œuvre derechef)

Edi­teurs : l’Echappée belle, Gros Textes/Décharge, Hen­ry, la Lucarne des écriv., Lilo, Pas­sage d’encres, p.i.sage intérieur, la Tête à l’envers, col­lec­tif : Clas­siques Garnier

Illus­tra­tions : cou­ver­tures et revues (dessins, col­lages, encres, photos)