Les ren­con­tres, par­fois, vous amè­nent sur des chemins de tra­verse où fleuris­sent des idées qu’on aimerait partager… J’avais enten­du par­ler de cette valise itinérante — logique­ment, d’ailleurs, sinon une bib­lio­thèque ou un secré­taire seraient plus appro­priés  — mais elle n’avait pas atteint la région reculée où enseign­er la poésie ne pou­vait se faire qu’en puisant à ma pro­pre bib­lio­thèque (for­cé­ment restreinte par mes pro­pres goûts) et à force de pho­to­copies — les crédits alloués aux achats de livres ser­vant rarement à l’achat de recueils de poésie dans les étab­lisse­ments sco­laires, quel que soit l’in­térêt qu’on lui porte — ils sont si mai­gres, bien souvent… 

 

Cas­par David Friedrich — 
Voyageur con­tem­plant une mer de nuages, 1818

Et pour­tant, com­ment espér­er que la poésie sorte de la semi-con­fi­den­tial­ité dans laque­lle elle se trou­ve si un effort n’est pas porté dès l’é­cole? C’est à quoi s’at­tel­lent des “mis­sion­naires” — comme Patrick Joquel, qui nous donne dans ce même numéro une liste de livres de poésie “incon­tourn­ables pour la jeunesse” et d’autres dont nous aime­ri­ons par­ler dans de futurs numéros, anonymes fomen­ta­teurs d’ate­liers d’écri­t­ure, de hap­pen­ings poé­tiques, édi­teurs des travaux de leurs élèves… L’ex­péri­ence de Monia me rap­pelle aus­si  la doc­u­men­tal­iste d’un col­lège de Z.E.P avec qui j’aimais tra­vailler, et qui appor­tait dans les class­es son “panier de livres frais” : tous les élèves, séduits, repar­taient avec des lec­tures — et s’en sou­vi­en­nent encore aujour­d’hui… Mer­veilleuse idée, que cette valise, dont nous par­le Monia Biga, et que nous vous livrons, pour qu’elle voy­age peut-être demain auprès d’autres élèves…

L’idée de cette valise est née en 2013 d’une con­ver­sa­tion avec une doc­u­men­tal­iste du Cen­tre Région­al de Doc­u­men­ta­tion Péd­a­gogique de Nice (devenu Réseau Canopé en 2015) à qui je fai­sais part de mon éton­nement et de mon regret devant le peu de vis­i­bil­ité de la poésie, de la poésie con­tem­po­raine en par­ti­c­uli­er, dans les médiathèques, librairies, médias…

Je lui par­lais d’un pro­jet mené avec des enseignants de toutes les dis­ci­plines au lycée de Save­nay (Loire Atlan­tique) où j’ai tra­vail­lé pen­dant 10 ans, autour d’une valise poé­tique con­sti­tuée et prêtée par la Mai­son de la poésie de Nantes. L’arrivée de cette valise pen­dant le Print­emps des Poètes était un moment priv­ilégié pour les lycéens, une invi­ta­tion au voy­age, à la décou­verte et à l’écoute des voix sin­gulières des poètes qui révélaient et libéraient leur pro­pre voix, qui les aidaient à trou­ver « la langue naturelle de ce qu’[ils sont] sans le savoir » (je cite là, Joë Bousquet)

La doc­u­men­tal­iste m’a alors pro­posé de con­stituer une valise poé­tique pour le CRDP de Nice, selon le même principe, et m’a lais­sé « carte blanche » pour le choix d’une quar­an­taine d’ouvrages. Elle m’a aus­si demandé de rechercher des sites, des blogs sur lesquels le lecteur peut enten­dre un texte le plus sou­vent dit par le poète. Des pistes d’exploration des ouvrages retenus devaient égale­ment être pro­posées aux enseignants par des pro­fesseurs de let­tres du Rectorat.

Il a donc fal­lu faire des choix (ce fut dif­fi­cile…) selon des critères que je me suis donnés :
- des poètes que j’aime
- des poètes vivants (depuis 2013, quelques-uns nous ont hélas quittés…)
- des poètes dont les écri­t­ures et les sen­si­bil­ités sont var­iées et qui s’inscrivent dans des courants dif­férents : poésie de l’oralité, de la per­for­mance, poésie d’humour, poésie proche des arts pas­tiques ou écrivant sur les arts, des poètes ayant un lien avec le sud (afin que les enseignants puis­sent pro­longer l’étude d’une œuvre par une ren­con­tre avec l’auteur ou faire appel à lui pour ani­mer un ate­lier d’écriture).
- des poètes dont l’œuvre a été lue et tra­vail­lée au cours d’ateliers de lec­ture, d’écriture mis en place à Save­nay où nous avons reçu une trentaine de poètes et actuelle­ment à Nice, au lycée Esti­enne d’Orves, Rive Gauche où depuis 2008, les élèves ont eu la chance de ren­con­tr­er Alain Freixe, Raphaël Mon­ti­cel­li, Sophie Bra­gan­ti, François Heus­bourg, Patrick Joquel, Flo­rence Paz­zot­tu, dont on trou­ve une œuvre dans la Valise.
- des édi­teurs variés 
- des auteurs étrangers.

D’autres poètes d’ici et d’ailleurs entreront je l’espère dans la Valise 1En prêt aux Étab­lisse­ments abon­nés au Réseau Canopé de Nice, 51 ter avenue Cap de Croix au fil du temps, si l’on choisit de la faire évoluer et de la faire vivre…

Berthe Morisot.
Jeune fille lisant, 1888

Poètes vivant dans la Région PACA  ou ayant écrit sur le Sud :

Daniel Biga : L’Afrique est en nous, Livre + CD, L’Amourier

Sophie Bra­gan­ti : Trilo­gie : Vrac, Trac, Crac, Gros Textes

Michel Butor : Antholo­gie nomade, Poésie, Gallimard

Alain Freixe/Raphaël Mon­ti­cel­li : Pas une semaine sans Madame, L’Amourier

François Heus­bourg : Oragie, Mémoire Vive

Patrick Joquel : Cro­quer l’orange, Pluie d’Etoiles éditions

Jean-Louis Mau­noury : Guer­res et paix, édi­tions Motus

Mar­cel Migozzi : D’autres étés. Plus au Sud, L’Harmattan

Flo­rence Paz­zot­tu : Petite, L’Amourier

Frédéric-Jacques Tem­ple : Antholo­gie per­son­nelle, Actes Sud

 

Poètes de l’oralité :

Jacques Reboti­er : Descrip­tion de l’omme, Ver­ti­cales

Jean-Pierre Ver­heggen : Ridicu­lum Vitae, Gal­li­mard

Juan Gris, Le Livre (1913) 

Patrick Dubost alias Armand le Poète Amour tou­jours, Gros Textes

 

Poètes plas­ti­ciens ou en lien avec les arts plas­tiques et le cinéma : 

Ari­ane Drey­fus : Les com­pag­nies silen­cieuses, Flam­mar­i­on

Paul-Louis Rossi : Cose nat­u­rali, Edi­tions Unes

Pierre Tilman : Tout comme unique, Voix

Fabi­enne Yvert : Trilo­gie : Papa part, Maman ment, Mémé meurt, Harpo&

 

Les poètes représen­tant sen­si­bil­ités et courants divers de la poésie contemporaine :

Guy Bel­lay : Les Char­p­en­tières, Eclats d’encre

Math­ieu Bénézet : L’Océan jusqu’à toi, Flammarion

Jean-Pas­cal Dubost : Les Qua­tre Chemins, Cheyne éditeur

Philippe Jac­cot­tet : A la lumière d’hiver, Poésie, Gallimard

Vénus Khoury Gha­ta : Antholo­gie per­son­nelle, Actes Sud

Bernard Noël : Un livre de fables, Fata Morgana

Jacques Roubaud : Les ani­maux de tout le monde et Les ani­maux de per­son­ne, Seghers

Valérie Rouzeau : Pas revoir ; Neige rien, La Table Ronde

James Sacré : Une petite fille silen­cieuse, André dimanche

Jean-Luc Sar­ré : Poèmes cos­tumés, Léo Scheer/Farrago

Franck Venaille : La descente de l’Escaut ;Trag­ique, Poésie Gallimard,

Richard Diebenko­rn 1959
Intérieur avec livre
Nel­son-Atkins Muse­um of Art, 
Kansas City, Missouri

Quelques poètes étrangers : 

Giuseppe Con­te : L’Océan et l’enfant, Jacques Brémond

Anto­nio Gamone­da : Blues castil­lan, Cor­ti

Pen­ti Holap­pa : La voix de l’éléphant, La Feugraie 

Anto­nio Oso­rio : Les yeux d’Ulysse, La Différence

Aaron Shab­taï : Poème domes­tique, édi­tions de l’Eclat

 Tomas Tranströmer : Œuvres com­plètes, Cas­tor Astral

C.K. Williams : Antholo­gie per­son­nelle, Actes Sud 

 

Deux antholo­gies bilingues regroupant divers poètes de la Méditerranée : 

Voix de la Méditer­ranée : antholo­gie 2010, édi­tions Clapas

Voix vives de Méditer­ranée en Méditer­ranée : antholo­gie Sète 2012, édi­tions Bruno Doucey

mm

Monia Courchet-Biga

Pro­fesseur doc­u­men­tal­iste au lycée Hon­oré d’Estienne d’Orves de Nice, tit­u­laire d’une maîtrise de let­tres sur Rabelais sous la direc­tion de Clé­ment Ros­set. Depuis son entrée dans l’Éducation Nationale en 1980, elle a à cœur de trans­met­tre aux élèves le goût des arts et de la langue écrite/ orale, en co-ani­mant, avec des inter­venants, des ate­liers artis­tiques (écri­t­ure, théâtre, pho­to…) ; en organ­isant des ren­con­tres avec des écrivains en parte­nar­i­at avec des insti­tu­tions cul­turelles (Mai­son des Écrivains de Paris, Mai­son de la Poésie de Nantes, Librairie Massé­na de Nice…).

Elle a par­ticipé à la rédac­tion de Poé­tique­ment l’autre, ouvrage  où se côtoient poèmes, œuvres plas­tiques et pistes péd­a­gogiques, édité par le CRDP de Nice en 2010.

Notes[+]