> Les multiples passages (extraits)

Les multiples passages (extraits)

Par |2018-08-14T19:25:20+00:00 5 octobre 2013|Catégories : Blog|

 

depuis quand les arbres sans feuilles
en automne

quand est-ce -que ça com­mence-
qu'on meurt

ça est là à un moment

don­né

pris

on s'arrête lorsqu'on est arri­vé
ça tombe sous le sens

on tombe

le moment pré­cis où l'on se laisse tom­ber
on a jau­ni, on a la sou­plesse d'une feuille, le bou­le­ver­se­ment des struc­tures, on ne tient plus, yeux ouverts ou fer­més tombent, ça n'a plus de per­cep­tion de sen­sa­tion d'être là, trop d'ombres en soi il fait froid, coups por­tés de l'intérieur, tant de choses déjà mortes, on est prêt, ce silence qui se veut en dedans, il n'est pas envi­sa­geable de mou­rir encore davan­tage, on est que conte­nu à ce qui n'existe plus, on avait dit qu'on le ferait, mou­rir,

ou (inclu­sif) bien

le moment pré­cis où l'on tombe
le vent dans l'arbre, le poids d'une goutte de pluie, la fra­gi­li­té des attaches, on n'est plus tenu, yeux ouverts ou fer­més tombent, ça n'a plus de signi­fi­ca­tion de direc­tion d'être là, trop d'ombres autour de soi il fait froid, coups por­tés de l'extérieur, les oiseaux ne viennent plus, les autres sont prêts, ce silence qui approche, par la force des choses, on est que conte­nant à ce qui n'existe plus, on nous avait pré­ve­nu, c'est une sai­son pour mou­rir,

mou­rir de soi-même
mou­rir du reste
ça a tou­jours été ça

on meurt parce qu'on meurt
 

X