> Quincy Troupe : “Errançités”, et “J’Œil change les rêves”, présentés et traduits par Chantal Bizzini

Quincy Troupe : “Errançités”, et “J’Œil change les rêves”, présentés et traduits par Chantal Bizzini

Par |2018-08-18T20:42:38+00:00 25 juin 2017|Catégories : Essais & Chroniques|

 

Quincy Troupe est un poète, per­for­mer, et édi­teur, né le 22 juillet 1939 à Saint-Louis dans le Missouri. Fils d’un joueur de base­ball pro­fes­sion­nel qui a joué dans les Negro Leagues1, Quincy Troupe aime à écrire sur le sport, la vie dans les villes amé­ri­caines, et la musique afro-amé­ri­caine.

Lorsque j’entendis Quincy Troupe dire son poème « Eye Change Dream », à New York, en avril 2006, ce fut une com­mo­tion : cette dic­tion, plus que rapide, cette danse, étaient hors de défi­ni­tion : toas­ting éla­bo­ré, cyclone de mots ram­pants ou avan­çant à toute vitesse, pré­cé­dant presque l’œil, ce moi kaléi­do­sco­pique entraî­né dans un tour­billon sur­réel à la sta­tion de Times Square, à New York. L’accalmie cen­trale du poème, retour, en même temps qu’à Gloster, Mississippi (d’où est ori­gi­naire la femme de Quincy Troupe), aux ori­gines du monde, ne fait qu’accélérer, par contraste, la fin de ce poème, qui se mue, conduit par l’esprit déri­vant du cita­din pris dans la foule, en un art poé­tique sin­gu­lier et irré­vé­ren­cieux. Transporté à toute vitesse par un mous­tique jusqu’à New York, — Pandémonium contem­po­rain où nous nous trou­vons — il est fina­le­ment com­pa­ré à une star, ancienne légende d’Hollywood, subis­sant tou­jours de nou­veaux lif­tings. « Une chose qui se mange », en tout cas, avec appé­tit, tan­dis que nous tour­billon­nons, sou­mis à cette piqûre, cette décharge élec­trique, qui nous vient du poète new-yor­kais, à la vitesse d’un spout­nik.

Parmi ses œuvres poé­tiques : Transcircularities : New and Selected Poems (Coffee House Press, 2002) ; Choruses : Poems (1999) ; Avalanche : Poems (1996). Il est aus­si l’auteur de Miles : The Autobiography (1989), tra­duit en fran­çais et récem­ment réédi­té, qui a reçu un American Book Award ; James Baldwin : The Legacy (1989) ; et enfin : Miles and Me : A Memoir of Miles Davis (2000) récem­ment tra­duit. Troupe a édi­té l’anthologie : Giant Talk : An Anthology of Third World Writing (1975) et il est l’un des co-fon­da­teurs de Confrontation : A Journal of Third World Literature and American Rag ain­si que le fon­da­teur et direc­teur de publi­ca­tion de Code.

 

— —  —  —  —  —  —  —  —  —  — -

 

1 ligues de base­ball pro­fes­sion­nelles réser­vées aux Africains-Américains pen­dant la ségré­ga­tion, jusqu’en 1948. La ségré­ga­tion prend fin dans le base­ball en 1947 avec l’arrivée de Jackie Robinson chez les Dodgers de Brooklyn. Les Negro Leagues cessent alors leurs acti­vi­tés.

 

X