> Murièle Modély, Extraits de Penser maillée

Murièle Modély, Extraits de Penser maillée

Par |2018-07-05T17:44:16+00:00 5 juillet 2018|Catégories : Murièle Modély, Poèmes|

Ti fille gomé

 

mon main mon zyé mon pié
tout’ lé gomé
mi avance pu
mon pié mon zyé mon main
tout’ lé noir
dans lo fénoir zot i domand a moin
kis­sa la pose la kolle pou ou ti fille ?
kis­sa ?
kis­sa la gome a ou kom ça ?
mi répond a zot
la lang
la lang la gome a moin
la lang la efface a moin 
la cole mon peau
la cole mon main
sul papié blanc
dodan son grain

                    ***

demand pa moin tra­dui, mi gin­gn­ra pas
dan mon tet, nana deux zoi­zo
un lé blan, lot’ lé noir
zot i tuit tuit matin lo soir
un coup i vien, un coup i vien pas
lé deux colé i rod cha­per 
dos­su mon lèv dodan mon voix
ni ou ni moin i sa atrape sa

 

 

                    ***

kroi pas zoi­zo la i habite ladan depui lon­tan
le nid té vide le zeuf té blan
dodan mon bouche té sen la mort
tout’ mot posé té fé décor
mi té fé pas sem­blant
mi té domand solment kis­sa
kis­sa la mét dan mon tet
que lo zoi­zo, lo blan lo noir
té gin­gn pa viv ensemb
té gin­gn pa chant ensemb
té gin­gn pas emmailler
mot effa­cer avec mot gomé
kis­sa ?
ou mém ti fille, ou mém
débrouill’ si out lan­gage lé pas nor­mé
ou lé
ou même ti fille
ou même

                   

                    ***

Petite fille poisseuse

 

mes mains, mes yeux, mes pieds
sont tout pois­seux
je ne bouge plus
mes pieds, mes yeux, mes mains
sont noirs
et ils me demandent dans l’obscurité 
qui a « posé la colle » pour toi
qui ?
qui t’a sali comme ça ?
je leur réponds : 
la langue 
la langue m’a empois­sé
la langue m’a effa­cé 
elle a col­lé ma peau
elle a col­lé ma main
sur le papier blanc
jusqu’au cœur de sa trame

                    ***

ne me deman­dez pas de tra­duire, je n’y arri­ve­rai pas
dans ma tête, il y a deux oiseaux
l’un est blanc, l’autre est noir
ils pépient du matin jusqu’au soir
par­fois tout est clair, d’autres fois non
les deux oiseaux empê­chés cherchent à s’échapper
de mes lèvres, dans ma voix
mais ni vous ni moi 
ne pour­rons nous sai­sir de ça

 

                    ***

ne croyez pas que ces oiseaux habitent là depuis long­temps
le nid était vide, les œufs étaient blancs 
dans ma bouche cela sen­tait la mort
tous les mots posés étaient comme un décor
je ne fai­sais pas sem­blant
je me deman­dais seule­ment qui
qui m’avait mis dans la tête
que les oiseaux les blancs, les noirs
ne pou­vaient vivre ensemble
ne pou­vaient chan­ter ensemble
ne pou­vaient emmê­ler
le mot effa­cer avec le mot « gomer »
qui ?
toi-même, petite fille
toi même
et tant pis si ta langue n’est pas nor­mée
tu es
toi, petite fille
toi

   

                    ***

kan moin lété pti
mi té dor pa a k
oté 
koté momon koté papa
momon té di a moin 
« vien dor dan mon dos ti fille »
kel momon ici i ouv son po pour donn aou la place 
pou do lé pou do lo 
kel momon i écart’ son pou­mon pou ou rest pas tou sél 
mon momon kom tout momon la ba 
i té donn a nou in kou­to pou koup’ la po 
pou tyé la mort pour tyé la pér 
pou pas ramp’ tout sél dan lo fond lo cirque
pour koup’ koup’ lo chén i empech’ tien dobout 
tout’ po noir té dwa pesé com i galé dan lo fénoir
depui moin lé momon mi koup’ moin aus­si un bout d’po des­su mon rin
tou lé soir mi mét’ mon mar­maille dodan
et kan mi sa ferm mon zyé
mi koné zot i rév zot i march 
zot i tien droite

                   

                    ***

quand j’étais petite 
je ne dor­mais pas à côté 
de maman, de papa
maman me disait
viens dor­mir dans mon dos, ma fille
quelle maman ici ouvre sa peau pour te faire de la place
pour t’offrir du lait, de l’eau
quelle maman écarte ses pou­mons pour que tu ne sois pas seul
ma mère comme toutes les mères là bas
nous don­nait un cou­teau pour cou­per la peau
pour tuer la mort, pour tuer la peur
pour ne pas ram­per seul au fond des cirques
pour rompre la chaîne qui nous empêche de tenir debout
toute peau noire se doit de peser comme une roche dans l’obscurité
depuis que je suis mère, je coupe moi aus­si ma peau au des­sus de mes reins
tous les soirs, j’y mets les enfants
et quand je vais fer­mer les yeux
je sais qu’ils rêvent, qu’ils marchent
qu’ils se tiennent fiers et droits

                    ***

Dans l’île

Le rouge est plus rouge
Le rose est plus rose

Le soleil ne fait pas plis­ser les yeux
Il se ramasse, s’enroule
Et se jette d’un bond
Sur les feuilles
De com­ba­vas
De vacoas
De bada­miers
Il ins­tille son sang
Chaud, pourpre, par­fu­mé

Les cou­leurs franches
Épaississent la sève et donnent
Ce rouge plus rouge
Ce rose plus rose
Qui déchirent le regard 
                                           d’un coup de sabre

L’œil comme une goyave fen­due
Pleure des grains dorés dans une mer fuch­sia 

Extrait de Penser maillée, édi­tions du Cygne, 2012

 

huître

 

quand nous man­geons de la langue 
quel­que­fois
                    banale
                    plate
la bouche fuit

mon kaf do lo
mon kafrine do fé

ce ne sont que des mots pour­tant
les enfants s’y accrochent, comme à l’eau du ruis­seau

c’est qu’ils ont eu cinq mille huit cent qua­rante jours
pour expé­ri­men­ter dif­fé­rentes tech­niques de pêche

et ils se dressent 
sur la butte de mes joues

le regard concen­tré
                        impa­vides
                        immo­biles
à ten­ter à mains nues
à la lance
à la ligne
de sai­sir une à une
toutes les perles cachées entre mes valves

Extrait de Feu de tout bois, Délit buis­son­nier n°1, tiré à part de la revue Nouveaux Délits

 

 

le poème est comme une tignasse cré­pue qui t’embrouille la tête
com­ment dire koman kozé
out poèm i galop i galop com in bébéte sovage
out lang la sienne 
t’entraînent au fond de l’eau dans un éche­veau d’algues
out sévé sec maillé 
tu te demandes où trou­ver le soleil nau­fra­gé 
les mots, ces gros galets, et les vieux bouts d’épave

Extrait d’un ensemble inédit

Un jour 

Il fau­dra bien
Que j’éructe l’exil
Que je cesse
De consi­dé­rer
La fuite
De l’île

Hors de peau
Hors des miens
Hors de mon
quo­ti­dien

Il fau­dra bien
Que j’écarte
Des côtes
Les bords francs
De la plaie
Que je laisse le sang
Ou les larmes cou­ler

Ou mon cer­veau
Qu’importe

Que mon corps
S’investisse
Que je cesse
De dire
Vissée au
Continent

Il fau­dra bien 

Un jour
Enfoncer la canule
Que le bout d’île
Explose

Que je m’enfonce nue
Dans la mer ou l’instant

Ou la répé­ti­tion
Qu’importe

Que le crâne
Se fende
Que gerbent en conti­nu
La bouche et le vol­can 

Extrait de Penser maillée, édi­tions du Cygne, 2012

X