Nicolas Waquet, Paroles de la nuit et du jour

2018-01-10T22:03:00+01:00

 

la nuit parle

des mon­des qui tombent
et s’entrechoquent

pour­tant les verbes dorment
planètes autour desquelles gravi­tent les phrases

com­ment puis-je dire alors
que je n’ai rien à dire

de plus beau
que le silence d’un visage 

 

                                                                                                                       *

 

l’amour a le goût clan­des­tin de la nuit
nébuleux et secret

tant de soleils craintifs
volti­gent au loin comme des lucioles

les anneaux de Sat­urne tin­tent froids
aux poignets des amants

ils dor­ment
les mains dans des riv­ières d’étoiles

leurs doigts ne démêleront jamais les
eaux rebelles de leurs songes

 

*

 

la lune soudain
écarquillée
nous cloue dans sa lumière

ton corps se fige
sur le lit
bru­tale­ment étranger

honte
regret
ton cœur se glace

le mien je sais
ne bat plus dans ta poitrine

 

                                                                                                                    *

 

réveil au vitriol
ô ce brusque sur­saut de nos sens
où l’amour se suicide

mire-toi
fixe encore mon regard cristallin
avant d’y lire l’absence

avant que la beauté
– brûlure acide –
ne me déchire les yeux

 

                                                                                                                   *

 

 

les mots vont
viennent
navettes de l’esprit

tis­sent
entre les choses
le voile de la connaissance

ce voile si fin que le poème déchire
lacère
d’images acérées

il n’en laisse plus que des lam­beaux de sens
des idées décousues

offrant la nudité du monde
brutale

splen­dide au regard qui s’éveille
sans verbe
au pur lan­gage de l’étreinte  

Présentation de l’auteur

Nicolas Waquet

Nico­las Waquet est né en 1978. Sa poésie, traduite en ital­ien, est pub­liée dans divers­es revues. Tout en traduisant, pré­façant et anno­tant des œuvres en alle­mand, en anglais, en latin et en grec ancien, il a signé aux Édi­tions de Cor­levour deux recueils de poèmes inti­t­ulés À peine et Puisqu’il fait jour, ce dernier faisant égale­ment l’ob­jet d’un cycle de mélodies.

Nicolas Waquet - © photo Véronica Marie L
Aller en haut